Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 18 octobre 2010 | Mise en ligne à 0h30 | Commenter Commentaires (11)

    Profession : matte painter

    La Skull Island de <i>King Kong</i> - Un <i>matte painting</i> de Mathieu Raynault

    La Skull Island de King Kong - Un matte painting de Mathieu Raynault

    En entrant dans les locaux de Rodeo FX, un studio spécialisé en effets visuels situé dans le Vieux-Montréal, on plonge dans une belle atmosphère créative. On y rencontre des gens passionnés et fiers de faire partie d’un environnement aussi enrichissant. La place respire le professionnalisme et l’optimisme. Une visite franchement inspirante.

    Rodeo FX regroupe une quarantaine de matte painters et de compositers, des spécialistes dans la création d’arrière-plans virtuels hyper-détaillés où l’on intègre des scènes pour le cinéma, la publicité ou les jeux vidéo. Cet ensemble de techniques, qui date du début du cinéma, est aujourd’hui presque exclusivement relié à la sphère numérique. Le matte painting permet entre autres de dramatiquement réduire les coûts de construction de décors physiques, tout en donnant l’opportunité aux cinéastes d’illustrer leurs visions les plus débridées à l’écran.

    Depuis sa fondation en 2006, Rodeo FX a participé à quelques unes des plus grosses productions hollywoodiennes. Quelques titres : Resident Evil : Afterlife, Twilight Eclipse, Jonah Hex, Terminator Salvation, Indiana Jones 4, The Golden Compass, The Day the Earth Stood Still.

    Le florissant studio montréalais collabore également avec l’industrie locale : Incendies, Cadavres, La ligne brisée, Nitro, Continental un film sans fusil, C’est pas moi je le jure.

    > Consultez le site officiel pour voir des images et un démo.

    Je me suis entretenu la semaine dernière avec le co-directeur de Rodeo FX, Mathieu Raynault, un des matte painters les plus respectés au monde. (Mon texte publié dans La Presse est ici). Ce natif de St-Bruno, avenant et détendu, a débuté sa belle aventure il y a 10 ans lorsqu’il a été engagé par Industrial Light & Magic, la mythique compagnie d’effets spéciaux fondée par George Lucas dans les années 1970.

    Un de ses premiers projets : Star Wars : Episode II. À l’âge de 26 ans, Raynault se retrouve soudainement entouré de ses idoles en train de travailler sur la saga fétiche d’un monstre sacré de la science-fiction. C’est ce qu’on appelle commencer au sommet.

    Contrairement à la plupart de leurs collègues dans le domaine des effets spéciaux, les matte painters jouissent d’une importante liberté créative. S’ils doivent suivre des instructions de la part des superviseurs, ils demeurent les auteurs uniques de leurs images; du canevas blanc au résultat final. On est loin du travail à la chaîne.

    Un matte painter n’est pas un simple technicien mais aussi un artiste à part entière. «Quand tu t’assois au cinéma, tu trippes parce que t’as ton trois secondes de gloire; c’est ton image», dit Raynault, qui détient un bac en architecture, en plus d’une formation au Centre NAD. Il identifie la peinture, la photographie et l’infographie 3D comme des bases essentielles afin d’espérer percer dans la profession.

    Enfin, et c’était là l’objectif premier de mon billet, je vous recommande chaudement de visiter le site personnel de Mathieu Raynault. Vous pouvez y découvrir le travail extraordinaire qu’il a réalisé avant d’ouvrir Rodeo FX.

    Voici la liste des films auxquels il a participé en tant que pigiste :

    The Golden Compass, 300, Silent Hill, King Kong, The Fountain, The Day After Tomorrow, The Lord of the Rings: The Return of the King, The Matrix Revolutions, The Matrix Reloaded, The Lord of the Rings: The Two Towers, Stuart Little 2, Gangs of New York, Star Wars: Episode II – Attack of the Clones, The Mummy Returns.

    ***

    Mathieu Raynault discute de son métier lors d’une entrevue en janvier 2008 :


    • Je suis fasciné par cette profession depuis que j’ai vu Blade Runner. Quelle minutie et quelle attention aux détails !

    • Ces gens n’ont pas fait de physique. Comment expliquer sinon qu’une chute se forme au sommet d’une montagne? Il faudra un jour enseigner les rudiments des bassins versants à tout ce beau monde…

      hmm.

    • @aldoushuxley

      Merci de partager vos connaissances encyclopédiques avec nous!
      Cela dit, dans King Kong, un gorille gigantesque se bat avec deux T-Rex, alors la vraisemblance d’une chute au sommet d’une montagne est selon moi un détail qu’on peut omettre de commenter. Le travail de Mathieu est magnifique…
      Détendez-vous un peu, c’est l’objectif du cinéma!

    • @Charkie

      Nos amis les Vraisemblants…

    • Eh, c’était quand même un peu pour rire, l’histoire des bassins versants. Du point de vue esthétique, je trouve que ça fait très Roger Dean. Côté ambiance et construction du milieu physique.

      Exemple : http://www.linesandcolors.com/2006/05/04/roger-dean/

      Ce type a-t-il travaillé pour Avatar?

      Non. Son CV complet est sur son site web, que j’ai mis en lien. – js

    • “Du point de vue esthétique, je trouve que ça fait très Roger Dean.”

      Oui, le blockbuster hollywoodien récent est très prog…

    • ouh, roger dean! name dropping? :)
      avouez que vous connaissez le type parce que vous avez vu/lu quelque part que la prod. d’avatar à copier son œuvre! i know i do!

    • Bah, il est assez connu, Roger Dean.

    • Vrai que cette imagerie est kitschissime, mais c’est bien moins pire qu’Avatar, non?

      Ceci dit, Mathieu est mon voisin et apparemment un chic type en plus; comment juger de son travail en toute objectivité?

    • Très bien fait, bravo!
      Un geek opportuniste, j’en doute pas.

      Mais on est loin d’un ”visionnaire” tel H.R. Giger (que je n’aime pas particulièrement d’ailleurs) avec ce qu’il a créé pour des films comme Alien, Species et le projet non abouti pour Dune de Jodorowski.

      Roger Dean connu, oui. Ennuyant, oui, pour quiconque connaissant moindrement la peinture ”fantastique”.
      Très dommage que cette sous-culture dite ”fantastique” soit si peu valorisé en dehors de certains rares connaisseurs.
      Manque d’intérêt pour ce que la ”vieille” peinture et ses visions pourraient apporter?

    • @vasko
      Il ne faut pas oublier que les artistes de l’industrie en général sont avant tout “exécuteur”, à part leurs oeuvres personelles, on ne peut pas les comparer à ces grands artistes tel H.R. Giger ou autres, même si certains sont sans doute extrêmement talentueux. Les matte painters vont surtout illustrer ce qu’on leur demande, et en soit à la base, on ne peux pas leur reprocher toutes les décisions créatives; il y a un client derrière chaque oeuvre.

      Si cet art vous intéresse, il y a plusieurs excellents artistes à voir, comme le “mentor” de Mathieu, le québécois Yannick Dusseault “Dusso”, un des meilleurs au monde, Dylan Cole, Ryan Church, ou bien encore l’artiste concept Craig Mullins; ces gars-là sont des “Stars” dans l’industrie.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    octobre 2010
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité