Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 23 novembre 2016 | Mise en ligne à 16h00 | Commenter Commentaires (17)

    Silence, le «meilleur film» de Martin Scorsese?

    27scorsese5-master675

    C’est du moins l’avis du vétéran producteur Irwin Winkler, collaborateur de longue date de Scorsese, qui a notamment produit deux autres de ses films que divers cinéphiles pourraient aussi qualifier de «meilleurs» : Raging Bull et GoodFellas.

    Projet que Scorsese nourrit depuis 1989, Silence est un drame historique campé au 17e siècle dans lequel deux Jésuites portugais partent au Japon et assistent aux persécutions du gouvernement contre les chrétiens. Ces deux protagonistes sont incarnés par les deux emo les plus en vue à Hollywood, Andrew Garfield et Adam Driver. Leur mission est scindée en deux : apporter du réconfort à leurs coréligionnaires et retrouver leur mentor (Liam Neeson), qui aurait renoncé à sa foi sous la torture.

    Dans un généreux papier du New York Times Magazine publié lundi, qui fonctionne à la fois comme un portait de la carrière de Scorsese à travers sa sensibilité chrétienne, une analyse littéraire du roman éponyme de Shūsaku Endō publié en 1966, et une entrevue promo, Garfield assure qu’il n’a pas pris son rôle à la légère. Il a développé son personnage en s’inspirant des Exercices spirituels d’Ignace de Loyola. En gros, il devait «utiliser son imagination afin de se placer en compagnie de Jésus». Il s’est par la suite isolé dans un monastère jésuite au Pays de Galles, où il a observé une retraite silencieuse pendant sept jours.

    Driver, de son côté, a également suivi les préceptes de la Méthode pour son rôle. L’acteur connu pour avoir incarné Kylo Ren dans Star Wars : The Force Awakens a perdu 51 livres, ou près du tiers de son poids, lors d’une cure supervisée de quatre mois. «C’est une question de contrôle, et en tant qu’acteur on veut avoir du contrôle. Mais c’est aussi une question de souffrance : ça vous procure de l’information que vous pouvez utiliser dans le rôle», dit-il. Driver a par ailleurs rejoint Garfield dans son monastère.

    Neeson, enfin, renoue avec un sujet qu’il a exploré trois décennies plus tôt, dans le palmé The Mission de Roland Joffé, aux côtés de l’alter ego de Scorsese, Robert DeNiro. Le film concerne une mission de Jésuites dans l’Amérique du Sud du 18e siècle.

    Silence est le deuxième long métrage du légendaire cinéaste de 74 ans qui aborde de front la culture chrétienne. Le premier, The Last Temptation of Christ, est sorti la même année que Scorsese a découvert le roman de Endo. On se rappelle que le film avait choqué de nombreux catholiques conservateurs, qui ont violemment rejeté la représentation d’un Jésus charnel; treize personnes ont été brûlées à la suite de l’incendie criminel d’une salle parisienne, entre autres actes de protestation.

    Il est intéressant de noter la symétrie entre les productions de ces deux films. The Last Temptation of Christ a pris l’affiche cinq ans après avoir obtenu son premier feu vert. Des lobbys chrétiens fondamentalistes ont mis des bâtons dans les roues au projet, et ont réussi à faire reculer Paramount. Scorsese a finalement mis en scène deux autres films entre-temps, After Hours et The Color of Money. Ce dernier est devenu son plus grand succès au box-office en carrière jusque-là, et a permis de rassurer les investisseurs.

    Un quart de siècle plus tard, Scorsese a rencontré d’autres genres de difficultés avant de s’attaquer à Silence, dont le tournage devait s’entamer en 2011 avec Daniel Day-Lewis, Gael Garcia Bernal et Benicio Del Toro dans les rôles principaux. Mais la production a été embourbée dans des «douzaines de problèmes d’ordre légal» que le producteur Winkler a dû régler. L’argent n’était pas au rendez-vous non plus. Scorsese a dû aller à Cannes pour quémander du financement, tandis que les acteurs ont accepté un «salaire de misère», aux dires de Neeson. «Je me suis dit, Hollywood doit vraiment être dans une mauvaise passe quand Martin Scorsese, avec tous ses succès, tous ses honneurs, ne peut obtenir le feu vert pour un film», a regretté Winkler.

    Il a fallu à nouveau rassurer les investisseurs, ce que Scorsese a réussi haut la main avec The Wolf of Wall Street et son impressionnant 400 millions $ au box-office. Au moins, il semblerait que les institutions chrétiennes ne s’opposeront pas à ce film, comme ce fut le cas pour The Last Temptation of Christ. Une projection est prévue au Vatican avant la sortie officielle, le 23 décembre. Le pape François, un Jésuite, devrait participer à l’évènement. Quand le NYT lui a demandé ce qu’il dirait au Saint Père à propos de son oeuvre, Scorsese a répondu : «Je dirais que j’ai essayé, dans mon travail, de trouver comment vivre sa vie – j’ai essayé d’explorer ce que notre existence représente réellement, et quelle en est sa signification».

    La première bande-annonce de Silence a été diffusée hier soir :

    À lire aussi :

    > The Irishman, un Benjamin Button scorsesien
    > Goodfellas, 25 ans après
    > Non, Scorsese ne s’est pas fait berner par le loup
    > Les quatre auteurs contradictoires de Taxi Driver

    - Mon compte Twitter


    • “les deux emo les plus en vue à Hollywood” hahaha

    • Le chien qui court après sa queue, l’histoire se répète continuellement avec nos mystiques. Car , nous l’être humain aime bien l’inexplicable. D’ailleurs, on ne veut pas voir, la réalité en face, parce qu’on pense réfléchir. On ne veut pas accepté, que nous sommes simplement un être vivant, parmi dans d’autres, qui nous entourent. Dont, on fait parti, du simple microbe, de l’unicelllulaire à la baleine bleue.

    • Les robes noires ont apporté la lanterne magique en Asie. J’espère qu’on en verra ici.

    • « You’re only as good as your last picture ». On pense à cette citation quand
      on voit les difficultés de financement de ce film, même pour quelqu’un de la
      stature de Scorsese… (Je pense qu’on voit la modestie du budget dans la
      bande-annonce et si je ne fait pas erreur le film s’est tourné à Taïwan et non
      pas au Japon)

      Une autre adaptation du roman de Endô est sortie en 1971 au japon, il serait
      intéressant de comparer avec la version de 2016.

      (Je suis sur mac et à chaque fois que j’ouvre internet il y a un babillard des
      «top sites» qui apparait. Pour une raison que j’ignore un de ces douze sites
      affichés est «figé» sur ce blogue cinéma et quand on clique dessus qu’est-ce
      qui apparait, le blogue du mercredi 16 juillet 2014 qui parle du « silence de
      Martin Scorsese ». Ça fait juste deux ans que c’est comme ça ! :-)

    • Hmmm… Toutes ces barbes postiches n’annoncent rien de bon.

      Le producteur d’un film a beau être un vieux routier, son statut le prive du privilège d’impartialité. C’est pourquoi la déclaration de Winkler est malgré tout à prendre avec un grain de sel.

    • La fausse barbe de A.Garfield en effet, très visible… tout autant que son jeu… Ce que cette bande-annonce crie – et le violon n’aide pas – c’est une seule chose: Cinéma. Le sujet est intéressant par contre. J’attendrais une sortie en vidéo…

    • La fausse barbe a toujours fait partie du genre. Suis-je le seul à trouver les plongées en parfaites perpendiculaire magnifiques et en plein accord avec le silence divin? Je n’aurai qu’une seule mesure en voyant ce film : Black Narcissus.

    • Je ne sais pas pour la fausse barbe, mais si la bande annonce contient le meilleur extrait du jeu de Garfield, ça ne sent pas trop bon. Bon point melo_carmelo…

      En même temps, Scorsese a su composer avec des performance d’acteurs plutôt moyennes et en tirer de bons films. Ray Liotta est nul dans le très grand Goodfellas et The Departed fonctionne très bien malgré le cabotinage un peu gâteux de Jack Nicholson.

      Et je crois que j’aimerai mieux Liam Neeson en Jésuite brisé qu’en ex agent de la CIA qui émule Steven Seagal.

    • Kurtz

      Ray Liotta est parfait dans Goodfellas …
      C’est dans tout ce qu’il a fait d’autre qu’il est nul.

    • Garfield arrive à être plus emo que Lothaire Bluteau… Dur à battre.

    • La sensibilité introvertie, l’angoisse et l’automutilation ne datent pas des années 80 et du hardcore. La filiation remonte en effet aux mystiques. Les yeux rouges de Saint-Jean de la Croix préfiguraient il y a bien longtemps déjà les pochettes de disque emo. Bien vu Jozef (bien vu Scorsese?). Ce deuxième casting est probablement plus juste que ce qu’aurait été le premier.

    • Sans parler d’un certain Jésus…

    • Excellent Rafc!!

      Les Saint martyrs canadiens, un groupe de rock screamo?

    • @tous: c’est une vraie barbe que Garfield porte. Suffit de googler mesdames et messieurs!

      Du reste, la bande annonce n’est pas dès plus convaincante, mais ça n’est garant de rien. Je le verrai assurément, ne serait-ce parce que Scorsese fait toujours bien mieux dans le drame que dans l’humour à mon goût (outre la fameuse scène de la Lamborghini, j’ai trouvé The Wolf of Wall Street d’un ennui profond).

      En tout cas, on peut probablement déjà annoncer que “Silence” ne passera pas le test de Bechdel!

    • chap-lang

      Wolf of Wall Street; j’ai regardé ma montre plusieurs fois, impatient que le supplice finisse, pendant qu’autour de moi la majorité de la salle riait aux éclats à chaque nouvelle idiotie. Je n’y comprenais rien, sans doute.

    • c’est moi ou si Scorsese et Tarantino utilisent de facon
      similaire la musique dans leur films ? Je trouve ca frappant
      la facon que Tarantino a d’empreuter la methode Scorsese
      dans l’utilisation de chansons pour marquer une scene.

    • Oui, bien sûr. Le côté juke-box, très audible dès Mean Streets.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2016
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives