Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 10 août 2011 | Mise en ligne à 1h00 | Commenter Commentaires (66)

    Inside Job ou la colère édifiante

    inside-job-poster

    Préparez-vous à vous ronger les ongles jusqu’au bout des doigts, à passer au travers de votre paquet de cigarettes, à vider le pot de Maalox à vos côtés… Préparez-vous, aussi, à mourir un peu. Car Inside Job n’est pas qu’un film sur le déclin de l’économie mondiale, c’est aussi un exposé accablant du déclin de l’humanité. Tout spectateur le moindrement sensé et sensible en ressortira difficilement indemne.

    Le réalisateur Charles Ferguson a dit vouloir mettre au jour dans son documentaire «la corruption systémique des États-Unis par l’industrie des services financiers, ainsi que les conséquences de cette corruption systémique». En d’autres mots, la crise financière de 2008 n’a pas été un «accident imprévisible», comme s’évertuent à nous le faire croire les nababs de Wall Street et les idéologues qui leur flattent la bedaine. C’était un crime prémédité. Et, pour ajouter l’insulte à l’injure, c’est nous qui finissons par payer l’addition.

    Inside Job est régulièrement décrit par les critiques comme un heist movie (qu’on peut malhabilement traduire par «film de braquage de banque»). Sauf que le vol ici est plus gros et plus renversant que ce que l’on a pu voir dans n’importe quel divertissement issu de ce genre: la dévastation de la plus grande économie mondiale, qui a eu des répercussions sur le monde entier et dont on ressent encore les pénibles conséquences aujourd’hui.

    Les criminels ne sont pas des truands avec des bas de nylon sur la tête, mais des individus très respectés, intelligents et articulés, qui proviennent du milieu des finances, de la politique ou de l’académie. Dans le lot, on retrouve des Méchants qui donnent plus froid dans le dos que n’importe quel psychopathe ou créature sortie de l’imagination d’un brillant scénariste hollywoodien (exemple vidéo ici).

    Inside Job ne contient malheureusement aucun Héros. Celui qui se décrivait comme un «agent de changement», Barack Obama, fait ici une brève apparition en tant que pathétique protecteur du statu quo. Alors que le candidat Obama promettait de sévir contre la «culture de la corruption de Wall Street», le président Obama, lui, choisit dans son équipe économique des partisans de la déréglementation. Ceux-là même qui ont rendu possible la crise. Une gifle en plein visage aux millions de supporters qui entonnaient, en liesse, «Change we can believe in!».

    JP-INSIDE-articleLarge

    Si Inside Job a des affinités avec le heist movie – et, je dirais, avec le cinéma de fiction en général, au vu du soin apporté aux cadrages, à la direction photo, à l’utilisation de la musique, etc. – il me fait également penser à un film catastrophe d’extra-terrestres. En effet, les financiers exposés par Ferguson ne semblent pas partager plus d’humanité avec vous et moi que ne le feraient des Aliens ou des Predators. Ce sont des gens complètement coupés du monde, qui s’achètent des poubelles de bureau qui valent plus cher qu’un loyer sur le Plateau. Exemple: Dick Fuld, le Pdg disgracié de Lehman Brothers, craignait plus que tout au monde les quelques mètres qui le séparaient entre la porte de sa limousine et l’ascenseur privé de son bureau. Sa raison? Il pouvait y croiser des humains ou, pour reprendre ses propres termes, des «rabble» (racaille).

    Pour être franc, les financiers/extra-terrestres qui ont sauvagement pillé des milliards et des milliards de dollars à la société, sans jamais avoir eu à en subir de conséquences légales, ne devraient pas recevoir le plus gros du blâme. De fait, ils sont conditionnés, dès le début de leur carrière, à appliquer l’infâme credo de Gordon Gekko: «Greed is good». S’insurger contre ces inconscients serait comme s’insurger contre un groupe d’enfants qui sèment la pagaille dans votre salon. C’est dans leur nature.

    Les véritables coupables sont les politiciens, poussés dans le dos par des lobbyistes sans scrupules, qui appliquent sournoisement des lois qui vont à l’encontre du bien commun. On saisit bien vite que, à moins de vouloir éradiquer le capitalisme, aucun autre choix ne s’offre à nous que de tenter de reprendre le contrôle sur un système récompensant l’individualisme et l’avarice. (Et ne parlons pas de la «réforme» d’Obama, une réelle insulte à l’intelligence).

    En entrevue à Salon, Ferguson élabore:

    Nous nous trouvons dans une situation où le moyen de se faire le plus d’argent est en commettant des actes criminels. Et on s’en tire. On peut même détruire sa propre compagnie. Dans certains cas, détruire sa propre compagnie est un moyen de se faire un maximum d’argent. Et c’est mal. [...] S’il existe un endroit dans le monde où l’on peut gagner un milliard de dollars en étant un criminel, cet endroit va attirer des criminels. Et si l’on a un système qui est réglementé de façon à ce que le seul moyen de faire de l’argent est en faisant quelque chose de constructif, vous n’allez pas attirer des criminels pour mener cette industrie.

    Un des passages les plus éloquents du film survient vers la fin, lorsque le narrateur, Matt Damon, dit: «Ils vous diront que nous avons besoin d’eux, et que ce qu’ils font est trop compliqué pour nous de comprendre. Ils nous diront que cela ne se reproduira plus». Grâce à Inside Job, document des plus élégants, érudits, perspicaces et passionnés qui soient sur ce sujet très grave, l’on peut fièrement discréditer la seconde proposition. Voyez ce film, sans hésitation. Ça vous mettra en colère, assurément. Mais je parle ici d’une colère nécessaire, une colère qui édifie l’homme.

    Inside Job a eu sa première mondiale au Festival de Cannes en 2010, y a obtenu une vibrante ovation debout dont l’écho a retenti jusqu’à la cérémonie des Oscars, où il a remporté la statuette du meilleur documentaire. Le premier film de Ferguson, No End In Sight, compte rendu tout aussi révoltant et pertinent de la gestion de la guerre en Irak, avait également obtenu une nomination, en 2008 (Ma critique publiée dans Ciné-Bulles à lire ici). Je vous le recommande tout aussi chaudement mais, de grâce, ne vous les tapez pas un à la suite de l’autre. À moins d’être de très très bonne humeur… Voici les bandes-annonces:


    • J’ai vu le film et j’ai bien apprécié. Et je suis bien content de voir que Ferguson réalise ce que j’ai constaté aussi, le prochain film s’attardera probablement à cet aspect.

      “”Inside Job” was not about the toadie Members of Congress and Senate. It was about the Bankers and gamblers on Wall Street. I agree– the goings on in Congress is another film, that will shine a light on the lack of regulation­s, the failure of regulation­s, the removal of regulation­s.”

    • Excellent article, sur un doc qui s’annonce excellent aussi pour réveiller quelques assoupis..
      Mais le problème n’est ni dans les financiers, ni dans les politiciens.. mais bien dans les imbéciles con-tribuables qui leur accordent leur confiance.
      Le problème c’est dans ces millions d’idiots inutiles qui vont manifester pour une aréna qui apporterait de l’argent a un privé qui les vole, mais qui préfèrent rester chez eux a réchauffer leur sofa quand il s’agit de défendre leurs droits..
      Je ne parle même pas de faire comme …les Syriens par exemple, sortir en étant surs de se faire tirer dessus.. mais juste d’aller battre le pavé et crier sa colère a ceux qui nous martèlent l’année longue avec les bienfaits d’une démocratie dont les seuls bénéficiaires sont leur caste.

    • Je veux voir ça.

      @mozart999: Vous avez probablement une maison. Quand vous l’avez achetée, vous avez probablement dû emprunter de l’argent. Vous êtes allé voir qui? Une banque? Aviez-vous un autre choix? Si oui, vous êtes un rare chanceux. Sinon, vous faites parti des imbéciles dont vous faites référence. Vous pensez avoir plus de contrôle que vous en avez vraiment. Vous êtes en rien différent des autres.

    • Possible que la banque prête des sommes qui n’ existe pas. Si demain matin tous voulaient récupérer leurs billes , seulement une sur dix pourrait retirer son épingle du jeu.
      Les gens les plus pauvre passaient des accords sans passer par le notaire jadis d’ ou de nombreuse rupture de chaîne de titre, exemple l’ échange d’ un cheval contre un terrain.

    • Ce documentaire passera-t-il dans une salle ou ira-t-il directement en DVD location?

      Il est en DVD depuis quelque temps. -js

    • En 1789, les français n’avaient pas de films documentaires, mais ils avaient des journaux imprimés. Comme Ferguson, les Rousseau, Robespierre, Danton, Hébert, dénonçaient les abus des rois et de la noblesse. Le peuple a ouvert les yeux et on a ouvert la chasse au noble.

      La république prenait forme.

      Avec nos Ferguson, Moore, Peyrelevade, le peuple en est à ouvrir les yeux sur les abus des Rois Banquiers et il me semble que l’ouverture de la saison de chasse au financier est toute proche… et inévitable.

      Le monde qui en naîtra sera… différent…

    • Parlant des puissants qui se comportent comme des extra-terrestres, il me semble qu’il y a déjà eu un film là-dessus. Comment ça s’appelle déjà?

      Ah oui, They Live, de John Carpenter!

    • Excellent article qui met en relief un film drôlement séduisant de par son approche. Aurait-on enfin droit à la vérité concernant notre monde si aberrant et rongé par la cupidité ? En passant, les types en complet qui renvoit à l’image froide et cruelle d’un psychopathe, voire coupés du monde comme vous le mentionnez, cela me fait penser à “American Psycho” avec Christian Bale dans un rôle pour le moins criant d’actualité, celui de Patrick Bateman, jeune loup de Wall Street. Etrange…

    • @dagz
      Eh non, je n’ai pas de maison, eh oui, je travaille dans le secteur financier…et je vois plein de monde surendettés, qui se plaignent de ne pas en avoir assez pour réaliser toutes leurs lubbies et qui se plaignent plus tard d’en avoir eu trop beaucoup plus qu’ils n’en veulent.

      Pour ce qui est des “imbéciles”, je ne sais pas si vous vous êtes sentis visés, mais je parlais de ceux qui défendais becs et ongles un système qui les vole avec le sourire….

      En tous cas, plein de monde vont trouver des bibittes au réalisateur.. genre … il a manqué de ça, il manquera de ci… en oubliant la base du message…

    • On sait tous que le système n’a plus de sens (en a-t-il déjà eu?). Mais j’ai bien hâte de voir si le film propose une solution de rechange crédible. On a beau mettre le blâme sur Obama tant qu’on voudra, “sa réforme” (comme “sa réforme” sur la santé d’ailleurs) ne sont pas les siennes, mais des créatures d’un Congrès contaminé. C’est là que le bât blesse. Le Time Magazine de ce mois-ci offre un dossier éclairant sur le sujet.

    • “Mais j’ai bien hâte de voir si le film propose une solution de rechange crédible. ”

      Non.

      Pas un mot sur la contradiction entre démocratie et capitalisme, sur la création monétaire ou sur la dichotomie croissance économique/environnement.

    • @mozart999

      Ha, oui, effectivement, je suis d’accord avec vous, il y a plein de gens surendettés parce qu’ils ne savent pas calculer. On en connais tout un dans notre entourage. J’ai bien hâte de voir ce documentaire, et j’espère qu’il est assez “vulgarisé” pour

    • …. oups….. suite:

      que les gens puisse comprendre une débâcle tout de même assez complexe pour que m. et mme tout-le-monde comprenne,

    • Ah la, la… Les méchants qui exploitent le pauvre monde que ce doit être facile de voir le monde d’une facon aussi binaire. Quel belle facon de se décharger de toute responsabilité social.

      Aucune solution que des méchants.. Ben non moi je suis pas comment ça, je suis solidaire!!! Dit-il verre de champagne à la main. Cette attitude fait la démonstration par 1000 pourquoi cette situation se reproduira.

      Des gens aussi naïf que vous me porte à penser qu’il n’y a aucun espoir pour l’humanité.

    • @mozart : Dans le mille !

      J’espère que le rôle des médias sera souligné. Les riches possèdent les médias et les médias véhiculent l’information par des «has been» proliférant le statut quo. Que ce soit via la presse écrite ou les chaînes gratuites de télévision, les idéaux progressistes se font rares (radio-canada ne fait que trop légèrement exception).

    • Bonjour monsieur Siroka

      C’est toujours un plaisir de vous lire. J’aimerais cependant apporter une correction à votre texte : “rabble” se traduit par “racaille” (rappelez-vous le commentaire de Sarkozy); “gravats” est “rubble” en anglais.

      Jean Paul Boisvert

      Merci, c’est corrigé! -js

    • J’aime ce film. Mais je crois qu’il est partisan et qui ne présente qu’une partie de l’histoire de cette crise.

      De façon générale, les gens typiques ne pourront jamais comprendre ce qui mène à de telles crises car ils regardent tout simplement au mauvais endroit. Peut être ne sont tout simplement pas capable de regarder la réalité en face?…

      Ils préfèrent généralement jetter le blâme sur quelqu’un d’autres, un élite quelconque, que de faire face à la dur réalité voulant que ceux qui font aussi partie des responsables de cette crise. Les gens qui ont vécu au dessus de leurs moyen, ce sont aussi eux à la base de cette crise. Et ces gens, c’est des financiers/politiciens oui, mais aussi des gens ‘normaux’.

      Greed… Les ‘average joes’ aussi sont greedy, pas juste les financiers.

      À quand un documentaire sur un plombier qui s’achète une maison de $1M+?

    • Je suis d’accord avec tout mais j’ai trois bémols. On peut faire la révolution, mais qui sait si ça ne sera pas pire après. Les banques ont un rôle créateur: sans elles on ne pourrait se construire une maison, partir une entreprise, etc. Ce n’est généralement pas les Gouvernements qui punissent les abus de la spéculation, mais la bourse elle-même (avec les corrections comme cette semaine).

      Le maître-mot c’est la régulation, à commencer par les lobbys et le financement des partis. Le problème avec les États-Unis c’est qu’il y a tellement de contre-pouvoirs que le système est difficilement réformable.

    • WOW…. de l’information veritable dans un media de masse, chapeau!!!
      Ce film, produit par Alex Jones (un vrai journaliste comme il ne s’en fait pas ici) pourrait etre un premier pas vers un niveau de conscience plus elever pour n’importe quel cioyen… mais la filmographie complete de MR. Jones pave la voie a une lucidite complete en ce qui a trait a la situation geopolitique internationnale. Le mal est rependue bien au dela des banques et du systeme capitaliste… INFOWARS.COM-PRISONPLANET.COM
      Bon reveil citoyen!

    • …. pour ceux qui se plaignent que ca apporte pas de solutions, c’est que vous avez rien, mais absolument rien compris a cet oeuvre…. et que vous comprendrez surement jamais rien de votre vie d’aveugle citoyen. C’est un DOCUMENTAIRE, qui rapporte des faits, pojnt a la ligne… mais si vous voulez absolument des pistes de solutions: Zeitgeist (les 3) sur youtube.com
      …pas a TV la, vous trouverez rien de credible dans cette boite la!

    • franki_1101

      « pour ceux qui se plaignent que ca apporte pas de solutions, c’est que vous avez rien, mais absolument rien compris a cet oeuvre »

      Common…

    • davidsonstreet

      “common”, ca s’ecrit come on!!!
      Alors come on…. tant qu’a commenter, exprime donc quelque chose de plus edifiant que juste; “common”! Parce qu’avec un tel commentaire, tu ne fais qu’etaler la pauvrete de ton intellect. J’ai mis des liens predemment, va t’informer, va acquerir de veritables connaissances, eleve ton niveau de conscience au desus de la masse… apres ca on pourra p’t'etre jaser!!!

      Premier (et dernier) avertissement franki, on n’insulte pas les gens ici. On argumente. Et, personnellement, je ne suis pas très en phase avec le conspirationnisme à la Alex Jones. Merci de votre compréhension -js

    • Faudrait aussi parler de Overdose, qui a prédit exactement ce qui arrive aujourd’hui.

    • franki_1101

      Je pense que vous gagneriez beaucoup à modifier votre approche. J’ai exprimé à 10 h 35 ce que j’estime être des pistes de réflexions au problème soulevé par Inside Job. Le fait que le documentaire n’en fasse nullement mention ne s’explique pas en avançant platement qu’il ne s’agit que d’un documentaire…

      ps :

      Canadian Oxford dictionnary :
      Common : [derogatory] low class, vulgar, inferior.

      pps :

      « J’ai mis des liens predemment »; précédemment
      « que ca apporte pas »; il manque la négation : «ça n’apporte pas »
      « c’est que vous avez rien »; même chose
      « a cet oeuvre »; dans le sens où vous l’uiliser, oeuvre est un nom féminin (cette oeuvre).

    • correction : « pistes de réflexions apportant des solutions au problème »

      désolé.

    • @JS: Merci pour cet excellent résumé, tellement que si l’on est le moindrement documenté sur le sujet, voir le film en devient presque inutile.

      Remarquez que ça fait un bout que l’on nous met en garde contre ce que d’aucuns appellent la «financiarisation» pas seulement de l’économie mais aussi de la société. Ce film est juste «la cerise sur le sundae», la confirmation de ce que nous savions déjà. Il ajoute des visages au portrait de famille de l’infamie.

      Les Riccardo Petrella, John Saul, Joseph Stiglitz et plusieurs autres nous ont amplement mis en garde contre les alchimistes financiers, ces gens qui, contrairement aux vrais entrepreneurs, ne fabriquent rien, ne vendent rien que du vent et s’en mettent plein les poches sans avoir rien risqué tout en rançonnant la société.

      En serait-on rendus à devoir ressortir l’invention de ce bon docteur Joseph-Ignace Guillotin? Cela suffirait-il pour inspirer une crainte salutaire à tous les Dick Fuld de ce monde?

    • utilisez…

    • « Merci pour cet excellent résumé, tellement que si l’on est le moindrement documenté sur le sujet, voir le film en devient presque inutile »

      Je seconde.

    • Bien sûr qu’un “documentaire”, dans la même veine que ceux de Michael Moore, de moins de 2hrs va compenser 5 ans d’études en finance et des années de recherches ou d’expérience professionnelle pour bien comprendre la finance, c’est clair.

      C’est comme le journalisme, n’importe qui est capable d’écrire un blogue sur le ‘net et de commenter l’actualtié, pourquoi diable payer un journal à un prix de fou pour y lire ce qu’on n’aime pas? Il suffit de savoir lire et écrire pour être aussi bon qu’un journaliste, tout comme il suffit de savoir compter jusqu’à 10 pour bien comprendre la finance, c’tivident, comme disait une sommité “artistique”…

      Peu de temps après 1789, ces grands hommes qui dénonçaient la corruption, les abus du roi et de la noblesse ont fait vivre à la France le règne de la Terreur qui a fauché des dizaines de milliers de vie.

      Non, la finance n’est pas trop compliquée pour être comprise par ceux qui en sont pas du domaine. Comme la sience du climat ou la science du génie civil ou la science du journalisme, c’est quelque chose que l’on apprend. Mais il ne suffit pas de lire quelques blogs et quelques articles de journaux pour devenir journaliste, pas plus qu’il ne suffit de voir un “documentaire” qui nous flatte dans le sens du poil, qui nous raconte ce que l’on veut entendre pour comprendre la finance et l’économie.

      Si c’était vrai, on paierait beaucoup d’enseignants pour rien dans nos université, et on formerait des étudiants pour rien. Pas juste en finance, mais dans toutes les disciplines. Incluant le journalisme. L’histoire (à quoi bon, on a Wikipédia?). La politique. Etc, etc.
      Un p’tit documentaire de 2hrs par un cinéaste et on comprent tout les tenants et aboutissants d’une situation: c’était un coup monté, un complot des méchants riches qui nous exploitent.

      C’est rassurant, il y a un ennemi facile à identifier, comme les Juifs d’autrefois victime de pogroms, responsable de tout nos malheurs.

      Au diable la recherche universitaire, si un film est acclamé à Cannes, ça suffit pour le rendre véridique. Plus besoin de financer la recherche universitaire à grands coups de milliards, il suffit de quelques millions aux 2-3 ans à quelques cinéastes pour que l’on nous ponde un “documentaire” qui va nous expliquer tout ce qui va mal dans le monde.
      Le 9/11? Un complot, j’ai vu un documentaire qui me l’a affirmé.
      La crise financière? autre complot (des riches si on est de gauche, du gouvernement si on est de droite), il y a d’autres documenaires qui l’affirment.
      Le réchauffement climatique? Super complot! Il y a plein de gens qui le disent, ça doit être vrai.

      Bref, ça n’est pas parce que c’est ce que l’on veut entendre que c’est nécessairement la vérité.

      Je me serais attendu à moins d’enthousiame pour ce qui n’est rien d’autres qu’une chasse aux sorcières, finalement.

    • Bof. Ça ne m’intéresse pas vraiment. C’est clair qu’il s’agit d’un documentaire racoleur qui cherche à exploiter la jalousie et la frustration des gens. Et c’est clair que ça s’adresse à des gens qui sont en réalité analphabètes sur le plan économique. Pas surprenant que le film ait connu du succès à Cannes.

    • @ johnnythewolf : hahaha, elle est bonne! Un film vraiment mal joué et monté rapidement par le maître de l’horreur, mais effectivement c’était l’essentiel de son message!

      J’ai vu Inside Job dans un bus entre Québec et Montréal il y a quelques mois, et j’ai vraiment adoré. Par moments, ça m’a vraiment indigné (dans le genre pousser un gros sacre dans le bus et tout le monde te regarde de travers). C’est un document essentiel à quiconque veut… comprendre pourquoi en 2011 ils sont encore dans la dèche!

    • @viper37

      Wow! Si j’avais eu plus de temps c’est ce que j’aurais voulu écrire…

    • @ tone123: c’est clair que vous débordez de suffisance, ce n’est effectivement pas pour vous.

    • @viper37 et tone123

      Je ne vois pas où vous voulez en venir en tirant dans tous les sens.

      Des économistes et des spécialistes du milieu de la finance ont dénoncé la situation il y a longtemps et un tas de spécialistes et de diplômés les ont ignorés.

      Le documentaire est très bien appuyé (ce que vous sauriez si vous l’aviez vu). Tout comme un tas de livres écrits sur le sujet (non, pas par Alex Jones).

      Ne pas se renseigner, ce n’est pas mieux que mal se renseigner…

    • Merci Viper, il y a une limite à simplifier…

    • Excellent article Jozef… et bravo pour la manière dont vous gérez votre blogue (aucune censure abusive, mais des règles/avertissements clairs)!

    • @nike

      C’est surtout l’argumentaire de viper qui est pas mal simple…

    • @Viper37

      Vous n’avez manifestement pas vu le documentaire en question, le comparer à de la propagande sauce Moore est suffisant pour vous enlever toute crédibilité…

      Vous seriez donc un de ceux qui ont l’intellect minimal requis pour comprendre la complexité incroyable de la finance?? Comme c’est pratique cette méthode de dire que c’est trop complexe pour le commun des mortels et qu’il faut laisser ça aux experts, ces mêmes experts qui recommandaient l’achat de PCAA…. Cette ritournelle n’endort heureusement presque plus personne maintenant alors changez de disque…

      Pas besoin d’une maitrise en finance pour comprendre qu’il est CRIMINEL de vendre d’une main un produit X pourris avec la complicité des agences de notation pour lui donner une cote AAA, et de l’autre main miser justement sur le fait que ces produits pourris vont s’écraser… Et c’est sans compter que les législateurs, sensés protéger le simple citoyen, sont tous issus de ce monde de requins et ont à coeur leurs amis et leurs portefeuille point….

      Si vous n’avez pas l’intellect minimal pour vous en rendre compte, svp restez muet…

    • @davidsonstreet

      Il est payant de dire aux gens ce qu’ils veulent entendre “quelqu’un les a volé”. Personne ne les a menacé en signant leur hypothèque même s’il n’en avait pas les moyens. Personnes n’a posé de question lorsque leur gestionnaire leur proposait une “recette Magique” pour faire 10% par année de rendement avec aucun risque.

      Vous voulez faire une lecture édifiante? Lisez “why your world is about to get a whole lot smaller” qui explique le pourquoi du comment de la crise énergétique dans laquelle nous sommes et qu’on vivra encore longtemps.

      Ceci vous expliquera pourquoi une baloune comme les subprimes a viré en catastrophe mondial. Cette baloune là n’était pas différente de celle des technos. Alors pourquoi la comotion mondial cet fois çi? Comment une gang de propriétaire de maison du Nebraska qui font faillitte on put mettre le monde en recession???

      Cette crise a des racines beaucoup plus profonde, notre modèle économique est basé sur un pétrole pas cher. C’est pourquoi on peut faire venir nos cochonneries de Chine. Plus de pétrole pas cher = incertitude = recession.

      Ça adonne qu’il y avait une bulle speculative dans l’immobilier Americain mais ceci n’en fait pas une cause automatique d’une crise économique mondial. Un peu de recule et de reflection aiderais et je crois que c’était le propos de viper.

    • Si l’on suit la logique de viper37, laissons aux grands le soin de gérer notre économie. Si par malheur vous vous demandiez ce qui s’est produit avec votre fond de pension en 2008, et bien dites vous que vous ne possédez pas les qualifications requises et que ce serait bien trop compliqué de vous expliquez.
      Il est là le problème. Il réside dans la mystification des hautes sphères du pouvoir, pour s’assurer que les mieux placés restent en place et restent dominant. Un film n’est effectivement qu’un film, mais au moins, ça stimule l’intérêt des gens, qui sont beaucoup trop souvent indifférent.

    • @ viper
      Je partage votre impression.

      Et j’ai vu ce documentaire pour ceux qui crois que les critiques ne peuvent être formulé que par des gens qui n’ont pas vu le film en question. Et je trouve, en effet, que c’est très ‘à la sauce Moore’ sur certains points (en terme d’argumentaire je veux dire).

      Et concernant: ‘Pas besoin d’une maitrise en finance pour comprendre qu’il est CRIMINEL de vendre d’une main …’. Et bien non seulement votre exemple n’est pas criminel, mais c’est nécéssaire que les institutions puisse prendre des contrepartie différente sur une même transaction. C’est, en grande pratie, leur métier. Il faut juste que la banque le ‘disclose’ si elle ‘underwrite’ ce produit mais sinon, c’est légal et souhaitable. Ce n’est pas pas une question de ne pas avoir l’intellect de ne ‘pas comprendre’ cette situation car, dans ce cas-ci, vous êtes dans le tord.

      Bref, faut faire la part des choses et diversifié ses sources d’information et être curieux. Tous ont droit à leur opinion et, bien souvent, tous ont des bonnes raisons d’avoir ces opinions.

      Ceci étant dit, même je trouve personellement que ce film est ‘misleading’ au niveau ‘économique’, il n’en demeure pas moins qu’il donne plusieurs piste de réflexions et, de plus, est très divertissant. Et je le recommande malgré ces quelques défauts sur le plan de certaines conclusions.

    • @ Krash…

      Donc il n’est pas criminel pour un voleur de vous piquer vos économies c’est son métier, c’est ça que vous me dites? (ben non je vous tire la pipe ici!) ;o)

      Mais bon, étant vous-même du milieu financier, vous me pardonnerez mon fort scepticisme et ma propension à prendre vos commentaires avec un grain de sel… C’est comme demander une analyse d’un match de l’Impact à un membre des Ultras, l’info sera nécessairement biaisée ne vous en déplaise… Cela dit, je vous aime bien quand même, vous êtes posé (plus que moi pour sûr! lol) et vos arguments sont défendables. ;o)

    • @Krash:

      Qu’est-ce que tu trouves “misleading” économiquement dans le film?

    • Je ne suis pas d’accord avec Viper, le film de Ferguson est bien documenté, on est loin d’un Michael Moore ou d’un Carlin (que Lagacé utilisait comme référence sur son blogue hier).

      Par contre c’est vrai que ce genre de films passe souvent à côté de vraies causes et qu’ils tombent dans une logique simpliste.

      Ca me fait penser au gars qui fait des conférences sur le succès et qui cite Céline Dion comme exemple. Il va dire voici ma recette pour le succès, maintenant regardez des personnes comme Céline qui ont connus du succès, ils ont utilisés ma recette.

      Et je ne suis pas d’accord également pour affirmer que la finance n’est pas trop compliquée pour être comprise par ceux qui sont dans le domaine.

      Évidemment les principes généraux de la finance sont faciles à comprendre mais les mécanismes utilisés pour transiger sont parfois très complexe. Un exemple de ca c’est le modèle de David X. Li qui était à la mode il y a quelques années et qui a causé beaucoup de tort à Wall Street.

      En gros c’est une formule qui utilisait des mathématiques de corrélation. Évidemment c’est un modèle qui ne fonctionnait pas sauf que ca été long avant que les gens de Wall Street s’en aperçoivent.

      Est-ce qu’ils auraient du être plus vigilant? Surement.

      Sauf que quand on vous présente un modèle appuyé par une logique mathématique élégante c’est difficile à contredire. A l’époque Li était une superstar a Wall Street, c’était l’actuaire vedette, le wizz des maths. Ce n’est pas le trader de Wall Street qui allait le contredire. De toute facon le trader de Wall Street n’avait les compétences en mathématique pour le contredire (même avec 5 ans d’études en finances).

      C’est la preuve également que ce n’est pas toujours une affaire de greed ou de complot entre les grandes corporations.

      http://www.wired.com/techbiz/it/magazine/17-03/wp_quant?currentPage=all

      http://en.wikipedia.org/wiki/David_X._Li

    • @nike:

      Wow, après avoir vu le film tu penses vraiment que ça “adonnait” qu’il y avait une bulle spéculative? En fait… as-tu vu le film?

    • Ça crie au simpliste, mais je pense qu’assez de gens avait lever le flag depuis 10 ans pour y comprendre que ça aurait pu être évité. Et SVP, ce n’est pas du Michael Moore.

      Et personnellement, si après toute les passes croches qui sont dévoilés au Québec depuis 3 ans, vous ne croyez pas que les supercheries, il y en a partout, vous êtes vraiment crédules et dans une zone de confort.

    • @nike

      « Personnes n’a posé de question lorsque leur gestionnaire leur proposait une “recette Magique” pour faire 10% par année de rendement avec aucun risque »

      Des gens qui ont pris aucun risque ont perdu beaucoup et des gens qui n’ont pris aucun risque du tout (parce qu’ils n’ont pas les moyens d’investir) ont perdu leur emploi à cause de la débandade économique qui a suivi, ne l’oubliez pas.

      « Ceci vous expliquera pourquoi une baloune comme les subprimes a viré en catastrophe mondial »

      Les sommes engagées par les banques d’investissments étaient démentielles et il était impossible de les garantir, malgré ce que certaines sociétés peu scrupuleuse laissaient croire…

      Je ne pense pas que la crise de 2008 était lié d’aussi près que vous le laissez entendre à la crise énergétique. Pour vous en convaincre, vous devriez lire La face cachée des banques d’Éric Laurent. Comme il a aussi écrit La face cachée du pétrole , il a une bonne vue d’ensemble.

    • @ patafouin
      Disons plutôt que dans le système actuelle, je n’y vois pas de problème. Mais je vois toutefois un problème de la façon que le système actuelle fonctionne.

      Mon avis personnel est que les institutions présents sur les marchés ne devraient pas assumer plusieurs rôles à la fois lorsque vient le temps d’émettre des nouveaux titres comme les MBS/PCAA (i.e.: la banque émettrice ne devrait pas pouvoir représenter des clients vendeurs pour une certaines période après l’émission).

      Ceci étant dit, les banques ne sont souvent que des intérémidaires pour plusieurs clients qui, parfois, ont des besoins/visions opposés alors disons que je ‘tolère. Mais disons que c’est pas bon pour l’image et la confiance…

      Ce film a d’ailleurs soulevé indrectment cet problématique.

      @ olibc
      1. D’ignorer une source tout aussi sinon plus importante que les défaillance du système bancaire: la tendance aux ménages de s’endetter massivement. On peut dire que les banques font tout pour qu’ils s’endette, c’est vrai. Mais la décision final est dans leur mains.
      2. Je crois que parfois, comme dans tout les ‘film-documentaire’, on a bien choisit au montage les clips et les explications qui mettait le moins en valeur les institutions financière. Je pense, par exemple, à l’entretient avec le lobbyiste ou bien l’explication des MBS/PCAA qui profitait au banque alors qu’en réalité, ça ne profitait qu’à une certaine portion des banques, etc.

      Bref, je reproche peut être une vision qui manque de nuance.

      Mais je considère néamoins que c’est un bon film. Je crois seulement qu’il est important de mettre ce film dans son contexte: une explication ‘grand public’ de la crise, avec une dénonciation précise d’un certain système qui n’est qu’une partie d’un problème beaucoup plus grand et fondamental.

      Je crois que les gens qui ont produit le film au fait du bon travail à plusieurs niveau: mais je crois que les auditeurs devrait savoir que ce film n’a pas comme objectif (ou n’a pas atteint comme objectif) de brosser un profile complet, détaillé et totalement objectif et de la situation. C’est du divertissement instructif et engagé… Pas un anlayse approfondit et uniquement rationel.

    • @viper

      Vous confirmez mon impression à propos des gens de la finance: ce sont devenus les nouveaux prêtres. Ils ne vous promettent pas le paradis à la fin de vos jours, mais la retraite dorée et ils veulent votre bien et l’obtiennent…

      À ceux qui protestent et sentent bien que quelque chose ne va pas, on répond que c’est trop compliqué pour leur petit entendement… Ça marchait avec les curés qui professaient souvent le contraire de ce qui était écrit dans la Bible, pourquoi pas pour les tatas comme nous qui ont dû mettre la main à la poche pour renflouer les financiers? C’est trop compliqué pour vous, payez et fermez-la !

      Euh non, désolé. Quand on voit des conseillers financiers vendre à leurs clients des produits financiers toxiques en parlant en même temps en privé de «shitty deals » et en sachant pertinemment qu’ils allaient se casser la gueule, on comprend ce qu’il y a à comprendre. Ces gens sont des voleurs, et peu importe la manière dont ils endorment les gens, en leur vendant des tours de passe-passe financiers.

      Désolé pour vous, mais les gens s’informent, et si les détails peuvent leur échapper, ils sont parfaitement en mesure de comprendre les grandes lignes. Je fais pareil avec les médecins: je ne les écoute pas aveuglément, et je m’informe de mon côté. Vous savez quoi: ça m’a évité bien des ennuis.

      S’il faut écouter les spécialistes, avoir une foi aveugle en eux relève d’un obscurantisme d’un autre âge. Non merci pour la foi aveugle, je décide de conserver mon esprit critique.

    • @davidsonstreet

      Comme j’ai lu la face caché du 11 septembre qui, on le devine, est du même auteur…

      Je n’aime pas ce genre de polémiste, découvrir une série de mensonge ne fait pas de nous des gens qui ont découvert la v.rité. Il faut voir ce que écrivent et disent les “truthers” sur le même sujet.

      Surtout que Mr Laurent n’a aucune formation ou compétence en économie. Jeff Rubin l’auteur du livre dont je vous parle fut longtemps le chef économiste à la CIBC…

      Je ne dit pas que Mr Laurent a tord et que Mr Rubin a raison, juste d’aller vérifier ce qu’un spécialiste a à dire sur le sujet.

    • “The most striking thing about modern industry is that it requires so much and accomplishes so little. Modern industry seems to be inefficient to a degree that surpasses one’s ordinary powers of imagination. Its inefficiency therefore remains unnoticed.” -Small is beautiful: Economics As If People Mattered , E.F. Schumacher

      (traduction libre: L’inefficacité de l’industrie moderne est tellement grande qu’elle dépasse l’entendement et de ce fait, passe inaperçu.)

      Les gens auraient du plus tripper sur ce bonhomme plutot que sur Keynes (avec qui Schumacher à travaillé). On aurait une économie et une société plus humaine.

      Je me demande si il est encore d’actualité. Probablemant pas, étant donné qu’il voulait du changement !!

      @davidsonstreet
      La crise de 2008 était intimement lié à la crise énergétique. C’est Merrill Lynch ou Lehman Brothers qui achetaient et vendaient du pétrole sans même avoir un réservoir ? Ils spéculaient sur tout. Et eux, n’étaient que la pointe de l’iceberg.
      L’iceberg se brise en morceaux quelques années plus tard.

    • @nike

      Mais c’est un journaliste professionnel réputé. Ses enquêtes sont sérieuses, très bien documentées et il a accès à des gens bien informés qui lui confient des renseignements privilégiés. Comme vous l’avez contaté dans son livre sur le 11 septembre, il ne fait nul part référence à des histoires de démolition contrôlée ou autres trucs du genre.

      Il ne prétend nullement avoir « la » vérité. Ils dévoilent une série d’informations inconnues du public (même si la plupart du temps, elles ont été publiées dans les médias). Personne n’a le temps de faire une revue de presse complète étalée sur 3 ans sur un sujet, lui oui. Et il a les compétences pour le faire.

      « Surtout que Mr Laurent n’a aucune formation ou compétence en économie »

      Les journalistes enquêtent. C’est leur spécialité. Je suis certains qu’il s’est fait expliquer certaines notions par des gens qualifiés et que les passages les plus techniques de son livre ont été relus par des gens qui s’y connaissent. Simple précaution quand on est un peu sérieux.

      « Je ne dit pas que Mr Laurent a tord et que Mr Rubin a raison, juste d’aller vérifier ce qu’un spécialiste a à dire sur le sujet. »

      Bonne suggestion. Je vous recommande de mon côté d’aller voir ce qu’un spécialiste des enquêtes a à dire sur le sujet.. Parce que si l’économie était une science exacte permettant de faire des prédictions, il n’y aurait pas autant d’économistes en chef qui se contredisent et il n’y auraient pas autant de niaiseries qui s’écrivent tous les jours dans les journaux à ce sujet…

    • @gl000001

      Je ne nie pas le rôle de l’énergie. Je comprends très bien le phénomène de
      « Demand destruction » lié au pétrole. Je sais que la spéculation était forte sur cette ressource à cette époque. Mais la véritable cause de la crise, c’est la gigantesque orgie créée par des véhicules d’investissements dont les effets étaient incompris par ceux-là même qui les avaient créés (les dérivés) et l’impardonnable complaisance dont ont fait preuve les sociétés de notation. La cause principale du problème est là.

    • Sur le même sujet, Overdose de Martin Borgs est selon moi un meilleur documentaire, tant pour ses qualités formelles que pour l’exactitude et la quantité de faits rapportés.

      http://www.journeyman.tv/60895/documentaries/

    • @davidsonstreet
      Je suis d’accord sur l’ensemble de ce que vous dites.
      C’est juste que la complaisance était plus forte envers les compagnies dans le secteur de l’énergie. C’est pour ça que je dis ça. C’est également la raison principale pourquoi Bush a parti deux guerres.
      L’énergie, c’est la “matière” première. Les banquiers vont se mettre à plat ventre devant eux.

    • @gl000001

      On se rejoint ;)

      Évidemment, si on veut pousser plus loin, on peut dire que tout ça est la faute du capitalisme (n’en déplaise à nos amis financiers).

    • @viper37

      Je ne crois pas que personne prétende, après avoir vu ce documentaire, être un expert en finances. Mais le documentaire rempli son rôle: informer. Si l’on ne peut plus s’affirmer sur la place publique ou obtenir du financement PRIVÉ pour faire un documentaire parce qu’on ne possède pas de doctorat dans le domaine concerné, où s’en-va-t’on?

      Après avoir vu le film de Ferguson, la plupart des gens sont beaucoup plus informés et friands d’en apprendre. C’est à ce moment, normalement, que les élites, les experts, les sommités, doivent prendre la relève et terminer le travail d’éducation. Malheureusement, si l’on se fie au Déclin de l’Empire Américain, de Arcand, le problème dans notre société, c’est justement que nos élites sont complètement déconnectées du peuple. Ils ne servent que leur propre intérêt, ce qui ne devrait JAMAIS être le cas!

      Enfin, un film, un documentaire, qui vise le grand public ne peut généralement pas se permettre d’être trop technique. Le but premier est de vulgariser, de donner une vue d’ensemble, une piste vers une nouvelle façon de penser et surtout de piquer la curiosité. Éduquer les masses ça prend du temps, surtout quand les élites ne font pas leur part. Ou pire, quand elles s’opposent à cette éducation!

    • @viper37 suite…

      Je voulait aussi mentionner que comparer ce documentaire à un film de Michael Moore où à une chasse aux sorcières, c’est une preuve de mauvaise foi sans contredit!

      Le film de Ferguson est bien ficelé, ne prend pas de raccourcis douteux et surtout, il laisse le spectateur tirer ses propres conclusions! Mais enfin, vous semblez ne pas l’avoir vu. Facile de parler à travers son chapeau, n’est-ce pas?

    • “Abel Ferrara confirme : David Lynch “ne veut plus faire de films”. “J’en ai parlé avec lui, ok ? Je ne peux pas dire exactement quand, je suis lunatique, et lui est à fond dans la méditation transcendantale” tente-t-il d’expliquer. “

    • Donc, si je crompends bien, Standards & Poor a mis la cote des Etats-Unis a “AA” maiis le marche du Sub Prime etait a “AAA”? Est-ce que les Etats Unis sont plus amochès que le marché du sub-prime?

    • gilles.russell@

      Bon nombre de dérivés étaient cotés AAA (sécurité maximale) alors qu’ils auraient dû être cotés CC (extrêmement spéculatif) … Méchante différence. Rien à voir avec AAA vs AA (Qualité haute ou bonne)

    • Problème (déjà soulevé mais jamais noté) : everyone’s greedy, d’une manière ou d’une autre. Reste à voir si ç’a été appris, si c’est en nous (faut bien survivre), et si ça se désapprend réellement. Je veux bien croire qu’il existe des ascètes pas pliables pas tordables, ils sont trop peu nombreux pour compenser. Ce qui compense notre surconsommation présentement, c’est la pauvreté extrême dans la plupart des pays du monde. Je décroche un peu du sujet, mais c’est bel et bien relié par la cupidité de tous.

    • Hors-sujet:

      La_roy, je me suis dit en lisant “des ascètes pas pliables pas tordables” que vous parliez comme Manon dans les Bons débarras, lorsqu’elle parle d’une fleur “pas écrasable, pas écrapoutissable”. Je l’avais dit que j’étais hors-sujet… Encore que Manon dirait que les faibles et les mongols il faut les écraser. Peut-on guérir de l’enfant égoïste en nous?

    • @unholy_ghost

      Bien vu! : c’était la référence. Ce que Manon ne voyait pas, c’est que malgré toute la force de sa volonté et de ses manigances, elle était faible elle aussi : comme Bénérice au début de L’avalée des avalées, son immense besoin d’amour est une « faiblesse ». « Peut-on guérir de l’enfant égoïste en nous? » C’est ce que je me demande. Pour l’instant je n’y crois pas trop.

      Puisque je vous ai à l’autre bout du blogue, monsieur unholy_ghost, je me demandais si vous aviez aperçu ma réponse à votre évocation de L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique de Walter Benjamin : http://blogues.cyberpresse.ca/moncinema/siroka/2011/04/14/salles-abandonnees-voyage-sinistre-dans-la-memoire-collective/. Pas obligé de me répondre (les blogues sont mal conçus pour soutenir un ancien fil de discussion), mais je vous la mets au moins pour que vous la voyiez.

    • Et ben, je pensais vraiment faire de la surinterprétation!

      Oui, j’ai lu votre belle réplique, mais j’étais trop occupé alors pour faire une contre-réplique à sa hauteur.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité