Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 18 novembre 2013 | Mise en ligne à 15h45 | Commenter Commentaires (4)

    Interlude musical : Funeral Canticle, de Sir John Tavener

    John-Tavener-010

    Dès les premiers instants de The Tree of Life, un chœur de voix semblant provenir de l’au-delà s’empare de votre coeur et réchauffe votre âme. Il s’agit en fait d’un cantique funèbre signée Sir John Tavener, qui nous présente une vision éthérée de la mort des plus sereine et, oserait-on dire, accueillante.

    Le compositeur britannique, accablé par de graves problèmes de santé la majeure partie de sa vie, est décédé mardi dernier dans le sud de l’Angleterre à l’âge de 69 ans. Anobli en 2000, et lauréat d’un Grammy deux ans plus tard, il fut l’une des plus grandes figures de la musique classique du 20e siècle.

    Influencé dans sa jeunesse par les avant-gardistes tels Stravinsky et Messiaen, Tavener s’est converti dans les années 1980 à la musique sacrée suite à son entrée dans la religion grecque orthodoxe. Résumé de ses «hits» dans la nécro du Monde :

    Parmi ses œuvres les plus connues, le choral a cappella d’après William Blake, The Lamb, écrit en 1982 et devenu un populaire chant de Noël. Mais aussi The Song for Athene (1993), joué aux funérailles de Diana, en 1997. […]

    Son premier succès public, John Tavener l’a connu à 24 ans avec sa cantate dramatique The Whale, tirée de l’Ancien Testament, créée en 1968 et enregistrée pour le label des Beatles, Apple Record, sous l’impulsion de John Lennon et plus encore de Ringo Starr en 1970. […]

    Le Monde poursuit: «Tavener est souvent comparé à l’Estonien Arvo Pärt, dont il partage l’inspiration mystique et contemplative: une musique lente et introspective, essentiellement vocale, qui utilise un langage peuplé de grands accords consonants, de longues tenues et superpositions sonores, avec un soprano “planant”».

    Étrangement, tandis que l’oeuvre de Pärt s’est imposée dans le paysage cinématographique, en particulier au cours de la dernière décennie (de Fahrenheit 9/11 à The Insider et There Will Be Blood, en passant par Les invasions barbares), celle de Tavener est quasi absente du grand écran, à l’exception notable de Children of Men et de l’ambitieuse fresque de Terrence Malick.

    > L’ultime entrevue de Sir John Tavener, qu’il a accordée quelques jours avant sa mort, est disponible sur le site du Telegraph.


    • Magnifique, merci Jozef ! Je trouve toujours un peu triste de découvrir des artistes
      (ou des créateurs de toutes sortes) au moment où ces derniers viennent de mourir…

    • Je viens de voir l’extrait. Je le situe maintenant. J’avais plus apprécié sa musique que le film de Malick, finalement.

      Une musique tellement “planante” qu’on oublie d’où elle provient. Un “classique”, qu’on saura sûrement apprécier, plus tard avec les temps, comme les autres.

    • There will be blood et sa musique géniale = surtout grâce au travail de Jonny Greenwood (de Radiohead) et non pas Arvo Pärt – malgré que l’Estonien produit de la musique de rêve…

    • @bimboom

      À noter tout de même que la trame sonore de “The Tree of Life” est signé Alexandre Desplat. M. Tavener lui a composé les choeurs. Celà-dit, revoir cet extrait avec ces chants… Ouf, j’ai des frissons.

      http://en.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Desplat

      Je dois définitivement revoir le film bientôt.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    juillet 2014
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité