Jozef Siroka

Archive du 16 août 2012

Jeudi 16 août 2012 | Mise en ligne à 14h00 | Commenter Commentaires (19)

Shia LaBeouf chez Lars Von Trier

042612-shia

C’est apparemment la tendance de la semaine : de jeunes superstars beaux gosses habitués aux blockbusters qui s’associent à des projets bien plus artistiques, voire risqués. Après Robert Pattinson chez Werner Herzog, voilà qu’on apprend que Shia LaBeouf jouera dans le long métrage sexuellement explicite de Lars Von Trier, The Nymphomaniac, dont le tournage s’entamera le mois prochain.

«Parce qu’il est dangereux. Il me fait peur. Et maintenant je ne vais travailler que lorsque je suis terrifié», a dit l’acteur de 26 ans à propos du cinéaste danois, hier, en entrevue au Hollywood Reporter. Il précise au sujet de son rôle peu conventionnel : «C’est vraiment ce que vous pensez que ça va être. Il y a une clause dans le scénario qui dit, en gros, on fait [le sexe] pour de vrai. Et tout ce qui est “illégal” sera tourné en flou, mais à part ça, tout sera montré».

L’intrigue de The Nymphomaniac se penchera sur «la vie érotique d’une femme depuis l’âge de zéro jusqu’à 50 ans». Le film sera divisé en huit chapitres portant des intertitres tels «The Western and Eastern Church» ou «The Little Organ School». Le rôle-titre est assuré par Charlotte Gainsbourg, la nouvelle, et probablement la plus courageuse des muses de LVT. Elle sera accompagnée pour l’instant de Willem Dafoe, Stellan Skarsgård et de Nicole Kidman.

Deux versions du film seront montées simultanément, une soft et une hard. Le souhait est que cette dernière soit projetée en première au prochain Festival de Cannes où, suffit-il de le rappeler, LVT est persona non grata…

Peu importe de ce que l’on pense de Shia LaBeouf, force est d’admettre qu’il n’a pas froid aux yeux! On peut également voir son choix comme un solide pied de nez à Hollywood, qu’il a en grippe depuis quelque temps. «Il n’y a pas de place pour un visionnaire dans le studio system, affirme-t-il. Vous donnez à Terrence Malick un film comme Transformers, et il est foutu. Il n’y a aucun moyen pour lui d’exister dans ce monde. [...] Les studios vous donnent de l’argent, et ensuite embarquent dans un avion et viennent sur le plateau de tournage pour vous mettre un doigt dans le cul, et vous poursuivent pendant cinq mois».

LaBeouf regrette cependant sa rixe avec Steven Spielberg, lorsqu’il l’a accusé publiquement d’avoir «échappé la balle» avec Indiana Jones 4. «Il m’a dit qu’il y a un temps pour être un humain et avoir une opinion, et qu’il y a un temps pour vendre des voitures. Ça m’a apporté une délivrance, mais ça m’a aussi anéanti parce que c’était un gars que je percevais comme un senseï.»

Enfin, LaBeouf dit que les blockbusters c’est terminé pour lui. Comme Pattinson, son alignement pour la prochaine année n’inclut que des projets (relativement) indépendants. Il y a The Necessary Death of Charlie Countryman, une comédie dramatique dans laquelle il assure le rôle-titre, un gars sans histoire qui tombe pour la fille d’un caïd ; le drame policier Triple Nine, sa réunion avec le réalisateur de Lawless, John Hillcoat ; et The Company You Keep, nouveau thriller de Robert Redford, qui aura sa première au TIFF.

Avec ces soudaines «défections» de deux jeunes vedettes majeures, on peut bien se demander ce que l’avenir nous réserve. Aura-t-on droit à Taylor Lautner chez Bruno Dumont? Jennifer Lawrence chez Denis Côté? Et pourquoi pas Justin Bieber chez Apichatpong Weerasethakul?

À lire aussi :

> Faites un film pour Lars Von Trier

Lire les commentaires (19)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    décembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « nov    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité