Jozef Siroka

Archive de la catégorie ‘Avatar’

Mardi 16 juin 2015 | Mise en ligne à 16h30 | Commenter Commentaires (45)

Avatar : une empreinte culturelle négligeable

avatar

En janvier, James Cameron a indiqué que la suite d’Avatar prendrait plus de temps que prévu à produire. La sortie, annoncée pour décembre 2016, devrait être repoussée au Noël suivant. Information qui a été confirmée par le patron de 20th Century Fox jeudi dernier. Un contretemps qui a au mieux provoqué une indifférence polie dans le milieu cinéphile.

On parle pourtant du film le plus lucratif de l’histoire, et de loin, avec 2,7 milliards $ en recettes mondiales. Comment se fait-il donc que le monde ne manifeste pas une plus grande déception à l’idée que le prochain voyage sur Pandora sera retardé aussi longtemps? Imaginez si J. J. Abrams annonçait que la sortie de Star Wars VII allait être repoussée ne serait-ce que d’un mois? L’internet tomberait assurément en panne…

Mais il s’agit là d’une analogie qui n’est pas tout à fait honnête : la franchise démarrée par George Lucas a marqué au fer blanc la culture populaire des quarante dernières années (et ce, même si les trois derniers longs métrages issus de son univers ont été déridés par presque tout le monde). On ne peut pas en dire autant pour le phénomène Avatar qui, malgré une réception critique plus qu’enthousiaste et l’emballement du public que l’on sait, s’est étrangement «volatilisé sans laisser de trace».

Cette dernière citation provient d’une chronique largement partagée de Scott Mendelson, publiée dans Forbes en décembre dernier. L’auteur, qui ne se cache pas d’être un vrai fan du blockbuster de Cameron, décortique le principal (et navrant) impact d’Avatar dans l’industrie :

Le film n’est pas véritablement devenu un repère culturel. Les enfants ne jouent pas à Avatar sur les terrains de jeu, ni avec des figurines Avatar à la maison. Il n’y a à peu près pas de marchandise basée sur Avatar dans les magasins. La plupart des cinéphiles ne peuvent pas vous dire le nom d’un seul personnage du film, ni même ceux des acteurs qui jouent dedans. Avatar n’a pas inspiré une légion d’imitations, sauf peut-être le désastreux John Carter de Disney. Il n’a pas donné le ton pour ce qui a suivi, mis à part en ce qui concerne son utilisation de la 3D, qui a fait de l’outil de conversion en post-production un moyen précieux pour stimuler le box-office à l’étranger.

Si Avatar a un héritage, c’est d’avoir incité les studios à sortir leurs plus grands tent-poles avec une sorte de modification en 3D afin d’augmenter le coût des billets. Ce n’est évidemment pas une chose qui est nécessairement positive, car cela nous a donné quelques années durant lesquelles apparemment chaque grand film a été artistiquement compromis par une conversion en demi-teinte pour des raisons financières. James Cameron a voulu montrer au monde à quel point la 3D pouvait être géniale, et Hollywood a répondu en nous montrant comment elle pouvait être terrible.

Malgré le fait que les experts ont rapidement attribué le succès au box-office du film entièrement à ses effets 3D, je pense néanmoins qu’il s’agit d’un film d’aventures plutôt fantastique. Les personnages sont simples mais primaux, et le récit est mince mais efficace, même s’il dure près de trois heures. Avatar a été sans doute le bon film au bon moment, avec un puissant message anti-impérialiste qui est apparu tandis que l’Amérique se réveillait de sa stupeur post 11-Septembre, et que le reste du monde était plus que prêt à encourager un film où des armées privées meurtrières sont violemment battues et chassées par des populations autochtones exaltées.

Mais le film est essentiellement devenu une note de bas de page moins d’un an plus tard, sans véritable empreinte culturelle au-delà de son record au box-office et de sa 3D révolutionnaire. Ce qui est encore plus triste est ce pour quoi Avatar n’a pas été reconnu. Les leçons positives du succès d’Avatar – une histoire originale, d’actualité, avec des effets visuels époustouflants livrés par un auteur au sommet de sa forme, et qui a touché le monde entier pendant une brève période de temps – ont été oubliées à la faveur du «tout doit être en 3D».

L’équipe de Cracked a résumé la thèse de Scott Mendelson dans cette vidéo humoristique :

Empreinte culturelle ou pas, James Cameron compte suivre les traces de son succès. L’objectif est de reproduire le modèle que Peter Jackson a employé pour sa trilogie Lord of the Rings : tourner trois films en même temps, et les distribuer à un an d’intervalle, à partir de la fin 2017. Et, comme si ce n’était pas assez, le compositeur de la saga James Horner a affirmé qu’il y a en fait quatre suites d’Avatar qui ont été écrites.

Dans ses sorties publiques, Cameron a fréquemment fait étalage de sa confiance envers son produit. Parlant de ses nouveaux scénarios, le réalisateur connu pour son franc-parler a assuré à Empire en novembre que le public allait tellement être soufflé devant le résultat que «vous allez vous chier dessus, avec la bouche grande ouverte».

Plus sérieusement, il voit dans les suites d’Avatar une opportunité de développer ses idées sur notre époque, déclarant en entrevue à Variety en août dernier :

Il n’y a rien que j’ai besoin de dire en tant qu’artiste sur l’état du monde et des affaires humaines que je ne puisse faire à travers l’univers d’Avatar. Nous avons eu deux ans pour penser à l’arc narratif des trois prochains films, et chaque jour qui passe je crois de plus en plus aux histoires que je raconte. Nous n’allons pas sortir de nulle part pour capitaliser sur le dernier film.

Le mot «monde» est le terme-clé ici. En effet, l’objectif est de créer l’univers fictif le plus ambitieux qui soit, qui dépasse le simple cinéma. L’auteur de science-fiction Steven Gould (Jumper) est en train d’écrire des novellisations sur les aventures des fameux bonhommes bleus. Disney est en train de créer une réplique de Pandora dans son Animal Kingdom, à Orlando; le parc d’attractions devrait être prêt en 2017. Un spectacle du Cirque du Soleil inspiré par Avatar aura sa première mondiale au Centre Bell à la fin de l’année.

Selon le partenaire d’affaires de Cameron, Jon Landau, l’influence d’Avatar ne peut pas être tout à fait évaluée aujourd’hui puisque les plateformes de son exploitation n’existent pas encore. Comme le rapporte le New York Times : «L’univers d’Avatar sera réalisé au cours des 20 prochaines années dans divers médias, dont certains doivent être inventés». En d’autres mots : la solution pour assurer la pérénnité de son empreinte culturelle? Créer sa propre culture. On s’en reparle d’ici 2035…

À lire aussi :

> Avatar, année zéro
> Avatar : révolution bleu pâle
> Avatar, un film anti-chrétien?
> Avatar vous a-t-il déprimé?

Lire les commentaires (45)  |  Commenter cet article






Jeudi 8 juillet 2010 | Mise en ligne à 16h00 | Commenter Commentaires (51)

Avatar de retour en salle le 27 août

Fans-at-the-Avatar-QA-dur-001

Bien qu’Avatar ait engendré des recettes mondiales record de 2,7 milliards $, James Cameron se plaignait il y a quelques mois d’avoir «laissé de l’argent sur la table» après avoir été «obligé» de retirer son film des salles. Il avait du même coup promis de le redistribuer au mois d’août avec quelques minutes supplémentaires en bonus.

Le communiqué de presse précise aujourd’hui :

Le 27 août, retournez à Pandora et revivez l’expérience de l’épique de James Cameron, avec plus de Huit Minutes de Séquences Inédites – exclusivement en 3D Numérique et IMAX 3D. Depuis – et principalement à cause de – la sortie d’Avatar en décembre dernier, le nombre d’écrans 3D disponibles a explosé, et les spectateurs qui ont manqué l’expérience du film en 3D, tout comme les fans qui souhaitent de nouveau retourner à Pandora, auront maintenant cette opportunité.

Chez Collider, on remarque avec justesse que la décision de rajouter précisément 8 minutes au film a été motivée par des considérations techniques plus qu’autre chose. En effet, la durée originale d’Avatar est de 162 minutes, alors que la plateforme IMAX 3D supporte un maximum de 170 minutes. «Je parie que si IMAX pouvait jouer un film de 180 minutes, on aurait rajouté 18 minutes de plus».

Une preuve de plus, si besoin était, que c’est strictement l’esprit marchand plutôt que, disons, artistique, qui a poussé Cameron à réaliser cette nouvelle version. En espérant qu’il réussira à récupérer l’argent qui lui a injustement glissé des mains…

Et vous, êtes-vous intéressés à (re)visiter Pandora?

À lire aussi :

> Avatar : révolution bleu pâle
> Avatar 2 : sous l’océan de Pandora
> Avatar, un film anti-chrétien?
> Avatar XXX

Lire les commentaires (51)  |  Commenter cet article






Mardi 22 juin 2010 | Mise en ligne à 15h00 | Commenter Commentaires (11)

Avatar XXX

Avatar XXX 3D .large

Dans la catégorie «Ça devait arriver un jour», on retrouve la nouvelle production de Hustler : This Ain’t Avatar XXX 3D, une parodie porno du méga-succès de James Cameron. Le site HDNumérique précise : «Les acteurs et actrices auront pour l’occasion un corps tout bleu et on notera à n’en point douter pour les hommes, une taille de membre viril adaptée à la dimension des Navis». Je verrai bien d’ailleurs une apparition spéciale du Dr. Manhattan dans cette aventure…

Il s’agit du plus ambitieux chapitre de la série des «This Ain’t», qui inclut notamment This Ain’t Star Trek XXX, This Ain’t Dancing With The Stars XXX, This Ain’t Beverly Hills 90210 XXX, This Ain’t Robin Hood: XXX Parody et, le plus intrigant d’entre tous, This Ain’t Curb Your Enthusiasm XXX.

This Ain’t Avatar XXX 3D, réellement tourné en 3D, sera disponible en DVD et Blu-ray en septembre, date qui coïncide convenablement avec l’arrivée du premier téléviseur en 3D.

À lire aussi :

> Avatar : révolution bleu pâle
> Avatar 2 : sous l’océan de Pandora
> Avatar, un film anti-chrétien?

Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    janvier 2014
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité