Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 16 janvier 2014 | Mise en ligne à 16h45 | Commenter Commentaires (25)

    L’Holocauste vu par Alfred Hitchcock

    3133691

    Un documentaire sur l’Holocauste qui a bénéficié de la participation d’Alfred Hitchcock est en cours de restauration, et sera présenté au début de l’année 2015 pour coïncider avec les 70 ans de la libération de l’Europe, rapportait Screen Daily en novembre. La nouvelle, agrémentée de nouveaux détails, a été reprise vendredi dernier par The Independent.

    L’idée que le maître du suspense, connu pour ses films de genre sophistiqués et divertissants, se soit frotté à une des grandes abominations de l’histoire, a certes de quoi intriguer. Les camps de la mort et les chambres à gaz ; on est à mille lieues des panoramas idylliques du Monte-Carlo de To Catch a Thief, ou même de la salle de bains de Psycho.

    Réalisé en 1945 d’après des images tournées par des caméramans des armées britannique et soviétique dans le camp de Bergen-Belsen, le film avait comme objectif principal «de rendre impossible aux Allemands la capacité de nier les atrocités» qu’ils ont commises durant la Seconde Guerre mondiale. La production a cependant connu des délais importants, et le film ne fut en fin de compte jamais distribué, question de ne pas «interférer avec le climat post-guerre», peut-on lire sur cette page de PBS.

    Selon le réalisateur du documentaire, Sidney Bernstein, le rôle de Hitchcock consistait à offrir des conseils quant à l’assemblage des images, et de les situer plus facilement dans l’espace. Il a aussi insisté pour insérer plusieurs plans d’ensemble afin de prouver que les horreurs dépeintes n’ont pas été mises en scène. «Nous devons essayer d’empêcher les gens de penser que tout cela a été truqué», a-t-il clamé.

    Hitchcock a passé environ un mois à travailler sur le projet, dans les Pinewood Studios, près de Londres. Le légendaire cinéaste a été tellement traumatisé par les atrocités qu’il voyait défiler devant ses yeux, qu’il a requis une pause d’une semaine afin de se remettre de ses émotions, selon le témoignage d’un caméraman britannique fraîchement revenu d’Allemagne. Hitchcock a refusé d’être payé pour son travail.

    Un documentaire connexe au projet de restauration, intitulé Night Will Fall, sera réalisé par André Singer, un des producteurs de The Act of Killing, et sera supervisé par Stephen Frears (Philomena). Le long métrage examinera «l’histoire extraordinaire» entourant la réalisation et la suppression du film exhumé, dont cinq bobines ont été retrouvées dans l’Imperial War Museum à Londres dans les années 1980, et dont une version partielle a été projetée au Festival de Berlin en 1984, avant d’être diffusée par PBS en 1985 sous le titre Memory of the Camps.

    La nouvelle version a été numériquement restaurée et inclut la sixième et dernière bobine, qui n’a jamais été présentée au public. Le texte de la narration, qui a été écrit par le futur ministre du Labour Party Richard Crossman, et lu par l’acteur Trevor Howard, demeurera intact, mais sera réenregistré par une voix contemporaine. Le montage, fait en bonne partie par Stewart McAllister, collaborateur régulier du réputé documentariste de guerre Humphrey Jennings, que Lindsay Anderson (If…., O Lucky Man!) considérait comme «le seul véritable poète du cinéma anglais», ne devrait pas être trop manipulé.

    Une certaine angoisse entoure la sortie du documentaire. On peut lire dans l’article du Independent que certaines images des camps sont «aussi surréalistes que des peintures de Hieronymus Bosch», et que le commentaire audio fait état à un certain moment de «touristes» visitant une «chambre des horreurs». On cite également une entrevue datant de 2011 avec le cinéaste allemand Volker Schlöndorff (Le tambour), qui rappelle une discussion à ce sujet avec Billy Wilder, qui a réalisé le court métrage documentaire Death Mills (1945), premier film américain à montrer les atrocités des nazis telles que documentées par les Alliés.

    Ils [les Allemands] ne pouvaient tenir le coup. Wilder m’a dit que des gens ont quitté la salle de projection ou ont fermé les yeux. Ils ne voulaient pas voir. Ils se sont rendus compte qu’il était presque insupportable de voir ces images, qu’elles étaient presque indécentes pour les victimes ou pour les personnes liées aux victimes.

    Dans les années qui ont suivi, Wilder demeurait perplexe quant à la valeur réelle et l’utilité de son film, et se demandait s’il avait vraiment contribué à «ré-éduquer la population civile allemande par rapport à ce que leurs dirigeants avaient fait en leur nom».


    • Voyeurisme malsain sur une époque archi connue et apprêté à toutes les sauces historiques. Même si les faits rapportés sont réels, est-il pertinent de toujours les ressasser? A la longue cela devient de la morbidité à bon marché. Que Hitchcock ou autres ait participé de quelques façons que ce soit à ce film n’est pas en soi une preuve de génie. Je ne crois pas à la pertinence d’étaler pour la énième fois ici ou ailleurs de telles cruautés commises par l’homme envers l’humanité toute entière.

    • @vlrglqqf

      Ben oui, à quoi Hitchcock pensait-il en ressassant pour la enième fois la même vieille histoire en 1945…

      Sérieusement, tu as personnellement regardé combien de documentaires et de film sur la Shoah? Et pourquoi cette apparente révulsion à le pensé qu’il va y en a voir bientôt un autre sur le marché? Il y a un danger réel que tu sois forcé contre ton gré de le regarder? Ou bien crois-tu sincèrement que cette nouvelle offrande cinématographique va d’une façon ou d’une autre affecter négativement la société?

    • Une époque archi connue, vous y croyez vraiment? Oui, en disant 2eme Guerre Mondiale à peu près tout le monde entend “camp de concentration”, mais à part quelques images de four crématoire et de Juifs squelettiques bien ancrées dans notre culture, peu de personne connaissent les faits que recouvre ces images. La Shoah n’est plus qu’une image lointaine, envers laquelle nous n’avons plus du tout la même déférence qu’auparavant. Franchement, dénigrer un tel documentaire, des images d’archive de surcroît, Hitchcock ou pas, c’est plus malsain que le “voyeurisme” que vous y voyez.

    • @vlr,

      Il semble qu’il vaille mieux continuer à documenter et diffuser les faits de cette grande guerre puisqu’il semble que les jeunes ne savent même pas ce qui s’est déroulé en ces temps horribles.

    • “La production a cependant connu des délais importants, et le film ne fut en fin de compte jamais distribué, question de ne pas «interférer avec le climat post-guerre»,”

      Lire: la chasse aux nazis était beaucoup moins importante
      que la chasse aux communistes et on avait besoin
      des premiers pour combattre les seconds!

    • A 51 min dans le documentaire, Hitchcock dit que 4 millions d’hommes de femmes et d’enfants sont morts à Auschwitz.

      Sur le site OFFICIEL du Musée commémoratif d’Auschwitz, on parle de 1,1 million. Qui dit vrai?

      http://en.auschwitz.org/m/

      History
      . More than 1,100,000 men, women, and children lost their lives here.


      Saviez-vous que René Lévesque était dans la 2e jeep qui est rentrée à Dachau?

    • En 1945, personne ne voulait savoir. On était trop occupé à oublier et à vouloir se protéger de la menace Soviétique, de faire des méchants allemands nos nouveaux alliés. Les survivants de l’holocauste cachaient leur histoire car ils ne voulaient pas que leur statut de victimes les stygmatise. Beaucoup ont immigrés aux États-Unis et au Canada (beaucoup à Montréal) et ont tenté du mieux qu’ils le pouvaient de reconstruire leur vie. Ce n’est que des décennies plus tard, dans les années 80, que l’on a commencé à écouter ce que tous ces gens avaient à dire.
      Bravo à Mr. Hitchcock qui à voulu diffuser la vérité en 1945, j’ai bien hâte de voir son point de vue révolté, pressé d’apporter cette nouvelle au monde, essayant d’en montrer le plus possible.

    • @nousnoune

      Le camp d’Auschwitz a été atteint par l’Armée Rouge en premier en janvier 1945. Les américains et les britanniques n’ont mis les pieds dans le camp qu’après la guerre, fin 1945. Entre temps, les russes avaient estimé que 4 millions de personnes étaient morts dans le camp, ce qui est probablement le chiffre qui a été donné à Hitchcock lors de son tournage.

      Néanmoins, très rapidement, les historiens vont se rendre compte que le chiffre de 4 millions a été “gonflé” par la propagande soviétique et qu’en réalité, ce fut probablement autour de 1 à 1,3 millions de morts, et le chiffre de 1,1 million est celui communément admis depuis les procès de Nuremberg en 1946.

      http://www.phdn.org/histgen/auschwitz/bilan-auschwitz.html

    • @nounousne

      De toute évidence, les historiens qui ont eu plus de 60 ans pour affuter leur nombres vont être plus précis et mieux documenté que ceux qui estimaient à chaud et sous le coup de l’émotion en 1945 à peine quelques semaines après les faits!

      On a réalisé assez tôt que plusieurs millions de juifs étaient disparus et c’était probablement tentant d’en attribuer une trop grosse part à Auschwitz, c’est un symbole puissant.

      La vérité c’est que ’seulement’ environ la moitié des 6 millions de victimes juives des nazis sont mortes dans des chambres à gaz. L’autre moitié est mortes dans des camps de concentrations ‘ordinaires’, des camps de travails au conditions de vie inhumaines, des ghettos ou la famine et la maladie régnaient, fusillés sur le bord d’une route par des SS ou derrière un hangar après un procès sommaire etc. Notons qu’environs 6 autres millions d”indésirables’ (gypsies, slaves, gays, communistes, opposants politiques, etc.) sont morts de cette façons alors ça devenait probablement très difficile d’évaluer qui est morts comment sans faire des enquêtes de moines qui ont duré des années et demeurent approximatives.

      Je n’en tiendrais pas rigueur à Hitchcock et son équipe qui travaillaient dans l’urgence, c’est justement ce qui doit rendre le documentaire intéressant. Je vais y jeter un coup d’oeil en fin de semaine.

    • @droopy

      Pourquoi après avoir tué 1,1 million d’ëtres humains, dans des conditions aussi horribles,
      les Nazis ont-ils abandonné 7000 prisonniers aux Soviétiques à Auschwitz? Autant de témoins genants?

    • C’est un devoir de renfoncer régulièrement le nez de l’humain dans sa propre merde.

    • @nousnoune
      La rapidité de l’avance russe est le principal facteur expliquant que les nazis n’aient pas eu le temps d’effacer toutes les traces du camp d’Auschwitz.

      À l’été 1944, l’armée rouge lance l’opération Bagration et déferle à travers la Biélorussie et l’Ukraine, atteignant la Vistule au mois d’août. Ils sont alors à moins de 200km du camp. L’armée allemande parvient à se rétablir et stoppe les russes au début de l’automne. Les nazis décident alors de détruire le camp progressivement. Les archives sont détruites en octobre, le dynamitage des chambres à gaz à lieu en novembre et les déportés sont transférés par des “marches de la mort” vers d’autres camps situés plus à l’ouest. Les nazis pensent pouvoir finir d’évacuer le camp et le détruire complétement pour février.

      Sauf que l’armée rouge décide de lancer une offensive d’hiver (Opération Vistule-Oder) le 12 janvier 1945 et prend l’armée allemande par surprise. Cette dernière s’effondre et les russes parcourent les 200 km entre le front et Auschwitz en très peu de temps. Les nazis décident d’évacuer en urgence le 19 janvier 1945. Dans la confusion, plusieurs détenus arrivent à s’évader ou à se cacher dans le camp.

      Lorsque l’armée rouge atteint le camp le 27 janvier, il ne sont effectivement plus que 7 000 déportés environ. À cette date, les SS ont quitté le camp depuis presque une semaine.

    • En tous cas, pour nous, qui vivons à l’ère où les médias sont omniprésents, il est difficile de concevoir que de tels actes de barbarie se soient déroulés à l’insu du reste du monde.

    • J’ai lu la nouvelle hier, ça rejoinds deux de mes intérêts, le cinéma
      (Hitchcock) et l’histoire (la seconde guerre). À vous lire tous le
      sujet passionne aussi !

      @dr_strange
      Oui mais l’homme n’as rien appris puisqu’il y a eu les massacres
      en ex-Yougoslavie, le Rwanda, etc. (j’en oublie) Sans omettre
      ceux qui sont à venir, malheureusement…

      @walt68
      Encore là nous sommes au courant de ce qui se passe en Syrie
      et en Centre-Afrique mais y a-t-il des manifestations pour autant,
      de vrais gestes (si peu) pour aider ces gens, je ne crois pas…

    • Pour visionnement sur le site de PBS :

      http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/camp/view/

      Durée totale 57:38.

      Pour nousnoune ce n’est pas Hitchcock qui est le narrateur, il s’agit de Trevor Howard, le script lui est écrit par Colin Wills.

      Hitchcock est un conseiller ”treatment advisor”, le rôle est expliqué plus haut dans le texte t le nom du réalisateur donné aussi.

      Mais bon, si c’est par la participation d’Hitchcock qu’on s’intéresse au documentaire, il n’y a pas de mal à cela.

    • @nounsnoune

      Dans le cas d’au moins un camp je me rappelle l’anecdote que les SS exécutaient les prisoniers avant d’evacuer mais qu’ils ont manqué de balles alors ils ont laissé quelques milliers de prisonniers derrière eux parce que courir après avec des bayonettes aurait probablement pas été une super idée. Me rappelle plus lequel mais c’est le camps qui est libéré par la fameuse Easy Company du 506th régiment du la 101e division des airborne rendu célèbre par la série Band of Brothers de HBO. Donc même dans les camps où ils n’ont pas été pris de vitesse, les nazis ont laissé beaucoup de témoins et preuves.

      Ça a l’ai de rien, mais les balles sont une ressources; limités!

    • @-55-
      Il y a longtemps que j’ai vu la série mais après un peu de recherche
      le camp que l’on voit dans la série est celui de la ville de Landberg am Lech
      au sud de l’Allemagne. Je crois que c’est dans cette épisode où l’on voit
      les gens de la ville (voisine au camp) qui sont forcés de creuser des tombes
      pour les morts des camps.

      Je m’éloigne un peu mais il y a aussi la série « The Pacific » qui est excellente
      aussi. Elle complète bien « Band of brothers ». Sans oublier le « The War »
      du documentariste Ken Burns. À voir absolument (même si le point de vue
      est surtout américain).

    • Les politiques nazies visaient non seulement les Juifs, mais aussi les Polonais, les Slaves, les Gitans, les Serbes, les homosexuels, les Handicapés ainsi que tous les individus au teint foncé:

      https://en.wikipedia.org/wiki/Racial_policy_of_Nazi_Germany

      Seulement les autres peuples qui sont aussi morts par millions (11 000 000) eux aussi dans les camps Nazis on en entend jamais parler.

      Et pourquoi cette hiérarchie des génocides ? :

      Ceux qu’on rappelle constemment d’une part et ceux qu’on ignore systématiquement d’autre part ?

      Régime Soviétique 1932-33:
      2,582,000 morts

      Congo 1885-1908:
      8,000,000 morts

      Populations civiles non-Juives, deuxième guerre mondiale:
      11 000 000 morts

      La liste complète est ici:

      https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_genocides_by_death_toll

    • Quand on fait un film sur les misères humaines, c’est presque toujours un film sur l’Holocauste ou sur le racisme aux États-Unis.

      Ça devient blasant à l’extrême, et de moins en moins efficace pour combattre le racisme ou l’anti-semitisme.

    • Je pense que de faire revivre un ancien documentaire peut avoir un intérêt certain car la vision de ces évènements à l’époque n’est certainement pas la même que maintenant. Voir les choses d’un autre point de vue n’est jamais une bien mauvaise chose, même pour un fait historique aussi sombre et triste.

      Ceci dit, le documentaire “Death Mills” je n’ai pas pu le regarder au complet; j’ai jamais vu autant de cadavres de ma vie en si peu de minutes! Non, vraiment c’est dégoutant. On pense imaginer le pire mais je ne peux pas concevoir devenir insensible à la vue d’autant de cadavres empilés et éparpillés PARTOUT…

    • @cinefilm

      Oui, c’est dans cet épisode qu’il y a cette scène. Assez puissant. Je viens juste de l’avoir pour Noël.

      C’est sûr que je vais regarder The Pacific, maintenant!

    • @lecteur_curieux

      C’est vrai ce que vous dites mais ca ne change rien à l’erreur: soutenir qu’il y a eu 4 millions de morts à Auschwitz alors que c’est 1,1 million, c’est toute une erreur.
      Le film a été diffusé en 1985! Peux pas croire qu’on n’a pas corrigé l’énorme gaffe.

    • @nousnoune

      Franchement que ce soit 1.1, 1.3, 2.0 ou 4.4 millions de morts… peu importe c’est tout simplement atroce… C’est 1.1M de trop tout simplement

      Je ne peux pas croire ce que je lis….

    • @nousnoune
      Le film a été diffusé en 1985, mais il a été tourné en 1945. La pièce d’histoire, dans le cas présent, est tout autant le sujet que le film lui même. On ne retouche pas la voix du narrateur, tout comme on ne retouche pas les discours ou les films tournés durant la seconde guerre mondiale.

      Et le narrateur présente ce qu’on pensait peu après la fin de la guerre, c’est à dire que 4 millions de personnes avaient été tué à Auschwitz. Il est apparu, peu après, que ce premier bilan étant en fait nettement exagéré (propagande soviètique) et que le vrai chiffre se situe autour de 1,1 million.

      Ce documentaire donne un très bon apercu de la perception que l’on pouvait avoir à l’époque de cet événement. Juste pour cela, il est très pertinent de le laisser tel quel, même s’il présente ce que nous savons être aujourd’hui une erreur factuelle.

    • @-55-
      Vous allez peut-être trouver la série « Pacific »plus centré sur les personnages
      que sur les conflits comme tel. « Band of brothers » avait large à couvrir avec
      ce qui se passait en Europe.

      ————————–

      Pendant longtemps, avant que je m’ intéresse à la WWII, je pensais que ce
      qui s’était passé en Asie était à une époque différente. (je mélangeais avec
      la guerre de Corée) Puisqu’on parle chiffre et nombre de victimes il m’as toujours
      semblé que le Japon avait fait plus de morts en Asie que ce que l’Allemagne
      avait pu faire avec Hitler. Le Japon a aussi fait des expériences sur des humains
      et elle a aussi utilisé des armes chimiques.

      Pour en revenir à Hitchcock il serait intéressant de savoir ce qu’il pensait
      de cette guerre étant donné qu’il avait fait ses débuts, en partie, dans les célèbres
      studios de la UFA à Berlin…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    avril 2010
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité