Jozef Siroka

Archive du 19 novembre 2012

Lundi 19 novembre 2012 | Mise en ligne à 16h15 | Commenter Commentaires (18)

La revanche des vieux

BESTALT-articleLarge

Une idée reçue persiste depuis plus de trois décennies à Hollywood : les ados et jeunes adultes constituent la clé du succès. Ces derniers temps, cependant, ce segment démographique se révèle de moins en moins fiable, pour preuve les recettes déclinantes au box office au cours des trois dernières années. Les films d’action et de fantaisie, malgré des campagnes marketing de plus en plus sophistiquées, ne parviennent pas à faire déplacer les 13-24 ans aussi facilement que par le passé. Ces derniers délaissent lentement mais sûrement les salles sombres au profit de nouveaux supports médias tels les ordinateurs portables et consoles de jeux.

Afin de pallier ses pertes, l’industrie est en train de recalibrer son offre, visant à mieux accommoder une clientèle nettement plus discrète mais des plus fidèles : les personnes âgées. Un long article du Hollywood Reporter, publié en août, faisait état d’une «révolution tranquille» à l’intérieur du studio system, entamée en 2009 avec Julie & Julia, comédie dramatique culinaire mettant en vedette Meryl Streep. Ce type de film pour adultes atteint habituellement les salles à l’automne ou en hiver, mais Sony a décidé de le sortir en août, période généralement réservée aux blockbusters. Le pari a marché, et Julie & Julia a été un des plus gros succès cet été-là

La revanche des vieux s’explique en partie à travers les chiffres. Aux États-Unis, on dénombre 40,3 millions d’habitants qui ont 65 ans et plus, comparé à 30,7 millions pour les 18-24 ans. À noter que la fréquentation en salle a diminué dans tous les groupes d’âge en 2011, sauf chez les 60 ans et plus, qui constituent d’ailleurs le segment de la population à plus forte croissance, selon le Bureau du recensement. Ce n’est pas un hasard si les films avec des têtes d’affiche vieillissantes – The Bucket List, Gran Torino, Taken, Mamma Mia!, True Grit, The Expendables – attirent autant de spectateurs.

Les personnes âgées, souvent retraitées, disposent également de plus de temps pour les loisirs, proviennent d’une génération où les sorties au cinéma représentaient l’activité culturelle la plus en vogue, et sont davantage sensibles au bouche à oreille, donnant plus de chances à des productions modestes ne bénéficiant pas de moyens de promotion omnipotents.

Une des plus grosses surprises au box-office en 2011, The Best Exotic Marigold Hotel (photo), qui raconte les aventures d’un groupe de retraités britanniques exilé en Inde, a engrangé 131 millions $ sur un budget de 10 millions $. Une suite est déjà en cours. Le réalisateur du film, John Madden, explique ce succès par un traitement léger d’un sujet grave : «Je crois que les gens prennent plaisir à rire à propos de choses que le monde nous demande de prendre au sérieux», a-t-il dit en entrevue au Los Angeles Times.

Même son de cloche chez le producteur de Red (2010), thriller d’action basé d’après un roman graphique de DC Comics, et mettant en vedette Bruce Willis, Morgan Freeman, John Malkovich et Helen Mirren, qui a récolté 200 millions $. «Je crois que ces films fonctionnent parce que pendant très longtemps, les films avec des vieux acteurs étaient très sérieux. Cette nouvelle récolte de films ont une qualité plus juvénile et ne se prennent pas trop au sérieux. Ils essaient d’être du divertissement de masse». Une suite à Red est également en cours, avec l’inclusion du septuagénaire Anthony Hopkins dans la distribution.

Les têtes grises sont maintenant in à Hollywood. Une tendance qui se confirme avec la gériatrisation de plus en plus fréquente de formules autrefois réservées aux plus jeunes. Le meilleur exemple serait Last Vegas, alors que Robert De Niro, Michael Douglas, Morgan Freeman et Kevin Kline (à 65 ans, le plus jeune de la bande) se la joueront The Hangover le lendemain d’un enterrement de vie de garçon dans la Cité du Vice. Le film prendra l’affiche en décembre 2013. De Niro, 69 ans, rejoindra ensuite sur le ring Sylvester Stallone, 66 ans, pour un dernier combat dans Grudge Match (film qui aurait été plus convenablement titré Aging Bull, pour reprendre le clin d’oeil de Vulture). En attendant, on pourra voir Al Pacino, Christopher Walken et Alan Arkin faire les 400 coups dans Stand Up Guys, qui sortira en février.

Et pour ceux qui préfèrent les «films de vieux» un peu moins, disons, fantastiques, on attend avec impatience le drame musical Quartet (à ne pas confondre avec A Late Quartet, en salle vendredi), la première réalisation de Dustin Hoffman. L’acteur de 75 ans a recruté une belle brochette de pros britanniques, dont Maggie Smith, Billy Connolly, Michael Gambon et Tom Courtenay, qui jouent un ensemble de chanteurs d’opéra vieillissants aux prises avec des tensions interpersonnelles. À l’affiche le 11 janvier, par ailleurs la date de sortie de Amour de Michael Haneke, Palme d’Or à Cannes, sur un couple d’octogénaires qui doit faire face à la mort. Faites place les jeunes!

Lire les commentaires (18)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    août 2014
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité