Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 5 mars 2013 | Mise en ligne à 16h00 | Commenter Commentaires (16)

    Un premier flop en 2013

    jack-the-giant-killer-09

    Jack the Giant Slayer, l’histoire d’un jeune fermier qui combat des géants pour sauver une princesse au temps du Roi Arthur, est le premier flop majeur au box-office de 2013. Lourd d’un budget de 190 millions $, en plus de frais de marketing avoisinant les 100 millions $, le film de Bryan Singer n’a récolté qu’un maigre 27,2 millions $ lors de son crucial premier week-end d’exploitation. Ses chances d’équilibrer les comptes sont minces.

    Le studio Warner Bros. compte désormais sur l’apport des marchés internationaux, particulièrement celui de l’Asie, où les films en 3D font généralement meilleure figure qu’en Amérique du Nord. À la même période, l’année dernière, le film de science-fiction à 250 millions $ John Carter a récolté 30,2 millions $ à son premier week-end, pour des recettes domestiques totales de seulement 73,1 millions $. Il a en fin de compte été sauvé par le reste du monde, rentrant in extremis dans son argent, mais coûtant cependant son poste de président de Disney à Rich Ross.

    Un article du Los Angeles Times publié lundi propose une analyse en cinq parties de l’échec de Jack the Giant Slayer. On blâme un marketing inefficace qui a simultanément tenté d’attirer pré-ados, ados, et jeunes adultes; le mauvais choix de réalisateur; une date de distribution inadéquate pour un film d’action à gros budget; un titre peu vendeur :

    Si John Carter était trop générique, Jack the Giant Slayer est trop spécifique. D’abord on devait connaître Jack, ensuite il fallait savoir qu’il s’agissait de géants méchants, ensuite se soucier qu’il les tue [slay]. De plus, contrairement à la suggestion du titre sans trait d’union, ça aide de savoir que le nom exprime que Jack tue des géants, et n’est pas simplement un bon vieux grand tueur.

    En effet, Jack the Giant-Slayer aurait été plus efficace…

    JACK-THE-GIANT-SLAYER-Image-02

    Enfin, le cinquième élément que soulève le LA Times est le plus fondamental – et le plus débattable : l’absence d’intérêt pour les contes de fées sur grand écran. Récemment, il y a eu Red Riding Hood, Beastly, Hansel & Gretel: Witch Hunters, qui ont tous été accueillis avec hostilité soit par le public, soit par la critique, ou par les deux.

    Baser un film d’après du folklore d’enfants datant d’il y a plusieurs siècles [le film en question est inspiré du conte populaire anglais Jack the Giant Killer] peut sembler être une bonne idée pour les dirigeants de studios, qui n’ont pas à se battre pour des droits d’adaptation et qui obtiennent du même coup une image de marque gratuite. Et bien sûr, le dérivé occasionnel de Snow White va bien faire. Mais dans l’ensemble, on ne veut pas voir des films qui font la déclaration implicite qu’ils peuvent surpasser notre imagination d’enfant.

    On verra la semaine prochaine, avec la sortie de Oz the Great and Powerful, sorte de prequel au classique The Wizard of Oz (1939), si les gens résistent tant que ça à l’idée de se faire blockbustériser leur jeunesse. Après tout, Hansel & Gretel: Witch Hunters a fait un paquet de fric, et Jack the Giant Slayer a obtenu un satisfaisant B+ d’après le sondage de CinemaScore, ainsi qu’une solide note de 8,1 sur le forum de CinémaMontréal…

    À lire aussi :

    > Le titre-protagoniste, pas toujours une bonne idée…
    > Watchmen : un flop au box-office?


    • J’opterais surtout pour un problème de définition de public cible. Je n’ai pas un bon feeling pour Oz non plus!

      Oui tout à fait. La première partie de l’analyse du Times :

      Marketing mush. It’s not impossible to simultaneously lure preadolescent boys and teen and twentysomething males. But it’s not easy either. “Jack the Giant Slayer” had several elements — mythical creatures, valiant youthful heroes — that middle-school boys often respond to. But a violence-heavy trailer and a PG-13 rating appears to have turned off some parents. Warner Bros. not only missed an opportunity to reach its target audience but packaged the film for an older audience that was less inclined to see it.

      -js

    • Le gros problème de ces super-productions qui cherchent à aborder la thématique du conte c’est qu’elles font avant tout confiance aux équipes d’effets spéciaux. Du coup, il n’y a aucune place pour le récit ou la réalisation. En revanche, quand ça arrive, ça donne d’excellents films dans le style du Labyrinthe de Pan de Del Toro, Where the wild things are de Jonze ou le sous-estimé Hanna de Joe Wright.

      En ce sens, une petite remise en question des studios pourrait se faire…

    • ‘Fectivement! Classer un conte 13 ans et plus, c’est un peu beaucoup ridicule. Soit tu t’arrange pour qu’il soit “pour tous” et tu mets le paquet en budget, soit tu en fait un vrai film pour adulte et tu y va un peu plus mollo. Mais sors pas la galette pour un film entre les deux. Tu fais plaisir à personne et le public cible n’est pas assez nombreux pour que tu fasse tes frais. Surtout en plein milieu de la saison “poche”.

    • hanzel et gretel a peut être fait un paquet de fric , mais les gens ont retenus la leçon et on juré que l’on y les reprendrait plus , ce film était si mauvais qu’après 30 minutes j’ai arrêté de le visionner et malheureusement la bande annonce de Jack the giant slayer y était associée et semblait venir de la même équipe de production , donc pas de Jack the giant slayer pour moi ayant été échaudé par Hanzel et gretel

    • Je n’ai pas l’ntention de voir ce film non plus et lorsque mes enfants voient la bande-annonce ils sont les premiers à me dire que ce film a l’air platte… et tout dernièrement vient de sortir la bande-annonce de Oz qui semble aussi mauvais.. je crois qu’ils vont finir par comprendre que ce gener de film ne plait pas.. lorsqu’ils auront eu 3 ou 4 flops consécutifs ils vont changer de genre…

    • @guy-antoine : je dirais plutôt le surestimé Hanna…

      @piedoq : vous êtes bien courageux d’être allé voir Hansel et Gretel, juste la bande annonce le laissait deviner… Pour ma part, c’est 3000 miles de Graceland qui m’a ouvert les yeux aux bandes annonces “trop super, tout en même temps” tellement le film était mauvais.

      à propos de Hansel et Gretel, un petit vidéo de Bugs Bunny. “Hansel?” :)

      http://www.youtube.com/watch?v=Wej1LoOzaLY

    • ”je dirais plutôt le surestimé Hanna…”

      Je ne me souviens pas d’un film si bien parti qui a autant manqué de jus à la fin… Quel gaspillage!

    • D’accord avec guy-antoine : ces soit-disant contes réinventés sont seulement un excuse pour offrir un film pourrit rempli d’effets spéciaux. Moches à souhait!

      Concernant Hanna, j’ai bien aimé! Vrai que le finale est ratée (SPOILER : la mort de son père notamment est assez ordinaire merci!), mais c’est mieux que 95% des films qui sortent chaque année!

    • le fait est que Hollywood est en manque sérieux d inspiration et fouille dans la bibliothèque du grenier , après avoir remis en circulation les vieux super héros des comiques , ils se plongent dans les contes d’enfants , c est quoi la suite les histoires de mickey mouse en 3 d

    • La bande annonce était particulièrement médiocre. Après avoir fait le tour des contes, légendes, héros mythologiques, personnes patriotiques, monstres légendaires et super-héros super-connus, que fera l’industrie du “gros” cinéma?

    • Avec tous les remake de films pas très vieux (Total Recall est quand même juste sorti en 1990) en plus… je pense que piedoq évoque une réalité bien apparante!

    • La grosse erreur dans une production comme Jack the Giant Slayer c’est d’avoir investi 190 M.

      Pour mettre autant d’argent sur un film ça te prend une garantie. Il faut que ce soit une franchise comme Spiderman, Lord Of the Ring ou les Avengers. Sinon ça doit être un film d’animation de Pixar qui rapporte toujours ou un projet associé à un gros nom comme James Cameron.

      Un film comme Jack The Giant Slayer aurait dû couter aux alentours de 60 M. Comme Hansel et Gretel, le film a couté 50 M et il est rendu à 54 M de box office.

      D’ailleurs JTGS n’a quand même pas mal fait au box office, 27 M, c’est très bien. C’est vraiment le cout de production qui est ridicule. Avec les bonnes critiques c’est un film qui devrait faire 100 M de box office.

    • Tout simplement qu’un conte de fée doit être réaliser par un gars doué pour comme Tim Burton ou Guillormo DelToro (J’aimerais rajouter Terry Gilliam, qui malgré son grand talent, ses films fantastiques à part 12 Singes n’ont jamais levés au Box-Office). Bryan Singer est un excellant réalisateur mais pas pour ce genre.

    • @pierre79

      Tim Burton? Le gars n’a pas fait un bon film depuis les années 90. Big Fish est à la limite, correct, mais cependant, bien d’accord pour Del Toro.

    • Vrai que Big Fish était son dernier bon film (à Tim Burton)

    • Ils ont passé à coté avec ce film sur plusieurs points, dont le marketing (assumez-vous, visez les plus jeunes et vous aurez des familles pour remplir vos salles!), un trailer vraiment moche, mais personne ne mentionne le look et les effets spéciaux; ils n’étaient VRAIMENT pas du calibre qu’on est habitué pour ce genre de production! D’ailleurs je suis tombée en bas de ma chaise quand vous avez dit 190 millions de budget; je croyais que ce film était une co-production européenne avec la moitié de ce budget (en regardant le trailer du moins)! Les critiques pourraient être excellentes que le marketing et le look merdique vont empêcher ce film d’être rentable.

      Au moins John Carter avait une super belle production avec des effets et un look “top-notch”.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    décembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité