Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 8 mai 2014 | Mise en ligne à 17h30 | Commenter Commentaires (5)

    Spring Breakers 2: l’insolence des bikinis profanes

    Spring-Breakers-party

    Le party n’est pas fini! Une nouvelle fournée d’adolescentes dévergondées s’apprêtent à renfiler les bikinis fluos de leurs «prédécessoeurs», et de poursuivre leur quête désespérée d’hédonisme à tout-va. En d’autres mots : Spring break forevah

    La suite du film déjà culte de Harmony Korine s’intitule Spring Breakers : The Second Coming. Le milieu du trafic de drogue cèdera sa place à celui de la religion, alors qu’un groupe de fêtards vont passer leur semaine de relâche à «combattre une secte de militants chrétiens extrémistes qui essaie de les convertir».

    Les gros noms de l’équipe de Spring Breakers, tant ceux derrière que ceux devant la caméra, ne reviendront pas dans cette nouvelle aventure. «Ce n’est pas une suite directe, quoiqu’il y a des allusions à certains personnages de l’original», a affirmé mardi Vincent Maraval, le fondateur de la fameuse boîte de distribution parisienne Wild Bunch. (AJOUT : le projet n’a pas obtenu la bénédiction de Korine, selon James Franco).

    The Second Coming sera mis en scène par le réalisateur suédois Jonas Åkerlund, connu pour ses collaborations avec des sommités de la musique tels Metallica, U2, Madonna ou Lady Gaga. Il a d’ailleurs beaucoup fait jaser pour son vidéoclip à caractère pornographique Pussy, du groupe métal allemand Rammstein. Côté cinéma, Åkerlund doit sa relative renommée au film indépendant Spun (2002), comédie dramatique sur le crystal meth qui a tenté de capitaliser sur le succès foudroyant de Requiem for a Dream, sorti trois ans plus tôt.

    Le scénario sera écrit par le romancier écossais Irvine Welsh, une des principales figures de la littérature trash des deux dernières décennies. Quelques uns de ses romans ont été adaptés au grand écran, dont Trainspotting et The Acid House. Le plus récent, Filth, est sorti en septembre dernier aux États-Unis, mais je ne crois pas qu’il a été présenté en salle au Québec.

    Wild Bunch a par ailleurs annoncé cette semaine d’autres collaborations fort intrigantes, rapporte Screen Daily.

    PAUL VERHOEVEN : Le cinéaste néerlandais de 75 ans, qui a choqué Hollywood il y a plus de 20 ans avec son thriller salace Basic Instinct, portera bientôt à l’écran un roman politiquement incorrect sur fond de violence sexuelle. Publié en 2012, et décoré du prix Interallié, Oh… de Philippe Djian raconte l’histoire d’une femme victime de viol quelques semaines avant Noël, et qui jure vengeance sur son agresseur. «Le scénario est très malin et ce sera du pur Verhoeven, érotique et pervers. La comédienne qui sera choisie aura intérêt à être bien préparée», précise Maraval.

    Pour ce qui est de la carrière post-Hollywood du réalisateur de RoboCop et Total Recall, il n’a tourné que deux films depuis l’infâme Hollow Man, sorti en 2000. Il y a d’abord le magnifique drame de guerre Black Book (2006) mettant en vedette une Carice van Houten au charme exquis et, plus récemment, le thriller érotique crowdsourcé Tricked (2012), moyen métrage conceptuel qui a été coscénarisé par des internautes. Un procédé que le cinéaste explique lui-même dans cette bande-annonce :

    GASPAR NOÉ : Le provocateur-esthète français qui ne laisse personne indifférent (Irréversible, Enter the Void) retourne derrière la caméra après un hiatus de cinq ans pour filmer Love, «un mélodrame sexuel» impliquant un homme et deux femmes. Rien de cynique ou d’ironique dans le titre prétend Noé. «C’est une histoire d’amour qui célèbre le sexe de manière joyeuse, assure Maraval. Gaspar a le sentiment que la plupart des films qui portent sur le sexe dans le cinéma traditionnel sont sombres et dramatiques. Celui-ci va vraiment être joyeux… Il dit que c’est un film qui va faire bander les gars et faire pleurer les filles».

    ***

    mc

    NICOLAS WINDING REFN : Le cinéaste danois passionné par le cinéma de genre américain produira le remake (ou prequel, c’est pas encore clair) du classique de série B Maniac Cop (1988) : «Matt Cordel, un ancien officier de police envoyé en prison, se fait agresser par des codétenus pleins de rancune. Il est laissé pour mort. Quelques années plus tard, mu par un désir de vengeance, il assassine les citoyens déguisé en policier…»

    Le projet a d’abord été annoncé en avril 2012, mais rien n’était encore signé. Refn va collaborer à la production avec le réalisateur du film original (qui a généré deux suites), William Lustig. Pour l’anecdote, ce dernier est le neveu du boxeur Jake «Raging Bull» LaMotta, qui fait d’ailleurs un caméo dans Maniac Cop. À noter que le film met en vedette Bruce Campbell de la série des Evil Dead de Sam Raimi, qui lui aussi apparaît brièvement dans Maniac Cop, en plus d’avoir prêté un coup de main pour le tournage d’une scène de parade de la St-Patrick.

    Parmi les autres productions de Wild Bunch citées par Screen Daily, notons Three Memories of Childhood d’Arnaud Desplechin (Rois et reine, Un conte de Noël), «le portrait d’un homme qui revient sur trois périodes de son enfance et de son adolescence qui ont façonné sa vie» ; Blood Father de Jean-François Richet (Mesrine), avec Mel Gibson dans la peau d’un «ancien drogué et prisonnier qui cherche la rédemption en essayant de protéger sa fille qui s’est fait piéger par son copain criminel» ; La vraie blessure, prochain film d’Abdellatif Kechiche qui porte sur un ado franco-tunisien qui désire perdre sa virginité alors qu’il est en vacance en Tunisie, et qui mettra en vedette Gérard Depardieu, a-t-on appris mercredi.


    • Consolons-nous. Il n’y aura au moins jamais de suite à Showgirls.

    • “When a cop turns killer, you have the right to remain silent. Forever”.
      lol

      J’ai vraiment hâte de ne pas voir ce film avant qu’il passe un dimanche après-midi pluvieux sur une chaîne télé spécialisée dans les films poches et vintages. Mettons que j’ai hâte à 2025.

    • Spring Breakers 2, aucun doute que ce sera de la grosse merde. Déjà, la réussite du premier tient du miracle, je serais bien surpris qu’on puisse le reproduire.

    • Bonjour,

      juste regarder le trailer plus haut et on a envie de vomir.

      Le ”héros” est le genre de type que j’emmurerais vivant dans une cave abandonée et basta. On passe à un autre appel.

      Pour ce qui est des bikinis on en a vu l’été dernier à la plage ici à Québec, juste un corde avec un cache-sexe devant. Tout le monde (ou presque) ont ri des filles et tout le monde a pris pour des prostituées. Faut croire qu’il y en a qui n’arrive pas à faire la distinction entre la réalité et la fiction!

    • “Le milieu du trafic de drogue cèdera sa place à celui de la religion, alors qu’un groupe de fêtards vont passer leur semaine de relâche à «combattre une secte de militants chrétiens extrémistes qui essaie de les convertir».”

      Ouf! Cet aspect (religion) avait déjà été abordé en surface dans le 1er et c’était très bien ainsi. Mais un combat contre une secte extrémiste durant le Spring Break, vraiment?

      Le 1er m’a agréablement surpris, mais ce second volet promet d’être horrible avec une telle intrigue!

      —–

      “«Matt Cordel, un ancien officier de police envoyé en prison, se fait agresser par des codétenus pleins de rancune. Il est laissé pour mort. Quelques années plus tard, mu par un désir de vengeance, il assassine les citoyens déguisé en policier…»”

      Il assassine des citoyens pour se venger de l’agressession de ses co-détenus?!?!? Ouach, à nouveau : quelle intrigue/synopsis bidon!!!

      Je seconde mephistau : un dimanche après-midi en 2025…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    août 2014
    L Ma Me J V S D
    « juil    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité