Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 6 juin 2013 | Mise en ligne à 14h00 | Commenter Commentaires (88)

    After Earth accusé de prosélytisme scientologique

    afterearth1220201212

    Le nouveau film mettant en vedette Will Smith et son fils Jaden a fait couler beaucoup d’encre depuis sa sortie, vendredi dernier. Et ce n’est pas très joli. On a d’abord fait grand cas du fait que la supervedette a connu avec After Earth son pire premier week-end d’exploitation au box-office depuis 20 ans. Le public a d’ailleurs pour une rare fois suivi l’humeur de la critique qui, fidèle à son habitude, a de nouveau démoli une tentative de M. Night Shyamalan de regagner la respectabilité d’antan – le Wall Street Journal allant jusqu’à demander s’il ne s’agit pas du «pire film jamais fait». La stratégie du studio Sony Pictures de voiler autant que possible la participation du réalisateur déchu s’est en fin de compte avérée vaine.

    Ces problèmes d’ordre artistique et commercial, aussi significatifs soient-ils, ne constituent cependant pas la principale cause de toutes ces clameurs engendrées par After Earth, production de 135 millions $ basée d’après une idée de Will Smith. Ce qui fait surtout jaser ce sont les accusations de prosélytisme en faveur de l’Église de Scientologie, qui se présenterait de manière plus ou moins subtile à travers ce récit d’un fils de militaire embarqué dans une aventure périlleuse sur une Terre du futur hostile et abandonnée par l’humanité. Une revue de presse montée par The Hollywood Reporter cite plusieurs observations faites par des critiques établis, avant de résumer une analyse publiée sur Reddit avant même la sortie du film:

    Le dialogue

    Dans la remorque, le personnage de Smith, Cypher, dit à son fils, Kitai, «La peur n’est pas réelle. Elle est un produit des pensées que tu crées… Le danger est très réel. Mais la peur est un choix.» Une version condensée de cette réplique a été utilisée dans la promotion du film. Cette notion correspond à la croyance de la Scientologie que les pensées négatives sont le produit de mémoires collectives traumatiques. Surmonter la peur et le doute – à savoir devenir «clair» – est l’élément central de la scientologie.

    Le volcan lui-même

    Un volcan, une image centrale dans la religion, a fait la couverture de Dianetics depuis des années. Dans la bande-annonce d’After Earth, on en voit un en bonne position en arrière-plan.

    La forme de l’engin spatial

    Les engins spatiaux dans After Earth ont des gouvernails, ce qui suggère un croisement entre un prédateur sous-marin et un avion de ligne. La Scientologie croit que des vaisseaux spatiaux en forme de DC-8 ont été utilisés pour transporter des milliards d’extraterrestres sur Terre, alors connus comme des «Teegeeack», sous le règne de Xenu, un dictateur galactique.

    Les costumes

    L’uniforme blanc porté par Cypher, un membre des Rangers Corps dans le film, une organisation paramilitaire d’élite, n’est pas sans rappeler les uniformes portés par les membres de la Sea Org, ou l’équivalent maritime de la Scientologie.

    La présence de la figure du volcan a également été notée à la fin de cet excellent compte-rendu publié sur Vulture, et a été décortiquée plus en détail par Marc Headley, un ex-membre haut gradé de l’Église. Il écrit dans une tribune du Hollywood Reporter :

    La finale du film se déroule sur un volcan qui pourrait avoir été arraché de la couverture de Dianetics, l’apparence est très similaire. En Scientologie, le volcan est un fil conducteur à travers de nombreux enseignements. Cette image a été utilisée non seulement sur ​​la couverture de Dianetics, mais a également été utilisée dans de nombreuses publicités télévisées de la Scientologie au fil des ans.

    Ensuite, vous avez le seigneur intergalactique Xenu qui, de connivence avec les psychiatres de l’univers, a emprisonné des millions d’âmes, les a gelées et les a ensuite déversées dans – vous l’aurez deviné – les volcans de la Terre. De tous les endroits de la galaxie! Cela fait partie de l’enseignement au niveau supérieur de la Scientologie que les membres découvrent seulement une fois qu’ils ont dépensé des centaines de milliers de dollars.

    En gros, After Earth peut être considéré comme une aubaine pour les scientologues en bas de l’échelle! Tous les secrets dévoilés pour le prix d’un simple billet… Mais sérieusement, la Scientologie se marie tellement mal au cinéma (à moins qu’on s’appelle Paul Thomas Anderson). C’en est ridicule. Après Battlefield Earth, qui selon Headley se présentait comme une «introduction» de la religion aux masses, on a droit à un autre «Earth» qui s’est planté royalement.

    Will Smith n’a jamais formellement admis son appartenance à l’Église de Scientologie, mais il a en même temps fondé, avec sa femme Jada (aussi productrice du film), le New Village Leadership Academy, une école professant le Study Technology, technique d’enseignement développée par le fondateur de la secte controversée, L. Ron Hubbard.

    S’il y a une conséquence positive à retirer du flop d’After Earth, c’est qu’il a permis de ramener quelque peu sur Terre (eh oui!) ses principaux artisans à l’ego démesuré. M. Night Shyamalan, dont la carrière est sérieusement compromise, a annoncé mercredi dernier que son prochain film aura comme thème le «pardon» et sera produit avec «un micro-budget, très petit, comme le budget pour le service traiteur du dernier film». Smith, quant à lui, a déclaré mardi qu’il en avait assez des blockbusters pour le moment, et qu’il est à la recherche de «danger dans mes choix artistiques».

    La peur est peut-être bien réelle après tout…

    À lire aussi :

    > Will Smith : «Django n’était pas la tête d’affiche»
    > Will Smith et la science du vedettariat
    > The Master : des scientologues sont «sortis de leurs gonds»
    > L’auteur du pire film de la décennie s’explique


    • Le dialogue sur la peur peut tout aussi bien faire référence à Dune:

      « Je ne connaîtrai pas la peur car la peur tue l’esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l’oblitération totale. J’affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu’elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n’y aura plus rien. Rien que moi. »

    • Si c’était un bon film, probablement que les ressemblances avec la scientologie n’auraient pas autant d’importance (les uniformes?). Mais quand tu donne un os un peu différent aux critiques, généralement, ils vont le ronger jusqu’à la moëlle.

    • Le discours sur «maitriser sa peur» fait partie de toutes les cultures.

      C’est aussi dans Le roi lion et Batman Begins, entre autres.

      La scientologie ne fait que reprendre un paradigme universel.

      C’est une secte qui excelle à utiliser le pouvoir fédérateur du cinéma hollywoodien.
      Les gens qui veulent du pouvoir à Hollywood s’en servent surtout comme d’un réseau social. Une forme sophistiquée des «Chevaliers de Colomb».

      Je suis encore MDR en repensant à Battelfield Earth.

      Et même si les «scientolologues» arrivaient à faire un jour de bons films, ça ne me fera jamais mordre à leur hameçon idéologique.

    • «La Scientologie croit que des vaisseaux spatiaux en forme de DC-8 ont été utilisés pour transporter des milliards d’extraterrestres sur Terre, alors connus comme des «Teegeeack», sous le règne de Xenu, un dictateur galactique.»

      Wow!

    • Belle finale…

      Sinon, je suis certain que le film est très bon. Demander à un critique américain un appréciation de Shyamalan, c’est donner des perles aux cochons.

    • Les films scientologues devraient tous être signés Alan Smithee…

    • @jay_jay
      Wow! en effet…mais c’est pas plus ridicule que ce que la Bible raconte comme histoires comme Moise ou meme Jesus avec ses miracles et sa résurection…wow!

    • Les gens parlent souvent en mal de la scientologie mais ils devraient s’informer avant de dire n’importe quoi. Pour avoir assisté à quelques-unes de leurs réunions je trouve que leurs propos ont beaucoup de sens.

      Ben non, c’est pas vrai, rien à cirer de la scientologie. Par contre c’est vrai que ça semble déranger les gens. Ce n’est pas comme si c’était rare de voir du prosélytisme ou de la propagande dans un film d’hollywood.

    • _renaud

      Pendant 3 lignes, j’ai été terrifié.

    • «La Scientologie croit que des vaisseaux spatiaux en forme de DC-8 ont été utilisés pour transporter des milliards d’extraterrestres sur Terre, alors connus comme des «Teegeeack», sous le règne de Xenu, un dictateur galactique.»

      C’est quand même plus cool que l’Arche de Noé

    • Renaud, mon monde s’est écroulé et il a ressuscité…

    • ”C’est quand même plus cool que l’Arche de Noé”
      …pas d’accord!!!L’arche de Noe c’est cool…Le gros bateau,les couples d’animaux,tout ca…

    • @ lalburez28 Si tu crois pas en Jesus sache qu’apres la mort vient le jugement.
      Tout dans la bible est vrai c’est le livre de Dieu. Ceux qui n’y croient pas sont ceux qui sont reserves pour le chatiment,car ils n’ont pas recus l’amour de la Verite’ pour etre sauves.
      Meme les” arrogants” des derniers temps sont prophetises,sache le!

    • J’ai aussi pensé à Dune; goupil a raison toutefois de relever l’universalisme. Dans ce contexte de SF, c’est la fallacieuse identification du doute à la peur qui semble déranger, qui semble réducteur. Reste que le prosélytisme ne peut être un jugement esthétique pour moi, il ne peut seul servir à dévaluer une œuvre. Saved de Dylan, par exemple, est d’une immense beauté. Vous avez des exemple de films prosélytes valables? Je serais curieux.

    • Le pire c’est que la théorie des extra-terrestres est plus crédible que celle de Noé ou d’Adam et Ève. D’ailleurs on aborde la théorie des extra-terrestres dans le dernier Start Trek (c’est à peu près la seule idée intéressante du film)

      La différence c’est que les théories de Noé et d’Adam et Ève sont encore largement enseignées et admises par une grande partie de la population.

      C’est assez épeurant quand on y pense.

      Et en passant, je ne dis pas ça parce que je crois en la théorie des extra-terrestres. C’est juste que même si on trouve ça absurde, logiquement c’est encore beaucoup moins absurde qu’Adam et Ève ou Noé.

    • Relisez vos gnostiques _renaud, le monde chrétien est parsemé d’extraterrestres, d’Ézéchiel à Dante (non je ne fais pas de prosélytisme).

    • Donc, si j’ai bien compris, la Scientologie c’est comme la bande de ” Rael” mais pour les riches!!! Est-ce que les effets spéciaux sont bons au moins ??? Me fout pas mal de religion.

    • @rafc

      Essayez pas, vous ne m’embarquerez pas dans votre secte. :)

    • C’est mieux pour vous, je m’essaierai avec kurtz au cœur des ténèbres …

    • @lalburez28
      Allons donc. La Bible est certes bourrés d’invraisemblance mais mis dans son contexte historique et social, c’est un livre fascinant que tous aurait avantage à lire et qui est loin d’être ridicule. Que ce soit pour mieux comprendre notre civilisation et autant pour ses beaux enseignements (Jesus et L’adultère par exemple, qui est un ajout du 3e siècle en passant) et ses côté plus sombre (Un peu génocidaire sur les bords, Dieu, par moment! Mais dans quel contexte est-ce que ces passages ont été écrit?)

      @Eternité:
      Tous est vrai dans la bible? Relis dons le Lévitique* pour rigoler. Il va t’aider à décider quel animal égorger et de quel façon pour que Dieu te pardonne différents pêcher. Il va aussi t’aider à prendre des décisions éclairé quand ta fille aura ses règles ou quand tu voudras acheter un esclave. Je veux bien défendre l’importance de la bible mais il faut avouer qu’il y a des passages qui ne valent vraiment rien de mieux que d’en rire.

      *Un de mes livres préféré car il est complètement absurde aujourd’hui et que c’est le seul à condamner sans équivoque l’homosexualité (masculine). En conséquence quand un illuminé cite le Lévitique pour condamner l’homsexualité, tu peux commencer à citer toute les autres absurdités écrites dans ce livre comme contre argument!

    • @ccdupras

      Les effets semblent beaux. La prémisse du film est intéressante également. Et même si Shyamalan se fait beaucoup critiquer dernièrement il a toujours l’habitude de développer des idées intéressantes dans ses films.

      Par contre dans ce cas-ci la question c’est de savoir si Will Smith a voulu imposer ses idées. Si c’est le cas ça risque d’être la catastrophe annoncée.

    • @-55-

      Pour du contexte historique et social je préfère les manuels d’histoires. Pour comprendre notre civilisation je préfère de loin Molière et Shakespeare.

      Pour les leçons de vies et les enseignements, j’irais plutôt du côté de La Fontaine.

    • Drètte en sortant du film, j’ai justement expliqué tout ça à ma tendre épouse. Le volcan, Xenu, les âmes, le sea org et tout le touin-touin…

      Comme j’ai eu ma “passe” lecture de SF, j’ai bien dû lire une quinzaine de L. Ron Hubbard (sans devenir membre de la secte, bien entendu) et j’ajoutes à la liste Oblivion dans la catégorie “films scientologiques non-subtiles. Mais pratiquement tous les rôles de Tom Cruise depuis au moins 20 ans (à part quelques exceptions) vont totalement dans la veine scientologique. Il a les rôles types de l’homme libéré de la peur qui accomplit un destin fabuleux en défaisant le Mal.

      C’est exactement ce que prône cette philosophie à deux ronds.

      Or, il se trouve que la peur est essentielle à la survie. Un type sans peur va aller devant un danger avec insouciance. Et va plus souvent qu’autrement en crever. On parle ici d’un vrai danger. Le type qui a peur doit aller au-delà de celle-ci pour vaincre. Mais cette peur le rend prudent et inventif. Il trouvera des solutions pour vaincre le “monstre” au lieu de bêtement l’affronter sans aucune préparation…

      Anyways…

    • @ rafc

      Merci rafc d’avoir songé à mon recrutement, mais je préfère me complaire dans mon paganisme, lequel proscrit entre autres choses les prequels, les lunettes 3D et les films de Michael Bay.

    • Et puisqu’on fait dans l’ironie ce soir, il me vient à l’esprit qu’un film comme Zero Dark Thirty a probablement cause plus de brainwash que tous les navets scientologistes réunis…

    • “Il a les rôles types de l’homme libéré de la peur qui accomplit un destin fabuleux en défaisant le Mal. ”

      C’est le scénario d’à peu près tous les films hollywoodiens depuis toujours: est-ce que les Scientologues ont voyagé dans le temps pour diffuser en douce leurs idées dans toute l’histoire du cinéma? Frightening…

    • bref `a regarder en dvd à la fin aout après s etre saoulé à la sangria

    • Vous savez l’impression que la lecture plus haut me donne ? Que c’est l’inverse… C’est-à-dire que ce serait la Scientologie qui s’inspire de la science-fiction ou à la limite du fantastique et autres contes et légendes… Puis Raël aussi de même que Richard Glenn…

      C’est pas parce qu’une religion a recours à la mythologie et autres fictions que le cinéma doit se sentir coupable de le faire… Mais, il faudrait creuser plus loin…

    • Puis c’est exactement cela … L. Ron Hubbard, le fondateur est un auteur de science-fiction au départ…

      http://fr.wikipedia.org/wiki/L._Ron._Hubbard

    • C’est uniquement mon opinion bien sûr, mais Shyamalan a produit un seul film vraiment bon au punch inimiatable: The Sixth Sense. J’ai été déçue de tous les autres sans exceptions. De bonnes idées, oui, avec une certaine atmosphère, mais gâchées par des scénarios très ordinaire. Et même dans the Sixth Sense, sans le punch géant de la fin, ce serait aussi un scénario très ordinaire.
      J’ai cessé de m’intéresser à ses films après “The Village”, après plusieurs déceptions.

    • « La religion est l’opium du peuple » – Karl Marx

    • J’ignorais que la scientologie croyait que des vaisseaux spatiaux en forme de DC-8 avaient été utilisés pour transporter des milliards d’extraterrestres sur Terre, alors connus comme des «Teegeeack», sous le règne de Xenu, un dictateur galactique.
      Malgré mon pseudo je préfère encore m’agenouiller devant sa sérénissime sainteté Raël ou même Jésus, Bouddha, Yahvé, Allah et Tralala.

    • @eternite

      “Tout dans la bible est vrai c’est le livre de Dieu. Ceux qui n’y croient pas sont ceux qui sont reserves pour le chatiment,car ils n’ont pas recus l’amour de la Verite’ pour etre sauves.”

      C’est la Bible qui dit ça ou c’est votre souhait personnel? Je suppose que par châtiment vous entendez l’enfer. Que penseriez-vous d’un pays où on condamnerait à la torture tout ceux qui ne croient pas en la Bible? Vous trouveriez ça normal? Vous vous proposeriez comme bourreau? J’aime autant pas ne tenter d’imaginer à quoi vous condamneriez un assassin…

      Si ce que vous appelez “vérité” implique d’accepter que des innocents soient condamnés à l’enfer avec les meurtriers juste à cause de leur scepticisme face à ce “dieu d’amour”, somme toute assez peu convaincant, je ne suis pas intéressée. En ce qui me concerne, je juge les gens sur leurs paroles, leurs actes et leurs écrits.

    • @Renaud

      Parce que c’est un où l’autre?

    • À lire le commentaire d’eternite je préfère encore la dianétique…

    • «La peur n’est pas réelle. Elle est un produit des pensées que tu crées… Le danger est très réel. Mais la peur est un choix.»

      Cette phrase est sournoise et culpabilisante. On ne combat pas la peur en la niant ni en prétendant qu’elle est un choix mais en l’identifiant honnêtement et en s’efforçant de la surmonter.

    • Qu’il y ait une promotion de la scientologie dans le film, à part pour en faire une petite analyse amusante, je m’en fous pas mal. Combien de films utlisent leur produit pour passer un message religieux quelconque? À peu près tout les films de Disney véhiculent un message judéo-chrétien. E.T., version extra-terrestre de Jésus. Les films de Narnia véhiculent le message catholique. Quels autres films à message religieux? What dreams may come, Contact, The Apostle, Signs, 2012, The Truman Show, The book of Eli, The Village, The Matrix, Powder et Life of Pi pour ne nommer que ceux là.

      Le cinéma, comme l’art en général, a toujours été utilisé pour véhiculer certains messages religieux ou philosophique. Donc, il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

      Si le film est réussi, le message n’est qu’une couche supplémentaire qu’on peut s’amuser à analyser mais à ça ne veut pas dire que cela va agir comme un élément de conversion à une religion quelconque, comme la scientologie.

      On dirait que After Earth, tout comme Battlefield Earth, a grandement déçu les critiques et c’est dans ce genre de moment, qu’ils attaquent l’ensemble de l’oeuvre.

      Quant à Shyamalan, il fait de bons et de mauvais films. Sixth sense, Lady in the water, Unbreakable et même Signs avaient de belles qualités alors que The Happening, The Village et The last airbender étaient inssuportables! La bande-annonces de ce After Earth me donne l’impression qu’il tombera dans la deuxième catégorie, malheureusement.

    • @ 55
      Lire la bible est une chose facile mais la comprendre c’est tres different.Tu sembles meles la lois de Moise et la Salut en Jesus. En effet Dieu condamne l’homosexualite (homme ou femme) il l’a d’ailleurs demontre par la destruction de Sodome et Gomorre.Il a detruit ses 2 villes parce qu’il n’y avais pas un seul JUSTE et pour que cela serve de temoignage dans le futur.
      Tous les peches sont condamnes par Dieu ! L’adultere etait condamnable par lapidation sous la loi de Moise .Mais Jesus a protege’ la femme adultere de la lapidation et lui as dit va et ne peche plus. Nous ne sommes plus sous la loi mais sous la Grace de Dieu.

    • Pour Adam et Ève, il ne faut surtout pas faire une lecture intégriste, créationniste de la Bible, c’est ne rien y comprendre.

      Il faut en faire une lecture interprétative, une lecture herméneutique.

      Adam et Ève ce n’est pas une théorie, nous ne sommes pas dans la science et ce n’est pas réellement l’origine du monde, il s’agit du mythe fondateur du peuple hébreu, une parabole encore une fois avec des enseignements. Si vous lisez bien, vous pouvez vous rendre compte que les auteurs n’excluent pas la présence d’autres êtres humains sur Terre à ce moment là hors du fameux jardin d’Eden. Même si on semble se contredire… Ces contradictions ne sont pas importantes, il s’agit de croyances et d’une histoire à raconter aux Hébreux.

      Ensuite, la Bible ce n’est pas un livre ce sont plusieurs livres. Mais ce n’est pas notre domaine…

      Allez lire un bibliste comme Sébastien Doane sur le web et cela pourrait enrichir votre savoir.

    • @eternite

      La bible c’est tout et son contraire. Dans l’ancien testament Dieu est un dieu vengeur qui puni ceux qui ne suivent pas ses enseignements et récompense ceux qui suivent sa voie avec des richesses, une descendance nombreuse etc…

      Dans le nouveau testament Dieu est plutôt du genre cool qui pardonne tout et qui condamne la richesse.

      Dans l’ancien testament être riche c’est un cadeau de Dieu et dans le nouveau tu vas brûler en enfer pour la même richesse. On vient qu’on ne le sait plus.

      Le but de l’ancien testament c’est de faire peur en présentant Dieu comme un être puissant et vengeur tandis que le but du nouveau testament c’est que les gens sentent mal et coupable.

      Par contre les deux testaments ont quelque chose en commun. C’est toujours écrit dans le but d’asservir.

    • Pour Marx… Bien les marxistes avec leur idéologie en ont fait une quasi-religion. La même chose pour le conservatisme et l’ultra-libréalisme économique.

      On dit religion mais en fait c’est comme plus haut, une lecture fondamentaliste, les intégristes qui font de leurs croyances des dogmes à suivre par tous.

    • @lalburez28 et -55-

      Je suis plutôt d’accord avec -55-, je suis profondément athée, mais la bible nous en dit beaucoup sur les mœurs et les valeurs des gens qui l’ont écrit. Pour moi, lire des passages de la bible, c’est comme regarder Birth of a nation, je n’y crois pas, c’est parfois comique, parfois odieux, mais c’est très instructif.

    • @_renaud

      Vous faîtes une lecture interprétative de la Bible mais à travers un prisme. Prisme qui rappelle la métaphore de Gareth Morgan qui parle du côté répugnant des organisations, du rapport dominants-dominés, de l’organisation vue comme un instrument de domination. Ce qui existe bien sûr, dans toutes les institutions et incluant les églises de toutes les croyances et religions.

      Cette lecture n,est pas fausse, elle est incomplète, il faut aller au-delà… Sinon attention de ne pas tomber dans celle de la prison du psychisme…

      http://www.cnam.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?ID_FICHIER=1295877018145

    • @lecteur_curieux 11h59

      Bien d’accord. Il faut toujours placer les auteurs dans leur contexte. C’est bien beau d’admirer Marx, mais il ne vivait pas du tout à la même époque que nous. Je me demande ce qu’il aurait pensé de l’expérience soviétique. C’est la même chose pour la plupart des grands penseurs. Ce qui était vrai à leur époque peut ne plus l’être aujourd’hui. Tous les intégristes semblent oublier ce point très important.

    • @jay_jay

      Marx est probablement l’homme dont l’œuvre a été la plus mal interprétée. En fait Marx n’est même pas Marxiste.

    • @éternité

      “En effet Dieu condamne l’homosexualite (homme ou femme) il l’a d’ailleurs demontre par la destruction de Sodome et Gomorre.Il a detruit ses 2 villes parce qu’il n’y avais pas un seul JUSTE et pour que cela serve de temoignage dans le futur.”

      Qu’y a-t-il de logique à éliminer tout les habitants de deux villes parce qu’aucun d’eux n’est “juste” (même les enfants)? Votre dieu n’est-il pas supposé avoir dit “Tu ne tueras point”? Est-ce cela qui vous empêche d’aller massacrer tout les habitants du Village Gai?

      Comme on dit, “Tuez un homme, vous êtes un assassin. Tuez en mille, vous êtes un héros. Tuez-les tous, vous êtes Dieu”!

    • @_renaud

      «Marx est probablement l’homme dont l’œuvre a été la plus mal interprétée.»

      Je crois que Jésus remporte la palme pour celle-là. Aimez-vous les uns les autres, sauf si l’autre est un hérétique ou un infidèle, une “sorcière” ou un homosexuel…

    • @ renaud
      “Pour du contexte historique et social je préfère les manuels d’histoires. Pour comprendre notre civilisation je préfère de loin Molière et Shakespeare.

      Pour les leçons de vies et les enseignements, j’irais plutôt du côté de La Fontaine.”

      Oui, mais si vous remontez plus loin dans le temps, les écrits religieux peuvent servir à analyser la société humaine de l’époque. La Fontaine, Molière et Shakespeare, c’est quand même pas si lointain comparé à Homère.

      Au troll: Pour ma part, quand j’eternite, je mets ma main devant ma bouche et mon nez pour ne pas que ça éclabousse… :-p

    • @jay_jay

      Effectivement, sans compter qu’il prêchait toujours pour l’humilité et qu’il était plutôt imbu de sa personne. Exemple, il arrivait chez les gens en disant qu’il était le fils de Dieu et que c’était un honneur qu’il leur faisait en mangeant à leur table.

      C’est pour ça également que je préfère l’ancien testament. Au moins dans l’ancien testament ils font affaire directement avec Dieu. Dans le nouveau testament c’est un homme qui est considéré comme un Dieu.

      Tant qu’à faire affaire avec quelqu’un c’est aussi bien de faire affaire directement avec le grand boss.

    • Ouf! On est rendu loin du cinéma avec tout ces commentaires sur une religion créée de toute pièce par les romains qui ont intégré un paquet de croyances existantes afin de créer un melting pot qui plairait au plus grand nombre afin d’assurer le contrôle de leur civilisation.

    • Dans Vol 714 pour Sydney, il y a aussi un Volcan et des extra-terrestres. Hergé faisait-il la promotion d’une religion ou d’une secte ? Ou bien il ne faisait que raconter une histoire de science-fiction ?

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_714_pour_Sydney

      Les fans de Star Trek et ceux de Star Wars peuvent aussi voir une symbolique religieuse dans ces oeuvres.

      pour After Heart on ne l’a pas vu alors… C’est une question de ton… Cela paraît quand c,est de la propagande mal faite et exagérée rendant un film très peu digne d’intérêt. Sauf pour le dénoncer.

      Il faut plus regarder les liens alors de ceux qui financent ou encore ont participé à la réalisation ou au scénario. Et encore… Le public serait supposé être assez mature pour se servir de son jugement.

    • « Dans la remorque, »??!
      Je présume que c’était « In the trailer, », et donc,
      « Dans la bande-annonce, »,… ;)

    • Qui etes vous pour contester Dieu? Vous injurez les Gloires Eternelles,vases de terre crees pour le juste chatiment eternel de Dieu. Le ver de terre injure t’il l’homme? Alors comment oser vous injurer le Createur,vous les creatures dechues ,vous vautrant dans la boue de vos immoralites et de vos illusions.Votre vie n’est qu’un nuage qui passe et vous vous croyez fort alors que vous etes faibles et esclaves de ce qui as vaincu de vous c.a.d. le monde et ses convoitises, mais voici, le monde passe et ses convoitises aussi,si vous ne craignez pas Dieu vous perirez egalement avec ce monde .

    • The Village est le dernier bon film en date de Shyamalan.

      C’est une des meilleures métaphores du climat post 9-11 aux USA.

    • Stromgol de RBO est le meilleur.

    • Eternite, qui êtes-VOUS pour insulter les vers de terre?

    • @eternite

      Avez-vous remarqué que, depuis quelques jours, vous déversez votre sainteté sur un blog de cinéma, cet art impur par excellence? Vous devriez cesser immédiatement de souiller votre âme divinement apeurée avec une telle boue immorale et illusoire. Je vous le dis, ne tentez pas le diable, car il sait se faire charmeur (je le sais, je l’ai vu dans The Last Temptation Of Christ); retournez sur le nuage qu’est votre vie et, dans les prochains jours, prenez des bains à l’eau bénite et savonnez-vous de toutes ces effronteries auxquelles vous avez dû faire face, avec un courage exemplaire ceci dit. Allez en paix, mon frère, et je prierai de mon côté pour le salut de votre âme qui a osé, par ce ne sais quelle étourderie, descendre chez les païens.

    • Pour ce qui est du sujet qui nous occupe, soit le film de Shyamalan, il semble (ne l’ayant pas vu, je ne peux que présumer) que, par-delà la Scientologie, le film soit aussi motivé par la volonté de papa Will de passer le relais de la célébrité à son fils Jaden, de faire de lui la future méga star intergalactique. Je ne sais pas si papa Will envisage de se la couler douce ces prochaines années, avec le sentiment du devoir accompli, les yeux remplis de fières larmes paternelles, mais il ne fait pas de doute qu’il est passablement préoccupé par sa succession. Presque tous les résumés du film que j’ai lus mentionnent le fait que Will se donne un rôle plutôt ingrat, passant une bonne partie de son temps blessé à ne pas pouvoir se déplacer (donc, en sous entendu, qu’il ne fout rien), si bien que c’est Jaden le véritable héros de l’aventure, celui appelé à jouer le rôle de Will (sous le mentorat de ce dernier, par contre, Jaden n’étant visiblement pas prêt à assumer seul ce rôle difficile de Sauveur de l’Univers). À ce propos, je viens de lire la critique de Karl Filion sur cinoche.com et il suggère même que le film soit en fait destiné aux 8-13 ans (enfin un film qui a un public cible…), ce qui expliquerait, selon lui, la simplicité des enjeux familiaux et scientifiques. Mais bon, à vrai dire, tout ça (la famille Smith et leur marche vers la célébrité) m’indiffère au plus haut point et ne peut donc suffire à ce que je daigne me déplacer jusqu’au multiplex le plus près. Pas plus que l’effusion de symbolisme scientologique.

      Pour trouver un os à gruger, je devrais peut-être aller fouiller du côté de Shyamalan, ne serait-ce qu’en raison de l’effet qu’il a sur ghost, dont j’estime infiniment le jugement et l’intelligence. Je dois avouer que j’ignore à peu près tout de l’œuvre de ce cinéaste récemment honni, mis à part un ou deux visionnements de son Sixth Sense à l’époque de sa sortie (comme tout le monde). Je me souviens toutefois plus de son scénario (et de sa fameuse twist finale) que de la mise en scène de Shyamalan. Il faudrait bien que je jette un œil sur le reste. De plus, j’aimerais bien comprendre les raisons du rejet quasi unanime qu’il inspire aux critiques, un rejet parfois radical et sans appel. Juste ça, c’est intriguant. (Ces mêmes critiques qui trouvent que Ron Howard fait du bon travail et lui donnent des oscars).

    • Batard, j’ai été voir le After Earth gratiste (j’ai sneaké après été voir Gatsby… ). Le film est Scientolgique à l’os parce qu’il a été écrit par Will Smith, un Scientologue. C’est pas très très compliqué, et assez clair.

      Shyamalan n’est qu’un maillon de la chaine. Shyamalan a un bon oeil coté photo, ca, je ne pourrais jamais lui enlver, mais passé Unbreakable, le mec va de mal en pire. Certain comme Ghost vont tripeer sur The Village, mais des Lady in the Water ou le “superbe” The Happening (quelqu’un veut défendre ca???)

      Le film est crétin comme j’en ai rarement vu un. Le scénario est nul, et je pourrais le démolir, mais d’autres l’ont déja fait. C’st un film de 30 minutes étiré sur 90 par les décisions imbéciles du père et du fils.

      Genre: http://io9.com/after-earth-the-spoiler-faq-511250161

      Ajoutez à ca le flair Scientologue, et ca devient intenable. J’aime quand même Cruise lors de certains film; Cruise est un bon acteur, mais Smith n’a pas ce luxe. Et son gars est un trou noir de talent et charisme, et cette dernière chose est ce qui sauve le Fresh Prince. Ca a l’air que Will va devoir continer à enguirlander les équipes de tournage avec des dépliants de Sea Org et leur donner des cadeaux de Scientologie

      @bertrandtoupin

      L.Ron Hubbard a crée sa religion avec la science fiction de l’époque. Et l’éditais au fur et à mesure lors des premières années, donc je ne serais pas surpris qu’il se soit inspiré de la Litanie Contre la Peur pour l’incorporer à sa superbe histoire (si on a à faire avec des intelligences extraterrestres qui n’ont de mieux que de créer des DC-8, l’univers est dans la marde en ta…….)

      Donc, ca donnera un excellent “double feature” avec Battlefield Earth. After Earth est aussi poche, (mais très beau).

      Parlant de “Double Feature”, Jozef, je me rappelle que vous aviez aimé The Raid: Redemption.
      À écouter en combinaison avec le très sous-estimé Dredd de Alex Garland. Une histoire mince, efficace et similaire à The Raid (Dredd a été écrit bien avant The Raid, mais bon), qui donne une telle dose de testostérone que le poil va vous pousser dans le dos. Dredd est sale, violent à souhait, qui s’incorporerait bien à la collection des films du défunt Cannon Group. On oublie vite la merde de Stallone.

    • Diantre-Saint-Gris qu’il en fumait du bon ce sacré Ron !

      Et ça vous coûte une part importante de votre fortune pour apprendre, petite bouchées par petites bouchées, l’ensemble de ces inepties, jusqu’aux âmes “gelées” déversées dans les volcans de la terre !!!

      Tiens ça me fait penser à une autre secte avec le “feu” des entrailles de la terre et une paix garantie dans les “cieux”…

      Benoît Duhamel.

    • Bon. J’ai vu After Hearth. Très très mauvais sans être un navet. Il y a quand même deux trois passes qui ont fait rire les spectateurs tellement c’est kétaine. Heureusement, M. Nuit n’y est pour rien. Le problème est Smith fils, vraiment übermauvais (aussi expressif qu’un personnage de Thunderbirds, et encore), et le scénario inepte de papa Smith.

      Shyamalan a vraiment fait un film de commande, un film de famille en fait, qui devrait faire les délices des psys de tout poil: comment un père veut que son fils l’imite en tout, tout en tournant une histoire où le fils, manipulé comme un personnage de jeu par son gamer de père, doit trouver sa liberté en lui désobéissant et faire de son père son papa.

      Le problème numéro 2 du film n’est autre que le monstre en CGI et toutes les méchantes bestioles qui attaquent le fils. On n’y croit pas une seconde. C’est absolument à l’opposé de l’esthétique de Shyamalan, fait de suggestion.

      Sinon, les images du futur sont archimoches et les paysages de la terre, beaux comme dans une pub d’assurances-vie.

      @Dusk
      Lady in the Water et Happening sont superbes.

      @pilac9
      Merci, c’est gentil.

    • Je crois que si je n’avais pas su que c’était inspiré de la Scientologie, je ne l’aurais pas deviné. En fait, je me demande si c’est tant le film qui ressemble à l’enseignement des Scientologues ou c’est plutôt l’Église de scientologie qui ressemble à un mauvais film de science-fiction…

    • Il y a quand même deux trois moments de pur Shyamalan dans le film et qui valent le détour.

    • Eh ben, je viens de lire ça sur IMDB:

      “Although not credited on the finished film, co-writer/producer Will Smith was responsible for much of the movie’s direction. While Shyamalan was primarily in charge of the blocking (composition of shots, placement of the camera) and the visual aspects of the film (color and design), it was Will Smith who personally coached Jaden Smith in his performance and dictated the development of the story and the way the on-screen action would unfold.”

      Ça explique tout.

    • Lady est peut être defendable, mais The Happening est un cas typique de “trainwreck”. Je comprend le message que tente de communiquer Shyamalan, mais c’est tellement gras et mal réalisé que c’est une comédie. Le standoff de Walhberg avec la plante est hilarant, tout comme la poursuite avec le vent. LE VENT. C’est maladroit, et bien en deçà de Unbreakable et The Sixth Sense.

      Cette maladresse a commencé à paraitre avec Signs. De base, des êtres dont l’eau est du poison hypertoxique tente d’envahir la Terre, composée à 71% d’eau, le toit à poil sans protection? Sacré M. Night! Oui, l’histoire du pasteur qui veut retrouver la foi, c’est cute cute cute, mais n’importe qui avec un cerveau peut voir l’absurdité derrière cette histoire, qui vient nullifier toute crédibilité cette histoire de foi perdue et retrouvée vient donner au film. Et ca semble le suivre après, de Lady à The Village jusqu’à Avatar (je me fou de l’anime, on juge le film, qui est poooooooche)

      After Earth a beau avoir Smith à blamer en majeure partie, Shymalan a quand même fait The Happening, Devil (écrit et “ghost directed”) et Avatar The Last Airbender (ca, c’est exactement comme After Earth: a pretty looking piece of shit, mais avec Dev Patel). Shyamalan a de sévère problèmes d’écriture de scénario.

      Et pour la Scientologie et science-fiction, l’un se mèle à l’autre dans ce cas…. Le pire est que cette histoire hyper attardée (oui oui, la Bible, etc… mais y’a 2 milles ans, pas mal sûr qu’ils auraient mis des DC-8 si ils en avaient eu… Le plus hilarant, c’est que ceux qui se sont fait dire cette histoire imbécile digne du pire des romans de scifi des années 50-60 ont dût payer des centaines de milliers de $$$ pour accéder au niveau nécéssaires pour apprendre celà.

    • “Je comprend le message que tente de communiquer Shyamalan”

      J’en doute…

      “Avatar The Last Airbender”

      Avatar?! Je n’ai pas vu ce film, mais vous me donnez furieusement envie de le voir.

      “De base, des êtres dont l’eau est du poison hypertoxique tente d’envahir la Terre, composée à 71% d’eau, le toit à poil sans protection?”

      Nos amis les Vraisemblants (dixit Hitchcock).

    • Ben oui le grand: le message d’un film tel The Happening est clair net et précis. Il est juste mal raconté. Très très mal raconté. Mais dans le domaine artistique, il y aura toujours quelqu’un pour défendre le pire des pire, et en regardant un ivrogne chier par terre, y voir un message porteur d’une sens artisque inégalé.

      La faiblesse de M. Night, c’est l’écriture. Il est à chier. Nul. Une fiction doit dans une certain limite suivre une logique interne. Dans le cas de Signs: une civilisation peut accomplir des voyages interstellaires, mais est incapable de se proteger de fusil à eau? Il s’agit de paresse de la part de l’auteur. Si vos standards sont si bas dans ce sens, bien à vous, mais dans ce cas n’allez jamais dire que les films du Cannon Group par exemple sont le moindrement exagerés…

      Je ne le dirai jamais assez: M. Night Shyamalan est un bon, voir très très bon réalisateur, mais un des pire scénariste de la planète. Il est son pire enemi. Et dans de cas de After Earth, il a choisit de travailler avec un craqué mental pire que lui pour l’écriture.

    • À ton avis, les 150 personnes, plus les consultants, qui ont travaillé sur le film, personne n’a allumé sur le fait que des extraterrestres envahisseurs de la Terre qui n’aiment pas l’eau est fantaisiste et tu serais le seul cerveau de l’affaire. Est-ce qu’il faut vraiment évaluer ce film avec des critères de la hard sf, ou une autre lecture est possible?

    • Une critique française qui en dit un peu de bien et qui explique l’intérêt du cinéma de Mr. Nuit (j’aime bien ce diminutif!)

      http://www.chronicart.com/#!Article/Entree/Categorie/cinema/Id/after_earth-12568.sls

    • Belle critique, winslow. Ça résume bien ce que j’en pense. J’étais très déçu, surtout en regard de cette suite des trois chef-d’oeuvre de M. Nuit que sont The Village, Lady in the Water et The Happening, mais le film est un grower finalement, si on fait abstraction des Smith. C’est d’ailleurs comme ça qu’on reconnait un auteur: on reconnait sa patte malgré tous les imbéciles qu’on lui a mis dans les pattes.

    • On montre ici une belle ignorance du systeme Hollywoodien, et du marché en général. Sur les 150 (150? Non, essaye avec un chiffre plus elevé…), combien ont le MOINDRE pouvoir décisionel? 4, 5, 10? Et ceux-ci se disent que Shyamalan a fait pas mal de $$$ avec The Sixth Sense et Unbreakable,, a surfé aux Oscar, etc… À ce point là, M. Night surfe encore sur The Sixth Sense, et a le soutient financier d’investisseurs, et donc les PLEIN POUVOIRS. Comme Smith sur After Earth, il décide de pas mal tout. Et écrit n’importe quoi. C’est facile de faire ce que l’on veux avec du pouvoir, et M Night circa 1999 à 2005, c’était un Dieu à Hollywood, statut donné quand on est une vache à lait. Dur à croire, mias il fait encore parfoit de l’argent, mais la dernière fois, c’était par la grande popularité de la franchise de Avatar, pas par sa réalisation.

      Si tu pense que le point soulevé dans Signs est du Hard Sci-Fi, tu ne connais pas le Hard Sci-fi (y’a aucun detail scientifique à chercher ici, c’est même pas un détail, c’est des points centraux du scénario qui est imbécile) , et fait abstraction de logique interne du film (chose qui est né du processus créationel, du livre au film, et qui régit les règles avec lesquelles l’auteur tapisse son oeuvre). C’est de la logique qu’un enfant pourrais comprendre, et surtout, un bel exemple de la paresse intellectuelle de M. Night. Signs marche quand même parce que M. Night réussit à créer une superbe tension et une atmosphere digne des grands, mais une 2ème visite du film plombe toute crédibilité que ces 2 éléments amènent à l’expérience. Le gars voulais absolument incorporer des extraterrestres et l’imagerie du batte de baseball + verre d’eau mais n’a pas pris 2 minutes pour refléchir à une explication la moindrement intelligente pour amalgamer ses idées de manière présentable. On retrouve cette paresse dans la plus part de ces films, et ca le plombe tout le temps.

      C’est triste à dire, mais M Night, c’est le Michael Bay des pseudo-intellos, qui pensent que chacun des ses films sont des films sous-estimés par tous sauf par eux. Lady in the Water, The Happening, c’est pas Rocky Horror Picture Shows, des film incompris de tous et toutes qui vont s’avérer de futurs films cultes, ou un une oeuvre ignorée injustement tel Cosmopolis (d’ailleurs excellent). Tsé, à force de regarder ma nappe de cuisine, j’imagine que j’ariverai à y voir un sens, comme tu le fait avec M. Night…

    • Le bon côté du cinéma, je trouve, des fois, c’est qu’il nous ramène sur terre…

      La valeur de la critique. Si, au moins, on pouvait avoir le même sens ailleurs. On s’énerve avec nos 4 millions de cote d’écoute et on dit qu’on fait de la bonne TV! Heille! On tombe dans le mélodrame minable quant à moi… Quand on passe au tordeur de la critique au cinéma, c’est autre chose, hein?

      J’ai un préjugé, je l’avoue, mais quand on parle de scientologie, je pense au navet de Travolta tourné ici. Battle Earth je pense? Coïncidence!

    • “On montre ici une belle ignorance du systeme Hollywoodien, et du marché en général.”

      On montre ici une belle ignorance de l’art, et de la poésie en général.

    • “le Michael Bay des pseudo-intellos”

      Très beau. J’achète.

    • Mon cher Dusk, quand un film parle de Signes, il ne faut pas s’en tenir à l’Événement, mais regarder sous l’allégorie Incassable le Sixième sens, à moins de vouloir noyer la Fille de l’eau. La poésie est une Terre d’après pour pour les derniers Maîtres de l’air.

      Ce que tu ne comprends pas c’est que toute la poésie de Shyamalan c’est de nous apprendre à consentir à l’Invraisemblance la plus totale pour nous faire ressentir, peut-être pour la dernière fois, ce que, petits malins post-modernes, nous ne sommes plus capable de ressentir depuis que nous sommes de grandes personnes: y a-t-il un monstre en dessous du lit, E.T. est-il vraiment derrière la porte (on ne le saura, ô ironie, que par son reflet dans le téléviseur éteint), une fée vit-elle dans la piscine? Shyamalan fait hurler de rire les grandes personnes ou pleurer les gens sérieux comme des enfants (merde, j’ai une larme qui me monte aux yeux en écrivant cela, il faut que j’arrête le café…).

      À cet égard, son art poétique est résumé dans La fille de l’eau. Si on le prend comme un conte initiatique, il s’agit d’un film absolument émouvant sur le Deuil où l’ennemi est le critique de cinéma. Si on le regarde, comme les Vraisemblants comme toi au premier degré, il s’agit essentiellement d’un pédo cinglé qui retient une fillette nue dans sa salle de bain…

    • On se gausse souvent des retournements finaux de M. Nuit. Mais comme Hitchcock qui les détestait et les a utilisé que dans ses deux films théoriques sur le cinéma, Vertigo et Psycho, Shyamalan les utilise non pas pour le petit buzz à la Usual Suspects mais pour illustrer une vérité plus secrète: pour qui accède à une transcendance, foi, croyance ou poésie, le monde se retourne comme un gant.

    • Il est finalement que justice que Disney ait refusé son film sur les fées…

    • où l’ennemi est le critique de cinéma (aux États-Unis, ce dernier ne s’assure plus que du respect du Vraisembable).*

    • J’ai revû Lady in the water en fin de semaine. Vraiment joussif ce film et mon Shyamalan préféré.

      Peut-être que The Happening mérite un deuxième visionnement parce-que la première fois, je l’ai trouvé emmerdant.

      Quant à The Village, il n’y a rien à faire! Je l’ai vû au moins 2 fois et et je le trouve tout simplement trop indulgent.

    • Les 4 derniers films de Night ont perdu de l’argent. Et pas à cause de la conjoncture: Night fait des films auquel le public ne répond pas. Il le sait, tout le monde le sait d’avance. La question que je me pose: comment fait-il pour rester réussir à obtenir le financement? Il surf quand même pas encore sur le sixième sens.

    • the happening m’a fait grimacer durant la projection à un point qu’un observateur aurait pu croire que je venais de boire de l’urine.

    • “On se gausse souvent des retournements finaux de M. Nuit. Mais comme Hitchcock qui les détestait et les a utilisé que dans ses deux films théoriques sur le cinéma, Vertigo et Psycho, Shyamalan les utilise non pas pour le petit buzz à la Usual Suspects mais pour illustrer une vérité plus secrète: pour qui accède à une transcendance, foi, croyance ou poésie, le monde se retourne comme un gant.”

      C’est vrai.

    • “à un point qu’un observateur aurait pu croire que je venais de boire de l’urine.”

      Je viens justement de voir un golden shower d’anthologie dans le dernier Jodorowsky (très amusant et émouvant).

    • Si j’avais un peu d’esprit, même mauvais, j’aurais que le film est pissant…

    • j’aurais dit*

    • Merci, j’me sens moins le seul à rater mes phrases

    • @ghost
      “On montre ici une belle ignorance de l’art, et de la poésie en général”

      Non, dans le cas de M. Night, on parle de quelqu’un régit par le système Hollywoodien, pas d’un Hanke, ou d’un réalisateur underground come Trent Harris. Et par ce fait même, il est régit par ce système. BUSINESS. $$$$$$$. Quand on laisse un tacheron d’écrivain comme M. Night laisser faire n’importe quoi, ca donne des conneries sur papier, et ensuite, sur écrans. Je suis de ceux qui déteste quand les studios controlent les réalisateurs, mais dans le cas de M. Night, ca devrait être obligatoire.

      @eturgeon
      Le grand mystère. Qui est le malade qui fournit cet argent à M. Night pour sévir? Le même qui a décidé de supporter Uwe Boll (non, je ne compare pas les 2 réalisateurs, juste le fait qu’ils sont des “money pit”).

    • j’ai bien aimé ”Unbreakable” quand je l’ai vu à la télévision. Je l’ai pas vécu comme une expérience de cinéphile mais comme un assez bon film à regarder.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité