Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 23 avril 2012 | Mise en ligne à 14h25 | Commenter Commentaires (50)

    Jack Nicholson : votre performance préférée?

    tumblr_m1xk1qv5cQ1r3d8abo1_1280

    Jack Nicholson a célébré ses 75 ans, hier. L’acteur plus grand que nature a ralenti son rythme au cours des dernières années, semble effectivement en pré-retraite. Il faut remonter à 2007 pour trouver son nom au haut de l’affiche, dans la comédie peu aimée The Bucket List. En 2010, il a assuré un rôle de soutien dans une autre comédie, How Do You Know, retour derrière la caméra très mal accueilli de James L. Brooks. Rappelons cependant que Nicholson a obtenu de deux de ses trois Oscars sous la direction du cinéaste : Terms of Endearment (1983) et As Good as It Gets (1997).

    Nicholson n’a bien sûr plus rien à prouver. Même s’il avait mis fin à sa carrière il y a 35 ans, il figurerait quand même dans le panthéon des géants du cinéma. En effet, rappelons-nous de sa période extraordinaire du début des années 1970 : Easy Rider (1969), Five Easy Pieces (1970), Carnal Knowledge (1971), The Last Detail (1973), Chinatown (1974), Profession: Reporter (1975), One Flew Over the Cuckoo’s Nest (1975). De grands films, de grandes performances.

    Après ces années de gloire, on a parfois connu un Nicholson quelque peu cabotin, acceptant des rôles moins ambitieux, se contentant de jouer du… Jack Nicholson. Ce qui n’est pas un reproche en soi (son travail dans The Shining (1980) et Batman (1989) atteint des sommets du jeu hyperbolique). Seulement, certaines de ses interprétations post années 1970 pouvaient se montrer moins intéressantes d’un point de vue dramatique. Mais il y des exceptions. Dans The Crossing Guard (1995), Blood and Wine (1996), The Pledge (2001) ou About Schmidt (2002), on retrouve le Nicholson sensible et introspectif des belles années.

    Enfin, il ne faudrait pas oublier sa filmographie pécédant Easy Rider. Je pense notamment aux deux westerns «acides» de Monte Hellman, Ride in the Whirlwind (1965) et The Shooting (1967).

    ***

    Maintenant, un petit défi, juste comme ça : si vous ne pouviez apporter qu’un seul film avec Jack Nicholson sur une île déserte, lequel ce serait?

    J’opte pour The Last Detail de Hal Ashby, un modèle de cinéma contre-culturel des années 1970, dans lequel deux marins bourrus doivent escorter un des leurs en prison et, chemin faisant, lui font vivre des aventures mémorables. Nicholson, qui a remporté pour ce rôle le Prix d’interprétation masculine à Cannes, offre une performance d’une liberté et d’une intensité absolument inouïes. Et, malgré la rudesse de son personnage, fait preuve d’une délicatesse et d’une honnêteté des plus touchantes.

    Voici un récent montage intitulé «Jack Nicholson On Fire», qui rend compte de quelques
    unes de ses prestations les plus explosives :

    J’ai trouvé cette vidéo sur l’agrégat Mubi, qui propose une multitude d’hyperliens à propos de l’héritage de l’acteur.


    • Je ne sais pas le titre (moi et les titres ! Une chanson !!) mais il jouait avec Diane Keaton, son personnage était un vieux beau qui refusait d’admettre qu’il était amoureux… C’était une bon film et bizarrement le seul qui m’ait fait croire qu’il (Jack) pouvait jouer les amoureux…

      Oui je l’avais bien aimé mais Seigneur quel était le titre ??? Sait pas.

    • @gofrankiego
      Vous pensez à “Something’s gotta give”.

      Si j’avais un seul de ces films à amener, ce serait The Shinning. Autant pour Nicholson que pour le film lui-même.

      Par contre, si mon choix devait être uniquement basé sur la performance de Jack, j’aurais beaucoup de difficulté à choisir entre “One flew over the cuckoo’s nest”, “Easy Rider” et “The shinning”. Je serais aussi tenté par son jeu dans “Five easy pieces”, “the last detail” mais également certain de ces fims plus récents comme “As good as it gets”, “A few good men” et “Mars Attack”.

    • Un des meilleurs acteurs de tous les temps après Claude Legault et Roy Dupuis.

      Mais sans farce dans cette belle liste j’ajouterais A Few Good Men, sans que ce soit top 5, pour moi c’était une des premières performances que j’ai vues de lui avec Batman, alors que j’étais jeune (7-10 ans).

    • hummm je vais être Wierd…. mais j’ai adoré Nicholson dans The Departed…. il est plus vieux mais à un rôle de nuance et très complexe qui m’a vraiment faciné.
      Se qui me fait peur c’est son age…. je sais que bientot … je verais une breaking news que j’aimerais pas…

    • Pour moi Nicholson est certainement l’un des mes acteurs préféré avec DeNiro. Je l’ai découvert enfant avec Batman et je me suis tout de suite rendu compte à quel il pouvait être bon pour faire un méchant. Je pense aussi à The Departed et The Shining.

      Mon préféré reste One flew over the cukoos’s nest, suivi de près par Chinatown et Five easy pieces. Je n’ai jamais vu The last detail soit dit en passant. Un film qui m’intrigue dans sa filmographie, j’aimerais avoir votre avis sur Prizzi’s Honor.

      Je dois admettre que je ne l’ai pas vu non plus! Je vais le louer aujourd’hui. -js

    • Merci @teamstef. C’est exact ! C’est celui-là

      Curieusement cet acteur est crédible dans différent personnage mais jamais en homme aimant… Bizarre non !

    • Sa meilleure performance: About Schmidt. Le fil du rasoir entre le comique et le tragique.

      Film à apporter sur une île déserte: Chinatown. Une solide performance dans un grand classique.

      Sa pire performance: The Departed (désolé philippe). Jack à son plus cabotin.

    • Five Easy Pieces est un de mes films préférés, alors le choix est facile pour moi. Son interprétation de Robert Dupea, ce drop-out asphyxié par le talent, est en parfaite symbiose avec ce personnage.
      On dit que “qui peut le plus peut le moins”, ce qui s’applique parfaitement au cas du protagoniste principal de ce film comme des capacités d’acteur de son interprète.

    • Pour moi, sa meilleure performance, c’est sans ambigüité parmi les films que j’ai vus :

      One Flew Over the Cuckoo’s Nest (1975) à égalité avec As Good As It Gets (1997).

      Et si Heath Ledger n’avait pas servi une performance aussi remarquable, j’aurais inclus celle de Nicholson dans Batman à égalité avec les 2 films ci-haut mentionnés!

      Et pour mon film préféré avec J.N. (sans nécessairement être sa meilleure performance) : clairement The Departed comme l’a mentionné philippeleroyaudy : quel film exceptionnel !

      … Something’s gotta give était effectivement très bon … et touchant, j’ai beaucoup aimé!

    • Hors sujet : j’ai vu The Descendents hier soir et je dois dire que je ne comprends absolument pas les éloges à l’endroit de ce film. Ce fut certes un film bien mené avec un scénario, une direction et un jeu d’acteurs de qualité, mais de là à l’encenser, il y a une méchante marge… Je peux penser sans trop me forcer à au moins 10 films en 2011 qui lui furent supérieurs (et à au moins 200 depuis mon enfance !).

      Éclairez-moi quelqu’un : qu’est-ce que ce film avait de si exceptionnel qui m’a échappé???

    • En 1989, j´avais 10 ans quand j´ai vraiment découvert le géant du cinéma qu´était Jack Nicholson avec le film Batman.

      Les grands classiques de Jack :

      - One Flew Over the Cuckoo’s Nest

      - Easy Rider

      - The Shinning

      J´ai adoré Jack Nicholson dans The Departed et dans A Few Good Men.

      C´est le silence radio sur la performance de Nicholson dans The Witches of Eastwick (1987)…

    • One flew over the cukoos’s nest, inoubliable.
      Un grand film, un grand acteur “fou” avec les fous.

      About Schmidt, malheureusement passé sous le radar.
      Nicholson en nouveau retraité voit clair dans toutes ses relations personnelles ou professionnelles; il choisit de dire (ou pas) le fond de sa pensée. Absolument touchant lorsqu’il “échange” avec son nouvel ami disons… virtuel. Un retraité et sa solitude. C’est comme si à travers Schmidt on découvrait le côté obscur de Nicholson.

    • «As good as it gets» et sa réplique qui rallie même les détracteurs de films romantiques (dont je suis): «My compliment is: You make me want to be a better man».

    • Sur une note plus légère, j’avais fort apprécié sa performance dans Anger Management (Méchants malades)… d’ailleurs une des dernières bonnes comédies d’Adam Sandler.

      About Schmidt m’a aussi marqué (malgré le fait que je n’avais que 15 ans lorsque je l’ai vu), un rôle d’une grande sensibilité où il réussit à nous faire vivre le vide que vit son personnage comme si tout l’univers se résumait à ça.

    • Nicholson et Brando, ensemble dans quel film?

      The Missouri Breaks (1976) – js

    • N’oublions pas que Nicholson était voué à une carrière de scénariste producteur auprès de Corman entre autre. Le chef-d’oeuvre de ces débuts, au même rang que Chinatown ou Shining, The Shooting. Une rareté en son genre, un film philosophique!

    • Et que le succès d’Easy rider n’aurait probablement pas été possible sans The Trip, scénarisé par Nicholson, ou sans Psych out dans lequel il jouait.

    • Oui, the Shooting, superbe! (Que j’ai eu la chance de voir sur grand écran, à la cinémathèque il y a quelques années, une copie peut-être trop rougie mais que je n’échangerais pas pour une version numérique impeccable…) Le dernier Hellman est assez réussi d’ailleurs, Road to Nowhere, qu’à peu près personne ne semble avoir remarqué par ici, malheureusement.

      Sinon, Nicholson pour moi c’est surtout Shining et Chinatown (pas vu the Last Detail), deux films que je revoie régulièrement avec grand plaisir.

    • Pour Jack, ce serait Chinatown, tout en mystère et nuances.

      HS de Procosom: Je viens aussi de voir Descendants hier et sérieusement, cette histoire est nulle. Un autre scénario raté sans aucune émotion authentique de A à Z. Une belle petite job technicienne comme les pro d’Hollywood savent en faire de temps en temps. Si le film n’était pas tourné à Hawaï, il n’y aurait absolument aucun intérêt à le voir. TRÈS déçu. J’ai eu ma dose de Ukulélé pour au moins 2 ans.

    • http://www.youtube.com/watch?v=6wtfNE4z6a8

      À voir, tirade olympique. Classique. Très surpris que cet extrait ne figure pas dans le bestove «Jack Nicholson on fire».

    • One Flew over the…

      Le problème de Jack est, comme vous l’avez mentionné, tous les rôles de cabotinage qu’il a acceptés. Je pense entre autres au film Les Sorcières d’Eastwick… Nicholson a fini par jouer du Nicholson et non les personnages qu’on lui attribuait. Des caractériels à la limite du point de rupture.

    • Ouf … pas facile comme question, si on ne choisi qu’un seul film, j’y vais avec ‘One Flew Over the Cuckoo’s Nest. Parmi les films que j’ai vu de lui, j’ai adoré ces performances dans ‘The Shining’ et ‘Batman’.

    • Merci M. Siroka, vous m’avez donné le goût de revoir ‘One Flew Over the Cuckoo’s Nest’ qui existe en format bluray et dont on dit que la qualité vidéo est fort décente.

    • je suis partager entre shinning et cette image qui me reste dans la tête ; celle ou on le voit passé la tête à travers la porte qui a été débiter à coup de hache et vol au dessus d’un nid de coucou mais je me souviens d’une performance m. Siroka qui me vient à l’esprit ces celle ou il joue jimmy hoffa , il est tellement jimmy hoffa qu’on a de la misère à reconnaitre Jack Nickolson même si il y a assez longtemps que je n’ai pas vu ce film .

    • @ toleto

      Oui dans Hoffa, on y croit complètement. C’est pas un super film, mais on y croit quand même.

    • Moi j’irais avec Chinatown, si chu pogner sur une ile déserte, j’aime mieux voir Faye Dunaway a l’écran que l’infirmière sadique de Vol au-dessus d’un nid de coucou ou la niaiseuse dans The shining.
      J’ai bien aimer sa performance dans About Schmidt, As good as is get, Blood and wine. Five easy pieces l’ait vu une fois…Karen Black est-elle morte ? On la voyait beaucoup au cinéma début des années 70 et est comme disparue de la mappe.

    • THE SHINING! Affreusement effrayant et vulnérable. Une grande performance!

    • Here’s Johnny!!!
      Psychopathique, complètement surréaliste, tout simplement!

      The Shining sans contredit

    • Moi aussi THE SHINING ! Lui seul pouvait camper ce rôle !

    • …Nicholson pour moi c’est un peu comme Philippe Noiret. J’aime tout ce qu’il fait. D’accord, des fois Nicholson se contente de «faire du Nicholson» et Noiret «faisait du Noiret» mais bon, quand on aime un acteur, comment discriminer?

      Comme plusieurs, j’ai bien aimé The Last Detail, One Flew…, Easy Rider, Chinatown, A Few Good Men…!

    • J’ai revu “One flew…” cet hiver, pour la 1ère fois depuis mon enfance, fin ‘70… Quel film et quelle performance de la part de ce grand acteur. Même son cabotinage dans ses films plus récents est apprécié. Sa seule présence rehausse le plaisir de voir un film, qualité rare propre aux légendes, ce qu’il est déjà. “The shining”, “As good as it gets” (il est pissant!) et “About Schmidt” figurent parmis mes favoris mais je me rends bien compte que ses premiers classiques manquent à ma culture… J’y travaille!

    • @HS de Procosom et Kurtz

      Ouaipe, the Descendants c’est nul, dans mon top 5 des pires films 2011. Je ne trouve même pas que c’est une belle job de technicien, la mise en scène est inexistante (on filme le gars qui parle, sans se poser plus de questions) et le scénario est hyper-explicatif (genre: un personnage inutile au début du film qui nous explique les enjeux, et au cas où on ne les aurait pas encore compris, Clooney les répète pratiquement mot pour mot en voix off), toutes les scènes fonctionnant de la même façon (les persos sont en colère, ce qu’il leur permet de se dire plein de vacheries pour être drôles, mais vu qu’ils sont en colère, on peut les “comprendre” et supposément être ému). Sans compter la mère dans le coma sur qui on décharge toutes les responsabilités des problèmes familiaux, ce qui est bien pratique puisqu’elle ne peut pas répliquer, la musique rapidement insupportable et les stéréotypes ambulants, comme le gars-apparemment-imbécile-mais-que-l’on-finira-par-comprendre-parce-qu’il-vit-le-même-problème-que-les-autres-une-révélation-qui-dirigera-enfin-le-personnage-principal-vers-la-bonne-voie.

      Bref, s’il y a un problème présentement dans le cinéma américain, ce n’est pas à Hollywood même, mais dans ses petites médiocrités indépendantes encensées on ne sait trop pourquoi (Take Shelter étant une heureuse exception, un grand film).

    • The Pledge, pour la simple et bonne raison que je ne m’attendais plus à une telle interprétation de sa part.

    • Seul sur île déserte? The postman always ring twice. Pas pour Nicholson, pour Jessica Lange :-)

    • Alors M. Siroka, avez-vous regardé Prizzi’s Honor? Pour ma part je suis dans ma passe films de samurais, hier soir j’ai regardé Rashomon que j’ai adoré. Mes préférés sont Kagemusha, Seven samurai, Ran, Yojimbo, Rashomon et j’ai un plaisir coupable à voir Shogun Assassin. Il me reste Harakiri et Three outlaw samurai à voir. Vous en avez d’autres digne de mention?

    • J’ai justement enregistré The Shining, il passait en HD à la télévision cette semaine. C’est toujours aussi bon et effrayant, ça vieillit bien! Je n’ai jamais vu One flew over…

      Avec un 8.8 sur IMDB et 5 oscars, je crois savoir le prochain film que je vais louer!

    • Sans contredit “One flew over…” quoique “As good as…” ainsi que “The Shinning” complèterait fort bien un Top 3. Cela dit, je trouve dommage que le film “The Bucket List” soit sous-estimé puisque pour ma part, j’ai bien apprécié même si ce n’est évidemment sa meilleure prestation.

    • Il ne faut pas oublier cette merveilleuse performance dans Tommy… ou encore sa brève apparition en tant que lui même dans Head des Monkees. Ou le rôle du patient masochiste dans Little Shop of Horrors

      Blague à part, j’adore ses performances dans Terms of Endearment, As Good As It Gets et One Flew…

      Il a aussi eu un caméo de poids dans Broadcast News, si mes souvenirs sont bons.

    • J’aime cet acteur, il est un vrai, il est un grand acteur; tout rôle semble si facile pour lui. One Flew Over the Cuckoo’s Nest est celui qui m’a vraiment touché; et il y en a d’autres. Mais j’ai aussi aimé the Bucket List; deux hommes de caractère, malades, mais encore assez forts pour se dire que ce n’est pas fini, mais qu’il est quand même temps. Eh! que j’aimerais pouvoir vivre certains moments rêvés avant de mourir. Je peux toujours espérer…

    • Chinatown et The Shining avec, pas très loin derrière, One Flew Over The Cuckoo’s Nest. Chinatown pour le charme et la subtilité de son cynisme : il a l’air au dessus de ses affaires tout en étant en perpétuelle hésitation. Dans Shining, pour son animalité sans pareil – d’ailleurs, il allait reprendre sensiblement les mêmes mimiques pour interpréter son loup-garou dans le assez médiocre Wolf de Mike Nichols en 1994. Il réussit tellement bien à combiner une forte présence physique avec une riche vie intérieure. Il est un des rares acteurs à donner l’impression qu’il est réellement en train de devenir fou. Sans aucun doute un des plus grands acteurs de sa génération, avec De Niro bien entendu.

    • @cinematographe & Kurtz

      Et le pire, c’est qu’on voyait venir un mille à l’avance les “punchs” du film. Au moins si on avait pu être surpris à 2-3 occasions, ça aurait aidé à faire passer la pilule, mais non : tout était prévisible et linéaire. Et la musique m’a effectivement tappé sur les nerfs assez rapidement!

      C’est pas des blagues : j’ai préféré le film très très moyen (pour ne pas dire très faible!) Baxter que j’ai regardé hier soir à Descendents la veille. Au moins, il fut divertissant à quelques reprises, ce que ne fut aucunement Descendents…

      Haaa, ces américains…

      Et pour revenir à Nicholson : je le préfère avec une bonne marge d’avance à Pacino & De Niro qui n’ont pas aussi bien vieilli depuis 15-20 ans… Le dernier grand film de Pacino, c’était quoi : Carlito’s Way? Ça commence à faire un bout…

    • J’ai aussi un petit faible pour son rôle dans Easy Rider, particulièrement son apparition, un lendemain de veille en prison avec la bouche pâteuse…

      @ProCosom

      Effectivement, la carrière de Pacino n’est plus ce qu’elle était mais je me dois tout de même de souligner son extraordinaire performance d’avocat maccarthyste dans Angels In America de Mike Nichols en 2001 je crois. Et puis, il y a aussi ses rôles avec Michael Mann: Heat et The Insider.

    • @ pilac9

      Je dois avouer que je m’attendais à beaucoup plus de Heat. Cela fait un bon bout de temps que je ne l’ai pas vu, alors peut-être que mon appréciation serait différente, mais dans le même style j’ai préféré Collateral & The American, et évidemment toute la série des Bournes bien que plus rythmée.

      Pacino & De Niro demeurent parmi mes préférés, mais je crois qu’il furent moins dominants que Nicholson disons depuis 1995 alors que Nicholson a continué de faire quelques grands rôles et/ou quelques grands films encore tout récemment.

      Si je devais me prononcer, je dirais que Nicholson est le plus grand d’entre tous bien que Pitt, De Niro, Pacino et quelques autres ne soient pas loins derrière.

    • Pour ma part, la scène mémorable, il y en a des milliers mais bon!!!, est celle du dialogue ‘imaginaire’ au bar dans The Shinning…Nicholson est absolument délicieux dans son délire…

    • FIVE EASY PIECES : pour le Nicholson en colère (scène du restaurant – I want you to hold the chicken between your knees ! ;), Nicholson frustré et coupable (colère dans la voiture puis retour dans la maison pour se résigner à demander à sa copine en pleurs (Karen Black) de l’accompagner) et Nicholson émouvant (scène avec son père muet et paralysé) … “You keep on talking about the good life, Elton, ’cause it makes me puke !”

    • En passant, chers fans de Nicholson, vous pouvez voir Jack accorder une rare interview d’une candeur exceptionnelle dans l’excellent documentaire CORMAN’S WORLD (sur, vous l’aurez deviné, la carrière du prolifique réalisateur Roger Corman, qui a donné sa première chance à Nicholson). Vers la fin, Nicholson remercie Corman pour tout ce qu’il a fait pour lui avec une émotion que ses éternelles lunettes fumées n’arrivent pas à masquer … À voir !

    • As good as it gets !

      Mais je ne suis pas un fan de Nicholson. Il est trop !

      Son film le plus détestable : One Flew Over the Cuckoo’s Nest

      pb

    • Question comme ca, parfois on entend dire a Hollywood, que genre, le premier Dirty Harry a été proposer a Frank Sinatra qui a refuser parce qu’il trouvait ca trop violent; le premier James Bond était destiné a Cary Grant selon la petite histoire, mais il aurait refuser, se trouvant trop vieux; Jack Nicholson a t-il refuser des roles qu’il aurait peut etre du accepter ?

    • @teddybear

      J’ai entendu dire que Danny DeVito avait refusé le rôle de Julius dans Twins car il se trouvait trop petit pour ce rôle. Arnold Schwarzenegger aurait également refusé le rôle de Vincent car cela lui semblait un peu absurde après avoir lu le scénario. L’équipe de casting a alors eu l’idée d’inverser les offres et les deux acteurs ont tout de suite acceptés! ;)

      Trêve de plaisanteries, voici un lien qui devrait répondre à votre question (même si je ne suis pas certain de la fiabilité de cette sources mais en même temps, les sources ne sont jamais totalement fiables pour ce genre de chose):

      Actors-Actresses: Roles they refused or didn’t get

    • Shining!!!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité