Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 25 décembre 2009 | Mise en ligne à 19h45 | Commenter Commentaires (128)

    Mon Top 10 des années 2000

    herzog_grizzly_man_jma-420x280

    1. Grizzly Man de Werner Herzog (2005, É-U)

    Timothy Treadwell était un environnementaliste amateur qui a vécu treize étés auprès de grizzlys sauvages dans un parc national de l’Alaska, avant de se faire dévorer vivant par l’une de ces bêtes à qui il vouait pourtant le plus grand amour. Treadwell, qui se voyait comme un «gentil guerrier» à la rescousse de grizzlys prétendument persécutés, a laissé derrière lui quelque 100 heures de prises de vue filmées lors de ses cinq dernières expéditions. Entre en scène Werner Herzog (photo), grand spécialiste des aventuriers «fous» (Aguirre, la colère de Dieu, Fitzcarraldo) et lui-même explorateur chevronné des contrées les plus sauvages du monde et de l’esprit. Grizzly Man, un documentaire narré et monté par Herzog mais composé en bonne partie par les images de Treadwell, prend la forme d’un fascinant dialogue posthume entre deux hommes aux démarches similaires mais à la philosophie radicalement différente. Alors que Herzog s’est toujours méfié de la nature («Je crois que le commun dénominateur de l’univers n’est pas l’harmonie, mais le chaos, l’hostilité et le meurtre» dit-il lors d’une de ses nombreuses et savoureuses envolées métaphysiques), Treadwell y voue une admiration et une confiance aveugle. Certains intervenants dans le film font vite de le cataloguer comme mentalement détraqué, mais Herzog n’en a que faire de ces considérations cliniques et maintient que ces manifestations de «folie» sont en fait les catalyseurs d’une expression poétique achevée. Selon lui, Treadwell a réussi à composer des plans que les «réalisateurs de studio et leur équipe de syndiqués ne pourraient même pas concevoir». Grizzly Man est davantage qu’un documentaire animalier ou une enquête sur un fait divers, c’est un film profond qui se questionne sur le rapport de l’homme avec la nature et sur la signification de la création artistique. Il s’agit également, surtout pour les fans de Herzog, d’une sorte de synthèse de l’œuvre du légendaire cinéaste allemand. Treadwell n‘aurait pu rêver d’une meilleure personne pour rendre justice à son œuvre. Et même l’élever.

    2. Yi Yi d’Edward Yang (2000, Taïwan)

    yi-yi

    Le septième et dernier long métrage d’Edward Yang (il est décédé en 2007 à l’âge de 59 ans) est un magnifique portrait de famille à la fois épique et intime servi par des observations de mœurs d’une justesse remarquable. Toute la gamme des émotions y passe. Yi Yi est tour à tour drôle, sérieux, réjouissant, triste, angoissant. Et, malgré la considérable charge émotive du film, la méthode de Yang n’est jamais pesante: au contraire, sa mise en scène est très pudique et aérée (beaucoup de plans sont filmés à travers des cadres, des fenêtres). Yang rend compte de l’expérience humaine tel un observateur certes perspicace, mais poliment distant. Son regard, élégant, est empreint d’un humanisme des plus chaleureux, et contagieux.

    3. Mulholland Drive de David Lynch (2001, É-U)

    mulholland-drive-silencio

    Convenablement surnommé «l’usine à rêves», Hollywood prend dans Mulholland Drive des allures de cauchemar éveillé des plus exaltants et séduisants. Pratiquement tous les genres qui ont été inventés par l’industrie (film noir, western, comédie musicale, horreur) sont amalgamés en un casse-tête lynchien surréel et inoubliable dont on ressort difficilement indemnes, quoique pleinement satisfaits. Rappelons-nous quelques scènes d’anthologie: le monstre derrière Winkie’s; la scène de l’espresso; l’audition de Becky; la balle perdue du tueur à gages; Rebecca del Rio qui «chante» Llorando; et, ma préférée, l’avertissement inquiétant du cowboy : «Now, you will see me one more time if you do good. You’ll see me two more times if you do bad. Good night

    4. The New World de Terrence Malick (2005, É-U)

    jame.583.1

    On peut argumenter avec conviction que The New World est la moins accomplie des oeuvres de Terrence Malick, il reste que la sortie de chacun de ses films (4 en 32 ans) demeure toujours une cause à célébrer. Malick, un poète et un philosophe dans le sens le plus pur de ces termes, a choisi le cinéma comme principal moyen d’expression. Et ce, pour le plus grand plaisir des cinéphiles. Lors de ses meilleurs moments The New World réussit, grâce à une combinaison magique d’images, de sons et de musique, à nous transporter dans une transe dont on ne veut pas ressortir de si vite. Malick pratique un cinéma qui s’attaque directement aux sens, un cinéma «total» que trop peu de cinéastes savent – ou osent – aborder. (J’ai récemment parlé du sujet ici).

    5. Parle avec elle de Pedro Almodóvar (2002, Espagne)

    best00talk2her-1

    Difficile de croire qu’Almodovar, malgré son immense réservoir de talent, saura dépasser un jour la quasi-perfection de Parle avec elle. Visuellement et thématiquement très riche, le film aborde avec originalité de nombreux sujets relatifs aux relations humaines, notamment l’amitié masculine. L’immense amour d’Almodovar pour ses personnages n’est égalé que par sa brûlante passion pour le cinéma. Conteur extrêmement habile, le cinéaste espagnol déploie de très belle manière son vocabulaire cinématographique typiquement coloré au service d’une intrigue mélodramatique jouissive et sans temps morts. Parle avec elle explore également la capacité du cinéma d’étirer les limites de ce qui est moralement acceptable en provoquant chez le spectateur – et c’était là un pari très risqué – de l’empathie pour un protagoniste dont le geste pervers serait promptement désavoué par le public dans la vraie vie.

    6. In the Bedroom de Todd Field (2001, É-U)

    in-the-bedroom-2001-07-g

    Avant qu’il ne se lance dans la réalisation, on pouvait voir Todd Field dans la peau du pianiste aux yeux bandés dans Eyes Wide Shut (1999) de Stanley Kubrick. Il semblerait que la compagnie du défunt maître lui fut des plus bénéfiques puisque son premier long métrage est une réussite à tous points de vue. À la manière de Kubrick, Field fait preuve d’une maîtrise formelle extrêmement rigoureuse : les cadrages sont millimétrés, le rythme des scènes est subtilement développé, le montage et la structure générale du film ont été savamment réfléchis. À la fois drame psychologique et thriller, In the Bedroom offre une fine méditation sur le désir de vengeance ainsi qu’un bouleversant examen sur un couple en deuil. Tom Wilkinson et Sissy Spacek, qui jouent le père et la mère d’un fils tragiquement décédé, forment ici un des duos d’acteurs les plus formidables de la décennie.

    7. Printemps, été, automne, hiver… et printemps de Kim Ki-duk (2003, Corée du Sud)

    1184702809493

    Cet ovni cinématographique du prolifique Kim Ki-duk (15 long métrages depuis 1996) propose une captivante parabole bouddhiste sur les âges de la vie. Comme son titre l’indique, le film est divisé en quatre sections distinctes, plus un épilogue. On y suit l’évolution d’un homme (depuis 10 ans jusqu’à environ 50) pris en charge par un moine solitaire qui réside dans un temple flottant au milieu d’un paysage paradisiaque. Dans ce film méditatif au rythme zen, mais non dénué d’humour, les grands thèmes de l’aventure humaine (Le Bien, le Mal, la Justice, la Rédemption) sont illustrés à l’aide de tableaux singuliers, en fusion avec la nature environnante, aussi simples qu’expressifs. Le dialogue est épars et souvent hyperbolique, du genre : «La convoitise suscite le désir de possession, et cela suscite le meurtre». La séquence finale, dans laquelle le protagoniste assimile toutes ses leçons de vie à travers une épreuve de force, est d’une puissance extraordinaire. Un film qui, s’il ne vous mènera pas au nirvana, saura certainement nourrir votre âme.

    8. The Fog of War d’Errol Morris (2003, É-U)

    the-fog-of-war

    «I think the human race needs to think about killing. How much evil must we do in order to do good.» «If we lost the war, we’d all be prosecuted as war criminals. What makes it immoral if you lose, not if you win?» Ce sont là les paroles de Robert McNamara (1916-2009), secrétaire à la Défense sous John F. Kennedy et Lyndon Johnson et l’un des hommes politiques les plus controversés de la seconde moitié du 20e siècle. The Fog of War propose une des discussions les plus passionnantes et complexes sur les enjeux militaires, moraux et philosophiques de la guerre de l’histoire du cinéma. Il s’agit également d’un film qui repousse les limites formelles du documentaire. On est loin de la fade esthétique des «têtes parlantes». À l’aide d’un montage précis et artistique de documents d’archives, de petites vignettes filmées particulièrement inventives, et de la musique hallucinante de Philip Glass, The Fog of War se montre aussi envoûtant que le plus raffiné des films de fiction.

    9. The Wind that Shakes the Barley de Ken Loach (2006, Irlande)

    WSBMASTER59

    LE film de guerre des années 2000 à mon avis. Le vétéran Ken Loach, au sommet de son art, met à contribution sa direction d’acteurs impeccable, sa mise en scène naturaliste, son sens éloquent du dialogue, et imprègne le tout de son implacable esprit d’activiste afin de nous offrir un des films les plus dévastateurs de la décennie. Le récit se penche peut-être sur la guerre d’indépendance irlandaise ainsi que sur la guerre civile qui s’ensuivit au début du 20e siècle, mais The Wind That Shakes the Barley est avant tout une réflexion sur la violence organisée et sur la bêtise humaine. Le film permet également à Loach de sévèrement critiquer, de manière plus ou moins voilée, les ambitions impériales qui ont marqué la présente époque.

    10. The Bourne Supremacy/The Bourne Ultimatum de Paul Greengrass (2004/2007, É-U)

    damonb

    J’aurais pu parler plutôt ici de Bloody Sunday (2002) ou de United 93 (2006), deux drames de premier ordre basés sur des faits réels réalisés par Paul Greengrass. Mais j’ai choisi son diptyque de la série des Bourne en raison de la contribution phénoménale que le cinéaste britannique a apportée au cinéma commercial hollywoodien. The Bourne Supremacy et surtout The Bourne Ultimatum ont établi le nouveau standard du blockbuster. La mise en scène de ces deux films absolument intenses et excitants est des plus habiles, et dégage une impressionnante fluidité malgré la complexité des séquences d’action et le flot gargantuesque d’information qui nous est communiqué. Un autre plaisir que procurent les Bourne de Greengrass est leur volonté d’aborder le genre de front, et non pas de s’en distancier ironiquement comme le font bien des films d’action contemporains. En cela, Supremacy et Ultimatum rappellent les thrillers classiques des années 1970. Matt Damon est un héros très pragmatique qui n’a que le succès de sa mission en tête; exit les one liners et autres sidekicks et female interests encombrants. La vie d’un tueur à gages n’a rien de drôle ni de romantique. Constamment risquer sa vie et tuer n’est jamais cool, même si cela procure une formidable montée d’adrénaline que le spectateur, dans ces cas-ci, n’a d’autre choix que de ressentir pleinement.

    ***

    En bonus, 40 titres qui ont manqué de peu le palmarès :

    11. Elephant de Gus Van Sant (2003, É-U)

    12. Dogville de Lars Von Trier (2003, É-U)

    13. 25th Hour de Spike Lee (2002, É-U)

    14. La Cité de Dieu de Fernando Meirelles (2002, Brésil)

    15. Donnie Darko de Richard Kelly (2001, É-U)

    16. Un conte de Noël d’Arnaud Desplechin (France, 2008)

    17. Zodiac de David Fincher (2007, É-U)

    18. Entre les murs de Laurent Cantet (2008, France)

    19. Still Walking de Hirokazu Kore-eda (2008, Japon)

    20. Keane de Lodge Kerrigan (2004, É-U)

    21. Vendredi soir de Claire Denis (2002, France)

    22. Amores Perros d’Alejandro González Iñárritu (2000, Mexique)

    23. Lantana de Ray Lawrence (2001, Australie)

    24. Bubble de Steven Soderbergh (2005, É-U)

    25. Spirited Away de Hayao Miyazaki (2001, Japon)

    26. Inglourious Basterds de Quentin Tarantino (2009, É-U)

    27. Le scaphandre et le papillon de Julian Schnabel (2007, France)

    28. No Country for Old Men de Joel Coen (2007, É-U)

    29. In the Mood for Love de Wong Kar-wai (2000, Hong Kong)

    30. Devils on the Doorstep de Wen Jiang (2000, Chine)

    31. Gran Torino de Clint Eastwood (2004, É-U)

    32. Let the Right One In de Tomas Alfredson (Suède, 2008)

    33. Requiem for a Dream de Darren Aronofsky (É-U, 2000)

    34. Hunger de Steve McQueen (2008, G-B)

    35. Adaptation. de Spike Jonze (2002, É-U)

    36. Red Road d’Andrea Arnold (2006, G-B)

    37. The Royal Tenenbaums de Wes Anderson (2001, É-U)

    38. La vie des autres de Florian Henckel von Donnersmarck (2006, Allemagne)

    39. Children of Men d’Alfonso Cuarón (2006, É-U)

    40. 24 Hour Party People de Michael Winterbottom (2002, G-B)

    41. We Own the Night de James Gray (2007, É-U)

    42. Lumière silencieuse de Carlos Reygadas (2007, Mexique)

    43. La pianiste de Michael Haneke (2001, France)

    44. Gosford Park de Robert Altman (2001, É-U)

    45. Tout est parfait d’Yves Christian Fournier (2008, Canada)

    46. No Man’s Land de Danis Tanovic (2001, Bosnie)

    47. Hedwig and the Angry Inch de John Cameron Mitchell (2001, É-U)

    48. 13 Tzameti de Géla Babluani (2005, Géorgie)

    49. Infernal Affairs de Wai-keung Lau et Alan Mak (2002, Hong Kong)

    50. Munich de Steven Spielberg (2005, É-U)

    ***

    Enfin, mention très spéciale à The Wire (2002-2008), la plus cinématographique
    des télé-séries et l’un des principaux accomplissements artistiques du 21e siècle.

    (De retour le 4-5 janvier. D’ici là, bon cinéma.)


    • @M.Siroka

      très bon ”the fog of war”, avec ”why we fight” et ”the corporation” ça fait tout un trio :)

      Mikhail tu es là?

      ce trio pourrait t’apporter une position plus centré, considérant la réalité vs. une idéologie de pensé magique induite à coup de marketing, pour ne pas dire carément propagande!

    • Merci Jozef pour ce top-décennie qui sort des sentiers battus. Beaucoup de titres que je n’ai pas visionné dans le lot, je vais y voir..

    • Il est certain que tout ca est tres suggestif, et je ne me suis pas attarde a faire le meme exercice, mais, personnellement, je ne vois pas de top de la decennie sans au moins un des films de la trilogie vengeance de Chan-Wook Park. Est-ce un oubli? Ou une omission volontaire?

    • Jackie Brown!

    • @ hubert77

      C’est un Top 10 des années 2000. Jackie Brown : 1997

    • “21 grams” et “the wrestler” aurait aussi pu s’y retrouver. wow, “grizzly man” m’intéresse au plus haut point !

    • J’ai bien aimé aussi : Stranger than Fiction 2006, Half Nelson 2006, American Ganster 2007 et comme film de guerre Black Hawk Down 2001. Aussi, dans une moindre mesure, j’ajouterais He Was a Quiet Man 2007 et Lost in Translation 2003, car il dépeint exactement ce qu’est le Japon pour un étranger.

    • Grizzy Man est effectivement un film extraordinaire. Du grand Herzog. A quand la sortie de son film qu’il a tourné dans l’Antartique et dont le titre m’échappe?

    • Intéressant palmarès, surtout pour la présence de Yi Yi. Cependant, je pense que Keane, Spirited Away et In the Mood for Love aurait dû se retrouver plus haut. Et pas certain de comprendre l’engouement pour le Ken Loach, un film tellement manipulateur et manichéen.

      Et voici des titres qui auraient facilement pu faire le top 50: Caché, Le fils, 2046, Danser dans le noir, Tarnation, Eternal Sunshine of the Spotless Mind, Nobody Knows, L’arche russe, There Will Be Blood, Requiem for a Dream, La neuvaine, Letters From Iwo Jima, Old Boy, I’m Not There, Millenium Actress, The Three Burials of Melquiades Estrada, Dogville, L’emploi du temps, Taste of Tea, etc.

    • Pas de 4 mois, 3 semaines et 2 jours? Surprenant. Et où est Caché, pour l’amour!?!?

    • @ groucho

      Le film est déjà disponible en DVD et il est excellent!

      http://www.imdb.com/title/tt1093824/

      @ nic-olas

      Je n’ai malheureusement pu voir tous les films sortis ces dix dernières années. Et pour ce qui est de Caché, je préfère La pianiste, et j’ai choisi de limiter mon Top 50 à un film par réalisateur.

      @ chichiro

      Merde! J’ai oublié Dogville et Requiem, va falloir en sacrifier deux… (C’est maintenant chose faite, j’ai flushé Control et The Squid and the Whale)

    • Disons que nous nous prêtions à l’exercise, nous, humbles lecteurs… Il faut VRAIMENT se limiter à 10 films pour 10 ans ?? :-p

    • @ M. Siroka

      Bien sûr, en tant que lecteur de ce « top-10 » (plus extension) de la décennie, j’aurais aimé connaître vos critères de sélection. Vos 10 meilleurs films sont-ils établis en fonction de la pure maîtrise artistique? Le sont-ils parce qu’ils reflètent le mieux l’esprit général des dix dernières années?

    • @ jon8

      L’espace sur le web ne connaît pas de limites!

      @ drakm72

      C’est simplement mes films préférés de la décennie. Mais il ne faut bien sûr pas prendre ça à la lettre. L’ordre n’est pas non plus coulé dans le béton. Plus ça va, plus je réalise qu’il y a des titres que j’ai oubliés.

    • Bien vu pour les 2 derniers Bourne. J’espère que le succès écrasant par The Dark Knight va avoir le même effet sur les films de superhéro, même s’il est un peu surestimé par certains. Des films avec un scénario qui rentre en entier (sauf pour la conclusion que l’on devine déjà avant même de s’asseoir) dans un trailer de 2:30, il est temps que ça finisse. Et j’inclu Iron Man là-dedans.

      Je suis un peu surpris de ne pas voir Brokeback Mountain dans le top 50. C’est quand même la plus belle histoire d’amour sorti d’Hollywood dans la décennie.

    • @ jon8

      C’est certain que j’aurais mis Sympathy for M. Vengeance ou Oldboy dans le mien. J’aurais également mis un ou deux films de Bong Joon-ho. Mr Siroka a au moins le mérite d’avoir mis un film de République de Coréen dans son top 10.

      Personnellement, ma découverte cinématographique de la décennie est sans contredit le cinéma de genre sud-coréen. Le pays mérite à lui-seul un top 10. Pour le plaisir et bien humblement, je vous propose le miens.

      1- Sympathy for M. Vengeance (Park Chan-wook)
      2- The Host (Bong Joon-ho)
      3- Memories of Murder (Bong Joon-ho)
      4- A Bittersweet Life (Kim Ji-woon)
      5- Oldboy (Park Chan-wook)
      6- Crying Fist (Ryoo Seung-wan)
      7- The Chaser (Na Hong-jin)
      8- A Tale of Two Sisters (Kim Ji-woon)
      9- Save the Green Planet (Jang Joo-hwan)
      10- The Coast Guard (Kim Ki-duk)

      Et si on sortait du cinéma de genre…

      Secret Sunshine (Lee Chang-dong)
      Bad Guy (Kim Ki-duk)
      Breathless (Yang Ik-june)
      Printemps, été, automne, hiver… et printemps (Kim Ki-duk)
      Ivre de femmes et de peinture (Im Kwon-taek)

    • Je cherche la triologie LOTR dans la liste mais je ne la vois pas. Probablement hors compétition car ça bat tous les autres?

    • Moi aussi je trouve le terme “meilleur” un peu galvaudé pour une si longue période. Dans le sens que sur une décennie, il faut tenir compte de beaucoup de choses au delà du “meilleur”, comme par exemple de l’influence que tel ou tel film aura dans le futur du cinéma.

      Par exemple: des films comme Dogville, Manderlay et sûrement Antichrist, de Von Trier, ne serait pas considérés comme “meilleur” par bien des gens, mais auraient une influence certaine et parfaitement objective sur les réalisateurs actuels et futurs qui marqueront la prochaine décennie -et au delà- de leur art.

      Et, dans l’autre sens, un excellent film peut ne pas être marquant ‘pour le cinéma’, juste frapper juste, sans innover, avec le bon timing.

      Combien de films marquants ont été ignorés du public et/ou des critiques et/ou des remises de prix ?

      Fouillez. Il y en a des tonnes. Dont des monstres tel Citizen Kane, 2001, Blade Runner, etc..

    • Une fois de plus, chapeau, M. Sikora! Un autre consistant et délicieux article.
      Je n’ai pas vu la moitié des films de votre top 10 et de votre top 50.

      Cela dit, je suis extrêmement content de voir “Printemps, été, automne, hiver… et printemps”, “City of God”, “We Own The Night” et “The Zodiac” dans votre palmarès.

      Je me permets de proposer quelques “oubliés” qui ont marqué ma décennie de cinéma :
      - “Unbreakable”, de M. Night Shyamalan : le chef-d’oeuvre d’un réalisateur malheureusement en panne d’inspiration aujourd’hui;
      - “Hero” de Zhang Yimou : un scénario complexe qui allie film d’action, chronique historique et tragédie classique, une exécution technique hallucinante, de grandes prestations (Maggie Cheung, Tony Leung, Jet Li);
      - “Congorama” de Philippe Falardeau : mon film québécois favori de la décennie;
      - “Intelligence Artificielle” de Steven Spielberg : on pourrait débattre longtemps sur l’inspiration de Kubrick, mais Spielberg a offert un grand et très émouvant film de science-fiction.

    • “C’est simplement mes films préférés de la décennie. Mais il ne faut bien sûr pas prendre ça à la lettre.”

      Tu sous-estimes le poids de ta crédibilité, Jozef! Nous retenions notre souffle pour cette liste! hehehe ;-)

      Sans blague, je crois que nous pourrions arriver à un consensus (ou à peu près) si nous évitons les oublis et les problèmes de type “c’est frais donc c’est le meilleur” comme avec, par exemple, Avatar.

      Je pense que je vais travailler sur une liste, mais je vais attendre de voir les réponses des autres pour éviter que j’oublie des gros morceaux du début des années 2000…

    • Merci M. Siroka pour l’effort de constriction. Votre top 10 est très intéressant et j’ai déjà noté quelques titres qui me sont inconnus.

      L’insertion de “Spirited Away” 25ième position est très appréciée.

      Un absent de taille par contre : Man on Wire.

      Vous sembez avoir un intérêt certain pour le cinéma asiatique : Twillight Samurai aurait certainement fait partie de mon palmares.

      Je vous souhaite, à toute l’équipe “cinoche” de La Presse, une très bonne année 2010 et vous remercie bien bas pour toutes les (nombreuses) belles découvertes que j’ai fait cette année grâce à vous, M. Siroka.

    • Chapeau Jozef pour ce bel éventail de cinéma. Du bonbon, vraiment, tant les films que la manière dont vous les décrivez. Et ça donne beaucoup d’idées pour des films que je n’ai pas encore vus…

    • Moi qui croyait que les “maudits états-uniens” ne faisaient que de la merde! *sarcasme*

    • Très bonne liste pour continuer à ouvrir mes horizons…. cependant, je suis décu de ne pas voir The Dark Knight…

    • @ M. Siroka

      Hé! Hé! Moi qui croyais que c’était un de ces machins-trucs-choses officiels…

      Alors si c’est pour le plaisir, j’ajouterais « Import Export » d’Ulrich Seidl et « Sarabande » d’Ingmar Bergman (parce que c’est le dernier film qu’il a fait).

    • Votre sélection est très intéressante, monsieur Siroka. Et je vous donne raison, Herzog et Malick sont des artistes dans une classe à part.

      Mon grain de sel à votre palmarès, les films de deux cinéastes selon moi sous-estimés :

      D’abord Kathryn Bigelow, pour K-19: The Widowmaker (2002).

      Et Darren Aronofsky, pour The Fountain (2006).

    • C’est trop dur, ces exercices ! Bon, je me lance quand même.

      Dans le désordre, mes films favoris des années 2000 :

      Spirited Away – Hayao Miyazaki
      The Devil’s Backbone – Guillermo Del Toro
      The Taste of Tea – Katsuhito Ishii
      Old Boy – Park Chan-Wook
      Paprika – Satoshi Kon
      No Country for Old Men – Joel et Ethan Coen
      Let the Right One In – Tomas Alfredson
      Shaun of the Dead – Edward Wright
      Trilogie Lord of the Rings – Peter Jackson
      Secretary – Steven Shainberg
      Pan’s Labyrinth – Guillermo Del Toro
      Children of Men – Alfonso Cuaron
      Internal Affairs – Wai-keung Lau et Alan Mak (merci d’en avoir parlé, je l’aurais oublié)

    • mon top 10:

      1- mulholland drive
      2-amores perros
      3-artificial intelligence
      4-memento
      5-city of god
      6-lord of the ring : the two towers
      7-requiem for a dream
      8-there will be blood
      9-solaris
      10-antichrist

    • Amélie Poulain :o

    • Très intéressant comme liste, surtout que je n’ai pas vu la plupart des films, j’ai beaucoup de travail sur la planche. Juste pour le «fun», voici le mien, qui contient plein de trucs américains et pas mal plus pop que la liste je M. Siroka :) De plus, j’ai fais attention de ne pas mettre 2 fois le même réalisateur.

      1- There Will be Blood
      2- Mullholland Dr.
      3- Eternal Sunshine of the Spotless Mind
      4- Zodiac
      5- No Country for old Men
      6- Cidade de Deus
      7- Laberinto del Fauno
      8- Memento
      9 – Donnie Darko
      10- Ah pis merde, encore Nolan!!! The Dark Knight ;)
      11- Et tant qu’à y être, encore Kaufman… Adaptation
      12- Nah, je niaise là :)

    • Bonjour Jozef,
      Je lis régulièrement (lire toujours) votre blogue, mais je ne commente que rarement (lire jamais). Je crois cependant que l’exercice ‘un top 10 des 2000 est une bonne façon de perdre ma virginité cybernétique sur cyberpresse.
      Alors voici, sur le coup du moment :
      10- Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, JP Jeunet
      9- Vicky Cristina Barcelona, W. Allen
      8- Control, A. Corbjin
      7- The Royal Tenembaums, W. Anderson
      6- Le Scaphandre et le Papillon, J. Schabel
      5- City of God, F. Meireles
      4- Babel, A. Innaritu
      3- The Life Aquatic with Steve Zissou, W. Anderson
      2- Children of Men, A. Cuaron
      1- Adaptation / Eternal Sunshine of the Spotless Mind, S. Jonze / M. Gondry

      Que voulez-vous, je suis un éternel lover.

      Mention spéciale à Thank You for Smoking, J. Reitman, ma comédie favorite de la décennie, et surtout à Lost in Translation, S. Coppola, que j’ai tiré au sort en 9e place tellement j’étais indécis.

      Bel exercice à faire malgré tout !

    • Bonne liste, mais il manque “Into the wild” selon moi…

    • Première tentative car je vais d’y repenser en Janvier, et de plus cette liste est faite de façon spontanée, et manque de réflexion:

      Ordre croissant:

      20 – Babel
      19 – Monster
      18 – Pan’s Labyrinth
      17 – Tropical Malady
      16 – Brokeback Mountain
      15 – A. I.
      14 – Avatar
      13 – Caché
      12 – Elephant
      11 – The Lives Of Others

      10 – Ciudad De Deus
      9 – L’intrus / Beau Travail (je ne sais quel choisir de Claire Denis)
      8 – Silent Light
      7 – In Absentia (court métrage)
      6 – Lord Of The Rings (trilogy)
      5 – Blackboards
      4 – La Vie Nouvelle
      3 – Wall-E
      2 – 4
      1 – Mulholland Dr. (Inland Empire est pas loin)

      Plusieurs grands cinéastes sont absent car je n’arrive pas à les aimer comme les autres les aiment, ou alors mon film favori d’eux date des années 90: Soderberg, Anderson, Tarantino, Von Trier, Almodovar, Eastwood., etc… Examples: rien ne bat Pulp Fiction, rien ne bat The Idiots, rien ne bat Tout Sur Ma Mère, etc…

      Les deux plus grands sacrifices ont été No Country For Old Men et Punch-Drunk Love, mon excuse étant que ces films n’ont pas été fait pour moi, je m’y suis nullement reconnu.

      Sultitan

    • Tous les films mentionnés par les différents blogueurs sont excellents. Par contre, j’aurais ajouté dans le top 50 les films After the wedding de Susanne Bier et la Constance du jardinier de Fernando Meirelles.

    • Bonjour Jozef

      Excellente liste! Bravo pour l’inclusion de 25th Hour et Zodiac, deux films sous-estimés. Et que dire de votre choix de Grizzly Man, quel grand film! Son meilleur documentaire en carrière avec Little Dieter Needs to Fly

      Quelques humbles opinions
      – Pour la sélection d’un film de Mr Eastwood, j’aurais facilement préféré le duo Flags of our Fathers/Letters from Iwo Jima à Million Dollar Baby (un film prévisible, sur-écrit et se prenant trop au sérieux)
      – Je ne comprend pas l’engouement pour Requiem for a Dream…
      – Comme d’autres, j’aurais inclu The Dark Knight, Eternal Sunshine of the Spotless Mind, There Will Be Blood, Old Boy
      – Personne d’autre n’a mentionné ces films, mais avez-vous considéré Gone Baby Gone et The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford?
      – Opinion très personnelle, mais j’ai préféré Life Aquatic with Steve Zissou à Royal Tenenbaums
      – Pour la trilogie LOTR, je pense qu’au moins Fellowship of the Ring mérite une mention, de loin mon préféré des trois films

      Quel exercice difficile! Joyeuses fêtes à tous et bon cinéma!!

    • Belle liste de films Josef mais j’ai de la difficulté à croire que la trilogie Lord of the rings ne s’y retrouve pas…mais bon, tout les goûts sont dans la nature. Et je ne reviendrai pas sur The new world, nous en avons parlé la semaine passée. Se limiter à 10 films favoris pour la décennie est très difficile mais je vais me lançer quand même. Par contre, je vous avises que je suis absolument nul en cinéma asiatique.

      1. Eternal sunshine of the spotless mind
      2. Mulholland drive
      3. City of God
      4. The Lord of the rings (la trilogie)
      5. Kill Bill 1 & 2
      6. Caché
      7. No country for old men
      8. Almost famous
      9. Memento
      10. Le labyrinthe de Pan

      Mentions honorables:
      - Children of men d’Alfonso Cuarón
      - Closer de Mike Nichols
      - Le scaphandre et le papillon de Julian Schnabel
      - Parle avec elle d’Aldomovar
      - Far from heaven de Todd Haynes
      - Across the universe de Julie Taymor
      - Vicky Cristina Barcelona de Woody Allen
      - There will be blood de Paul Thomas Anderson
      - Crouching tiger, Hidden dragon de Ang lee
      - Zodiac de David Fincher
      - Entre les murs de Laurent Cantet
      - Heist de David Mamet
      - The Last king of Scotland de Kevin Macdonald
      - The Dark Knight de Chris Nolan
      - L’enfant des frères Dardenne
      - Donnie Darko de Richard Kelly
      - La trilogie Bourne (même s’il s’agit de 2 réalisateurs)
      - Shaun of the dead de Edgar Wright
      - Before sunset de Richard Linklater
      - Team America World police de Trey Parker
      - Lost in translation de Sofia Coppola
      - Elephant de Gus Van Sant
      - La Chute de Oliver Hirschbiegel
      - A History of violence de David Cronenberg
      - Traffic de Steven Soderbergh
      - The Departed de Martin Scorsese (Je sais que vous allez dire que Internal affairs était mieux mais comme j’ai dit, je suis nul en cinéma asiatique)
      - Gosford Park de Robert Altman
      - Hotel Rwanda de Terry George
      - Brick de Rian Johnson
      - Big Fish de Tim Burton
      - Requiem for a dream de Darren Aronofsky
      - Collateral de Michael Mann
      - Dogville de Lars Von Trier

      Quels sont les pires films de la décennie qui me viennent en tête comme ça?
      - Ballistic: Ecks vs. Sever
      - Disaster movie, Epic movie, meet the spartans, etc. Ces parodies nulles à $%?& qui nous font regretter Top Secret et airplane.
      - Twisted
      - Alone in the dark
      - Killing me softly, quoi que j’hésite quand même à le placer parmi les pires films puisqu’il nous a permis de voir Heather Graham dans toute sa splendeur…
      - Pinocchio de Begnini….ou comment passer du grandiose (Life is beautiful) au médiocre!
      - One missed call
      - Battlefield Earth
      - Catwoman, malgré Halle Berry en maitresse Sado-Maso!
      - Gigli
      - I know who killed me, qui, contrairement a Killing me softly, ne nous a même pas offert Lindsay Lohan dans toute sa splendeur.
      - Swept away….que s’est-il passé avec Guy Ricthie?
      - Basic Instinct 2
      - Righteous kill….qui aurait pû croire que De Niro et Pacino ensemble pourrait faire un mauvais film?
      - Envy
      - Wicker man avec Nicolas Cage
      - Babylon A.D….j’imagines que c’est pour ça que Vin Diesel est retourné à The Fast & the furious….
      - The Love Guru…quelle gaffe de Mike Myers
      - 88 minutes…..qui aurait crû que je mettrais Pacino 2 fois dans cette liste?
      - BloodRayne….qui sont les producteurs qui donnent du travail à Uwe Boll?
      - Little Nicky
      - Rollerball
      - Alien vs Predator…comment démolir 2 bonnes franchises!
      - Bon cop Bad cop….malgré quelques bonnes répliques, l’histoire du meurtrier fan de hockey pour plaire à tout les canadiens était tout simplement insuportable!
      - Bad Boys 2

      J’en oublie sûrement….

    • There will be blood absent du Top 50? inconcevable.

    • J’oubliais 25th hour et Inside man de Spike Lee dans mes mentions honorables!

    • @soli
      J’ai effectivement pensé à mettre The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford dans mes mentions honorables mais il fallait que je m’arrêtes à un certain moment. Disons qu’il était vraiment sur la limite d’y être.

      Gone Baby Gone est bon mais ne mérite pas sa place à côté des autres….

    • Pourquoi toujours écrire les titres en anglais pour les films en langue étrangère ?

      Les voyages de Chihiro, c’est jolie comme titre ?
      La cité de Dieu, etc…

      Sinon, y’a toujours le titre en langue originale.

      À sa sortie, on mentionnais toujours, Crouching Tiger, Hidden Dragon au lieu de dire Tigre et Dragon. Curieux !

      D’ailleurs, aucun Ang Lee dans votre top 50 ? Tigre et Dragon et Brokeback Mountain, c’était vraiment excellent.

      Est-ce moi ou la première fois où j’ai vu votre liste, Caché était à la place La pianiste ?

    • top 50 (+/-) 2000-2009:

      indy:

      punch-drunk love, there will be blood –> pt anderson
      gerry, elephant, last days, paranoid park –> gus van sant
      mulholland drive, inland empire –> david lynch
      in the bedroom, little children –> todd field
      eternal sunshine of the spotless mind –> michel gondry
      adaptation –> spike jonze
      virgin suicide, lost in translation, marie-antoinette –> sofia coppola
      the squid and the whale –> noah baumbach
      before sunset –> richard linklater
      match point –> woody allen
      united 93 –> paul greengrass

      hollywood:

      the man who wasn’t there, no country for old man –> ethan & joel coen
      the new world (extended cut) –> terrence malick
      inglourious basterds –> quentin tarantino
      road to perdition –> sam mendes
      mystic river –> clint eastwood
      zodiac –> david fincher
      assassination of jesse james by the coward robert ford –> andrew dominik
      minority report –> steven spielberg
      the prestige –> christopher nolan
      sky captain and world of tomorrow –> kerry conran

      eurasie:

      le soleil –> alexander sokurov
      de battre mon coeur s’est arrêté –> jacques audiard
      tropical malady –> apichatpong weerasethakul
      dolls, zatoichi –> takeshi kitano
      l’intrus, trouble every day, 35 rhums –> claire denis
      la pianiste, caché –> michael haneke
      le fils –> luc & jean-pierre dardennes
      printemps, été, automne, hiver…et printemps –> kim ki duk
      crouching tiger, hidden dragon –> ang lee
      parle avec elle –> pedro almodovar
      morvern callar (parce que j’ai un faible pour celui-là) –> lynne ramsay

      québec:

      petit pow pow noel –> robert morin
      la neuvaine –> bernard émond
      elle veut le chaos –> denis côté
      gaz bar blues –> louis bélanger

      documentaire / art & essai:

      first person, the fog of war –> errol morris
      grizzly man –> werner herzog
      10ième chambre, instant d’audience –> raymond depardon
      zidane: un portrait du XXIième siècle –> douglas gordon & philippe parreno

    • Très belle liste… mais BABEL, bordel?

    • Pour ceux qui viennent avec leur “Amélie Poulain”, come on les gars…
      (ou peut-être est-ce des filles?)…

      Les films de Nuri Ceylan, quant à eux, sont aussi de cette période…

    • @ Etiennne

      ”Je suis un peu surpris de ne pas voir Brokeback Mountain dans le top 50. C’est quand même la plus belle histoire d’amour sorti d’Hollywood dans la décennie.”

      Tout à fait d’accord, un des meilleurs sinon le meilleur film de Ang Lee, ce film a lancé la carrière de jeunes comédiens qui prouvent de plus en plus leur grand talent, ce qui rend encore plus tragique le départ prématuré de Heath Ledger.

      J’ajouterais d’ailleurs au top 10 Wendy & Lucy, un film minimaliste et bouleversant avec une Michelle Williams en état de grâce.

    • @ chameau et Etienne

      Perso je préfère Grizzly Man comme «la plus belle histoire d’amour».

    • merci pour avoir placé Terrence Malick dans votre top 10 … Cela fait du bien de voir qu’une critique voit en ce cinéaste un génie ou comme j’aime dire : un virtuose du septième art!!! Je me sens moins seul ;-)

    • pas beaucoup de films francais cité ici, pourtant La graine et le mulet, on en parle comme d’un chef d’oeuvre, et l’autre film ou la performance de Marie Josée Croze ne tarit pas d’éloges, pas d’Invasions barbares non plus, j’ai pas vu les deux premiers films ,mais je pose la question c’est tout .

    • D’accord avec Fruitloops…Où est Babel?

    • Merci pour ces idées de films… Plusieurs à découvrir…

      J’ai un gros faibles pour les frères Kaufman,,,

      J’ajouterais au moins un film de Fatih Akin. Un des cinéastes les plus brillants de sa génération qui aborde avec simplicité et intelligence la rencontre entre l’Occident et l’Orient. (Thème pourtant au coeur de l’actuelle décénie…)

      En ce qui concerne Babel… Amores Perros lui est nettement supérieur. Je n’ai pas adhéré au scénario qui pose les petits enfant marocains en en enfants débiles…

      Je ne comprends d’ailleurs pas ceux qui dénigrent Amélie Poulin. J’ai aimé autant que Inglorious Bastard,,,

    • Little Miss sunshine

    • J’ai pas vraiment envie de partir de polémique, les goûts étant ce qu’ils sont, mais dans BABEL, j’ai vu la plus belle illustration de la théorie du Chaos au cinéma — nettement supérieur au VIOLON ROUGE de François Girard. Original, maîtrisé, sensible.

      Une historie désarmante sur un fusil, il faut le faire!

    • Merci à vous tous pour vos belle suggestions, en ces temps plate à la télévision on va se télécharger quelques bon film.

    • D’accord avec toi fruitloops, Babel…génial !

    • ”J’ai pas vraiment envie de partir de polémique, les goûts étant ce qu’ils sont, mais dans LE VIOLON ROUGE, j’ai vu la plus belle illustration de la théorie du Chaos au cinéma — nettement supérieur a BABEL. Original, maîtrisé, sensible.

      Une historie désarmante sur un violon, il faut le faire!”

      Fixed.

    • There will be blood ? bof ! déçu…tiré du roman “Pétrole” d’Upton Sinclair, excellent, un chef-d’œuvre…à lire.

    • @ easter

      En ce qui me concerne, il y a tellement peu de ressemblance entre Oil et le film que PTA aurait pu avoir basé son scénario sur le résumé à l’endos du livre :

      http://blogues.cyberpresse.ca/moncinema/siroka/?p=26

    • Excellent article M. Jozef, vous avez tout à fait raison.
      “L’Académie a par contre nommé There Will Be Blood dans la catégorie de la meilleure adaptation littéraire” ?????
      il en a pris une infime partie… d’après moi le livre ne s’adapte pas au cinéma, trop de chose. Moi j’ai adoré le livre décu du film.
      En passant un autre chef-d’œuvre d’Upton Sinclair à lire “La Jungle” REMARQUABLE

    • Bon voilà, j’ai bâti ma liste ne reste plus que l’ajout des commentaires!

      Je considère que de mettre 10 films dans une seule catégorie ”meilleure” est trop réducteur et transmet mal l’impact réel que peut avoir le cinéma sur une si longue période.
      J’ai donc décidé de diviser ma liste en 3 catégories distinctes, ce qui donnera une perspective un peu différente, je l’espère.

      Je travaille ma liste sur un forum de discussion, pour la facilité d’édition surtout (le blogue c’est pas l’idéal pour ce genre de truc) donc n’y voyez pas une plogue, y rien a ploguer..

      http://www.audioatrium.com/forum/viewtopic.php?t=3944

      Je vais y ajouter plus tard des commentaires sur chacun, question d’expliquer mes choix.
      Comme ce sujet stimulant et les discussions reliées seront probablement fragmentés sur le blogue de Jozef et celui de Marc-André, j’ai mis le lien là aussi. Bonne lecture!

    • La mienne est ici, avec commentaires (pour la moitié, le reste s’en vient).

      Pour les paresseux, ça donne ceci:
      10.I’m Not There
      9.Still Life
      8.Caché
      7.Gran Torino
      6.I Don’t Want To Sleep Alone
      5.In The Mood For Love
      4.Werckmeister Harmonies
      3.Elephant
      2.Mulholland Dr.
      1.Tropical Malady

      Il y a peut-être un peu trop d’asiatique, mais comment éviter?
      Sinon, la liste de bohmer et jozef sont pas mal (avec Little Children bien avant In the Bedroom, choix plutôt surprenant d’ailleurs.)
      Et Babel mérite juste le top 10 des films les plus surestimés de la décennie.

    • @ cinematographe

      Gran Torino ferait non Top 10 des plaisirs coupables à vie (avec Lone Wolf McQuade et Cobra qui se disputeraient la première position)!

      Sérieusement, je crois qu’il s’agit – entre autres – d’une excellente et intelligente satire de Dirty Harry ainsi que des films d’action des années 1980 qui s’en sont inspirés.

    • Liste vastement plus intéressante de celle à Cassivi.

      Il manqualit Traffic et peut-être Man on the Wire.

    • Oh! ‘Why we fight’ le documentaire.

    • Grizzly Man c’est certainement le documentaire que j’ai le plus suggéré et le plus regardé de la dernière décennie. Fascinant et authentique ! Tout est dans la présentation. C’est un documentaire qui ne laisse personne indifférent. J’ai bien aussi les explications des gens de l’Alaska. En plus des témoignages de proches de Timothy Treadwell, le commentaire de Herzog est certainement partagé par tous ceux qui regardent ce film

    • @ cinematographe

      Merci pour le lien, très intéressant je vais devoir lire tout ça.

      Babel le plus surestimé de la décennie ? Il est sûrement dans le top 10, en effet, quelque part aux côtés de Brokeback Mountain, n’en déplaise à plusieurs…

      Pour ce qui est de Gran Torino de Eastwood, je pense que c’est un très bon film, mais pas un excellent film. Surtout pas venant de Clint qui est capable de merveilles, comme The Bridges of Madison. D’ailleurs, ce dernier, en terme d’histoire d’amour, peut faire la leçon aux Brokeback Mountain de ce monde… Et SANS avoir recours à l’homosexualité comme kick-start raccoleur ;-)

    • J’ai ajouté quelques commentaires à ma liste, il ne manque que ceux pour la 3e catégorie ”qui ont changé le cinéma”… La présence de Dogville/Manderlay se passe peut-être d’explication, mais je dois le faire pour Wall-E !
      hahaha ;-)

    • Merci ! Il y a quelque films dans cette liste que je n’ai pas vu… à ajouter à ma liste de film à voir !

    • Le fabuleux destin d’Amélie Poulain… quand même… !!!

    • @ Jozef Siroka

      “Perso je préfère Grizzly Man comme «la plus belle histoire d’amour».”
      .
      Loin de moi l’idée de jetter de l’huile sur le feu mais en ce qui concerne la plus belle histoire d’amour des dix dernières années… vos collègues MM. Lussier et Cassivi ont aussi choisi Brokeback Mountain. Sans rancure et question de goüt il n’y a personne qui a raison, n’est ce pas?

      Clein d’oeil et bonne et heureuse nouvelle année à vous M. Siroka!

    • Voici mon top 24, dans le désordre
      1. Lust, Caution (Ang Lee)
      2. Amores perros (Alejandro González Iñárritu)
      3. Les destinées sentimentales (Olivier Assayas)
      4. Hable con ella (Pedro Almodóvar)
      5. Volver (Pedro Almodóvar)
      6. Frida (Julie Taymor)
      7. Y tu mamá también (Alfonso Cuarón)
      8. Dogville (Lars von Trier)
      9. Nos meilleures années (Marco Tullio Giordana)
      10. The Hours (Stephen Daldry)
      11. El mar adentro (Alejandro Amenábar)
      12. City of God (Fernando Meirelles)
      13. Walk the Line (James Mangold)
      14. In the Mood for Love (Wong Kar-Wai)
      15. 21 grams (Alejandro González Iñárritu)
      16. Brokeback Mountain (Ang Lee)
      17. C.R.A.Z.Y. (Jean-Marc Vallée)
      18. La Neuvaine (Bernard Émond)
      19. Le fabuleux destin d’Amélie Poulain (J-P Jeunet)
      20. Scoop (Woody Allen)
      21. Vicky Cristina Barcelona (Woody Allen)
      22. Lake Tahoe (Fernando Eimbcke)
      23. Into the Wild (Sean Penn)
      24. La vie des autres (Florian Henckel von Donnersmarck)

      Les pires (i.e. ceux qui ont suscité dégoût ou indignation):
      - Bon Cop Bad Cop
      - Beyond Borders
      - Half Light
      - Slumdog Millionaire

    • @jon8

      Brokeback Mountain est surestimé, oui, mais ça reste assez fort, pas dans mon top 10 de surestimé en tout cas. Il y a quelques moments très puissant dans ce film, mais plusieurs platitudes visuelles autour. Lee est un peu trop sage par moment, alors qu’il peut être si inspiré. Quant à Gran Torino, ce n’est peut-être pas le meilleur film de Eastwood, mais c’est son plus personnel depuis longtemps. Tiens, ce que je dis sur mon blogue:

      “Eastwood termine avec Gran Torino son parcours d’acteur avec une grâce et une élégance rare. Eastwood retravaille le même personnage depuis les westerns de Leone, personnage qu’il peaufine de rôle en rôle, ou plutôt qu’il fait cheminer moralement : de tueur sans nom, il apprend peu à peu à se distancier de cette violence qui a fait sa marque, jusqu’à Unforgiven où la violence finale n’est employée qu’à regret. Gran Torino, c’est une réplique à Unforgiven, Eastwood corrige une dernière fois son œuvre : la situation est la même, il faut faire acte de vengeance parce que l’ennemi est allé trop loin, il y aura duel. Dans Unforgiven, Eastwood s’abandonne à la violence qu’il avait repoussée jusque-là, mais dans Gran Torino, enfin, il fait le bon choix, il refuse tout acte violent. La finale de Gran Torino est extrêmement émouvante dans le contexte de l’œuvre d’Eastwood et en ce sens le symbolisme assez appuyé (figure christique, l’acteur qui se sacrifie) n’est pas caricatural : ce n’est pas seulement au jeune vietnamien qu’Eastwood lègue son vieux char, c’est aussi à nous spectateur; ce n’est pas simplement Kowalski qui se sacrifie, c’est Eastwood lui-même qui nous signifie ainsi son don, qui tue officiellement son personnage puisqu’il est rendu au bout de sa course, qui nous lègue de la sorte son dernier enseignement.”

      Donc, jozef, pas de plaisir coupable pour Gran Torino, c’est un plaisir tout court. Et c’est effectivement une satire de Dirty Harry, là vous visez juste. Cobra, par contre, c’est du solide!

      Et les listes de Lussier et Cassivi sont effectivement un peu plates. Rien de mauvais, mais rien de surprenant, ce qui est l’intérêt d’une liste, le “ah oui, je l’avais oublié celui-là…”

    • Werckmeister Harmoniak!!! Comment j’ai pu oublier ce film!!! Merci cinematographe!

      Il faudra aussi que je revise ma liste pour ajouer In The Mood For Love que je pensais datait de 1999.

      Mais cine., tu dis que Babel est surestimé Étrangement je trouve que I’m Not There est très surestimé. C’est du placotage.

    • Un film dont personne ne parle et qui, à mon avis, est au moins aussi bon que “Million Dollar Baby”: “La mer intérieure” d’Alejandro Amenábar. Je le compare à “Million Dollar Baby” car il me semble qu’ils soient sorties presqu’en même temps et touchent, en partie, au même sujet.

    • Pourquoi n’avez vous pas mis: LES INVASIONS BARBARES DE Denis Arcand?

      Un OSCAR…C’est pas rien?

    • J’aimerais remercier tout le monde pour leur passion du cinéma et leurs coups de cœur — dont je ne connaissais pas plusieurs, y compris ceux de monsieur Jozef (ça fait tenancier de bordel, mais je trouve que cela sonne bien!). Et une autre bonne année de cinéma à tous, y compris celui de la télé où j’y vois souvent un meilleur cinéma que dans les salles (PUSHER, 6 PIEDS SOUS TERRE, SOPRANOS, DEADWOOD, THE WIRE, etc…)!

    • M.Siroka, peut-être n’avez-vous jamais entendu parler de Roy Andersson? Comment avoir pu oublier ces 2 chefs d’oeuvres “Songs From The Second Floor” et “Du Levande” (Nous Les Vivants)? Je ne veux rien enlever à un film comme C.R.A.Z.Y., mais c’est juste 25 fois meilleur que ce film. Ça ne se compare même pas!

    • @ Pager

      Je n’associe pas nécessairement les Oscars à la qualité. Les Invasions c’est bon, mais pas dans mon Top 50.

      @ ecnarfal

      Comme je l’ai dit plus haut, je n’ai malheureusement pu voir tous les films que j’aurais aimé cette décennie. Mais je retiens toutes vos suggestions en vue de mes prochaines visites au club vidéo.

    • @sultitan
      Werckmeister, oui, je l’avais oublié moi aussi, jusqu’à ce qu’une liste me le rappelle. Mais comment fait-on pour oublier de tel chef-d’oeuvre?

      Pour I’m Not There, la réponse est dans le lien donné dans mon premier message. C’est quand même plus que du placotage, il y a un grand travail visuel. Je crois qu’il faut le voir dans le contexte de l’oeuvre de Haynes pour vraiment apprécier, plus que dans celle de Dylan. Babel, par contre, superbe réalisation sur affreux scénario. Il y a quelques bons moments (la partie japonaise et la scène de mariage au Mexique), mais le reste est grossier, une démonstration lourde de ce qui se passe subtilement dans lesdits bons moments.

      Avatar mérite vraiment sa place? Je ne l’ai pas vu encore, mais j’ai cru comprendre qu’il n’y a pas grand chose au-delà de la prouesse technique. Et je suis content de voir que je ne suis pas le seul à avoir vraiment aimé A.I., qu’on taxe trop facilement de Kubrick affadit par Spielberg.

    • @ Pager

      Sans vouloir passer pour un mauvais patriote, Les invasions barbares, sans être mauvais, ce n’est pas de taille face à la planète au complet dans ce genre de liste. Gagner un Oscar n’est effectivement pas un gage de qualité, surtout que dans sa catégorie cette année là, la compétition était particulièrement faible!

      Anyway, il n’y aurait même pas de film Québecois dans un Top 100 si j’en ferais un… Peut-être La grande séduction, Mémoires Affective et Quebec-Montreal dans un Top 1000 mondial?
      Pis encore, je me sentirais biaisé à mort…

      C’mon guys… Y a peut-être 100,000 films ou plus qui sont sortis dans le monde depuis l’an 2000…. Combien en avez-vous vu dans le lot ?

      La réalité c’est que tous les pro-cinéma-Québecois qui viennent sur les blogues marteler que les films d’ici sont les meilleurs diraient exactement la même chose des films Hongrois s’ils étaient nés là bas!

      Ca s’appelle du chauvinisme. Et apparemment, y a aucune pilule pour guérir ça…

    • M.Siroka, je vous suggère de commander un ou les 2 films de Roy Andersson via internet. Ces films ne sont pas disponibles au club vidéo, non plus à La Boîte Noire. Vous ne serez pas déçu, son travail est incroyable. Décevant de voir que peu de gens le connaissent. J’ai eu la chance de voir son film “Du Levande” à eXcentris. Il était à l’affiche pour une trop courte durée.

    • Je barre ma liste à 30 titres au total, mais je n’ai pas su résister à mettre une catégorie ”ajouts” pour les films qui méritent mention:

      Persepolis (2007)
      La vie en rose (2007)
      Vicky Christina Barcelona (2008)
      The Visitor (2007)
      REC (2007 Spain)
      La visite de la Fanfare (2007)
      A history of violence (2005)
      Caramel (2007)
      The Fall (2006)

      et sûrement d’autres plus tard, lorsque la mémoire va débloquer!

    • @ jon8

      J’ai inséré deux titres québécois parce que ma liste est bien sûr relative et non absolue. Si j’avais un blogue au Kazakhstan, j’aurais certainement fait une place à un film comme Tulpan et un autre qui n’a probablement pas eu de distribution internationale (d’ailleurs, j’aurais dû l’insérer, ce Tulpan).

      Sinon, mon critère de sélection a été assez simple : me souvenir des films qui m’ont le plus marqué d’un point de vue émotionnel.

      C’est une des raisons pourquoi j’ai inclus The Wind That Shakes the Barley, qui m’a vraiment bouleversé quand je l’ai vu en salle. Il y en a qui parlent d’un film manichéen, moi je vois plutôt un film puissant et émouvant fait avec des tripes.

      Dans 10 ou 20 ou 50 ans, quand un Irakien ou un Afghan ou un Tchétchène sortira un important film sur la guerre qui a marqué sa jeunesse, je me demande si on l’accusera de manichéisme, de ne pas présenter «objectivement» les deux côtés de l’histoire…

      Je persiste à croire que le cinéma n’est pas l’endroit pour apprendre l’Histoire. Plutôt la perception de celle-ci par des artistes qui cultivent des visions personnelles, auxquelles on répond ou non.

    • ”Je persiste à croire que le cinéma n’est pas l’endroit pour apprendre l’Histoire. Plutôt la perception de celle-ci par des artistes qui cultivent des visions personnelles, auxquelles on répond ou non.”

      Je suis absolument d’accord.

      Et c’est ce qui en fait toute la beauté.

    • etk le gars sur la photo a des airs de famille avec Gene Hackman.

    • J’ai réécouté Vicky Christina Barcelona hier soir et même si je l’ai mentionné dans ma liste ”prix de consolation”, j’aurais très bien pu l’inclure dans mon top. La finesse des dialogues est sublime. Il faut vraiment un Woody Allen pour maitriser si bien l’art de faire passer un texte si nuancé avec autant de fluidité. Je n’ai senti le texte qu’une seule fois durant le film et c’était mineur.. Il y a aussi, évidemment, de la direction d’acteur derrière tout ca!

      Dire que certains disaient que le vieux Woody était mieux d’accrocher ses patins.. Il est toujours en excellente forme :-)

    • top 10 pour bien dormir

    • @ chegaetan

      Ne vous gênez pas pour dresser ici-même votre liste des films caféinés.

    • “Perso je préfère Grizzly Man comme «la plus belle histoire d’amour».”
      La plus belle histoire d’amour ? un amour féroce oui…excusez mon commentaire mais il faut tu être stupide et naif pour “tomber en amour” avec des ours…c’est comme l’autre, l’australien Steve machin qui c’est fait tuer par une … raie ! ça à l’air que l’amour rend aveugle.
      .

    • Quelques oubliés et/ou sous mentionnés:

      L’emploi du Temps
      Mystic River
      De battre mon s’est arrêté
      Le Pianiste
      La chambre du fils (La stanza del figlio)
      Festen
      Lust Caution (déjà mentionné)
      Le goût des autres
      Waltz with Bashir
      Pas sur la bouche
      Fahrenheit 911
      La chambre des officiers
      Harry un ami qui vvous veut du bien
      Being John Malkovitch

      Un film qui auraiy dû être dans le top 10:
      Touching the Void

      The Departed
      Memento (2000)

      Persepolis
      La vie des autres

      Yi Yi et in the Mood for Love excellents films taiwanais et chinois.

    • Being John Malkovitch = 1999

    • @ nord45ca

      Festen aurait fait mon Top 50 des années 1990…

    • @jon8 et Jozef

      Vous avez tous deux raison. Je me suis trompé d’années pour ces 2 films

    • 2 autres petites erreurs dans ma liste plus haut:

      De battre mon coeur s’est arrêté (j’avais oublié ‘coeur’)
      et le film de Resnais que j’ai vu et apprécié était (incidemment) ‘Coeur’ et non pas ‘Pas sur la bouche’

      Comme d’autres l’ont dit, There will be blood mérite au moins un top 15 si ce n’est un top 10.

    • Bravo Jozef ! De voir les films d’Herzog, Malick et Greengrass dans votre top 10 montre que vous n’y allez pas dans l’évidence et ça, c’est la preuve de quelqu’un qui a une opinion forte.

      En espérant avoir réussi le même type d’exercice…très humblement:

      30 Les amants réguliers
      29 The new world
      28 La pianiste
      27 Le scaphandre et le papillon
      26 Mémoires affectives
      25 The return
      24 Un lac
      23 The bourne ultimatum
      22 Still life
      21 Taxidermia
      20 De battre mon coeur s’est arrêté
      19 Songs from the second floor
      18 Amores perros
      17 Red road
      16 La graine et le mulet
      15 Ex-aequo Keane et Elephant
      14 What time is it there?
      13 Children of men
      12 Oldboy
      11 Flandres
      10 L’ARCHE RUSSE
      09 CITY OF GOD
      08 BATTLE IN HEAVEN
      07 IN THE MOOD FOR LOVE
      06 THERE WILL BE BLOOD
      05 INLAND EMPIRE
      04 PARLE AVEC ELLE
      03 LE FILS
      02 CACHÉ
      01 THE WORLD

    • parmi d’autres films peu ou pas mentionnes, pas necesairement les meilleurs, mais interessants en termes sociaux et historiques

      1- der untergang (2004)
      2- recount et conspiracy sur HBO (ok, comme film fait pour la tv) (2008)
      3- Syriana (2005)
      4-Jesus Camp comme documentaire (2006)
      5- Che (2008)
      6- Motorcycle diaries (2004)
      7- Russian ark (2002)

      TV series

      1- West Wing
      2- John Adams
      3- The Wire

    • @Jon8 ‘Dire que certains disaient que le vieux Woody était mieux d’accrocher ses patins.. Il est toujours en excellente forme ‘

      Pas tant que ca. son dernier avec larry David manquait cruellement de mordant. ZZZZZ

      J’ai moins aimé Vicky quoique peneloppe était ravissante et encore une fois au sommet de sa forme. Mais pourquoi diable barcelone? ca aurait pu etre Kiev…on s’en fiche du lieux.

      The Wire, quel série!

    • ++Avatar mérite vraiment sa place?

      Avatar a sa place dans le sens que je laisse toujours place à l’enfant chez moi, et je ne voudrais pas faire l’erreur d’une liste sérieuse qui ne reconnait pas les prouesses en technologie.

      Remarques que sur ce sujet, j’aurais pu ajouter le video clip de Gantz Graf de Autechre dans cette liste, et bien d’autres. Vraiment je vais repenser à tout ça en janvier.

      http://www.youtube.com/watch?v=AyJfHU4GoOQ

      Sultitan

    • Je ne suis pas du type cinephile blabla (drame) ou alors truc d’amour. mais pour ma part un top 25 dans le désordre (pas facile quand meme)
      -Memento
      -Lord Of The RIngs
      -Crouching Tiger, Hidden Dragon
      -Hero
      -Gladiator
      -The Red Baron
      -Avatar
      -Black Hawk Down
      -The Others
      -Amelie Poulin
      -Catch Me If You Can
      -The Bourne trilogy
      -28 Days Later
      -Bowling From Columbine
      -Master and Commander
      -Kill Bill
      -The Last Samourai
      -Shaun Of The Dead
      -Zombieland
      -House of Flying Daggers
      -Jarhead
      -Nomad
      -Pan’s Labyrinthe
      -I am Legend
      -3:10 to Yuma
      -Defiance
      -The Dark Knight
      -

    • Il danse avec les loups.

    • L’Erreur Boréale.

    • @ gillesmenard

      C’est un Top des années 2000.

      Danse avec les loups : 1990

      Erreur boréale : 1999

    • Scusez là, je vivais dans le bois à cette époque.Je les ai vu il y a seulement 2 ans.J’espère qu’ils demeurent encore bons et actuels pour certains.En tout cas dans mon cas ça m’a touché.

      Merci,bonsoir.

    • Oui, bien sûr Les Triplettes de Belleville c’est un superbe film d’animation, le travail aux bruitages est sensationnel!
      Le réalisateur Sylvain Chomet travaille d’ailleurs sur un nouveau film d’animation en ce moment: L’illusionniste.

    • Aussi: je ne suis pas un grand fan des films d’horreur mais je dois mentionner REC, la version originale de ”Quarantine” qui était complètement démentielle et unexpected.
      Puis il y a eu Funny Games qui était fort dérangeant. J’ignore cependant si c’était meilleur ou moins bon que le film original (Coréen?) dont je ne me souviens pas du nom..

    • @ jon8

      En fait, Haneke a refait un remake plan par plan de son propre Funny Games réalisé dans son Autriche natale en 1997. Une anecdote amusante à propos du film :

      http://blogues.cyberpresse.ca/moncinema/siroka/?p=107

    • Oui!! Je me souviens avoir lu ce billet de toi, merci pour le rafraichissement de mémoire :-)

      C’est un film que tu as apprécié ? Tu ne le mentionne pas.
      Pour ma part, c’est relativement mitigé. J’ai aimé le facteur dérangeant, le côté qui sort des sentiers battus, mais est-ce une raison suffisante pour ”aimer” un film ? Ou c’est juste le côté de moi qui aime se faire surprendre.. Je sais pas..
      Cela reste tout de même pour moi plus ”digeste” que Irréversible de Gaspar Noé.. Que je n’ai d’ailleurs jamais terminé, ou plutôt devrais-je dire jamais commencé (!)

    • @jon8

      Le Dimanche 27 Décembre 2009

      Les INVASIONS BARBARES ont balayé tout ce qu’il y a de prix presque sur la planète. Ils ont juste loopé Canne à cause de bonzes qui n’ont d’yeux que pour la mort et la morosité.

      C’est quand même pas rien! Pour moi, Rémi Girard avec Colm Feore sont les meilleurs acteurs Canadiens.

    • @ Pager

      Je suis très heureux de la visibilité qu’à procuré ce film au Québec. C’était une excellente nouvelle pour notre industrie locale, sans contredit.

      Par contre, rien n’est venu me chercher dans ce film. Peut-être parce que je ne suis pas de la génération baby boomer, je sais pas… Y a aussi le fait que je ne suis pas très cinéma Québecois, je trouve qu’on se contente très souvent de copier le reste du monde ou de tomber dans le drame larmoyant qui réfère au passé dont on ne veut pas décrocher.. Ou alors c’est la sempiternelle comédie 1er degré… Bleh.

      Par contre, je dois être honnête et mentionner que j’ai été extrêmement impressionné par la performance de Marie-Josée Croze. Tout en nuance, épuré, un naturel saisissant. Ça tranchait avec l’overacting trop souvent présent ici.

    • C’est bien de voir des films comme Hedwig and the angry inch et Keane mentionnés…

      Je dirais:

      1- Synecdoche, New York, Charlie Kaufman
      2- Dog Days, Ulrich Seidl
      3- The Squid and the Whale, Noah Baumbach
      4- There Will Be Blood, Paul Thomas Anderson
      5- The Royal Tenenbaums, Wes Anderson
      6- Brokeback Mountain, Ang Lee
      7- The Piano Teacher, Michael Haneke
      8- Mulholland Dr, David Lynch
      9- Birth, Jonathan Glazer
      10- Knocked Up, Judd Apatow
      11- American Psycho, Mary Harron
      12- Nobody Knows, Hirokazu Koreeda
      13- Under The Sand, François Ozon
      14- Dogville, Lars Von Trier
      15- Ghost World, Terry Zwigoff

    • Très bon billet Monsieur Siroka,

      C’es trop difficile de faire un top 10 des meilleurs films de la dernière décennie. En voici plusieurs qui m’ont épatés:

      Trilogie du Seigneur des Anneaux
      Trilogie de Jason Bourne
      Le Labyrinthe de Pan
      La mer intérieure
      Les Incroyables
      Le fabuleux destin d’Amélie Poulin et Un long dimanche de fiançailles
      La fille à un million de dollars
      C.R.A.Z.Y.
      Le commando des bâtards
      City of God
      Batman: le commencement et Le Chevalier Noir
      Oldboy (la trilogie de la vengeance au complet en fait)
      Parle avec elle (wow)
      Memento
      Joyeux Noël
      Du soleil plein la tête
      Adaptation
      Traffic
      The Departed
      Big Fish
      The lives of others
      Black Hawk Down
      Sin City
      Requiem for a dream (cauchemar)
      Gladiateur
      Non ce pays n’est pas pour un vieil homme
      Hotel Rwanda
      Snatch
      V pour Vendetta
      La trilogie de Inarritu (Amores Perros, 21 grams, Babel)
      Pirates des Caraïbes: le premier
      Monster Inc.
      L’ère de glace
      Casino Royale
      Dafur Now (documentaire)
      The Cove (documentaire)
      Sharkwater (documentaire)
      Grizzly Man (documentaire)

      Bonne semaine, vous devriez faire le top 10 des films les plus surestimés de la décennie. Vous pouvez voir mes choix ici:

      http://cine-detente.ca/blogue/?p=89

    • Le labyrinthe de Pan est un film qui m’habite encore, tout comme la trilogie du Seigneur des anneaux.

    • Perso, je crois que Requiem for a dream est meilleur que tous les films sur la liste.

    • Plusieurs ont parlé des films québécois et de leur performance douteuse de la décennie. Je crois que si un mériterais de se retrouver dans une liste de ce genre, ce serait Les États Nordiques de Denis Côté. Un film splendide à tout point de vue qui est un des films marquants depuis 2000 à mon avis.

    • Tellement de bon films ont été mentionnés précédemment, que je permettrai juste d’en ajouté un qui me vient en tête : “Le retour” de Andreï Zviaguintsev. Lion d’or à Venise en 2003. Extraordinaire.

      Mais bien sur, Mulholland drive, La vie des autres, 21 grams, etc…. mais je ne fais que répéter.

    • LE flop québécois de la décennie “BABINE”

    • À peu près tous les titres mentionnés sont des films que j’ai aimé. Mais mon préféré a été sans contredit Star Trek 11. Que voulez-vous, j’adore la SF.

    • @ easter

      J’irais plutôt avec le piège américain :

      http://blogues.cyberpresse.ca/moncinema/siroka/?p=229

      Sinon, Roméo et Juliette et Ma fille, mon ange figurent également comme de solides navets.

    • @Jozef

      Agréablement surpris de voir Grizzly Man au haut de la liste (sur la liste tout court même!). Excellent choix.

      Parlant Grizzly, l’histoire de cet homme ressemble beaucoup à celle de Doug Peacock, auteur de Grizzly Years (”Mes années grizzly” français). Cet homme a d’ailleurs inspiré le personnage principal (Hayduke) du roman culte américain The Monkey Wrench Gang par Edward Abbey. Ce qui m’amène à vous demander si vous aviez des informations sur la possible parution de The Monkey Wrench Gang sur grand écran? Ça fait des années que j’entends parler qu’ils vont faire le film mais je n’entends jamais rien de concret. Merci.

    • @Jozef
      Liste très intéressante (à l’instar de votre blogue), je seconde totalement Yi Yi et j’irai voir Glizzli Man sans tarder.

      @ecnarfal
      Bravo pour Roy Andersson! Chansons du 2e étage est une oeuvre immense. M. Siroka, ce film est un MUST ABSOLU, déniaisez-vous! (c’est peut-être le temps d’aller downloader illégalement…)

      @nord45ca
      Touching the void a été pour moi une expérience physique et psychique d’une rare profondeur, je m’en remets encore.

      Mon top 10, dans le désordre:
      -Mulholland Dr
      -There will be blood
      -In the mood for love
      -L’Homme sans passé, Kaurismaki
      -Touching the void
      -Chansons du 2e étage
      -Amores perros
      -Yi Yi
      -La Vie moderne (faute d’avoir vu d’autres Depardon)
      -4 mois, 3 semaines et 2 jours

    • Un peu sérieux toutes ces listes, moi j’aimerais que vous y alliez d’un TOP 10 de vos meilleur COMÉDIES!!! de la décénie

    • Comédies? Huummm, j’irais avec:

      1- Knocked Up
      2- A Mighty Wind/For Your Consideration
      3- Forgetting Sarah Marshall
      4- Observe And Report
      5- Superbad
      6- Smiley Face
      7- Hamlet 2
      8- Pineapple Express
      9- Borat/Bruno
      10- I Heart Huckabees
      11- I Love You Man
      12- Walk Hard
      13- Happiness Of The Katakuris
      14- Tropic Thunder
      15- Harold And Kumar Go To White Castle

    • 1) Le Piège américain
      2) Séraphin, un homme et son péché
      3) Blades of Glory
      4) Cadavres
      5) Romeo et Juliette

    • Comédies?

      Sideways
      Old School
      Meet the Parents
      Road Trip
      Shaun of the Dead
      Wedding Crashers

      ou même Little Miss Sunshine

    • 40 year old virgin aussi.

    • Bonne année M. Siroka. Vous m’avez donné envie de voir Grizzly Man. Ce sera pour cette fin de semaine. Bon retour de vacances

    • Au Quebec: MAURICE RICHARD (2005)

      http://www.ecouterlirepenser.com/textes/pl_ci_maurice.htm

      En Hongrie, ÊTRE SANS DESTIN (2005)

      http://www.ecouterlirepenser.com/textes/pl_ci_Etre_sans_destin.htm

      Deux exercices de mémoire tout à fait convainquants

      Paul Laurendeau

    • The Dark Knight est un top 10 incontournable, désolé. Ceux qui n’y voient pas un grand film ont tout simplement raté l’allégorie politique sur la présidence de Bush qui s’y défile subtilement tout du long, et ce en réussissant à ne porter aucun jugement et en laissant le spectateur choisir pour lui-même. Un vrai chef-d’oeuvre.

    • 1- MULHOLLAND DRIVE (David Lynch, 2001)
      2- TROPICAL MALADY (Apichatpong Weerasethakul, 2004)
      3- LA GRAINE ET LE MULET (Abdellatif Kechiche, 2007)
      4- THE NEW WORLD (Terrence Malick, 2005)
      5- TEN (Abbas Kiarostami, 2002)
      6- LE FILS (Jean-Pierre et Luc Dardenne, 2002)
      7- COLLATERAL (Michael Mann, 2004)
      8- LADY CHATTERLEY (Pascale Ferran, 2006)
      9- FEMME FATALE (Brian de Palma, 2002)
      10-LES AMOURS D’ASTRÉE ET DE CÉLADON (Éric Rohmer, 2007)

      Voilà, je crois que c’est bien cela (pour le moment). Ce sont en tout cas les dix films qui me viennent spontanément à l’esprit; cela doit nécessairement être significatif…

    • Quelques oublis/négligés pour le top 50 (extrêmement difficile comme exercice, en effet! Un Top 10 eut été plus facile!) :

      - Unbreakable (2000)
      - Closer (2004)
      - The Machinist (2004)
      - The Others (2001)
      - Kill Bill 1 & 2 (2003 & 2004)
      - 21 grams (2003)
      - Training Day (2001)
      - Filantropica (2002)
      - California Dreamin’ (Nesfarsit) (2007)
      - 4 luni, 3 saptamâni si 2 zile (2007)
      - Mother (2009)
      - Burn After Reading (2008)
      - Les Invasions Barbares (2003)
      - C.R.A.Z.Y. (2005)
      - La Grande Séduction (2003)
      - Ice Age 1 (2002)
      - American Psycho (2000)
      - The Dark Knight (2008)
      - Maurice Richard (2005)
      - Collateral (2004)
      - Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulin ()

      Mentions Honorables [manquantes­/négligées] : Broken Flowers (2005); Harsh Times (2005); Public Ennemies (2009); Cell 211 (2009); AntiChrist (2009); Amintiri din epoca de aur (2009); Snatch (2000); Spy Game (2001); Confessions of a Dangerous Mind (2002); The Curious Case of Benjamin Button (2008); Trilogie The Lord of the Rings: The Fellowship of the Ring (2001, 2002 & 2003)

      Mon Plaisir Coupable : Starsky & Hutch (2004)

      N.B. Je ne comprends pas pourquoi tant de gens sur ce blogue dénigrent Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulin

      “La perfection [d'une Liste Top 50] n’est pas atteinte quand il ne reste plus rien à ajouter, mais plutôt lorsqu’il ne reste plus rien à enlever!”

      Bon cinéma à tous!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité