Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 10 décembre 2015 | Mise en ligne à 15h15 | Commenter Commentaires (9)

    Spielberg et Roald Dahl en 3D

    thebfgheader

    Trente-deux ans après E.T., Spielberg renoue avec la scénariste Melissa Mathison et le titre-acronyme pour The BFG, adaptation d’un roman pour enfants signé Roald Dahl. Ce n’est pas la première fois que le fameux cinéaste se frotte à l’acclamé auteur britannique : il a produit The Gremlins (1984), qui s’inspire librement du tout premier livre de Dahl, publié en 1943.

    The BFG a été co-produit par Disney, et il s’agit étonnamment du premier film que Spielberg a réalisé pour le mythique studio. Le projet d’une adaptation en prises de vues réelles, et à gros budget, est en développement depuis un quart de siècle. Un premier scénario avait été écrit avec Robin Williams en tête pour le rôle-titre (BFG signifie Big Friendly Giant).

    C’est finalement un acteur au registre complètement différent qui a prêté ses traits (et ses mouvements) aux caméras sophistiquées du studio Weta Digital. Il s’agit de Mark Rylance, un nom qui ne vous dit probablement pas grand chose. C’est qu’il a surtout exprimé ses talents sur les planches. Invariablement décrit comme «le meilleur acteur de sa génération», il a notamment remporté trois Tony et deux Olivier.

    Rylance a joué dans quelques longs métrages britanniques plus ou moins indépendants, dont Intimacy (2003) de Patrice Chéreau et The Other Boleyn Girl (2008) aux côtés de Natalie Portman et Scarlett Johansson. Mais c’est Spielberg qui l’a introduit à un public plus large (et nord-américain) avec son dernier film, Bridge of Spies, dans lequel il joue un agent double avec un flegme et une mélancolie des plus gracieux. On apprenait d’ailleurs ce matin qu’il est en lice pour le Golden Globe du Meilleur acteur de soutien.

    Mark-Rylance-Tom-Hanks-Bridge-of-Spies

    > À propos de Bridge of Spies, Spielberg a participé à deux questions-réponses filmés sur le sujet en octobre dernier; le premier avec Martin Scorsese et l’autre avec Paul Thomas Anderson. Du pur bonbon pour cinéphiles. À savourer sur le site du DGA.

    Pour revenir à The BFG, il s’agit de l’histoire d’une fillette de 10 ans qui habite dans un orphelinat à Londres. Une nuit, elle est kidnappée par le fameux BFG, un géant inoffensif et simplet qui l’amène dans le pays des géants qui est peuplé de méchants géants mangeurs d’hommes. Mais le Bon Gros Géant est gentil : sa mission est de collectionner des rêves et de les envoyer aux enfants qui dorment… Éventuellement, les deux improbables amis iront chercher de l’aide auprès de la reine d’Angleterre afin de se débarrasser une fois pour toutes des méchants géants.

    Ce n’est pas la première fois qu’un récit de Dahl est porté au grand écran. Sa plus fameuse adaptation est probablement Willy Wonka & the Chocolate Factory (1971), mettant en vedette Gene Wilder. Spielberg a d’ailleurs essayé de sortir le comédien de 82 ans de sa retraite pour The BFG, mais sans succès. Il y a aussi eu Matilda (1996) de Danny DeVito et bien entendu le coloré Fantastic Mr. Fox (2009) de Wes Anderson.

    En fait, ce n’est pas la première fois que The BFG fait l’objet d’une adaptation. Il y a eu un téléfilm réalisé par Brian Cosgrove (Danger Mouse), et diffusé au Royaume-Uni le soir de Noël 1989. Dahl a même été invité à une projection spéciale, une année avant sa mort, et se serait levé à la fin en applaudissant.

    ***

    The BFG est le premier film tourné en prises de vues réelles par Spielberg à être produit en 3D. Il prendra l’affiche le 1er juillet 2016, à l’occassion du 100e anniversaire de naissance de Roald Dahl. À noter que l’actrice qui incarne l’orpheline, Sophie, a été dénichée dans la ville de Cheshire, dans le nord-ouest de l’Angleterre. Il s’agit de son premier rôle au cinéma; elle a au préalable joué dans la série télévisée pour enfants de la BBC 4 O’Clock Club.

    À lire aussi :

    > Les plans-séquence «invisibles» de Spielberg
    > Le «Visage de Spielberg»
    > E.T., meilleur film juif?
    > Fantastic Mr. Fox : le réalisateur manque à l’appel

    - Mon compte Twitter


    • Capturer des rêves.
      Me semble qu’il y a ici une référence à Jean-Pierre Jeunet et son “La cité des enfants perdus”.
      Me trompe-je?

    • Bien hâte de voir ce film, ii est vraiment impressionnant ce Speilberg, aucun cinéaste n arrive à part lui à passer d un genre à l’autre avec autant d’aisance et d’inventivité. Jnai bien aimé ses entrevues avec Scorsese et P T Anderson, on sait depuis longtemps comment Scorsese est habile devant la camera mais la j viens de decouvrir que Andrson est aussi très très bon !

    • Pour la ressemblance avec La cité des enfants perdus… Le BFG a été écrit des années avant! Pour les Gremlins. En effet le fils est très librement inspiré du livre de Dahl… Les Gremlins étant des bêtes malicieuses s’attaquant aux avions. (Dahl était pilote). Un des sketch du film des années 80 “The twilight zone” est plus proche de l’esprit des Gremlins de Dahl. Pour ce qui est des adaptations cinématographiques il ne faut pas oublier “The Witches” avec Angelica Houston. Et Dahl a écrit le scénario de Chitty Chitty Bang Bang je crois. Bref ses livres passent bien au cinéma je crois.

    • Collectionner des rêves pour les donner aux enfants, c’est clairement un film pour Spielberg/Disney. Bien hâte de voir.

    • Autre célèbre adaptation de Dahl: James and the giant peach. J’ai hâte, Dahl est l’un de mes auteurs préférés.

    • @senateur_dupont : En effet, Chitty Chitty Bang Bang est un des deux textes de Ian Flemming que Mr. Dahl a adapté pour le cinéma (puisqu’il a également été scénariste.) L’autre étant « You only live twice ».

      J’ai hâte de voir ce que l’équipe Spielberg/Disney fera de l’univers mi-sucré mi-acidulé de Dahl qui s’approche souvent de la frontière entre le fantastique et l’horreur en demeurant accessible aux jeunes lecteurs. (Quoiqu’il a aussi écrit pour un lectorat plus âgé.)

      Henry Sellick avait bien su rendre ce ton dans son James and the Giant Peach. Tim Burton qui a ses débuts aurait été le cinéaste parfait pour cet univers est malheureusement tombé dans le piège de la surabondance d’effets visuels et de pitreries avec son Willy Wonka plus inspiré de Michael Jackson que de Roald Dahl.

      En passant, Dahl est aussi à l’origine d’une série télé : Tales of the Unexpected (Bizarre Bizarre en vf.)un genre de Twillight Zone britannique que Radio-Canada diffusait dans les années 80.

    • Collectionner les rêves frelatés… J’aime beaucoup Spielberg, mais la tendance Disney (lisibilité maximale, joliesse, euphémisation des mythes, cucuterie, etc.) est vraiment l’aspect le plus problématique de son inspiration. Il devient intéressant quand il se glisse dans la tradition Tex Avery/Chuck Jones (Duel, Gremlins justement). Ou alors quand il reprend l’acidité adulte du cinéma classique (ses films depuis le premier Jurassic Park), ce qu’on pourrait appeler la tendance Hitchcock (La Guerre des mondes, Minority Report, etc.).

      Bref, ça annonce la bouse, et si Dahl est un grand auteur, on ne trouve pas encore une transposition satisfaisante de ses livres cultes (Mr Fox, oui, mais c’est davantage l’univers de Wes qu’autre chose).

    • Raoul Dahl avec le dessin de Q.Blake, des souvenirs d’enfances riches en émotions. Par contre, j’Aurais préféré un Gilliam ou un Burton sur le projet, mais je dois dire que j’Ai aimé le Hook de Spielberg pour le visuel féerique.

    • C’est Disney qui devait produire The Gremlins (très différent du film de Joe Dante) scénarisé par Doahl dans les années 1940, mais déjà il semble qu’il y avait de l’eau dans le gaz entre les deux visions. Par ailleurs, le Gentil Géant est Doahl lui-même dans la mesure où il mesurait 2 mètres de haut et collectionnait aussi les rêves enfantins. Il faudra voir si le film jouera sur cette mise en abyme pour en faire quelque chose d’un peu ambitieux. J’en doute fort.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2015
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives