Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 22 novembre 2014 | Mise en ligne à 14h00 | Commenter Commentaires (2)

    Le court du week-end : The Delian Mode

    Delian02

    Delia Derbyshire a été surnommée «l’héroïne méconnue de la musique électronique» peu de temps après sa mort, en 2001, à l’âge de 64 ans. Cette pionnière britannique a créé dans un anonymat relatif la musique et les bruitages de quelque 200 programmes de radio et de télévision. Son nom restera à tout jamais associé au thème original du générique de la série Doctor Who, travail pour lequel elle ne fut pas créditée à l’époque.

    Cette musique aujourd’hui emblématique du genre de la science-fiction a été réalisée par Derbyshire dans l’atelier radiophonique de la BBC en 1963, d’après une partition du compositeur australien Ron Grainier. Il s’agit d’une première oeuvre musicale diffusée à la télévision qui a été entièrement conçue avec des instruments électroniques

    Le thème de Doctor Who est le fruit d’une variété de techniques, dont l’accélération ou le ralentissement de l’enregistrement d’un pincement de corde, le traitement manuel de bandes analogiques, l’utilisation d’un oscillateur à ondes ou de bruit blanc… Quand Grainier a entendu le résultat, il a demandé à Derbyshire : «Ai-je vraiment écrit cela?». Ce à quoi elle a répondu : «La plupart».

    Le court métrage documentaire de Kara Blake The Delian Mode, récompensé par un prix Genie en 2010, est un portait absolument captivant et fidèle de son sujet. Ce collage de sons et d’images, agrémenté d’envolées visuelles désorientantes, reflète par sa forme le processus expérimental de Derbyshire. Un film par moments aussi onirique que la fameuse musique de Doctor Who, mais qui également a su remonter à la surface la riche mélancolie qui s’y dissimule.

    > La page officielle du film


    • Quelle belle voix! Toute la musicalité et l’intuition sensible de sa musique s’y retrouve déjà. À croire qu’une voix prédispose le musicien. Et quand elle dit :

      “The ‘60s were a lovely blooming time but something happened in the 70s, made it not right, the world went out of tune with itself”,

      Elle révèle une oreille délicate.

      Parlant de cette quote, j’y vois aussi un constat sur sa propre personne. Il y a quelque chose de profondément triste dans son intonation, et pas seulement par rapport à l’évolution du paysage musical. -js

    • Oh oui, tout à fait. Cette phrase est profondément personnelle; et la tristesse, souvent, est sœur de la beauté.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives