Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 22 novembre 2012 | Mise en ligne à 15h45 | Commenter Commentaires (53)

    Le Top 10 des Cahiers

    holy motors

    Il est déjà venu les temps des listes. Et c’est le vénérable magazine les Cahiers du Cinéma qui part le bal chez les publications majeures, avec une sélection des plus éclectiques, fidèle à son habitude.

    1. Holy Motors de Leos Carax

    2. Cosmopolis de David Cronenberg

    3. Twixt de Francis Ford Coppola

    4. 4:44 Last Day On Earth de Abel Ferrara

    4. In Another Country de Hong Sang-Soo

    4. Take Shelter de Jeff Nichols

    7. Go Go Tales de Abel Ferrara

    8. Tabu de Miguel Gomes

    8. Faust de Alexandre Sokourov

    10. Keep The Lights On de Ira Sachs

    Je n’ai pas été le meilleur cinéphile cette année, n’ayant vu que deux des titres ci-mentionnés, Cosmopolis et Take Shelter. D’ailleurs, je crois qu’une bonne moitié de ces films n’ont pas été (ou ne seront pas) distribués en salle au Québec.

    Enfin, si j’avais un choix à faire, mon no. 1 pour 2012 irait sans conteste à Beasts of the Southern Wild.

    Les bandes-annonces :


    • En foullant un peu sur le débat amené sur le cinéma québécois par Guzzo et l’APCQ et autres dont on discute dans le blogue de Marc-André Lussier, j’ai justement croisé le premier film de la liste…

      http://www.cinemalaurier.com/accueil.php

      À l’affiche la semaine prochaine dans le cadre du ciné-répertoire mercredi. C’est juste une petite place mais même en région, il est possible de voir du cinéma de qualité en salle.

    • Je savais qu’ils avaient aimé Faust. Chaque fois que j’en vois le rappel, la chose m’étonne car chaque fois je m’efforce d’oublier ce fait.

      Holy Motors est effectivement à voir, entre autres comme magistral/aux essai/s sur le cinéma, sur le faux, &c.

    • Avis aux intéressés, TABU sort le 30 novembre à l’excentris. C’est absolument magnifique. Et KEEP THE LIGHTS ON sort au Cinéma du Parc le 7 décembre.

    • Ok pour Holy Motors, Take Shelter et Faust. Peut-être pas dans cet ordre par contre.
      Mais Cosmopolis…ark?
      Je n’ai pas encore vu les autres.
      Tout à fait d’accord pour la mention de Beasts of the Southern Wild.

    • D’après mes calculs, seuls TWIXT et 4:44 n’ont pas eu de projection à montréal.

    • Mes films de l’année, pêle-mêle, sans ordre particulier :

      - Beasts of the Southern Wild
      - Oslo August 31st
      - Shame
      - Faust
      - Rundskop
      - Carnage
      - Kongen av Bastoy
      - Take This Waltz
      - Las Acacias
      - Habemus Papam
      - Holy Motors
      - Seven Psychopaths

      J’ai l’impression que j’en ai oublié. Tant pis.

    • Misère… j’ai vu seulement un de ces 10 titres (Take Shelter).

      Je suis intrigué par Twixt… Barton Fink meets Twilight? IMDb lui donne seulement une note de 5.0 sur 10, mais bon, on a couvert ce sujet ici la semaine passée.

    • La liste des cahiers. Celle qu’on pourrait également appeler les listes des films qu’on doit aimer pour garder notre crédibilité en tant que cinéphile.

    • C’est vraiment étrange: j’ai adoré Holy Motors, assurément dans mon top 5 de l’année, alors que j’ai trouvé Cosmopolis insignifiant. Le seul lien qui les unit est l’omniprésence de la limo.

      Holy Motors contient de magnifiques moments de cinéma, autant en images et en sons (pour faire référence à votre post précédent), et un grand pavé dans la mare sur la question existentielle de l’identité. Un film à voir et à revoir encore et encore. Cosmopolis, à côté, est d’une telle vacuité malgré les airs de profondeur qu’il se donne. Je suis conscient que c’est justement ça le but du film, mais il fallait justement amener une vision pertinente sur la vacuité. Ce que Cronenberg ne fait pas. Il a plutôt “performé” son sujet: une oeuvre d’envergure qui s’avère insignifiante.

    • Je n’aime pas particulièrement Ferrara et me demande un peu ce que Take Shelter fait là (le seul que j j’ai vu). Je suis cinéphile. Si je l’avais vu, je placerais Damsels in distress dans le top.

    • J’ai manqué Tabu au dernier FNC; je m’en veux!!!

      J’ai bien aimé Take Shelter, mais j’avoue avoir légèrement préféré Beasts of the Southern Wild.

      Je crois que Willem Dafoe devrait obtenir une mention honorable pour sa coupe de cheveux dans Go Go Tales!

      Je serais curieux de voir à quel rang est classé de manière générale Dupa dealuri (Au-delà des collines – 2012 – C. Mungiu)

      Sinon, quelqu’un a vu Five Broken Cameras?

      @ pezz

      J’ai bien aimé Carnage, mais c’était en 2011.

    • rafc
      tous a fait d’accord, take Shelter est un bide selon moi.

    • @ procosom.com

      C’est vrai, il est sorti en salles fin décembre 2011, mais perso je l’ai vu début 2012.

    • Bide est peut-être un peu fort fractalius, il y a des trucs très intéressants dans le film: la mise en images des incertitudes perceptives, de l’indétermination onirique d’un père réduit à ses premières fonctions est un sujet parfaitement cinématographique. C’est le jeu, certaines atmosphères bâclées, la finale qui me retiennent. Mais c’est une des vertus de ce genre de liste, que de nous forcer à jeter un regard nouveau sur un film qu’on a moins aimé.

    • M siroka
      Pardons d’être hors propos mais pourquoi est-ce impossible de lire votre blogue, que je trouve particulièrement intéressant, sur l’application mobile de la presse?

      Les blogues disponibles sur LP Mobile proviennent du premier échelon, c’est à dire les 14 premiers qu’on retrouve sur la page d’accueil (si je ne me trompe pas). Je fais partie du second échelon, et il y en a aussi un 3e, dont les blogs ne sont pas visibles depuis l’accueil. -js

    • Twixt est le meilleur film que j’ai vu cette année, sans aucun doute. Film incompris. Cosmopolis est un grand traité de philosophie, j’ai adoré. Pas vu Holy Motors à ma grande honte.

    • Il parait que Xavier Dolan arrive assez haut dans le classement Cahiers.

    • @fractalius

      Je me joint à rafc concernant Take Shelter. Surévalué, d’accord, mais un bid, c’est trop sévère comme jugement selon moi. J’ai trouvé plusieurs dimensions du film excellentes, ne serait-ce que l’aspect angoisse et folie qui est super bien transmis (joué) au spectateur.

      Dans le même style, j’avais bien aimé (préféré?) un autre film très similaire datant de quelques années : Bug (William Friedkin – 2006) avec nul autre que… Michael Shannon qui semble être prédestiné pour ce genre de rôle psycho.

    • Est-ce supposé être un top-10 d’une année en particulier? Si c’est le cas, Take Shelter est un film de 2011 et les autres semblent être de 2012.

      Si c’est une liste de 2012, comment The Master ne peut pas être là??
      Tout à fait d’accord que Beasts of the SW devrait être là, 100x avant Cosmopolis!

    • La date de sortie française pour The Master est le 9 janvier 2013 et Beasts, le 12 décembre.

      Deux films de Ferrara dans le top 10? Me semble que c’est le genre de “statement” que les rédacteurs des Cahiers aiment bien faire.

      Pour ma part, l’un des mes films préférés de 2012 est sans aucun doute L’âge atomique de Héléna Klotz.

    • Larry, pour les Cahiers, il s’agit de l’année de sortie en France. Ils n’ont certainement pas aimé The Master.

    • @ unholy_ghost

      J’ai également noté avec surprise l’absence de The Master, qui fait partie de mon Top 3 personnel.

    • Les Cahiers n’ont pas aimé Amour, The Master et Le Cheval de Turin qui seront sur les listes de plusieurs critiques. Il faut aller les lire avant de protester.

      Moi j’aime bien que les Cahiers soient passé depuis un certain temps en mode attaque. Ça bouge encore.

    • L’évidence c’est Holy Motors, et le duo Cronenberg (Dangerous Method/Cosmopolis). Et puis pas loin derrière Habemus Papam et Once Upon a Time in Anatolia qui sont sortis ici cette année si je ne m’abuse.

      Après, je ne sais pas, j’ai été déçu par Beasts of the Southern Wild et The Master, et je n’ai pas encore vu certains films qui risquent de figurer dans mon palmarès (le Resnais, Spielberg, peut-être Tarantino, il me semble que j’ai vu un Van Sant d’annoncé pour cet automne avec Matt Damon, le Tarr, les derniers Sang-Soo, Sokourov…)

      Take Shelter ferait mon top 10 sans hésitation, mais il est sorti ici l’an dernier.

    • Holy motors, le seul que j’ai vu dans cette liste est en effet déroutant, remarquable.

      @ rafc

      “Si je l’avais vu, je placerais Damsels in distress dans le top.”

      Vous auriez raison de le faire. Ce dernier film de Whit Stillman est un bijou absolu, dont on sort enchanté, émerveillé. Maintenant combien d’années faudra-t-il attendre pour une sortie sur Criterion? Espérons que pas trop longtemps, comme pour le dernier film de Kaurismaki, qui a seulement pris un an pour passer des salles vers la prestigieuse collection.

    • @ 18h24_renaud 22 novembre 2012

      “La liste des cahiers. Celle qu’on pourrait également appeler la liste des films qu’on doit aimer pour garder notre crédibilité en tant que cinéphile”. En somme, une vérité brève et toute nue.

      Je n’ai vu que Faust de Soukourov dans la liste ci-haut. Une succession de tableaux presque cauchemardesques et déroutants. A revoir lorsque le film sortira en DVD ou sur BLU-RAY.

      L’histoire de Twixt de Coppola est plutôt complexe. Transposer la mort de son fils survenue au cours du tournage d’Apocalyspe Now était peut-être une nécessité morale pour lui, la catharsis absolue pour effacer la culpabilité parentale. En psychologie la perte d’un enfant est la plus dévastatrice dans l’équilibre d’un couple.

    • Je verrais bien Unholy Motors…

    • Cette fois je donne raison à unholy_ghost qui constate que le film Amour n’a pas été retenu. C’est la preuve évidente de la coïncidence de l’observation de _renaud.

    • “C’est la preuve évidente de la coïncidence de l’observation de _renaud.”

      Preuve de quoi? Les Cahiers ont amplement argumenté leur détestation dans le dernier numéro.

    • Puisque Amour ne figure pas dans la liste, c’est donc qu’il ne faut pas aimer Amour si nous voulons garder toute notre crédibilité en tant que cinéphile. Où est le problème? si problème il y a!

    • Je ne comprends pas non plus. Les Cahiers critiquent. Pourquoi faudrait-il abdiquer nos goûts et notre sens critique parce qu’ils pensent çi ou ça. À chacun d’avoir assez de colonne pour partager ou non leur avis. On n’est pas dans un estie de game de fucking hipsters ici.

    • Me font rire les gens qui disent que les Cahiers c’est de la marde ou ce n’est plus ce que c’était parce qu’ils aiment un film jugé trop commercial par certains ou qu’ils détestent ce que la majorité des cinéphiles et critiques trouvent formidables. Ils ont toujours été comme ça!

    • J’imagine que ceux qui aiment les divagations en voix over, les constructions narratives laborieuses et les inepties ésotériques (Mallick, quoi), ont trouvé leur compte dans Beasts of the Southern Wild. J’ai trouvé personnellement le film insupportable, fait sur mesure pour la critique, porteur d’un regard voyeuriste complaisant à la limite du racisme, le tout servi avec une overdose de zydeco à rendre fou le plus fervent Cajun. C’est étonnant qu’il ne soit pas dans la liste des Cahiers, qui contient beaucoup de films complaisants et prétentieux (Carax, Ferrara, Sokourov… le pire de tous). Je ne sais trop si Margaret (K. Lonnegan) est sorti en 2012 compte tenu de son parcours non-orthodoxe, mais c’est de loin le meilleur film que j’ai vu cette année, et depuis longtemps. “Il était une fois en Anatolie” m’a complètement renversé. Les détracteurs de “Take Shelter” me surprennent. En trois films (je n’ai pas vu “Mud”), Nichols est en train de devenir, avec Lonergan, l’une des figures les plus originales du cinéma américain d’auteur, engorgé par les insipidités méta-cool (Tarantino, Wes Anderson, Soderbergh) et les m’as-tu-vu lourdingues et suresthétisants (Mallick, PT Anderson, Aronofsky).

    • Je n’aime pas du tout ‘Les Cahiers du cinéma’ ! Quand il me faut un dictionnaire pour lire une revue, je décroche assez vite, merci. Je préfère de beaucoup des textes plus accessibles et moins intellos (dans le genre des vôtres, Jozef ;). Merci et bon weekend !

    • C’est pas des firms de mangeux de Porcorn ça, you’ssqui sont les Expandbles 2!

    • Les Cahiers demeurent une référence dans le domaine. Leurs choix ne sont pas toujours évidents mais c’est bien d’avoir une autre perspective.

      Est-ce que c’est moins bon qu’avant? J’imagine que ca dépends des époques. Et comme toutes les institutions les gens qui y travaillent doivent se battre contre les fantômes de ceux qui étaient la avant eux. Et quand ceux qui étaient la avant toi c’est des Rohmer, Chabrol, Truffaut et Godard ca doit être lourd.

      Et personnellement j’aime le fait que ce soit demeuré une revue ‘littéraire’ fidèle a l’esprit des débuts. La-dessus ils ont mieux réussi que Rolling Stone qui se cherche depuis plusieurs années.

    • @cinematographe

      C’est vrai que Dangerous Method était très bien, mais lui aussi est sorti en 2011.

      @strovonsky Je ne suis vraiment pas un grand fan de Mallick que je trouve assez près de votre description (mon préféré fut très certainement The New World). Mais pour Beasts of the SW, je ne suis pas d’accord avec votre critique. Contrairement à Tree of Life que j’ai trouvé plutôt “divaguant en voix off avec constructions narratives laborieuses et inepties ésotériques”, Beasts OTSW mélangeait à merveille le rythme tantôt contemplatif/rêvasseur, tantôt dynamique/explosif avec oui des personnages quelque peu “hypertrophiés”, mais tout de même remplis d’authenticité et de dynamisme. Au-delà d’une multitude de facteurs plus techniques que j’ai aimé, c’est avant tout ce changement constant de rythme et la puissance des acteurs semi-pro/non-pro. qui m’a fasciné dans BotSW.

      Mes 2 sous…

    • @procosom

      A DANGEROUS METHOD (et CARNAGE) sont des films qui sont sortis en salles ici en janvier 2012. Ils sont sortis aux States en 2011 par contre. Ce sont les alléas de la distribution. D’ailleurs, le GO GO TALES de Ferrara dans le top 10 d’en haut est un film de 2007…

      Je me joint à ceux qui plébicitent DAMSELS IN DISTRESS. Le film n’est pas exempt de défauts mais c’est tout à fait charmant. Greta y est absolument délicieuse!

    • “Quand il me faut un dictionnaire pour lire une revue, je décroche assez vite, merci.”

      C’est drôle, je n’ai jamais ouvert un dico en lisant les Cahiers. Puis-je suggérer qu’il vous manque peut-être de mots.

    • Je pense que je vais aller voir La Vie de la tarte en fin de semaine.

    • “Le film n’est pas exempt de défauts mais c’est tout à fait charmant”. C’est bon signe, plusieurs de mes films préférés ont des défauts.

      Passion de de Palma subira le même sort, à cheval sur deux listes…. pourrait-il les faire? Je le sens bien ce polar onirique à la Red shoes. Quelqu’un connait la date de sortie?

    • So far:

      1. Une séparation
      2. The Master
      3. Holy Motors
      4. Polisse
      5. Intouchables
      6. Moonrise Kingdom
      7. Laurence Anyways
      8. Beasts of the Southern Wild
      9. Argo
      10. Camion

      Pas vu: In Another Country, Faust, Twixt, 4:44, Go Go Tales, Tabu et Keep the Light On.

      Take shelter est un film de 2011 et Cosmopolis est terriblement grotesque.

    • rafc
      -”la finale qui me retiennent.”

      cette finale m’a tellement irrité que tout l’intérêt du film s’en est trouvé modifié.
      je n’ai pas dérougi durant une semaine a penser a cette fin.

      coït interrompu

    • bon ben go j’essaie Holy Motors

    • Malheureusement, ce n’est plus à l’écran.

    • La fin de Take Shelter était superbe. Je ne vois pas comment quelqu’un peut aimer le film et ne pas croire que cette finale surprenante, ambigüe et ouverte était parfaite.

      Mais bon, y’a beaucoup d’opinions bizarroïdes ici.

    • La fin de Take Shelter est telle qu’elle doit être: il faut voir le film comme l’histoire d’un homme pris d’une conviction personnelle qu’il ne peut réconcilier avec ce que la communauté attend de lui. (Spoilers) : il est important que Michael Shannon ait raison, le film ne pouvait pas se terminer sur un diagnostic de folie, qui aurait effacé tout le dilemme du personnage en le déresponsabilisant, ni sur une ambiguïté qui aurait ouvert sur des interrogations déplaçant l’intérêt du film vers des considérations inutiles. Ce qui est fort, dans ce film, c’est justement que Curtis est conscient de sa possible folie, qu’il poursuit la construction de son abri tout en consultant un psychologue, qu’il pose ses gestes « déments » tout en étant conscient de leurs conséquences sur sa famille. S’il était fou sans le savoir, il ne resterait plus que le portrait banal des effets d’une maladie mentale sur une famille.

      Et il faut voir comment le film accumule les paradoxes, culminant dans la dernière image: la crise de Curtis commence quand un collègue lui dit: “Tu es chanceux, tu as tout”. Ce compliment avec une pointe d’envie précipite Curtis dans le doute, comme si en réalisant qu’il possédait tout, il pouvait aussi tout perdre, ou comme si en lui disant qu’il est un bon père, Curtis tentait de devenir ce bon père que l’on voit en lui mais qu’il n’est pas vraiment, et qu’il deviendra effectivement. Curtis est donc à la fois un bon père (il veut protéger sa famille, dans le dernier plan la famille est unie comme jamais auparavant) et un mauvais père (son comportement est menaçant), c’est un prophète (il a prédit la tempête) mais il est aveugle (il n’a pas prédit le moment et se fait prendre sans abri). La richesse d’interprétation du film dans son portrait d’une cellule familiale américaine provient largement du dernier plan.

      Quant à moi, être déçu par cette magistrale image, c’est passer à côté du film.

    • Plutôt d’accord avec guillaumeh & cinematographe : la finale de Take Shelter était solide et cohérente avec le reste du film!

    • Tout d’abord je viens de trouver votre blog donc je tiens à dire après un peu de lecture que c’est une super découverte!

      En tant que français j’aimerais apporter quelques précisions quant-aux dates de sorties de certains films mentionnés plus haut : Une séparation, Intouchables, Polisse, A dangerous method, Shame et Habemus Papam sont sortis en 2011 en France (Habemus Papam était d’ailleurs le meilleur film de 2011 selon les Cahiers).

      Pour ma part je ne me retrouve que très peu dans ce classement. J’ai trouvé Holy motors assommant. J’ai aussi souffert devant Cosmopolis (qui est néanmoins est un grand film) et j’ai très moyennement apprécié Faust. Finalement il n’y a que TWIXT que je classerais moi aussi très bien (premier peut-être).

      J’ai raté Take Shelter, Keep the lights on et 4:44 et l’autre film d’Abel Ferrara n’est pas encore sorti en France, tout comme Tabou et Beasts. Et Django Unchained et The Master sortiront en 2013.

    • Bienvenue!

    • cinematographe
      tout a fait d’accord que le film était psychologiquement bien solide, sauf que la finale s’éloignait trop de cette lecture.
      c’était un peu trop brimant de conclure par de la parapsychologie, par la prémonition de Curtis.

      peut-être ai-je les pieds bien a terre, mais cela m’a fait penser au thriller de Stephen King qui reste dans le domaine du possible et qui explose dans une finale avec des extras-terrestes ou encore des bizarreries comme”The Langoliers”

      d’où ma grande déception.

    • Un autre film à ne pas négliger : Life of Pi

      Évidemment, tous ceux qui ont lu le livre diront qu’il est bien meileur et bla bla bla. Aussi, il séduira sûrement plus le public nord-américain (et asiatique?) que le public européen. Enfin, d’aucuns diront qu’il s’agit avant tout d’un film grand public qui prétend être un film d’auteur. C’est quand même un très bon film dont les effets spéciaux sont époustouflants (et je ne suis pas du genre habituellement à accrocher à un film à cause de ses effets spéciaux!).

      Au-Delà des Collines et De Rouille et D’os pourraient également bien se classer selon ce que j’en ai lu (je ne les ai malheureusement pas vus encore… mais je suis un fan de Mungiu & Marion!)

    • Au delà des collines est très austère et manque un peu de rythme, et malgré leur prix d’interprétation à Cannes les actrices n’apportent pas une dimension supérieure au film. Film pas mal sans être très marquant finalement.

      De rouille et d’os n’avait pas un scénario suffisant pour entrer dans ce top. Les ficelles sont trop grosses, c’est un peu larmoyant, bref, tout ce qu’ils n’aiment pas aux Cahiers.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    décembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « nov    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité