Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 14 août 2012 | Mise en ligne à 14h45 | Commenter Commentaires (11)

    Colin Farrell est un drôle de psychopathe

    first-poster-arrives-for-seven-psychopaths-101363-00-470-75

    En 2008, la carrière de Colin Farrell a bénéficié d’un sérieux lifting grâce à la comédie noire In Bruges, un des films les plus originaux de la décennie. Le réalisateur Martin McDonagh, un dramaturge réputé, avait su extraire chez son compatriote irlandais un charme comique et une certaine vulnérabilité virile qu’il n’avait pas réussi à démontrer dans ses performances précédentes, alors qu’on tentait de le cantonner dans des rôles de macho avec fusil et/ou femme au bras.

    La Femme et le Fusil sont peut-être présents dans In Bruges, ainsi que dans le nouveau McDonagh, Seven Psychopaths, mais ces quasi nécessités narratives (parlez-en à Godard!) baignent à fond dans le deuxième degré, voire dans une relecture meta du cinéma de genre. Et c’est là la force de Farrell, qui s’exprime à son mieux lorsqu’on lui demande de ne pas trop se prendre au sérieux, de transcender son image polie de leading man (à ce titre, louez-vous sans faute Horrible Bosses!).

    seven-psychopaths-1_0292012_115338

    Pour revenir à Seven Psychopaths, Farrell incarne Marty, un scénariste alcoolique qui a de la difficulté à terminer un scénario intitulé… Seven Psychopaths. Il est soudainement inspiré par les évènements de son propre quotidien lorsque son ami Billy (le toujours réjouissant Sam Rockwell), un acteur sans emploi et voleur de chien à temps partiel, kidnappe le Shih Tzu d’un inquiétant psychopathe (Woody Harrelson). Marty sera accompagné dans ses mésaventures par sa copine (Abbie Cornish), celle de Billy (la Bond Girl Olga Kurylenko) et de Christopher Walken, un homme religieux au passé violent. On retrouve également un Tom Waits étrange tenant jalousement un lapin de compagnie…

    Seven Psychopaths aura sa première mondiale au TIFF (6 au 16 septembre) et prendra l’affiche en Amérique du Nord le 12 octobre.


    • Un autre excellent acteur qui galvaude bien trop souvent son talent dans des films douteux.
      Dans un registre plus premier degré, il était néanmoins excellent dans TIGERLAND de Joel Schumacher, film d’un réalisateur qui galvaude son talent dans la boisson et les navets.

    • You had me at “Sam Rockwell”!

      Rockwell est le nouveau Steve Buscemi: un acteur de talent à qui on devrait confier davantage de rôles sérieux, mais qui est désavantagé par un physique singulier.

      Rockwell peut porter un film à lui seul (Moon), mais n’a pas l’occasion de le faire très souvent.

    • @le_gaucher

      J’aurais plutôt tendance à dire qu’il est avantagé par ce physique singulier et ce bien qu’il doive se cantonner plus souvent qu’autrement au profil de ce que les américains appellent le «CHARACTER ACTOR». Ce qui lui a toutefois permis de se construire une niche de choix parfois plus ingrate, mais beaucoup plus intéressante que celle d’un leading man trop lisse. Dans le même registre, je pense notamment à des acteurs comme P.S. Hoffman qui ont galéré pendant des années avant de se voir consacrés dans des rôles de premier plan.

      Faudrait qu’il déménage de l’autre côté de l’Atlantique là où seuls des types avec des tronches pas possibles finissent par devenir de réelles stars (Daniel Auteuil…. Jamel Debbouze… )

    • Ca semble intéressant, un film avec la douce ironie des années 90. La période après Pulp Fiction et avant septembre 2001.

      Par contre j’ai trouvé Horrible Bosses assez décevant. Mais c’est vrai que Farrell est très drôle.

    • Effectivement, j’adore Sam Rockwell… et j’aime bien Colin Farrell… et Christopher Walken… et le Shih Tzu sur la photo!

    • Le_Gaucher at dit: “You had me at “Sam Rockwell”!”.

      Je ne peux que rajouter +1.

      J’ai aimé In Bruges, j’ai failli voir le remake de Total Recall à cause de Farrell (mais j’attendrai sa sortie au ciné-dollar). Merci de me rappeller d’aller chercher Horrible Bossers, un film que je voulais voir pour Kevin Spacey.

    • In Bruges est mon film préféré de 2008. Sharp as a razor, comme dirait Gary Busey. Martin McDonagh a démontré qu’il avait autant de talent derrière la caméra que comme dramaturge. The Pillowman est une des meilleures pièce de théatre que j’ai vu, et la même énergie se retrouve dans In Bruges. C’est pas pour rien qu’il a pu attirer Farrell, Brendan Gleeson et Ralph Fiennes, tous de très bon acteurs , pour son premier film…

      Donc, pour Seven Psychopaths, j’irais voir ca qu’importe qui y figure. Et avec une telle brochette de talent, c’est juste un gros bonus. Rockwell, Walen, Waits…

      @la soldate

      Horrible Bosses est correct, sans plus, avec un excellent casting (Charlie Day, de loin le plus hilarant des 3 acteurs principaux, qui sont tous correct), mais c’est en effet les 3 patrons qui volent le show. Et Kevein Spacey de le plus drabe des 3…. Jennifer Aniston est, pour une fois, vraiment bonne, mais c’est Farrell qui vole le show. Et c’est encore plus pissant quand on apprends que c’est lui qui a contribué au manièrisme et au look du personnage.

    • @ hlynur

      “Ce qui lui a toutefois permis de se construire une niche de choix parfois plus ingrate, mais beaucoup plus intéressante que celle d’un leading man trop lisse.”

      Très juste.

      On ne peut pas dire qu’il s’écrive énormément de premiers rôles intéressants dans le cinéma mainstream par les temps qui courent. Alors tant qu’à embaucher un acteur pour jouer un rôle sans profondeur, aussi bien prendre le pretty boy qui va vendre des billets ou encore la vieille pantoufle confortable que le public suit depuis des années.

    • En tous cas moi je vais aller le voir c’est certain. J’aime bien le vieux type Christopher Walken, j’ai toujours l’impression qu’il ne se prend pas pour une autre…

      Et ye, le ti-chien c’est assez dur d’y résister non?

    • @le_gaucher,

      vous dites :«On ne peut pas dire qu’il s’écrive énormément de premiers rôles intéressants »

      Vrai.

      Mais admettez aussi qu’on ne peut pas réinventer la roue! C’est comme en chanson, tout a été dit je pense bien.

      De nos jours, il n’y pas beaucoup de «nouveau» tout ce qu’on fait à notre époque c’est de «ré-interpréter les thèmes fondamentaux».

      Moi ça me va, je n’ai plus envie de me brasser les méninges ! (LOL) Je suis dans une époque ou j’ai envie de «légèreté» très légère… Mais bon chacun son «mood»!

    • (à ce titre, louez-vous sans faute Horrible Bosses!).
      ———————————–

      Vu hier soir et, pour une comédie, très bon.

      Aniston est très h-o-t !

      merci pour la suggestion

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    janvier 2009
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité