Jozef Siroka

Archive de la catégorie ‘Entracte’

Vendredi 17 juillet 2015 | Mise en ligne à 8h00 | Commenter Commentaires (20)

Entracte

04.R.CinecittaCasanova

C’est le temps de la pause estivale. De retour à la mi-août. Entre temps, je vous laisse deviner une de mes destinations…

P.S.: J’ai refait l’exercice du Top 10 de la mi-décennie; à consulter ce matin dans La Presse + ; et ce week-end dans La Presse papier.

Lire les commentaires (20)  |  Commenter cet article






Dimanche 21 décembre 2014 | Mise en ligne à 17h00 | Commenter Commentaires (8)

Entracte

4NF4TOuo8fSTlIebXB0ANQWU9DU

À quelques jours avant Noël, Internet nous a offert tout un cadeau: la version intégrale du documentaire A Personal Journey with Martin Scorsese Through American Movies. Sorti en 1995, pour coïncider avec le centenaire de l’avènement du 7e art, le film de 225 minutes couvre une bonne partie de l’histoire du cinéma U.S., de l’époque du muet jusqu’en 1969, année de sortie du premier long métrage du fameux cinéaste-professeur.

Deux sujets reviennent régulièrement dans la leçon de Scorsese: déterminer le véritable apport artistique offert par les réalisateurs ayant travaillé dans le studio system avant la révolution culturelle du Nouveau Hollywood, et l’importance de bien comprendre et d’apprécier le passé afin d’inscrire son oeuvre (ou d’écrire sa critique) dans une perspective historique – peu importe qu’on veuille perpétuer ou révolutionner la tradition.

Le cinéaste a parlé de son docu dans le livre d’entretiens Scorsese on Scorsese. Quelques extraits :

Je voulais interpeller de jeunes réalisateurs et des étudiants en cinéma qui ne connaissaient peut-être pas certains films ou tendances du cinéma américain qui m’intéressent beaucoup. Je voulais ressusciter certains noms, comme Budd Boetticher ou André De Toth. Également, des films muets comme Seventh Heaven de Frank Borzage, ainsi que mes propres découvertes. [...]

J’ai commencé le Voyage avec le premier film que j’ai vu dont je me rappelle du titre, Duel in the Sun. Cela m’a mené à King Vidor et sa relation avec son producteur, David O. Selznick. Là, on a affaire à toute la question de l’expression personnelle à l’intérieur du studio system. Vidor a fait un film très personnel, The Crowd, qu’il a suivi par The Champ; il a ainsi conclu un marché. Mais d’autres ont pris une autre approche. À l’intérieur du système ils disaient ce qu’ils voulaient dire, mais en le déguisant sous la forme, et en utilisant les genres de l’époque. [...]

Pour moi, il doit y avoir un moyen qui me permet d’expérimenter tout en continuant à travailler. Ce n’est pas chaque film que l’on fait qui va nécessairement venir complètement de notre coeur. J’essaie de faire des films dans le mainstream, dans le système – tout en restant fidèle à ma vision des choses. Ma définition de «réalisateur» est une personne qui pourrait s’épanouir dans le vieux studio system, qui pourrait faire un travail professionnel sur n’importe quel scénario qui lui a été fourni. Je préfère être un cinéaste, parce qu’être un réalisateur est un travail très difficile; réussir à trouver l’énergie pour comprendre et ressentir du matériel qui ne provient pas de soi. [...]. Mais de temps en temps j’aimerais faire des films comme Cape Fear, continuer à travailler sur des aspects techniques de mon métier, et d’essayer de combiner le style d’antan avec mes propres intérêts et obsessions.

De retour le 5-6 janvier.

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






Vendredi 20 juin 2014 | Mise en ligne à 12h45 | Commenter Commentaires (2)

Entracte

vacances-de-m-hulot-1953-02-g

Petite pause estivale / Coupe du monde. De retour le 14 juillet.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    novembre 2010
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité