Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 29 mars 2010 | Mise en ligne à 20h15 | Commenter Commentaires (36)

    Kevin Smith à la ferme des opinions

    copout-poster

    Kevin Smith est sur la défensive par les temps qui courent. Il y a d’abord eu sa tentative – infructueuse – de financer son film d’horreur Red State par des dons du public, initiative accueillie plutôt froidement. Il y a ensuite eu ce malheureux épisode où il s’est fait sortir d’un avion en raison de sa corpulence. Et maintenant, c’est au tour des critiques de lui faire la vie dure!

    Cop Out, son premier film de studio, a obtenu la maigre note de 19% sur l’agrégat Rotten Tomatoes. Le réalisateur de Clerks et de Chasing Amy ne l’a vraiment pas digéré. Sur son compte Twitter, où il est suivi par pas moins de 1,6 million de fidèles, il s’est lancé dans une violente dénonciation des critiques, ces élitistes déconnectés qui détestent les divertissements légers :

    Le titre a-t-il vraiment l’air si ambitieux? Vous voulez VRAIMENT chier dans la bouche d’un film qui ne fait ÉVIDEMMENT qu’aspirer à rien de plus que quelques rires. Est-ce que ça s’appelle Schindler’s Cop Out?… Écrire une mauvaise critique de Cop Out c’est comme martyriser un enfant retardé. Tout ce que vous avez fait c’est se moquer de quelque chose qui ne vous a fait aucun mal et qui ne voulait que vous amuser.

    Une séance de défoulement somme toute très compréhensible, et même drôle pour ceux qui aiment ce type d’humour. Mais il n’a pas fini. Et ce qu’il dit par la suite est beaucoup plus contestable et, en ce qui me concerne, assez enrageant :

    Pourquoi donnerais-je à 500 personnes au hasard du pouvoir sur ce que je fais. Pour mon prochain film, je préfère choisir 500 suiveux sur Twitter et les laisser le voir gratuitement à l’avance, et ensuite mettre en ligne LEURS opinions, bonnes ET mauvaises. Même différence. Pourquoi est-ce que l’opinion [des critiques] a plus de valeur? C’est un système arriéré. Fuck this Animal Farm bullshit.

    Donc, pour paraphraser Orwell, tous les critiques sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres, reproche Smith…

    Pour être franc, à toutes les fois qu’on attaque mon travail, j’ai beaucoup de difficulté à me défendre. Écrire sur le cinéma est probablement l’activité intellectuelle la moins valorisée aujourd’hui (à titre d’exemple, un chroniqueur politique ne verra jamais sa crédibilité remise en cause parce qu’il n’a jamais fait de politique, contrairement à un critique qui n’a jamais fait de film). La grande majorité des gens appuient les propos de Smith. En effet, une opinion c’est une opinion et qui sont ces critiques «officiels» pour NOUS dire qu’ils sont plus égaux que les autres?!

    Mais il y a peut-être un moyen de contrer cette philosophie à la mode friande du nivellement par le bas. Dans sa chronique sur MCN, Kim Voynar renvoie à Smith sa logique en pleine figure :

    Je pourrais très bien faire l’argument que, au lieu de regarder et d’évaluer un film de Smith – au fait, l’œuvre de tout «cinéaste professionnel» – je n’ai rien qu’à cueillir au hasard 500 abrutis sur Twitter pour qu’ils tournent un film avec leurs Flipcams et critiquer ceux-là à la place. Après tout, l’habileté de viser avec une Flipcam et d’appuyer sur le bouton «On» ne rend-elle pas n’importe qui aussi qualifié pour le métier que Smith et ses 17 solides années d’expériences? Oublions Kevin Smith, même Scorsese tant qu’à y être, et allons placer ce gars avec la vidéo YouTube des marionnettes en chaussettes sur le grand écran!

    L’analogie est peut-être tordue et caricaturale, il n’en reste pas moins qu’elle force Smith, et tous les autres défenseurs du relativisme absolu, d’accepter le raisonnement suivant : si les grands savants qu’on peut lire sur Cinécruche représentent l’équivalent des critiques professionnels, tout ce qui sort d’Hollywood a donc exactement la même valeur que la vidéo du Star Wars Kid. Mais quelque chose me dit que Smith et consorts auraient un petit problème avec ce concept particulier «d’égalité»…

    À lire aussi :

    > Le critique, ce tyran
    > La pertinence des critiques (suite)
    > Le critique a (presque) toujours raison


    • J’ai toujours détesté Kevin Smith, surtout pour ce genre d’attitude… Je suis toujours du côté des critiques, m. Siroka, il vous reste encore un fidèle!

    • Effectivement c’est décourageant. Ce que signifie en fait le “nivellement par le bas”, c’est le règne de la médiocrité et l’instauration d’une sorte de terreur (ce qu’il y a de plus fasciste) replète et satisfaite d’elle-même.

    • Je ne comprends pas, il décrit quand même son film comme étant un enfant attardé, pourquoi se plaint-il qu’on le critique de faire des films attardés?

    • Est-ce que je me trompe de dire que depuis Clerks, ce fut une longue pente descendante? Mais clerks, c’était drôlement bon.

    • @fgbar
      J’ai bien aimé Dogma, pas vous?

    • Kevin Smith a quand même entièrement raison.

      si demain matin les réalisateurs de génies à la Scorsese disparaissaient en ne laissant que des Uwe Boll il n’y aurait plus de bons films mais si au contraire tous les critiques ciné disparaissaient il y aurait quand même toujours d’excellents films.

      Comme quoi les critiqueux professionnels en tout genre sont vraiment inutiles sur terre. Surtout depuis l’arrivé du net. J’aime bien mieux me fier à l’opinion de plusieurs cinéphiles, ou encore mieux à la mienne propre, qu’à celle d’un critiqueux vendus aux studios pour pondre de bonnes critiques au risque de ne plus être invités aux projections médias.

    • Merci M. Siroka de rappeler à ma mémoire le lourd travail à accomplir. La fiche du chef-d’oeuvre de Smith sera (probablement) en ligne dès la fin de la semaine.

      @saitek:
      Vous avez tellement raison. Pour vous : www.cinecruche.com, je vous y invite personnellement.

    • @jean-saisrien

      honnêtement, je peine à avoir des souvenirs de ce film mais il me semble que ce n’était pas particulièrement bon. Certainement moins pire que Jay & Silent Bob strike back mais quand même.

      Il semble que Clerks était génial, Mallrats était correct mais sans plus (des bons one liners), Chasing Amy était très bien, et après ça s’envenimait. Le visionnement de Clerks 2 a été ma foi très douloureux. J’avais comme l’impression que le style s’essouflait.

      Par contre, j’ai cru comprendre que Kevin Smith avait écrit des bonnes histoires pour les bds.

      Qu’aviez-vous pensé des autres films de Smith?

    • Les critiques de cinéma détruisent eux-mêmes leur crédibilité de plusieurs manières, la première étant leur fixation sur le box office. Ensuite, comment peut-on prendre au sérieux quelqu’un qui ne fait que commenter des blockbusters ? Pire, les critiques donnent l’impression de critiquer pour une clientèle de matantes : pas très friands de nouveautés, ils aiment quand un film répond à leurs attentes.
      Je dis ça, je me dois de relativiser. Il y a quelques personnes dont j’aime avoir l’opinion, et ils sont sur youtube.

    • Je suis assez d’accord avec Smith. Les critiques ont tendance a être arrogant et a ne pas représenté la “pleble” pour laquelle ils / elles écrivent. Cop Out est une comédie “niaiseuse” ou tu fou ta switch a off et ou tu ne fais que t’amusé. Est-ce drôle ou non, j’imagine qu’ils faut aimé le style, mais de commencé à en faire une critique, faut pas charier.

      Mais bon, on est avant l,été et le line-up est inintéressant alors faut bien gagné sa croute….

      pourquoi est-ce que la majorité de la population on comme impression que si les critiques détestes le film sera bon et vice-versa…

      Par ailleurs votre analogie est assez débile, en premier lieu de traité les utilisateur de twiter d’abrutis est vraiment fort, je ne me prononcerai pas plus sur le sujet, puisque je suis convaincu que vous patinerez pour dire que ce n’est pas tous les utilisateur de twitters qui sotn des abrutis mais seulement ceux qui ne pense pas comme vous… Ce qui suggère aussi l’opinion que vous avez de ceux qui pense différent de vous.

    • Faites vous votre propre opinion.
      La critique d’un professionel ou d’un “nobody” reste l’opinion de quelqu’un d’autre. Ce quelqu’un d’autre ne sera jamais vous, n’aura jamais votre experience, vos gouts…

    • L’argument de Kevin Smith n’a pas encore été rebuté du tout. En aucun cas il a dit que que n’importe qui pouvait faire du cinéma ou que la valeur de toute chose est égale sur terre. La comparaison que fait Kim Voynar est caduque: Kevin Smith prétend que toute critique ne veut pas mieux qu’une autre. Pas que toute chose sur terre ne vaut pas mieux qu’une autre. Donc je ne vois pas le lien avec son histoire de youtube etc.

      Si on veut revenir à l’argument de Smith, comme de quoi tous les critiques se valent, c’est difficile de le blâmer vu la qualité absolument effroyable des critiques des journaux et de la télé. Au moins en Amérique du Nord. C’est franchement pathétique de les lire/entendre décrire l’histoire pendant 4/5 de l’article et finir par une cote générique 2 étoiles.

      Pour ce qui est de la crédibilité du chroniqueur cinéma vs le chroniqueur politique, c’est tiré par les cheveux. Ça n’a rien à voir avec ”avoir déjà fait un film” ou ”avoir déjà fait de la politique”. Un critique culinaire est capable de faire une omelette et ça ne lui confère pas la crédibilité.

      Un critique perd sa crédibilité lorsque, comme Smith le dit, il prend un film comme Cop Out et gaspille du papier et notre temps à écrire une mauvaise critique. C’est comme de prendre une page de journal pour expliquer que du Kraft Dinner c’est pas bon: on s’en fout complètement je vais pas arrêter d’en manger pareil.

    • Autre point : depuis plusieurs années, le métier de critique est réduit à ”une question de goût”. Les critiques (de journaux et de télé) ne parlent plus du film, de l’auteur, etc. Il parle de ‘’si c’est bon ou pas bon”. Si on prend une émission comme Six dans la Cité, on va dire qu’un film est bon ou n’est pas bon parce que le personnage aurait du faire X ou Y chose au lieu de Z chose. (Nathalie Petrowski, Geneviève Guerard, René Homier Roy)

      Arrêtez de défendre TOUS les critiques aveuglement. Ce n’est pas toujours du Cahiers du Cinéma ou du Sight and Sound.

    • @fgbar
      En fait, je n’ai pas vraiment aimé Clerks… mettons 5/10 mais j’avais adoré Dogma: 7.5/10.
      Clekrs 2 était vraiment “à scier”: 3/10
      Jay and Silent Bob Strike Back, 2/10 (je n’ai pas été capable d’aller jusqu’au bout)
      Là s’arrête mon expérience Kevin Smith en tant que réalisateur.

      Aussi, je ne chialerai probablement jamais au sujet de Cop Out.

    • Le Kraft Dinner, c’est de la marde, anyway…

      M’enfin, pour ce qui en est de Kevin Smith, va suivre l’exemple d’Uwe Boll et organiser un match de boxe pour se venger de ses détracteurs? Déjà qu’il semble en partager l’égo démesuré…

    • Je l’aimais bien, mais à force de faire des films plates et vouloir les défendre bec on ongles comme si c’était de l’or en barre, il commence à me taper sur les nerfs. C’est pas compliqué : Fais des bons films et on va te foutre la paix, connard.

    • Ahhh, Kevin Smith… Beaucoup d’imagination, trop d’égo, manque de finition.

      @fgbar

      “Par contre, j’ai cru comprendre que Kevin Smith avait écrit des bonnes histoires pour les bds.”

      Oui vous avez raison, mais justement, à peu près toutes les histoires de comic books qu’il a écrit ont été retardés atrocement ( pas un mois ou deux, mais trois ANS dans un cas! Ils ont du publier un résumé avant la suite de la série!) Même qu’une série sortie il y a déjà 5 ou 7 ans… n’a toujours pas été terminée!

      Le gars devrait se regarder dans le miroir avant de parler. Juste voir le trailer de Cop out ça sentait mauvais de très loin. Ok, il le dit lui-même que c’est un film pour rire, mais des fois, même des films “légers” peuvent être mauvais… et il semble que c’est le cas. Il se défend pour un mauvais film qu’il admet lui-même!… Me semble que y’a moyen de mieux choisir ses causes!

      À tous ceux qui défendent Kevin Smith et son opinion sur les critiques. Il n’a pas tout à fait tort et vous aussi par la même occasion, mais vous savez, entre prendre l’opinion d’un gars qui voit 5 ou 6 films par an et un gars qui en voit 30 à 40, je prends le deuxième! D’autant plus qu’on parle de Cop Out et Kevin Smith… Ce n’est pas comme si Scorsese aurait fait une crise du genre avec Shutter Island!

      Pour paraphraser pasrap:

      Arrêtez de défendre TOUS les réalisateurs aveuglement. Ce n’est pas toujours du Spielberg ou du Coppola.

    • Kevin Smith ne devrait pas faire ce genre de sortie contre les critiques. Il n’a rien a gagner en faisant, il passe juste pour un gars frustré.

      Peut être qu’il a raison sur certains points sauf que quand des gars comme Peter Travers ou Ebert plante ton film habituellement ca veut dire que ton film est mauvais. Ces gars-la ne font pas dans la critique gratuite seulement pour le plaisir de planter un réalisateur.

    • @renaud_1 (citation: ”quand des gars comme Peter Travers ou Ebert plante ton film habituellement ca veut dire que ton film est mauvais.”)

      C’est exactement la mentalité qui donne raison à Smith. Ça ne veut rien dire de plus que Roger Ebert n’a pas aimé ton film. Cop Out est mauvais avec ou sans l’approbation de n’importe quel critique.

      “My rule of thumb is, What Siskel and Ebert like, I don’t, and vice versa.”
      -David Lynch

      C’est bien sûr une hyperbole ridicule, mais ça montre que Smith n’est pas le dernier des idiots en se plaignant des critiques. Ebert, qui est sans contredis un des meilleurs en Amérique du Nord (donc meilleur des pires), n’est pas à l’épreuve de l’erreur.

      Le rôle du critique est de jeté un regard intéressant sur une oeuvre, pas de lui donner des étoiles.

    • Je ne vois pas pourquoi un film comme Cop Out, divertissement aussi léger soit-il, serait à l’abri de la critique. Un bon critique est capable d’évaluer un film en fonction de ce qu’il tente d’accomplir, et même un film qui a peu à proposer peut s’avérer un échec.

      Les critiques sont nécessaires puisqu’elles rétablissent l’équilibre contre le marketing. Combien de films peu ambitieux reçoivent une campagne de promotion démesurée? Combien de films intelligents ont droit à une bande-annonce qui les simplifient pour le pire? Le cinéphile ne pourrait faire la différence à moins d’aller voir tous les films à l’affiche. Mais ça, c’est le travail des critiques…

    • @pasrap

      Ebert ne détient pas la vérité absolue mais son avis vaut plus que la majorité des critiques et surtout plus que l’avis de 500 suiveux sur twitter.

      Critique c’est une vraie profession qui demande un bon jugement basé sur des connaissances approfondit de son sujet.

      Plusieurs personnes s’improvisent critiques et a ce niveau-la Kevin Smith a raison de mettre en doute leur pertinence sauf que quand les meilleurs critiques s’accordent tous pour dire que ton film est mauvais alors tu prends ton trou et tu acceptes la critique.

    • Les critiques, c’est intéressant, sans plus. Je lis toutes les critiques de vous et votre équipe mais je ne me fis jamais à ces critiques pour voir ou non un film. La majorité de vos critiques (à l’exception de Petrowski qui n’est pas critique) ont descendu Avatar mais je suis allé le voir pour ce qu’il était et j’ai été diverti. Les critiques ont adorées Antichrist et même si j’aime Lars, je n’ai pas aimé ce film. J’ai beaucoup aimé Zombieland contrairement à votre confrère et je pourrais continuer pendant des heures. Par contre, les critiques apportent un éclairage intéressant sur les films.

    • @ Monsieur Siroka

      Sans vouloir vous attaquez personnellement, je trouve votre analogie entre le critique de films et le chroniqueur politique pour le moins boiteuse. Le chroniquer politique joue un rôle primordial, non seulement en nous informant sur les différentes décisions mais en vulgarisant ces informations et en présentant les différentes conséquences de telles et telles décisions. À l’ère où les informations fusent de partout, leur rôle est encore plus crucial pour nous permettre de nous démêler parmi ce torrent d’information.

      Par contre, pour le critique de films, j’avoue n’avoir jamais vraiment saisi le rôle de celui-ci! Il y a 15 ans je pouvais comprendre qu’il pouvait avoir un rôle de nous informer sur les nouveautés à l’affiche, mais aujourd’hui ce rôle ne lui appartient plus puisque nous avons accès à des informations beaucoup plus complètes et plus rapidement grâce à internet. Le problème est que l’objet de travail de ces critiques est tout d’abord une oeuvre d’art (bien que des fois l’on doit gratter longtemps pour trouver la démarche artistique dans l’oeuvre!). Or, qui dit oeuvre d’art dit nécessairement différence d’opinion et différence d’appréciation, c’est normal. Qu’est-ce qui qualifie une personne plus qu’une autre pour critiquer des films? Plusieurs critiques ont une certaine formation en cinéma, il sont donc un regard plus expert et plus technique. Par contre, là où j’Ai de la difficulté, c’est que dans bien des cas, la critique d’un film va se résumer à l’histoire et au scénario, très peu de criques vont s’attarder justement au côté technique de l’oeuvre, évinçant ainsi leur spécificité et expertise.

      C’est peut-être à cause du volume de films par année, mais je trouve que la plupart des critiques manquent de substances. Les critiques de films devraient aider le public à s’instruire au langage cinématographique. Sans vouloir que chaque critique soit un traité complet sur l’oeuvre je pense qu’une critique devrait s’attarder à plusieurs éléments comme la technique mise de l’avant par le réalisateur, les éléments qui peuvent sous-tendre les différents choix techniques effectués par le réalisateur, l’impact de ces choix sur l’expérience de visionnement, la place de l’oeuvre dans le curriculum du réalisateur, etc. J’avoue qu’un tel exercice est assez complexe et peu en décourager plusieurs surtout quand le sujet d’une telle critique peut être une comédie sans prétention avec des blagues qui s’adressent à des attardés encore à la phase anale (je ne vise pas Cop Out ici, ni d’autres film de Kevin Smith que j’aime bien, j’ai bien aimé Dogma!) Présentement, je me demande à quoi servent les critiques de films, ont-ils une influence sur la décision du public pour aller voir ou non un film donné?

      Personnellement jamais je n’oserais comparer l’apport à la société du travail d’un chroniqueur politique comme Chantal Hébert avec celui d’un critique de film, fusse-t-il le meilleur qui soit.

    • Pour paraphraser les cinécruches : ” Les critiques, moi, je trouve ça full utile parceque ça m’aide défois à comprendre les parties trop compliqués dans le film … “

    • La réaction de Smith rappelle UN PEU celle du scénariste (ou réalisateur ??) du film LE BONHEUR DE PIERRE qui s’était pointé sur le Net et avait dénoncé (avec plus d’humour que Smith, toutefois) l’acharnement des critiques québécoises envers son oeuvre …

    • De toute façon, c’est toujours la même histoire : quand les critiques sont dithyrambiques, on les aime et on est content qu’elles nous donnent raison, mais quand c’est l’inverse, on les hait et on remet en question leur pertinence.

      Comme le disait si bien Frédéric Beigbeder : « La critique positive rend l’artiste idiot, tandis que la critique négative le pousse à réfléchir et à revoir son œuvre. » Vu sa contribution au septième art, M. Smith devrait arrêter de se penser au-dessus de tout et de prendre les gens pour des caves avec ses comparaisons débiles.

    • Pour garder une certaine crédibilité, Smith aurait du faire ce genre de sortie quand les critiques de certain de ses précédent films était bonnes. Ces déchainements ne viennent qu’apres les mausaises critiques.

      Pour revenir au kraftdinner que j’ai lu plus haut, disons que quand j’achete du kraftdinner je sais exactement a quoi m’attendre, du kraftdinner. Si Smith pond des merdes il n’a qu’a les publiciser comme tel….des merdes.

      Il n’y a pas de films qui soit a l’abrie des critiques. Il y a de bons films pour enfants et des mauvais. Il y a des bons films pour ado et des mauvais. Il y a des bons enfants retardés et des mauvais.

      Les critiques voient un bon paquet de films par années. Leurs opinions sont certainement plus valables que le premier tweeteux venu. Il font ce métier pour une raison, en général c’est par ce qu’il sont des passionés du cinema. J’ai toujours aimé les critiques, spécialement les grincheux, les virulents qui lance leurs fiel a tout vent. Ca ne ma jamais empeché d’aller voir par moi meme si j’ai envi d’aller voir.

    • C’est une défense typique d’un réalisateur dont le dernier bébé est mal reçu. Pas sûr que Smith aurait pondu ce billet rageur sur les Méchants Critiques si son film aurait bénéficié d’un accueil favorable.

      Il en va de même autant de la masse comme de la plèbe. Quand un film de notre cinéaste chouchou est mal accueulli, on se rallie pour brûler les critiques au bûcher, et quand c’est le contraire, on s’empresse de brandir les critiques dythirambiques à bout de bras. Ah, la nature humaine…

    • @littleviking26 (citation: Par contre, là où j’Ai de la difficulté, c’est que dans bien des cas, la critique d’un film va se résumer à l’histoire et au scénario, très peu de criques vont s’attarder justement au côté technique de l’oeuvre, évinçant ainsi leur spécificité et expertise.)

      Paroles de sage. En fait, tout ton post est carrément en plein dans le mille. littleviking26 FTW

    • Personnellement, je ne vois pas l’intérêt de critiquer les critiqueurs. J’aime croire que quelqu’un a vraiment regarder un film avec une vision neutre et une culture cinématographique. J’aime apprendre en lisant les critiques de cinéma. Je ne me base pas la dessus pour créer ma propre opinion, mais j’aime comprendre une nouvelle vision que parfois Matante Germaine à de la difficulté à vulgariser. Que ce soit bon ou mauvais, j’approuve.

    • Ce gars là a fait ”DEUX” bons films dans sa carrière très ordinaire merci. Et on parle de films sympathiques ni pus ni moins. C’est souvent le problème avec les artistes qui ont un succès prématuré, ils cesses de progresser par la suite. J’ai hâte de voir comment va se comporter Xavier Dolan dans les prochaines années.

      Le travail de critique est essentiel et c’est aussi au lecteur de se questionner ensuite sur les propos du chroniqueur. L’histoire de ”chacun ses goûts” est une pure formalité enfantine. Je suis pas toujours en accord avec vous et vos collèges de la Presse, mais vos commentaires sont essentiels. Ça me fais penser aux propos idiots tenu par Martin Petit à l’endroit des critiques qui avaient descendus sont spectacle d’humour, que les journalistes ne devrait pas avoir accès aux spectacles. Comme si les joueurs du CH exigerait demain matin que Bertrand Raymond et Réjean Tremblay cesse de commenter la saison de l’équipe. Ridicule!

    • @pierre79

      Euh, vous lancez des épithètes du genre : ”Le travail de critique est essentiel” comme si cela allait de soit, sans jamais donner une seule raison.

      Vous croyez que l’art n’existerait pas du tout sans les critiques d’art? Ça me surprend, étant donné que l’homme pré-historique faisait de l’art. Je veux dire, certains critiques sont très intéressants et je suis abonné aux Cahiers du Cinéma depuis plusieurs années, mais de dire que ”le travail de critique est essentiel” me semble très hyperbolique.

    • @pasrap : ”l’homme pré-historique faisait de l’art” : En effet, le premier faisait de l’art et l’autre à ses côtés lui disait combien ses gribouillages de fond de grotte étaient nuls à chier! L’art et la critique sont indissociables, comme deux parties inhérentes du cerveau humain.

    • 1) C’est vrai qu’il n’y a aucune différence entre un critique et un spectateur de tous les jours. C’est justement ce que j’ai répondu à Wayne, l’autre jour quand il a voulu corriger mon slap shut, je lui ai dit c’est pas parce que tu t’appelle Gretzky que t’a le droit de me corriger!
      Pauvre Wayne, quelques coupes Stanley pis ça veux apprendre à jouer au hockey à tous le monde!
      C’est la même chose avec les critiques de cinéma, c’est pas parce que tu regarde 15-20 films par semaine depuis 20 ans que t’a une meilleur opinion de moi de ce que c’est un bon film. Me dire que t’es meilleur que moi pour juger, hey pour qui tu te prend! Mon opinion vaut bien la tienne…

      Lâche pas mononcle!!!

      (Beau relativisme qui permet la “stupidity age” aux USA)

      2) Faudrait rappeller à Smith que s’il est devenu qui il est, c’est justement grâce aux critiques qui ont ensencé son premier film “Clerks”, film qu’il avait produit grâce à de nombreuses demandes de cartes de crédits!!!
      Smith doit beaucoup au critiques qui l’ont longtemps supporté!

    • tiens celui là a passé sous mon radar

      je devrais toujours avoir une clochette qui sonne sur mon laptop lorsque Jozef Siroka discute du travail de critique, je trouve le sujet très complexe mais hautement stimulant!

      J’avoue, non sans gêne, avoir un peu de misère à voir la pertinence du métier de critique (cinéma, musique ou autre) à l’ère d’internet.
      Ou, du moins, je trouve que trop nombreux sont les critiques professionnels qui ont “brûlés” la crédibilité du métier par d’innombrables manques d’objectivité au fil du temps..

    • Parfois je prends les critiques à contrario…

      Aussi, je remarque dans le journal de samedi (Soleil) qu’un critique de cinéma va systématiquement voir tous les films d’horreur, films d’ados ou films d’action léger… Il les descent invariablement, mais n’empêche qu’il semble se faire un devoir de les voir. Le plaisir de les descendre?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    juin 2013
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité