Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 21 mai 2014 | Mise en ligne à 12h35 | Commenter Commentaires (5)

    Woody Allen en mode enchanteur

    680x478

    Enchanteur comme dans charmant : Woody Allen veut nous séduire avec des paysages picturaux et des domaines féériques de la Côte d’Azur des années 1920, son premier film d’époque depuis Sweet and Lowdown et The Curse of the Jade Scorpion, sortis à deux ans d’intervalle au tournant du millénaire (quoiqu’il a aussi fait de généreux retours dans le passé via les flashbacks fantaisistes de Midnight in Paris).

    Mais aussi enchanteur dans le sens de enchantement : comme son titre l’indique, Magic In The Moonlight intègre quelques petits tours de magie dans son récit, thème cher au cinéaste de 78 ans qu’il a exploité à divers degrés dans son oeuvre : The Purple Rose of Cairo, A Midsummer Night’s Sex Comedy, Alice ou Scoop.

    Le 49e long métrage de Woody Allen nous présente deux nouveaux-venus dans son univers. D’abord Colin Firth dans le rôle de Colin Firth, un gentilhomme anglais tiré à quatre épingles qui a le don d’envoûter ces dames sans grand effort. Ici, il joue en plus un prestidigitateur envoyé en mission dans la France voisine afin de mettre au jour une escroquerie.

    Sa cible est incarnée par Emma Stone, décrite par un personnage dans la bande-annonce diffusée aujourd’hui comme «une visionnaire et une vision». Elle est cependant soupçonnée d’arnaquer de riches clients en se faisant passer pour une médium. Sans grande surprise, l’enquête de Firth est compromise par ses propres sentiments ou, pour reprendre le synopsis, «des complications personnelles et professionnelles s’ensuivent».

    Magic In The Moonlight, qui compte également au générique les excellentes Marcia Gay Harden, Jacki Weaver et Eileen Atkins, prendra l’affiche le 15 août au Québec.

    On apprenait il y a deux semaines que Stone rejoindra Joaquin Phoenix dans le prochain film de Woody Allen, dont le début du tournage est prévu en juillet, selon Variety. Une nouvelle muse?

    À lire aussi :

    > À propos du prologue de Midnight in Paris
    > Le Top 6 de Woody Allen, selon… Woody Allen
    > Le court du week-end : Meeting Woody Allen


    • Je ne me fais pas d’illusion, je ne pense pas que ce sera un très grand Woody mais c’est quand même toujours plaisant, bon an mal an, d’aller voir son nouveau cru. Toujours beaucoup de plaisir et de bons acteurs .

    • Cou’donc, est-ce que Woody a une fixation sur les mediums? Il y avait déjà un personnage du genre dans You will meet a tall dark stranger. Mais j’imagine que quand tu tournes un film par année, c’est difficile de ne pas te répéter.

      Et Colin Firth dans le rôle de… Colin Firth? N’est pas John Malkovich qui veut!

    • Pas trop ragoûtant comme bande-annonce…

      Et la salle de spectacle du début (extérieur), ressemble terriblement à la salle qu’il a utilisée dans Midnight in Paris…

    • Lecteur de toujours. Woody super overrated. A chaque fois que je vois C film, apres je me demande pourquoi j’ai pris le temps de les regarder. Scuzer le Francais ( A Taiwan depuis trop longtemps. )

    • Woody Allen est un génie. Mais Dieu! que ses films sont bavards! Les dialogues sont serrés et rapides, parfois on a du mal à bien les suivre c’est pour ça qu’il faut les revoir pour bien les saisir même au doublage. Hannah et ses sœurs est le meilleur exemple pour démontrer mon propos. Radio days est toujours agréable à revoir à cause du rythme, des mélodies de l’époque et surtout grâce à Mia Farrow, toute aussi parfaite que dans Zélig.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    mai 2014
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité