Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 31 mai 2009 | Mise en ligne à 22h25 | Commenter Commentaires (29)

    Un prequel à Alien

    alien1.jpgOn savait déjà que Ridley Scott, le réalisateur de Alien, songeait à replonger dans la fameuse franchise qu’il a démarrée de manière admirable il y a 30 ans.
    En entrevue l’année dernière, il a même suggéré qu’il pourrait réaliser un nouveau chapitre de la saga avec Sigourney Weaver devant la caméra.

    Les choses se sont précisées depuis : il y aura bel et bien un nouveau Alien, un prequel pour être plus précis. Le site Collider rapporte que le film sera réalisé par un certain Carl Rinsch, issu du monde de la pub.

    Si le quasi-anonymat du réalisateur nous fait immédiatement appréhender un navet à la Alien vs. Predator, on se rassure par la participation de Ridley Scott qui, avec son frère Tony (qui qualifie Rinsch de «membre de la famille»), agira à titre de producteur via sa compagnie Scott Free.

    Le tournage du film devrait débuter à la fin de l’année.

    > Voyez les pubs de Carl Rinsch


    • Crime un prequel avec Sigourney qui a 60 ans…Ripley était elle même un clône ? Ou peut-être que l’histoire se situera après le premier, y avait un décalage de 80 ans (je crois) entre le premier et le deuxième.

      Quand c’est trop tordu, ça marche plus.

    • Ce serait chouette de voir Sacha Grey dans le rôle de Ripley!

    • moi je dit que ça se passe il y a très longtemps, dans une galaxie très très lointaine: Alien vs The Jedis!

    • si c’est un prequel, je doute que Sigourney y soit mêlé.

      Ils ont étirés la sauce avec un mauvais 3eme épisode (qui est une adaptation vraiment mauvaise du scénario original qui était déjà assez flyé merci) et un 4e absolument EXÉCRABLE (qui devrait rappeler aux fans de JOss Whedon, qu’il peut écrire de la merde aussi).

      Bref, même si je suis un peu inquiet, c’est quand même la meilleure marche à suivre. Le prequel reste une démarche artistique fort viable et le film de Ridley Scott entrouvrait déjà une porte à ce sujet avec le vaisseau d’une 3e race (appeler Space Jockey lors de leur tournage). Le canon du monde Alien reste inexploré quant à leurs origines exactes.

      Mais effectivement, le spectre des médiocrités d’AvP font peur. Surtout quand on sait que le matériel original d’AvP (série de comics) était de très fort calibre.

    • @nickoleterrible

      Le décalage entre le premier et le deuxième est de 57 ans. Si vous lisez correctement les articles, vous verrez qu’il n’est dit nul part que Sigourney Weaver sera dans le prequel.

      Pour ma part, je suis très heureux que la saga Alien continue et je suis très fébrile à l’idée que le nouvel épisode soit un prequel. J’ai toujours été intrigué par l’arrivée des aliens sur lv-426 et j’espère que le film va expliquer une partie de ce mystère. Le fait que les frères Scott supervisent le tout nous permet d’espérer que ce ne sera pas un navet.

    • Personnellement, c’est une série que j’aime beaucoup, et je trouve dommage qu’on en abuse. Urubu et moi avions eu une discussion sur les suites (lors de la sortie de T4) où je défendais la qualité générale du cinéma actuel et la variété de l’offre malgré les navets quotidiens. Ceci est le genre de production qui entre dans la dernière catégorie avant même d’être sorti, à mon sens.

      M. Siroka écrivait récemment sur les “4èmes” de séries, suggérant que les bonnes suites, lorsqu’on est rendu là, étaient plutôt rares.

      Alien était à mon avis un des rares à s’en être très bien tiré avec un 4ème volet hors du commun, où les acteurs de soutiens y étaient tous excellents avec Dominique Pinon, Ron Pearlman et Winona Ryder. Jeunet avait aussi clairement utilisé l’ambiance glauque de son ‘La Cité des Enfants Perdus’… Bref, ça marchait et ça avait une once d’originalité dans le traitement et l’esthétique. On aurait dû en rester là.

      Y a-t-il des suites, rendues au 5, 6 ou 7ème opus, qui ne sont pas du remâché? J’en doute, mais peut-être me trompé-je…

      Quant à l’idée qu’on en apprendra plus sur l’origine de l’espèce ou quelque chose du genre, il me semble que c’est justement à trop vouloir expliquer l’inexplicable qu’on y predra. Quoi, on va nous montrer l’armée en train de développer le truc en labo? Ça justement, ça ferait ‘remâché’ depuis Resurrection. Ou encore l’évolution de l’espèce? — Sincèrement, que peut-on espérer comme explication sur quoi que ce soit et qui fera du sens et qui ajoutera à la série? Un peu de mystère, ça aide parfois.

      J’espère me tromper, mais Tony Scott comme producteur, ça ne me réjouit pas non plus. Il a un grand talent mais l’utilise nonchalament, je trouve. Son habitude de faire des films tappe-à-l’oeil tout en donnant l’illusion qu’il y a un réel propos alors qu’on se demande ‘lequel?’ après coup (Man on Fire, Domino)… Tout indiqué pour faire un film surproduit et surmarketé.

      Ceci dit, j’espère ravaler mes paroles…

    • Ils ont qu’à dire que toutes les Sigo étaient des clones (dans les 4 films), et en guise de prequel dire c’est l’original qui n’était pas toute jeune au début de l’histoire. Bref, n’importe quoi… mais on s’en fout, j’aime bien Sigo et un Alien sans elle ne serait pas bon!

    • La SF est par définition une tentative d’ouvrir une fenêtre sur la lecture ici et maintenant de l’idée que l’on se fait du futur. Alien est sorti, si mes souvenirs sont exacts au début des années 80.

      Mondialement, on découvrait les horreurs du sida et leurs victimes qui atteignaient des proportions exponentielles, la guerre bactériologique était vue de plus en plus comme une éventualité, les manipulations génétiques commençaient à sortir dans les médias… Les catastrophes écologiques (Exxon-Valdez entre autre…) C’était les premiers pas de la mondialisation, du néo libéralisme et de l’interpénétration des marchés… La présence du monde arabe ressortait de plus en plus dans les médias…C’était aussi le culte du corps. La santé physique à tout crin, l’explosion des salles de gym, l’hédonisme, la société narcissique, le culte de l’individualisme… La peur de l’étranger. La SF dans les blockbusters américains s’adressait à l’étranger de l’espace. Soit, il était vu comme un sauveur ou comme un ennemi toxique. Bref, l’extra-terrestre devenait plus qu’un monstre, mais une entité biologique avec ses propres lois…

      En ce sens Alien 1 et 2 (à la rigueur…) s’avéraient tout à fait pertinents. Je pense entre autre chose au sang du Alien extrêmement corrosif qui se moquait des structures high tech du vaisseau, également la fécondation invivo des aliens dans le corps humain…

      Refaire un autre Alien? Cela m’apparaît un peu paresseux et surtout périlleux comme exercice. La déception générale est à craindre. Revamper une histoire de SF est toujours très risqué, car les studios américains ont tendance à hypertrophier la sophistication de la technologie. Bien sûr, c’est toujours la tendance. Mais je pense à des sujets qui abordaient le futur d’une façon plus philosophique comme les Chroniques martiennes de Bradbury… Ce type de récits SF touchaient davantage le conte universel et les rapports de l’humain avec l’étranger ou l’étrange venus d’ailleurs.

      Il me semble que cela serait pertinent de revenir à un contact moins alambiqué avec l’alien. Jouer davantage sur le mystère de l’inconnu dans une perspective qui ne boude pas la vision que l’on se fait du futur… Comme un alien que vous rencontreriez simplement dans une buandrette par exemple. Des aliens dans notre quotidien qui ne seraient ni hostiles, ni trop “gentils”. Des aliens difficiles à décoder. Bref, de aliens aux moeurs étranges…

      u

    • un prequel ? hum , je ne vois pas , a part entre l’alien et “l’autre race” comme les humains (sigorney) decouvrent l’alien en repondant a une misterieuse transmission

    • Texte fort intéressant, Urubu. Bien vu. La suite sera certainement une inflation dans l’image de synthèse, alors qu’il faudrait mieux retourner à l’évocation de la monstruosité – en cela, l’horreur suggéré, de plein pied dans le fantasme, n’est pas tellement éloignée dans son fonctionnement de l’érotisme – plutôt qu’à sa monstr-ation continuelle et pornographique. Le monstre est ce qui est caché, tapi dans l’ombre et peu à peu dévoilé, montré.

      Pour le reste, tu as raison: au lieu de renchérir sur les premiers films, il devrait se poser la question de l’à-venir du présent, c’est-à-dire quelles sont les peurs de l’époque que nous vivons comme le sida était celle des années 80. La science-fiction n’est pas tant sur le futur que sur les puissances ombreuses du présent.

    • @aubordunord
      J’ai bien de la difficulté à saisir votre point de vue. Alien Resurrection est l’exemple parfait d’un film dans une série qui traîne en longueur et qui aurait dû être laissé en paix. Le 3eme volet sans être parfait, apportait une fin à la série avec la mort de Ripley, ce que bien peu de franchises ont le gros bon sens de réaliser.

      Mais le scénario du 4eme volet est franchement parmi les pires scénarios qu’il m’a été donné de voir pour un film de science-fiction d’un minimum d’envergure. Le film est un ramassis de clichés mal ficelés, réchauffés et enfoncés de force dans le gosier du spectateur qui n’a pas le temps de digérer le nombre atroce d’incongruités que l’on essaie de lui faire avaler. Les situations du film n’ont ni queue ni tête et le tout n’est qu’un melting pot de tous les effets visuels des trois premiers films ressasser pour tenter de nous donner la même expérience (ce qui échoue lamentablement, puisqu’on passe notre temps à hausser les sourcils devant cette lamentable mascarade plutôt que de s’immerger dans le film).

      Les dialogues sont très faibles et tellement peu subtils (ce qui est très surprenant de la part de Joss Whedon, ce qui laisse planer le doute sur la direction/acteurs), et je trouve que les personnages, tels que joués par les acteurs, sont absolument détestables. Aucun attachement n’est ressenti pour toutes ces personnes qui ne serviront qu’à faire du pâté pour chat. Bref, Michael Bay fait des films plus complet et plus structuré que celui là… ce qui est peu dire.

      Avec toutes les franchises revisitées ces dernières années, il y a toujours espoir de voir qu’un traitement honorable à un prequel pourrait donner un coup de pouce à une série. Et je pose la question, est-ce que ça ne pourrait pas être un risque calculé de voir une première (à moins que je me trompe) pour un film à grande envergure, soit un scénario dénué entièrement d’humain ? (quoi que le premier film laisse sous-entendre une certaine connaissance de l’astronef étranger par la compagnie).

    • @ denigreur

      Peut-être oubliez-vous le surestimé Aliens et ses trois mille clichés, du méchant technocrate stupide aux Marines cons à la réplique facile, sans oublier la petite fin heureuse et surtout la crisse de petite fille censée être débrouillarde mais qui passe son temps à hurler.

      Et je ne vous parle pas de Rambo-Ripley avec son fusil d’assaut et son lance-flammes scotchés ensemble, des poncifs habituels des films d’horreur (la bébitte est toujours derrière) et de l’humour à deux cents.

    • @unholy_ghost

      C’est tout à fait ça. J’abonde. Je pensais à un récit SF qui appuierait sur la notion de proximité plutôt que l’inverse. Comment rendre un rapport mystérieux avec l’étranger qui est assis à côté de vous et ne nous demande rien de particulier? Comment aborder un alien en train de faire le plein dans une station-service en ayant peur du ridicule?…

      La curiosité face à l’étranger qui se bute à des trucs qui dépassent le simple entendement non par les prouesses “inhumaines” de l’alien, mais davantage au fait qu’il est difficile à comprendre dans la complexité du monde dans lequel on vit. Prendre le présent et le fondre avec un futur nébuleux représenté par l’alien. Traiter du profilage, entre autre. Des rapports complexes entre ethnies… Rapetisser l’univers au lieu de trop l’expandre… Ramener plus étroitement les nombreuses phobies que nous avons dans notre rapport avec ce qui n’est pas encore expliqué…

      u

    • @denigreur

      Ah ben: point de vue non partagé.

      Moi j’avais bien aimé ce quatrième… Et en comparant ce que Jeunet avait réussi à faire après l’échec du troisième tome (qui n’était pas extrêmement mauvais, mais certainement pas réussi, même si j’aime bien Fincher en général), je ne vois aucunement en quoi Resurrection a à rougir.

      Je vous concède le scénario un peu faible (on parle bien Alien, là hein?), mais dire que Michael Bay (euh… le scénario de Armaggedon, Pearl Harbor ou Transformer, plllease!) fait de meilleurs film, c’est tellement gros que ça se détruit tout seul.

      Vous faites un ensemble d’assertions fortes, mais je ne vois pas en quoi les acteurs sont meilleurs dans les autres Aliens que dans celui-là, sincèrement. Et la réalisation fonctionne, sans reposer entièrement sur les effets spéciaux (ce qui est à prévoir dans le prochain). Surtout, je comparais ce film à d’autres ‘4èmes’, et je n’en vois pas vraiment de meilleurs.

      Bref, vous portez bien votre nom.

      Ceci dit, je suis plutôt d’accord avec urubu que la réflexion reste à faire sur ce que pourra être un bon film de SF dans le futur. Tellement de thèmes furent déjà exploités que la projection dans l’avenir sera peut-être difficile. La matrice fut peut-être le dernier vrai bon film de ce genre car faisait beaucoup ce que vous semblez proposer, mais en se tournant vers l’extrapolation de nos propres pouvoirs qui pourraient nous anéantir ou nous condamner à un ‘brain-in-a-vat’… Quelle sera la prochaine étape?

    • Oui, la matrice a tapé dans le mille, en phase avec les peurs parano bigbrotheresques de l’époque. Allez lire l’incroyable interview dans le Monde du “terroriste” français Coupat, à la rhétorique délirante mais brillante et drôle, et dites-moi si la Matrice n’est pas en phase avec ça: http://ultrahumandignity.blogspot.com/2009/05/julien-coupat-la-prolongation-de-ma.html

    • @auborddunord

      Je crois tout comme vous que “dénigreur” est dans le champ… Il est vrai que Jeunet a tenté d’y amener une vision peut-être trop poétique pour ce genre de film… En ce sens, il portait un regard plutôt fantastique que SF…

      Peut-être je confonds les styles, mais la SF mixée à l’anticipation a plus de jambe à mon humble avis. Je pense à 2001 de Kubrick. Il avait fondé un alliage complexe entre la SF et l’anticipation… Je pense à la dose de mystère hyper fébrile qui plane dans le vaisseau qui mène l’équipe vers le lieu où il avait trouvé le monolithe sur la Lune… Juste avant, des conversations banales avec les Russes… Une conférence remplie de fausse courtoisie, de clichés, mais qui trahissait avec tant de brio non seulement la compétition avec les Russes sur Terre, mais qui traitait à demi-mots de l’étranger… C’était l’époque, mais quelle maitrîse pour traduire le climat!

      C’est un peu ça que je pense de la SF… Peut-être est-elle née davantage dans la BD ou dans le récit fantastique… J’y vois des racines qui sont étroitement entremêlées. La SF est-elle née de la sublimation exarcerbée de l’avenir? Il m’apparaît indéniable que la SF a puisé dans le conte fantastique et l’a projeté dans le futur. Quant au genre “anticipation”, il offre beaucoup de possibilités d’y ajouter l’aspect sociologique. Le concret qui fraie avec l’inconnu…

      u

    • Je ne vous en tiens pas rigueur, ça reste comme le nom le dit, un point de vue. Je suis juste surpris puisque je ne connais pas grand monde qui éprouve un attachement à cette production.

      Je ne dis pas que Aliens n’est pas remplis de clichés, de ses Marines en cannes et de ses moments prévisible.. Mais le visuel était excellent, le film avait une direction et un certain air de plausibilité, qui est très importante en sci-fi malgré le genre. Il était également une évolution du premier volet.

      Et c’est là que je dis que Résurrection est un navet selon moi, c’est qu’on a tenté d’en faire un amalgame des trois premiers volets et d’ensuite y accoler une identité qui se marie très mal à l’ensemble. Quand je dis utilisation des clichés, c’est de reprendre les mêmes clichés déjà visité dans les 3 premiers titres, des clichés qui en étaient peut-être moins en à l’époque de Alien et Aliens. Et de forcer ses clichés dans un scénario ni queue ni tête (ni queue ni tête même pour un 4e volet d’un sci-fi flick). Certains aspects de la production sont peut-être excellents, mais ils sont noyés dans un paquets de non sens tellement évident que l’écoute du film est pénible et il ne se passe pas 5 minutes sans qu’on perd le fil du film parce qu’un élément crasse vient briser l’attention du spectateur.

      Et je ne suis pas plus dénigreur qu’un autre, je n’aime pas ce film c’est tout. En fait, même si au départ je n’aimais pas du tout, j’ai appris à aimer le 3eme volet. Malgré qu’il y ait une production en somme toute inégale, il reste un film qui respire beaucoup mieux l’atmosphère de la série que le dernier.

      Et l’allusion à Michael Bay était un peu cynique ;) j’aurais pu utiliser Uwe Boll, mais là ça aurait été vraiment trop.

    • @denigreur

      Je ne vous en tiens pas rigueur non plus, sachez bien!
      On est là pour discuter. Je comprends votre point de vue, mais ne le partage pas.

      @urubu
      Dans le genre ‘proximité’, j’ai revu Primer récemment et vraiment, ça décape ce film… Je ne sais pas si c’est vraiment de la SF en fait. Probablement, mais d’un genre différent, aucunement fantastique, hyper-réaliste et narrativement presque incompréhensible. Mais le tout nous laisse un goût amer à la fin, tellement c’est réussi.

      Dans le genre ‘anticipation’, j’avoue que récemment, ça tombe un peu à plat. Le seul film que j’ai bien aimé, qui n’a pas plus de dix ans et qui tombe dans cette catégorie, c’est V for Vendetta. Et ça rejoint votre commentaire sur la BD, évidemment.

    • L’origine du “Space Jockey” et de son étrange vaisseau serait un angle intéressant à l’histoire. Est-ce que les Aliens sont une race créée génétiquement? Ils pourraient être des outils de guerre, une sorte d’arme biologique si on veut. Il y a là matière à faire un bon prequel, si on ne tombe pas dans le mode “film d’été à popcorn sans substance”…

    • Donc, incluant la série et les AVP, il s’agira d’un 7e film à la sauce Alien… Pourtant, seulement l’original est un véritable classique (le 2e étant du style bon film d’action); aucun autre n’est arrivé à cette hauteur.

      De toute façon, où est l’intérêt d’un prequel? Pourquoi faut-il expliquer l’origine des Aliens? C’est justement ce mystère du premier film qui était inquiétant, car on ne savait rien d’eux.

      Au cinéma, à force de vouloir tout montrer, on perd cette dimension du mystérieux inexplicable…

      A quand un prequel pour nous expliquer l’état d’esprit de Jaws avant son attaque contre le bateau de Brody, Quint et Hooper?

    • @ denigreur

      “Je ne dis pas que Aliens n’est pas remplis de clichés, de ses Marines en cannes et de ses moments prévisible.. Mais le visuel était excellent, le film avait une direction et un certain air de plausibilité, qui est très importante en sci-fi malgré le genre. Il était également une évolution du premier volet.”

      Pour l’évolution, on repassera. Comme pour Terminator, Cameron a préféré abandonner l’approche sérieuse au profit d’un format familial, ce qui est malheureux, car, dans les deux cas, le concept reste excellent.

      Le jeu vidéo StarCraft, par exemple, s’en inspire grandement dans son histoire et même dans certaines de ses cinématiques. Même chose pour Aliens Versus Predator 2 (le jeu, pas le film). Pourtant, aucun de ces deux exemples ne m’évoque l’ennui que je ressens chaque fois que je me force à revoir Aliens. Peut-être parce qu’il n’y a pas de petites filles pour casser l’ambiance?

      Je l’ai déjà dit, et je le répète : Cameron est un bon cinéaste, mais un scénariste très discutable. C’est vraiment dommage que les gens préfèrent sa version à Alien 3, qui, lui, est beaucoup plus près de l’ambiance du premier film. Imaginez ce que ce film aurait pu être si David Fincher n’avait pas été constamment harcelé par les studios!

      En ce qui concerne maintenant Alien 4, comme pour Terminator 3 et 4, je trouve que les fans de Cameron sont tout simplement injustes. Oui, il y a des ratés, dont ce dénouement un peu pathétique, mais avec du recul, il n’y a rien de véritablement honteux, en tout cas, pas plus qu’Aliens, qui était déjà ringard pour son époque (comparé au premier Alien qui, lui, passe encore pour révolutionnaire sur bien des aspects). Les Marines cons, les fins gnangnan, les petites filles intouchables, les technocrates stupides, Cameron n’en est pas le créateur, même s’il s’en sert souvent. J’ai déjà peur pour Avatar.

      C’est sûr qu’un quatrième volet était totalement inutile compte tenu de l’excellent (et sous-estimé) Alien 3, mais bon, entre ça et un éventuel reboot chapeauté par J.J. Abrams ou un autre roi de la photocopieuse…

    • @marsguo

      Je trouve votre point de vue tout à fait juste. Cette surenchère du clônage de films en série me donne la gerbe… L’inexpliquable en effet demande du doigté et offre l’opportunité d’ouvrir un tas de portes à expliquer ce qui se passe entre nos deux oreilles… Laisser planer un mystère qui n’est pas imbécile mais qui s’adresse à notre phobie de l’inconnu m’apparaît bien plus porteur que de répéter des recettes de vieilles peurs trop typées à un univers déjà connu… Telle est la loi du marché, j’imagine?… Et comme le mentionnait à juste titre rainboy, ça fait éclater plus de grains de popcorn…Parler de l’inconnu en terrain (trop) connu… Allez savoir

      Je me souviens d’un bout de dialogue dans The outer limits, une série-télé culte des années soixante… L’histoire portait sur des abeilles qui se rebellaient contre les humains… Je me souviens d’un actant, un scientifique je crois qui disait en substance à un autre que le regard des abeilles porté sur l’humain était le même que l’humain portait sur les insectes… Interloqués et curieux à la fois qui nous rappellait qu’on ne comprenait que très de chose sur les insectes… Vous voyez, c’est un peu cela la SF pour moi. Ce n’est pas tant dans l’arsenal techno que dans un brusque changement d’attitude parce qu’il y a quelque chose (comme des aliens par exemple) qui bouge et respire et dont on ne sait à peu près rien sinon des notions sur elles qui deviennent à leur contact rapidement obsolètes… Lorsque l’histoire prévu commence à dérailler sérieux parce nos petites explications sur un certain phénomène ne suffisent plus.

      u

    • @johnnythewolf
      Je ne suis pas près à dire que c’était autant gna gna. Ce qui fait une des forces de Aliens, c’est le niveau de détail. Quand un cinéaste se donne la peine d’entrer dans les détails (voir Peter Jackson), ça donne des œuvres intéressantes. Oui, c’est cliché, mais il ne faut pas perdre de vue l’année de production (1986), le cliché était un peu moins usé. (Il ne faut pas oublier le cliché du chat qu’il faut sauver dans Alien). Quand je parle d’évolution, je parle du contexte. Avoir eu un autre alien unique dans un vaisseau aurait été une pâle copie du premier. Avec celui de Cameron, nous avons eu droit à l’évolution même avec un armement adéquat et des béquilles technologiques, la terreur était aussi présente. Et autant que le 3e ne pouvait revenir avec ses unités de Marines.

      J’aurais aimé voir ce que Fincher avait dans le ventre. Et j’aurais aimé voir le scénario du monastère dans une biosphère spatiale en bois et vraiment asseoir le film sur l’aspect spirituel plutôt que le prêchi-prêcha des prisonniers du Alien3.

      Comme je dis, c’est un paquet de petites choses dans la démarche derrière Alien : Resurrection qui mine le film.

      1- Le contexte
      Ramener Sigourney Weaver était une erreur en partant. Le 3e volet venait clore la série et le scénariste a été obligé de nous pondre un scénario très faible pour l’incorporer. Un des points positifs de l’univers créé dans Alien, c’est l’aspect très plausible. Il n’y a pas de téléportations, de fusils laser, de pouvoir surhumains, de techno-gadgets hors du commun. C’est donc avec ce background, que le clonage de Ripley est tout à fait risible. Le clonage ne fonctionne pas de cette manière, c’est comme clôner Pamela Anderson et d’avoir les implants en silicone qui viennent en partant. Déjà en partant, cette portion nous détache de l’univers.
      2- L’environnement.
      Il est reconnu que l’un des points fort des premiers films est le sentiment de claustrophobie, l’atmosphère lourd qui règne dans les films. Ici, la même chose a été créée mais de façon artificielle. Dans le premier, nous avions le Nostromo qui fût endommagé dans l’atterrissage sur LV-426 et qui avait perdu certains systèmes. Dans le 2e, c’était la station Hadley’s Hope, avec ses combats et son processeur atmosphérique endommagé qui se prêtais bien à l’atmosphère industriel en effondrement. Le 3e, nous avions une fonderie désaffectée dans un pénitencier. Dans celui là ? Nous avons un vaisseau hi-tech hyper secret qui a de base un éclairage déficient. Et comble du malheur, quand une petite bebittes s’échappe, la première chose que le vaisseau effectue ? Il ferme encore plus les lumières, part des gyrophares et des stroboscopes dans les pièces et les couloirs et se met à éjecter de la vapeur de façon aléatoire. C’est l’exemple de cliché mal servi sans aucune raison.
      Comme aussi d’autre gimmick, comme celle de l’inondation. Tout le monde a eu le même réflexe : ils ont mis cette scène là parce que nous n’avions jamais vu d,aliens dans l’eau. Et le pourquoi est aussi faible que le reste.
      3- Les actions.
      Un des points forts des films précédent, ce sont les actions des personnages. Ils ont tous un point en commun. Survivre. Et c’est ce qui rend l’action de Ripley qui veut sauver Newt encore plus fort (sauce hollywoodienne je suis d’accord , et on va excepter le fait de courir après Jones pour le mettre dans sa cage lors du premier). Mais dans celui là. Les personnages ne semblent pas avoir aucune intention de survivre, ils posent des actes dignes d’un slasher flick de série B (traîner derrière pour ramasser des armes, aller dans la cage pour vérifier si le alien est vraiment parti). C’est ce genre d’action qui fait dans un film qu’on y croit ou non, ce sont des cheap scares. Et c’est exactement pour cette raison que nous n’avons aucun attachement aux personnages.
      4- La continuité.
      Ce que je n’aime pas aussi, c’est que c’est le premier film à faire fi des conventions. Les gestations et développement tronqué (il ne se passe même pas une demi-journée entre l’implantation et le plein développement de la créature). Je sais que ça peut paraître fanboy, mais c’est une suite d’une série pas d’un IP original. (Et je ne parle même de ‘’l’embuscade’’ avec le nid et les œufs placés de façon random 20 minutes après la libération des créatures).
      Et aussi… est-ce que quelqu’un suit leur progression dans le vaisseau, c’est tellement clair qu’après 5 minutes, on n’essaie plus de comprendre.

    • @denigreur

      Votre façon d’aborder un film s’apparente davantage à un mode d’emploi qu’à une analyse. Des listes d’épicerie avec un éventail de choix comme les options d’une bagnole… En plus, vous avez des attentes? Vous parlez d’un film comme on passe une commande chez son quincaiiller… J’imagine que vous détestez les surprises? Les angles imprévus? Vous êtes pire que les retours de scénario de la SODEC! Ça tue toute vie sur d’autres planètes que celle que vous vous figurez!

      u

    • @ u
      Pas du tout, imaginer quand vous écouter un film que c’est ce qui vous saute à la figure, ce sont ces éléments. Quand tu te fais prendre les pieds dans des éléments qui font partis du film et non qui sont le film, c’est que le réalisateur a manqué quelque chose. Quand tu t’enfarges dans le comment, c’est que le pourquoi n’est pas venu te chercher. Ne vous en faites pas, j’ai lu assez de sci-fi pour avoir une assez vaste ouverture sur le contenu de la sci-fi (j’ai eu 100 fois plus de plaisir à lire et découvrir Illium/Olympos ou Hyperion que n’importe quel film de sci-fi que j’ai écouter). Mais ne pas respecter le comment dans une franchise, c’est de mettre deux prises contre toi en partant.

      Est-ce que c’est une logique cartésienne ? Sûrement. Déformation professionnelle sans doute. Est-ce que c’est être réfractaire au changement et à la nouveauté ? Si Alien Resurrection était un OP, sûrement que mon opinion aurait été tout à fait différente du film. Mais quand un écrivain ou un réalisateur fait le choix de continuer une franchise, il y a une certaine logique à respecter, un canon qui dans ce cas ci, est assez fort. Nous sommes passés de Alien, qui était un univers au rythme lent, mystérieux, à du tout cru dans le bec, fast food réchauffé, où le pourquoi, le comment et le crémage nous sont poussé dans le bec (même si Aliens est plus rythmé, il y a quand même cette lenteur qui existe en arrière plan).

      Est-ce que je devrais regarder le film comme une entité à part entière ? Sans aucun doute. Mais vous avouerez qu’avec la certaine importance que représente la franchise, il est bien difficile de faire fît des origines pour porter jugement. Est-ce que c’est fanboy de penser ainsi ? Je dois plaider coupable, la franchise Alien est mon premier contact avec la sci-fi alors on a toujours un attachement un peu plus grand dans ce cas là.

    • @denigreur

      Je suis en partie d’accord avec vous. Pour moi aussi Alien représente mon baptême de la science-fiction “sérieuse”. J’avais 7 ans quand j’ai vu Alien 2 la première fois et j’en ais pas dormis durant 2 jours. Mais malgré cette peur j’ai adoré le film. J’ai ensuite regardé le premier et je suis aussitôt devenu un fan de Alien, malgré mon jeune âge à l’époque.

      Mais je me rappel la déception que j’ai éprouvé à ma sortie du cinéma suite au visionnement du 3ième. Bizarrement, je n’ai pas ressentis cette déception pour le 4ième. Voici pourquoi:

      Selon moi, le 3ième est cinématographiquement supérieur au 4ième car il est sérieux, très sombre et réaliste. Mais il est en même temps ennuyant à mourir. Il ne se passe presque rien. Trop de blabla interminable. Mais on ressent tout de même l’émotion et la peur(surtout de la part de Ripley qui semble complètement terrorisée par la reine qui se développe dans son estomac) grâce à l’ambiance et au scénario très “dark”.

      Le quatrième est à l’opposé du troisième. Complètement irréaliste, pas sombre pour 2 sous et surtout pas sérieux. Mais il est affreusement divertissant. On ne s’ennuie pas du début à la fin malgré les conneries qu’ils nous lancent en pleines figure tout le long du film. Surtout l’alien semi-humain à la fin qui est complètement ridicule, mais en même temps on s’amuse et on regarde le tout avec un certain plaisir(coupable?).

      Tant qu’a moi, la série est une trilogie plus un épisode hors série divertissant, sans plus(Resurrection). Comme je ne considère pas Resurrection comme un vrai épisode de la série, j’ai été moins déçu par ce dernier que par le 3ième. Mais à la défense du 3, j’ai été soulagé que la petite fille meurt au début. Ce personnage était le pire défaut du 2. Par chance, le personnage d’Hudson a fait contre poids!

      Comme je l’ai déjà dis plus haut, j’espère que les frère Scott vont nous produire un prequel d’envergure qui pourra faire s’insérer dans la série avec toute la subtilité et le sérieux des premiers Alien.

      @marsguo

      Il y a moyen de faire un prequel sans dévoiler le mystère. J’espère tout comme vous qu’il vont pas essayer de tout expliquer(ça gâcherait tout), mais je pense que s’ils procèdent habilement, ils vont pouvoir expliquer une partie du mystère sans tout dévoiler.

    • Pour ceux qui discutaient de Joss Whedon et Aliens 4, voici un très intéressant article en rapport avec son script et… le résultat!
      http://www.cincity2000.com/content/index.php?option=com_content&task=view&id=1801&Itemid=2

    • @vertiga
      super intéressant cet article

      est-ce qu’il y en as parmi vous qui avez lu le script que William Gibson avais écrit pour Alien3? Pour l’avoir lu, c’est vraiment space et il est clair que comme Rippley meurt dans les 5 premières minutes du script, on sais pourquoi il a été refusé.

      Ou sinon qu’est-il arriver avec le scénario qu’on nous promettais être sur al terre dans le teaser suivant?

      http://www.youtube.com/watch?v=vYS_XmPOYuc

    • @vertiga

      Merci pour le lien ! Je n’avais jamais entendu le point de vue de Joss Whedon sur Alien4. Très intéressant de voir la vision du writer, qui est très près de l’essence des premiers opus comparativement aux changements fait par Jeunet.

      @draeron
      en fait, c’est très ambigu comme bande-annonce. je crois qu’ils voulaient dire que les gens allait crier dans les cinémas :)
      Et pour ce qui est du scénario de Gibson, c’est bien celui ou le film se déroulait plutôt dans un monastère dans une station spaciale en bois et que les moines rejetait toute technologie ?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    novembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité