Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 28 septembre 2010 | Mise en ligne à 0h30 | Commenter Commentaires (23)

    True Grit des frères Coen : la bande-annonce

    true-grit-teaser-poster-1

    Les fans des frères Coen peuvent s’attendre à un très beau cadeau de Noël avec la sortie en salle, le 25 décembre, de True Grit, le remake du populaire film du même nom datant de 1969 (lire la critique enthousiaste de Roger Ebert).

    Jeff Bridges joue le shérif fédéral borgne, alcoolique et vieillissant Rooster Cogburn, incarné à l’époque par John Wayne (une performance qui a valu au mythique acteur son seul Oscar). Bridges renoue avec les réalisateurs qui lui ont offert un de ses rôles les plus marquants en carrière, celui du cultissime Dude, dans The Big Lebowski (1998).

    Parlant de retrouvailles, Josh Brolin, qu’on a vu en héros pourchassé dans No Country for Old Men (2007), incarne cette fois-ci le méchant cowboy traqué qui a tué le père de l’héroïne du film (la nouvelle venue Hailee Steinfeld). Matt Damon, quant à lui, effectue un premier test dans l’écurie des Coen en jouant La Boeuf, le compagnon d’armes arrogant mais inexpérimenté de Cogburn.

    Voici la première bande-annonce du film (Apple l’offre en haute définition) :

    Et voici celle du True Grit original :


    • sais pas,mais ca sera difficile de surpasser l`accent et la voix rocailleuse de Wayne.Et que dire des paysages du film original…Enfin,on verra bien.Jeff Bridges n est pas le premier venu!

    • Je suis curieux de connaître l’avis de Roger Ebert sur le remake ;) J’ADORE les frères Coen mais je DÉTESTE les remakes… Ceci dit, leur version de “The Ladykillers” n’était pas trop mal.

    • Wow! Ça l’air bon!

      Un bon western bien réalisé, ça fait toujours plaisir en cette ère du CGI et des 3D.

      Hors sujet: Cyberpresse n’a pas encore fait de critique du dernier de Shyamalan et je doute qu’il en fasse. Aurais-tu vu ce film Jozef? Si oui, tes impressions…

      Merci!

    • un autre film insignifiant et avec aucune profondeur !

    • Un autre commentaire insignifiant et sans aucune profondeur !

    • @ unholy_ghost

      hahaha! beau jab à un zorro qui n’aime pas les western.

    • Faire un jugement définitif sur un film qu’on n’a pas vu ne mérite que ça.

    • Ce n’est pas un remake du film de 1969 mais plutôt une nouvelle adaptation plus fidèle au livre

    • Peut-être allons nous avoir droit à, non pas un, mais à deux grands westerns prochainement: Blood Meridian de Todd Field ne devrait pas tarder (et je dois dire que je m’attends à encore d’avantage pour ce dernier!)…

    • John Wayne était un acteur de série B. Il n’a tourné que des navets. Je ne pouvais pas le sentir à cause de ses airs fendants surtout qu’il n’a jamais lu aucun livre de sa vie (sic lui-même à Marlène Dietrich lors d’un tournage.) Celle-ci lui avait alors rétorqué du tac au tac: Je le crois aisément, Monsieur Wayne.

      Les majors manquent de créativité, ils ne font que refaire ce qui a déjà été fait.

    • @vlrglqqf

      C’est vrai que The Searchers ça fait pitié.

      http://www.bfi.org.uk/sightandsound/topten/poll/voted.php?film=The%20Searchers%20%28Ford%29

      Je rajouterais, Red River, Fort Apache, Stagecoach, et mon western préféré, The Man Who Shot Liberty Valence. L’importance de John Wayne ne devrait pas être mesurée par ses stricts talents d’acteurs, mais plutôt par la place qu’il occupe dans la mythologie américaine. Faites-vous en pas trop, notre ami vlrglqqf aime faire dans la provoc. – js

    • @vlrglqqf

      Vous dites donc que John Ford, Henry Hataway, Don Siegel, Nicholas Ray, Allan Dwan et Howard Hawks sont de grands producteurs de navets…

      Vous faites une belle paire avec zorro9!

    • Pour revenir aux Coen bros. la bande annonce de leur True Grit me fait plus penser à Pale Rider, du grand Clint, qu’au True Grit d’origine.

    • Todd Field adapte Blood Meridian!?!

      John Ford, de la série B!?!

      Même pour ses stricts talents d’acteur, on peut mesurer l’importance de John Wayne.

    • “John Wayne était un acteur de série B. Il n’a tourné que des navets.”

      Virgiqqf, je vous aime beaucoup, mais des fois vous sortez des énormités. Wayne est l’un des acteurs de l’histoire du cinéma qui a joué dans le plus de chef-d’oeuvre absolus. Prenez la liste des meilleurs films des Cahiers du cinéma pour vous en convaincre, ou n’importe quelle liste équivalente. Et puis c’est un immense acteur, malgré que c’était un salaud notoire.

    • goupil, de mon côté, en regardant le bande annonce des Coen, les images me rappelaient, et de façon heureuse, celles de Ride the High County de Pekinpah.

    • J’ajoute deux de mes préférés: Rio Bravo et She wore Yellow Ribbon.

    • Parlant de John Wayne, il y a ce texte de Peter Bogdanovich qui vient d’être mis en ligne à propos de Stagecoach, pour ceux que ça intéresse.

    • John Wayne était un acteur très physique, sans rien d’intellectuel émanant de sa personnalité. Beaucoup d’hommes s’identifiaient à lui dans son rôle de personnage fendant et dominateur. Cela répondait à l’époque du temps où le mâle pouvait s’exprimer difficilement. Socioculturellement, c’était un besoin quasi viscéral pour ce temps-là. Il fallait donc une image virile nécessaire, consciemment voulu par les John Ford, Henry Hataway, Nicholas Ray et Cie. Il était impensable pour eux de sortir des sentiers battus hors ceux des modèles forts, robustes, téméraires et très résistants physiquement.

      Aucun western ne figure sur les listes des films nominés à la course aux oscars.
      Les westerns étaient alors considérés comme des oeuvres non intellectuelles ou plus simplement appelés des divertissements pour toute la famille. A ce titre, John Wayne était un acteur de série B. Bien des cinéphyles se sont demandés pourquoi John Wayne a accepté de jouer le rôle d’un centurion romain dans The Greatest Story Ever Told (1965), un rôle contre-nature et absurde pour lui selon la même logique.

    • Peu d’acteur sont des intellectuels au sens propre. La plupart disent des banalités à longueur d’entrevues. Mais ça n’empêche pas Wayne d’être un grand acteur. Son jeu, ultramoderne, fut hyper-influent. Et puis, il savait parfaitement jouer la fêlure de l’homme viril, loin de la caricuture que tu en fais. Peu d’acteurs de ses années jouent avec autant de naturel et de subtilités.

      Les westerns ne sont pas des séries B, Oscar ou non.

    • Je suis un fan fini des Cohen Brothers (surtout FARGO, LEBOWSKY…), mais les remakes, ils n’ont pas besoin de ça, nous non plus me semble.

    • …et John Wayne était aussi bon acteur qu’Humphrey Bogart pouvait l’être à la ruine-babine!

      Cette époque du cinéma américain était une époque poseuse et calorie vide.

      À part Brando (SUR LES QUAIS), on peut faire une croix sur tout le bazar.

    • “Cette époque du cinéma américain était une époque poseuse et calorie vide. À part Brando (SUR LES QUAIS), on peut faire une croix sur tout le bazar. ”

      N’IM-POR-TE-QU-OI!

      Et c’est les frères COEN, en passant. Même un fan fini devrait savoir ça.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    juin 2010
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité