Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 29 août 2011 | Mise en ligne à 0h00 | Commenter Commentaires (54)

    Jim Carrey ou «Jim Carrey»?

    PX170_6E18_9

    Qui est-ce qui a livré ce curieux monologue, intitulé Message to Emma Stone, qui fait fureur sur le web depuis mercredi dernier? Est-ce Jim Carrey, le fameux acteur de comédies de 49 ans? Ou bien «Jim Carrey», grand admirateur (et interprète) de l’artiste de performance Andy Kaufman, qui met en scène son propre personnage?

    Le principal intéressé a maintenu l’ambiguïté quant à sa déclaration d’amour à la vedette rousse de 22 ans via son compte Twitter: «Mon message à Emma était un sketch de comédie. Mais tout ce que j’ai dit est sincère. [...] On me demande toujours si je rigole ou si je suis sérieux: La réponse est OUI.»

    Quoiqu’il en soit, le message témoigne soit d’une émotion candidement honnête, soit d’un grand talent de comédien. Ou, comme l’insinue Carrey lui-même, des deux. En effet, j’aime bien y voir un homme pris dans un tourbillon kaufmanesque, devenu incapable de discerner illusion et réalité, livrant ses états d’âme sans réserve ou peur du ridicule. C’est à la fois tendre et inquiétant.

    Sur la vidéo ci-dessous, Carrey se filme en gros plan, le cadre instable, sans maquillage ni éclairage flatteur. Il dit notamment: «Emma, je pense que tu es tout à fait magnifique. Pas seulement belle, mais aussi intelligente et généreuse. Si j’étais beaucoup plus jeune, je te marierais. On aurait des enfants aux visages joufflus et pleins de taches de rousseur, on rirait toute la journée, on irait en camping et jouerions au Yam’s, on raconterait des histoires de fantômes autour d’un feu de camp».

    «Et le sexe, ce serait…», ajoute-t-il, avant de se mettre à rêvasser…

    Je vous invite d’ailleurs à consulter son autre site officiel, JimCarrey.com,
    une expérience psychédélique tout à fait jouissive!


    • Je ne déteste pas le côté Andy Kauffman qui brouille toujours les pistes du réèl et de l’iréèl mais être Emma…je trouverais tout cela légèrement “creepy”…

    • Suis partagé entre le côté creepy d,un tel procédé et les indéniables qualités de Jim Carrey. Et tout autant partagé entre l’humour du comédien et un besoin d’attention? Jim devait se douter du potentiel de viralité de sa démarche. Bref, je ne sais pas sur quel pied danser. C’est plutôt une qualité pour un « comique ».

    • Effectivement, c’est un peu des deux et c’est quand même un brin creepy.

      Et je trouve que Jim Carey a vraiment peaufiné son art au cours des années. Dernièrement j’écoutais ‘I love you Phillip Morris’, il est très bon la-dedans. On est loin d’Ace Ventura (qui était quand même une très bonne performance, je ne dis pas ca négativement).

    • Moi j’ai trouvé ça très drôle. Jim Carrey aime bien ce genre de monologue déstabilisant et j’adore son style. À mon humble avis, un des plus grands comiques des 20 dernières années. Allez voir ses vieux numéros de stand-up sur Youtube, il est un imitateur hors-pair!

    • Il pourrait être son père… Personnellement, je trouve ça dégoûtant.

    • Jim Carrey est un grand comédien qui n’a pas souvent eu des rôles à la hauteur de son talent! La final, son expression, au naturel!!

      J’ai trouvé ça très drôle!! Creepy??? Ouais si t’as 20 ans pis que tu ne vois ça qu’au premier degrée! Parce que je suis certain que tout les 40kek et plus s’y reconnaisse quand même un peu!! haha!!

    • Ça fait un peu ”vieux mon oncle cochon” qui se cache derrière son statut d’acteur

    • Par les réactions qu’il provoque ( et surtout les zones de malaise qu’il suscite) je comprends que Jim Carrey a réussi son coup. En ce qui me concerne, à sa manière, je le trouve faux de bout en bout.

    • Je ne comprends pas les réactions outrées. Quel malaise? C’est de la co-mé-die. Et c’est drôle.

    • @claudo

      Peut-être que le fait d’être papa de deux petites filles change ma perspective face à ce type d’humour… Peut-être aussi que je deviens vieux jeu avec l’âge (quoique je ne suis pas si vieux)!

    • typique Carey. J’ai trouvé ça drôle, Emma aussi probablement.

    • Qu’on apprécie ou non les pitreries de Jim, on ne peut nier que c’est un très bon acteur. Donc, il se pourrait très bien qu’effectivement, il s’agisse d’une farce “kaufmanienne”. Il a voulu se foutre de notre gueule et il a réussi. Chapeau.

    • Carrey a souvt fait de l’humour exploitant le malaise. C’est du grand Carrey.

      @philgra
      Il y a une théorie qui dit que les jeunes femmes seraient mieux servies d’être avec un “vieux” car à cet age, elles recherchent le romantisme. Chose que les “vieux” maitrisent plus que les jeunes.
      Et les femmes plus mures seraient mieux servies par un “jeune” car elles sont à leur peak sexuel et les jeunes hommes aussi.

    • @gl000001

      Intéressant… À 33 ans, on se situe où?

    • C’est clair qu’il joue la comédie. Drôle et une critique voilée du jeunisme, des médias sociaux, du besoin de chair fraîche d’Hollywood.

      HS

      Dans les films les plus attendus, selon les Inrocks de cette semaine: “Du Québec polaire, le génial Denis Côté ramène son plus beau film et le plus accessible aussi, Curling (21 octobre): l’histoire d’un amour paternel qui tourne au vampirisme.”

    • @ghost

      J’ai regardé Curling dernièrement. C’est un film qui est visuellement supérieur et qui a une plus grande charge émotive que le dernier Malick.

    • Renaud, je n’ai pas vu le Malick, que Dieu me pardonne. Plus grande charge émotive, je le crois, mais visuellement supérieur, il voir voir, justement – je serais surpris.

      Curling est un grand film, assurément. Subversion cachée.

    • Faut pas exagérer, _renaud, Curling est un grand film, mais le Malick est un chef d’oeuvre. Il s’agit de deux charges émotives fort différentes, difficilement comparables à mon avis.

    • Curling est bouleversant, c’est sûr.

    • @cinematographe

      J’ai bien aimé Tree of Life mais c’est un film qui ne m’a pas vraiment touché émotivement. Curling par contre m’a touché d’une facon assez particulière.

      @ghost

      Techniquement Tree of Life est impecable. Les images sont belles sauf qu’elle ne sont pas fortes comme celle de Curling. Dans Curling l’hiver Québécois est filmé de facon particulière, ca amène une autre dimension au film.

      Tree of Life se passe dans une banlieue Américaine assez commune. Tu as beau t’appeler Terrence Malilck, il y a quand meme une limite a la quantité de beauté que tu peux sublimer de la banlieue.

    • @philgra
      Ca dépend de votre physique et de votre mental.

    • Je comprend Jim Carrey ! Emma Stone est une femme magnifique …

      Maintenant à savoir si c’est vrai ou pas….. bof. Dans tout les cas, est-ce vraiment pire que cet acteur Américain has-been mi-cinquantaine qui vient d’épouser une fille de 16 ans …..

    • J’exiges la réponse d’Emma Stone!

    • Carrey est l’archétype du clown triste, et sans doute bipolaire en prime (en tout cas pour nous). En vieillissant, il semble devenir plus intelligent, mais aussi plus triste, et s’il ne se flingue pas entretemps, je serais curieux de voir ce qu’il pourrait faire du côté de la réalisation, de l’adaptation, et même de l’écriture.

      Et, ça me réjouit de voir qu’il y a encore quelques cerveaux créatifs et sensibles à Ho…Holiwoude, qui semble se nécroser en la capitale des stupid nerds nourris aux effets spéciaux.

    • @gl000001

      Pas mal! Je la retiendrai!

    • Le film de Malick est tout simplement imbuvable, n’en déplaise au jury de Cannes! Un Jurassic Park pour intellos new-age sans substance réelle. Je vous le donne, par contre, il y a dans ce film des images à couper le souffle, mais c’est sa seule qualité.

    • De la première à la dernière minute, Tree of Life est un film profondément émouvant. Suffit simplement d’avoir un minimum de sensibilité, sensibilité qu’il m’étonne de ne pas rencontrer chez plusieurs réguliers de ce blogue.

      J’ai tout aimé de ce film, même ce que je n’ai pas aimé… Sans conteste le meilleur film américain depuis Mulholland Drive!

    • @astyanax

      Ce qui bouleverse quelqu’un va laisser une autre personne indifférente. La sensibilité c’est particulier, chaque personne a sa propre sensibilité.

    • renko
      est-ce vraiment pire que cet acteur Américain has-been mi-cinquantaine qui vient d’épouser une fille de 16 ans
      —————————————–

      Vous parlez très certainement d’Alec Baldwin alors rapportez donc l’info correctement au lieu d’essayer d’être sensationnaliste avec votre 16 ans. La femme a 27 ans.

    • @ saitek

      Vous êtes dans l’erreur. Renko parle de Doug Hutchison, 51 ans et acteur dans The Green Mile et Lost, qui a marié Courtney Stodden, 16 ans. Fort probablement un stunt publicitaire pour alimenter une future émission de télé-réalité.

    • «La sensibilité c’est particulier, chaque personne a sa propre sensibilité.»

      Dans ce cas précis du film de Malick, je ne crois pas. Très sincèrement…

    • “Votre commentaire est en attente de modération.”
      J’aimerais avoir le temps d’être offusqué, mais j’ai mes revues à potins à lire.
      (non, sérieusement, c’est nouveau ça?)

    • @astyanax

      C’est normal que vous ayez de la difficulté a y croire, vous avez été grandement touché le film. C’est difficile pour vous de concevoir que ca ait pu laisser certaines personnes indifférentes. Mais croyez moi ca se peut.

    • Sans substance réelle!?! Bon, Charkie, vous êtes difficile à prendre au sérieux là. On ne peut pas faire plus dense que ce film, chaque image est tellement chargée que c’en est étourdissant. Je comprends qu’on peut trouver ça new age (même si je ne suis pas d’accord), mais franchement, pas de substance, c’est n’importe quoi.

      Pour la sensibilité, Tree of Life ne s’adresse justement pas à une sensibilité particulière, ce qui devrait nous toucher n’a rien à voir avec notre vécu personnel. Il suffit de se reconnaître comme faisant partie de l’humanité, d’avoir déjà été un enfant, d’avoir appris à parler, de vivre en société et d’avoir des parents pour se retrouver dans ce film. Ce qui, j’espère, inclut beaucoup de monde.

    • @cinematographe

      C’est vrai que Tree Of Life n’est pas New Age. C’est religieux.

    • @cinématographe
      Toutes nos émotions sont gouvernées par notre vécu personnel. La somme de nos expériences et de nos apprentissages influence toujours nos réactions.

      Certains cotés de mon enfance étaient plutot bizarre (sans entrer dans les détails) et peu de choses dans ce film m’ont touché.

    • @gl000001

      Oui, évidemment, mais le film ne fait pas appel à notre empathie envers les personnages, ou si peu. C’est une invitation à une introspection qui devrait nous faire remonter, de l’intérieur, aux fondements de la société et à notre relation aux autres (acquisition du langage et des conventions sociales entre autres, apprentissage des limites de notre liberté, etc.) Rien de religieux là d’ailleurs, Dieu est secondaire, même si omniprésent. C’est cet acte si personnel (l’auto-biographie malickienne) et si universel qui est émouvant. Sans compter l’esthétique: comment rester froid devant de telles images?

    • @cinematographe
      Je me pose beaucoup de questions sur moi même mais peut-être pas de la même façon que lui.
      Malick a donc raté son coup avec moi. Il n’a pas su m’amener ou je n’ai pas su m’y rendre.
      La prochaine fois que je le verrais (si j’ose le re-regarder) peut-être que je me rappellerais cette conversation et je saurais.
      Merci pour les infos.

    • Merci Cinematographe, tu dis mieux (encore…) ce que je pense moi-même du film de Malick.

      Tree of life offre une entrée dans la «matière humaine» qui est à la fois si profonde et surtout si simple qu’il fait partie de ces rares oeuvres dont la qualité d’émotion est d’une indiscutable évidence. Un peu comme Le Sacrifice de Tarkovski: Qui oserait dire que le chef-d’oeuvre du Russe est dénué d’émotion?

      Être gêné par la dimension chrétienne du film ou, pire, par le fait qu’il se déroule en banlieue (so f******what?), c’est être insensible à l’essentiel de ce film, c’est-à-dire à la profonde humanité qui s’en dégage.

      Comme l’écrit Réjean Ducharme, dans L’Hiver de force:

      «La symphonie no 8 de Ludwig van Beethoven c’est triste. On se dit que les gens qui peuvent écouter ça sans se lancer tête première contre les murs ont une force morale exceptionnelle. Mais peut-être qu’ils sont juste insensibles. Il ne faut pas mélanger force morale et dureté, comme tout le monde. Qu’est-ce qui a une plus grande force morale qu’une roche ? Rien ne peut déprimer une roche.»

    • @astyanax

      C’est parce que Tree Of Life ce n’est pas Le Sacrifice. Et c’est encore moins la 8e de Ludwig Van.

    • Je ne sais pas, peut-être avez-vous raison.

      Ce dont je suis sûr, en revanche, c’est que ce n’est absolument pas un film sur la banlieue…

    • @astyanax
      Très intéressant comme réflexion.
      Je vais vérifier mon insensibilité ce soir. Je vais écouter la 8eme. Mais avant, je vais vérifier les temps d’attente à l’urgence. Tout à coup que je pitcherais dans le mur.

    • C’est un film qui se passe en banlieue mais c’est certains que ce n’est pas un film sur la banlieue.

      Personnellement le fait que le film se passe en banlieue ne me dérange aucunement.

      C’est juste que si tu tournes un film en banlieue c’est certains qu’en bout de ligne ca va donner un film visuellement moins spectaculaire qu’un film tourné dans les forets luxuriantes du Vietnam (voir Thin Red Line).

    • C’est vrai que The Tree of Life n’est pas Le Sacrifice, ce serait plutôt le Miroir.

    • Ça m’écoeurre que les gens parlent de films que je n’ai pas vus… ;-)

    • Bof, il paraît que tu manques pas grand chose.

      Imagine, le film se déroule dans une… banlieue! Impossible, donc, d’y trouver la moindre beauté. Si au moins ça avait été tourné dans des décors spectaculaires, là on aurait pu avoir droit à un grand film…

    • Belle manière de réduire mes arguments et de me faire dire des choses que je n’ai jamais dites. Ca vole pas haut ton affaire.

    • Cette discussion hors sujet devient quelque peu agressive; d’ailleurs, pourquoi ne pas l’avoir menée en complément de ma critique. Elle était en ligne sans interruption pendant deux semaines… N.B.: The Tree of Life sortira en DVD / Blu-ray le 11 octobre.

    • Je n’avais pas encore vue le film a ce moment-la, désolé. Maintenant c’est vrai que cette discussion ne mène a rien. Dans ce temps-la c’est mieux de passer a autre chose. :)

      En effet… On aura le temps d’en reparler, mi-octobre, quand les gens l’auront (re)regardé sur leur cinéma-maison. -js

    • Sur leur cinéma-maison de banlieue…

    • @saitek : Voir la réponse de frederic_clement_qc , je ne fais pas dans le sensationalisme, mais vous faitent dans la réplique facile.

      @frederic_clement_qc : Ya joué dans Lost ? Je m’étais pas rendu compte tellement il semble insignifiant comme acteur…

    • Cette Courtney Stodden a l’air d’un travesti de 40…

    • Chacun est libre d’interpréter un film à sa façon et tous les goûts sont dans la nature. Quand je suis allé voir le Malick, des gens sont sortis en le huant, d’autres en riant. Et franchement, je me suis demandé pourquoi je n’ai pas fait comme eux. Et j’ai beaucoup aimé TOUS les autres film de Malick.

    • Qualifier Tree of Life de Jurassic Park ou de film new age… faudrait pas trop pousser le bouchon.
      Les scènes sur le Big bang, l’évolution, etc et la fin du film ne représentent qu’une petite partie du film. C’est un peu comme qualifier un album de mauvais parce que 2 chansons sur 10 sont moyennes.

      Quand à J. Carrey, bravo! Un acteur encore sous-estimé, selon moi.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    février 2009
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    232425262728  
  • Archives

  • publicité