Jozef Siroka

Archive, février 2009

Vendredi 27 février 2009 | Mise en ligne à 15h15 | Commenter Commentaires (24)

Le cinéma, art sexiste?

vertigo-lobby-card-1

Rarement ai-je mis la main sur un article aussi irritant. Selon la journaliste du Guardian Bibi van der Zee, l’industrie du cinéma serait «monstrueusement sexiste». Pour en faire la démonstration, elle passe sous sa loupe féministe les films issus du plus prestigieux des Top 10 : le Sight & Sound Poll.

Voici les résultats de son analyse :

8 1/2, Le Cuirassé Potemkine, Tokyo Story et La règle du jeu méritent sa grâce. Singin’ in the Rain, Sunrise et les deux premiers Godfather passent de justesse.

Par contre, 2001 : A Space Odyssey, Vertigo et Citizen Kane obtiennent la mention «échec». Dans le film de Kubrick, il n’y a pas de femmes astronautes, dans celui de Hitchcock, on n’a droit qu’au point de vue, obsessif, de l’homme. Enfin, celui de Welles représente le «Film sur l’Homme» absolu. Rien à voir, donc, avec l’«humanité».

***

Je ne sais par où commencer. Pourquoi pas avec le dictionnaire.

Sexisme : Attitude de discrimination fondée sur le sexe.

Discrimination : Le fait de séparer un groupe social des autres en le traitant plus mal.

Donc, selon les conclusions de Mme. Zee, un film qui n’aborde pas assez de thèmes reliés à la condition féminine maltraite du même coup les femmes.

Mais ce n’est pas nécessairement cet argument ridicule qui m’indispose ici. C’est plutôt cette notion qu’un film doit refléter une vision égalitariste, ou politiquement correcte, de la société. Si l’on considère le cinéma comme une forme d’expression artistique (et non comme un programme de promotion sociale), on doit accepter le fait qu’il reflète les sensibilités particulières d’un individu ou d’un groupe d’individus. Reprocher aux hommes de traiter plus ou moins largement de sujets masculins est tout à fait absurde.

D’ailleurs, ne l’oublions pas, parmi les plus beaux portraits de femme au cinéma ont été rendus par des hommes. Il n’y a qu’à penser à Woody Allen, Pedro Almodovar, Michelangelo Antonioni, Ingmar Bergman, John Cassavetes, Krzystof Kieslowski, Billy Wilder et j’en passe. L’inverse n’est pas nécessairement vrai, et c’est tout à fait correct. On comprend que les groupes sociaux minoritaires dans l’industrie (pas juste les femmes, mais les noirs, les gais, etc.) vont faire un cinéma plus spécialisé, qui s’attarde à mettre en lumière, souvent de manière militante, leurs propres conditions de vie.

Lire les commentaires (24)  |  Commenter cet article






Jeudi 26 février 2009 | Mise en ligne à 14h15 | Commenter Commentaires (15)

L’auteur de Watchmen regrette

peanuts_watchmen-1

Jim Emerson de scanners a mis en ligne deux entrevues pour le moins surprenantes avec Alan Moore, le créateur des romans graphiques Watchmen (1987-1988). Reconnu pour avoir rendu les comic books plus «matures et littéraires», le légendaire auteur de BD regrette néanmoins que le public considère les histoires de superhéros avec autant de sérieux. En particulier celle de Watchmen, dont l’adaptation au grand écran le rend pour le moins indifférent. Tel le Dr. Frankenstein, Moore observe, impuissant, les ravages qu’a engendrés sa propre création.

Je traduis quelques passages de son entrevue à Wired (la seconde, bien plus brève, examine l’aspect idéologique du superhéros américain) :
Lire le reste de cet article »

Lire les commentaires (15)  |  Commenter cet article






Mercredi 25 février 2009 | Mise en ligne à 16h00 | Commenter Commentaires (6)

Coppola : retour aux origines

still1.jpg
- Vincent Gallo dans Tetro

Même si on a le goût de conseiller à Francis Ford Coppola de profiter de sa belle vie de viticulteur et d’oublier le cinéma pour de bon, il faut se rendre à l’évidence : on ne peut empêcher un artiste de poursuivre sa passion.

Le réalisateur de 69 ans est en train de mettre la touche finale à son projet le plus personnel depuis The Conversation (1974). Tourné à Buenos Aires et entièrement auto-financé, Tetro est un film «S’inspirant de ses mémoires d’enfance mais, toutefois, complètement fictif. Il s’agit de l’histoire douce-amère de deux frères, d’une famille perdue et brisée et des conflits et secrets régnant à l’intérieur d’une famille argento-italienne hautement créative».
Lire le reste de cet article »

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité