Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 16 mai 2012 | Mise en ligne à 1h00 | Commenter Commentaires (7)

    L’art de l’affiche rétro

    1a4b0395fc1505b907be5f708c6cbebb

    Pour être plus précis, il s’agit de réimaginations rétro de films déjà existants, d’un voyage dans la quatrième dimension du cinéma. Le graphiste new-yorkais Peter Stults a transformé des affiches de films contemporains comme s’ils avaient été produits dans les années 1950-1960.

    Au-delà de l’aspect visuel exquis de ces créations, on salue les excellents choix d’acteurs et de réalisateurs substituts. Ci-dessous, James Dean «préprenant» le rôle de Driver (dans le «prémake» réalisé par John Ford) relève pratiquement de l’évidence.

    85d53eb378ac684fcb30d58970501fc3

    Ce qui frappe particulièrement l’imagination dans ce cas-ci, c’est de retrouver Spencer Tracy dans la peau du méchant mafioso Bernie Rose, campé dans la version originale par Albert Brooks. Deux acteurs de différentes générations, liés cependant par la nature d’un rôle à contre-emploi. Plutôt brillant.

    Peter Stults propose 17 affiches en tout. On retrouve par exemple 2001: Odyssee Im Weltraum de Fritz Lang. Le grand réalisateur allemand signe également Inception.

    61fe905b73903dc5ce28782c0977754d

    Une de mes préférées: Trainspotting de Jean-Luc Godard avec la crème des acteurs british des swinging sixties.

    5b34939436c0b72d3c09a681c05d673a

    Le choix de casting le plus inspiré (mis à part Klaus Kinski dans la peau du nihiliste dans The Big Lenowski) se doit d’être Christopher Walken pour le rôle du T-1000 dans The Terminator 2. Si seulement cette fantaisie pouvait devenir réalité!

    t2

    Les autres affiches, dont celles de Pulp Fiction, The Fifth Element, The Hangover, Superman
    ou Avatar, à consulter ici.


    • BRAVO! pour cette perle.

    • Génial!

    • Wow!!!

      J’adore Unbreakable et Inception. The 5th Element est solide (et tellement kitsh!). Die Hard est freakante par contre.

      Et j’adore les punch lines : “If he asks : Are you Sarah Connor? Just Say No!”

      N.B. Richard Kiel a l’air d’une brute demeurée…. il me fait littéralement peur sur l’affiche! :)

    • Et bien, je semble être prédestiné à ne pas avoir la même opinion que les autres depuis quelques temps!

      J’ai préféré The Fighter à Warrior. Vrai que les 2 acteurs principaux ont été incroyablement bons et crédibles (surtout après avoir vu le montage du film avec entrevues et entraînement), mais point de vue scénario, c’était trop télégraphié et surtout trop peu élaboré. Je ne parle même pas du dernier 30 minutes qui était écrit dans le ciel (et c’est correct ainsi, bravo pour ne pas avoir tenté de réinventer le genre). Je dis simplement que les crises américaines à la base de l’intrigue et du build-up ont justement été traitées comme une série de clichés. Par ailleurs, là où j’ai clairement préféré Rocky à Warrior, c’est qu’on voyait davantage le quotidien du guerrier alors que dans Warrior, le film commence trop brusquement sans qu’on sache ce qui a mené au conflit familial (et les flashbacks sont minimes par la suite, trop peu éloquents du moins!).

      Bref, un bon film crédible, authentique (dans la mesure de ma connaissance limitée du sport) avec 2 solides performances d’acteur, mais point de vue scénario/intrigue/suspense/originalité, je donne l’avantage à Fighter, à Rocky, à Wrestler et à Fight Club pour ne nommer que ces 4 là.

      Ceci dit, je suis 100% d’accord avec cette phrase de Jozef :

      “Je considère Warrior comme un triomphe du cinéma middlebrow, dont l’ambition n’est pas de révolutionner le monde, de mystifier l’élite intellectuelle, mais de fournir une oeuvre honnête qui respecte foncièrement l’intelligence du grand public. Un fait bien trop rare de nos jours.”

      Bravo, un énoncé parfait qui résume à 100% ma pensée!

    • Zappa, c’qu’y fait là! (Oui oui, guest dans une couple de séries télé, mais bon.)

      Zappa, s’il avait eu un rôle dans un film contemporain, il aurait tourné avec qui? Peut-être Tarantino? Ou peut-être remplaçant de moustache (avec du poil sur le menton en prime) dans There Will Be Blood? Et au moins un Jim Jarmusch au travers de ça!

    • 200 motels!

    • @la_roy

      Il aurait remplacé Pauly Shore dans Son in Law (1993)! :)

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    janvier 2012
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité