Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 15 août 2012 | Mise en ligne à 14h30 | Commenter Commentaires (10)

    Robert Pattinson chez Werner Herzog

    telawrence

    Robert Pattinson jouera Laurence d’Arabie dans le prochain film de Werner Herzog, Queen of the Desert. On peut comprendre que la méga-vedette de la série Twilight, qui est devenu ces derniers temps le cocu le plus médiatisé de la planète, veuille s’exiler dans le désert à l’autre bout du monde, question de s’éloigner de toute cette hystérie collective, et de panser son coeur brisé…

    Ce qui peut surprendre, par contre, c’est le choix de casting du cinéaste allemand, qui ne nous a pas habitué à des noms aussi… populaires. Mais ce n’est là qu’une impression de surface. Parce que lorsqu’on regarde au-delà du vampire qui fait frémir les jeunes adolescentes, il y a un acteur aux ambitions plus substantielles, qui profite de sa notoriété pour s’associer à des projets plus artistiques, plus demandants.

    robert_wide4

    Il y a récemment eu Cosmopolis de David Cronenberg, film atmosphérique et étrange dans lequel il incarne avec conviction une autre sorte de vampire, issu du monde sanguinaire de la finance cette fois-ci. On le verra prochainement dans le western The Rover, le très attendu second long métrage de l’Australien David Michôd (Animal Kingdom), ainsi que dans Mission: Blacklist, un thriller indépendant retraçant la chasse à Saddam Hussein.

    J’ai évoqué Queen of the Desert en mars dernier, revoici donc :

    Pour son premier film de fiction depuis le déjanté My Son, My Son, What Have Ye Done (2009), Herzog se penchera sur la biographie de l’exploratrice, archéologue, espionne, diplomate et cartographe Gertrude Bell (1868-1926). Sorte de cousine dans l’âme de Fitzcarraldo, Bell a été une envoyée spéciale du gouvernement britannique au Moyen-Orient où, en collaboration avec Laurence d’Arabie, elle a jeté les fondations de l’Irak moderne, autour de 1920. Plus de détails sur cette femme imposante ici.

    À noter que Bell sera incarnée par Naomi Watts. Aucune date de sortie n’a pour l’instant été annoncée.

    À lire aussi :

    > Werner Herzog replonge dans un volcan


    • De deux choses l’une:

      1) Soit les réalisateurs voient quelque chose en Pattinson (que je ne voie pas pour ma part); ou

      2) C’est de plus en plus difficile pour les réalisateurs (même établis) d’avoir du financement.

      Qu’un acteur profite de sa notoriété pour encourager des projets plus artistiques, soit. Mais l’avenir dira s’il a le talent pour le faire.

    • @petibonum

      Dans les faits, on est donc confrontés à deux problèmes majeurs. D’une part, Pattinson n’a tout simplement pas l’envergure (lire, le talent) pour camper un rôle d’une telle ampleur. D’autre part, même s’il s’en tirait honorablement, il souffrirait logiquement des comparaisons de la génialissime performance de Peter O’toole. Ça me semble peine perdue d’avance. Mais sait-on jamais, croisons les doigts espérons être surpris. Contrairement à ce que l’on attendait pourtant avec Cronenberg, sa collaboration avec Herzog pourrait bien être a Pattinson ce que celle avec Terry Gilliam a été pour Brad Pitt. Celle qui l’habilitera en tant qu’acteur de cinéma avant d’être un bellâtre.

    • Pattinson est un acteur intéressant, il a de la substance et a un charisme particulier à l’écran. Il est surement aussi bon que les Johnny Depp et Brad Pitt. Qui ne sont pas des grands acteurs mais qui passent bien a l’écran et qui ont su capitaliser sur leurs forces. Et comme eux il a un désir de faire des projets forts artistiquement.

    • Cosmopolis est pour l’instant mon film no 1 de 2012 (mais je n’ai pas vu le Bela Tarr), et Bobby y est formidable. N’ayant pas vu plus que cinq minutes de Twilight, c’est tout ce que je connais de lui, alors je ne comprends pas trop ce qu’on peut lui reprocher. Je n’irais pas encore jusqu’à le comparer à Brad Pitt (qui est, lui, immense, autant pour ses choix de projet que son jeu, sa feuille de route est exemplaire, surtout ces dernières années), mais il ne déparerait pas un film d’Herzog. Qui a quand même tourné avec Christian Bale et Nicolas Cage, peut-être pas des méga-stars comme Pattinson, mais c’est loin d’être d’obscurs nouveaux venus.

    • @cinematographe

      «Qui a quand même tourné avec Christian Bale et Nicolas Cage, peut-être pas des méga-stars (!?!??! Really???) comme Pattinson, mais c’est loin d’être d’obscurs nouveaux venus.»

      Je ne sais pas quels sont vos standards en termes de «MÉGA-STAR», mais il s’agit là de deux immenses acteurs qui font quand même partie de la Hollywood A-list et dont les films ont engrangé des recettes en s’appuyant bien davantage sur leur talent que sur l’attrait d’une franchise à l’eau de rose pour midinettes. Bon, l’assertion est de moins en moins vrai pour Nick Cage qui enchaîne les navets, mais pour qui je voue quand même le plus grand respect.

      Sur ce, rendez-vous service et allez consulter cette vidéo hilarante:
      http://www.youtube.com/watch?v=8QPKcADzNQs&feature=related

    • @hlynur

      Je ne parle pas de talent, j’entends ici méga-star uniquement en terme de popularité. Pattinson fait la une du People pas mal plus souvent que Bale, et je suis persuadé qu’il attire un plus grand public que Bale ou Cage. Il est vrai que son public est probablement moins varié, mais c’est une figure publique beaucoup plus présente que ces deux-là. Si vous voulez, je parlais de méga-star en terme de potinage, pas de cinéma.

      Ouais, c’est en effet ce que j’entendais par le mot «populaire» dans mon post… -js

    • @cinématographe

      Justement. C’est ce qui est a fortiori inquiétant. Si Bale et Cage sont devenus des «méga-stars», c’est beaucoup plus en raison de leur talent que de leurs belles gueules ténébreuses. Faire appel à une vedette qui a principalement construit sa réputation sur des rôles jusqu’à ce jour plus ou moins superficiels est un choix beaucoup plus risqué que celui d’une vedette qui a déjà fait ses preuves dans des films autres qu’Hollywoodiens.

      Néanmoins, un peu comme vous, je ne me sens toutefois pas trahi outre mesure par ce qui pourrait avoir l’air d’un choix un peu démagogique (à plus forte raison dans votre cas si vous avez apprécié COSMOPOLIS). Je suis persuadé que, tout comme Cronenberg, Herzog saura exploité l’once de talent que l’on peut trouver au jeu falot de Pattinson.

    • Quatre mots: Ryan. O’Neil.l Barry. Lyndon.

      Je n’ai pas encore vu COSMOPOLIS mais Ciné, vous me mettez l’eau à la bouche, d’autant plus que A DANGEROUS METHOD est mon film préféré de l’année à date (et bien loin devant le Bela Tarr).

    • Pattison est formidable, très bon choix.

    • Je ne crois pas qu’il soit possible de surpasser la performance magistrale de Peter O’Toole dans le célèbre film de David Lean “Lawrence d’Arabie” (1962). C’est un classique. La bande sonore de l’ouverture est grandiose, elle me fait encore frémir. Et ce, avec tout mon respecet pour Werner Erzog.

      Yvon Turcotte

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité