Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 25 janvier 2013 | Mise en ligne à 13h00 | Commenter Commentaires (2)

    PTA refait équipe avec Joaquin Phoenix

    1158644_Paul_Thomas_Anderson

    Paul Thomas Anderson retrouvera vraisemblablement Joaquin Phoenix pour son prochain film, l’adaptation du roman Inherent Vice (2009) de Thomas Pynchon, un «polar psychédélique» se déroulant dans le Los Angeles de 1969-1970.

    Le nom de Robert Downey Jr. a longtemps circulé pour incarner le protagoniste, Doc Sportello, un détective privé adepte de pot à la recherche d’un millionaire porté disparu. Mais l’acteur s’est désisté, selon une brève du Hollywood Reporter publiée jeudi.

    C’est la seconde fois que Phoenix joue le plan B pour PTA. On se rappelle que c’est Jeremy Renner qui devait initialement incarner le rôle du mystérieux Freddie Quell dans The Master, avant que le film ne «frappe un mur», pour finalement être ressuscité par l’héritière cinéphile Megan Ellison. C’est d’ailleurs cette dernière qui produira Inherent Vice.

    Avec une deuxième collaboration de suite, les deux hommes sont en voie de constituer un des beaux duos cinéaste-acteur de notre époque. Phoenix fait d’ailleurs partie d’une autre union inspirée, avec le réalisateur James Gray, avec qui il a déjà tourné quatre films, dont The Yards, We Own the Night et Two Lovers.

    jame-gray-the-nightingale-jeremy-renner-marion-cotillard

    Le plus récent, Lowlife, l’histoire d’une immigrante (Marion Cotillard) qui débarque dans le New York des années 1920, se fait traîner dans un univers glauque de vaudeville et de burlesque, pour se faire prendre sous son aile par un magicien (Renner), devrait prendre l’affiche cette année. Pour Gray, il s’agit de «la meilleure chose que j’ai jamais faite», ce qui n’est pas peu dire.

    Je vous laisse avec une entrevue importante que James Gray a accordée à The Playlist en décembre dernier, dans laquelle il discute notamment de la «crise centrale» qui afflige le cinéma américain.

    À lire aussi :

    > The Master ou le cinéaste comme objet de culte


    • C’est bien beau tout ça, mais ça nous donne pas un court. J’vous tchèque!

    • http://www.youtube.com/watch?v=RtWBlDC2-ss

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    janvier 2011
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité