Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 30 mars 2008 | Mise en ligne à 21h33 | Commenter Commentaires (2)

    Le retour de l’acteur prodigue

    tom.jpg

    Vendredi dernier, le restaurant du Beverly Hills Hotel a été le théâtre d'une réconciliation au sommet entre deux titans d'Hollywood. La scène impliquait un tête-à-tête entre Tom Cruise et Sumner Redstone, le président du conglomérat Viacom; une première rencontre entre les deux hommes depuis le «renvoi» de la star de Paramount il y a deux ans. Au sortir du déjeuner, le magnat de 84 ans a confirmé au Wall Street Journal que la hache de guerre était bel et bien enterrée.

    Rappelons les faits. Le 22 août 2006 Redstone annonçait qu'il mettait fin au contrat qui liait Tom Cruise aux studios Paramount. Les raisons invoquées étaient principalement d'ordre financier; Mission: Impossible III a rapporté 150 millions $ de moins que prévu. Ces recettes décevantes étaient attribuées au comportement étrange de Cruise, notamment ses pirouettes sur le fauteuil d'Oprah et ses attaques contre Brooke Shields, ce qui aurait franchement déplu aux femmes, en particulier à la récente épouse de Redstone.

    Depuis son exclusion, Tom Cruise n'a pas eu la main heureuse avec ses productions. Le film politique Lions for Lambs, dans lequel il interprète un vil sénateur républicain, a été un flop total. Valkyrie, qui relate une tentative d'assassinat ratée sur Hitler, a obtenu des premières impressions mitigées; Cruise ne semble pas convaincre dans le rôle d'un officier allemand avec son accent américain.

    Il faut bien l'admettre, le retour au bercail de l'acteur le plus populaire de la planète va profiter aux deux partis. Après tout, Tom Cruise est la plus importante vache à lait de la Paramount; considérons les succès Top Gun, Days of Thunder, The Firm, Mission: Impossible, Mission: Impossible II ou War of the Worlds. En rétrospective, le renvoi de Cruise ne peut être perçu comme une décision financière. Il s'agissait plutôt du coup d'éclat d'un homme d'affaires vieillissant qui voulait prouver son pouvoir. Le message a été entendu et il est temps de passer aux choses sérieuses.

    Une fois sa réembauche officialisée, Tom Cruise risque de s'attaquer à des valeurs sûres. On parle déjà d'une suite à War of the Worlds qui serait réalisée par Steven Spielberg. Il est aussi question de poursuivre la série des Mission: Impossible, une franchise particulièrement chère à l'acteur. Il reste à savoir maintenant si Cruise pourra faire abstraction, publiquement du moins, de ses passions troublantes envers sa femme et son Église.

    ***
    > À lire
    Le portrait de Sumner Redsone dans Vanity Fair


    • Monsieur Siroka,
      Peut-on imaginer un type plus prétentieux et arrogant que ce Tom Cruise dans l’entrevue avec Matt Lauer? Ces énormes attaques sans aucune nuance de la psychiatrie sont une insulte à l’intelligence. Comment se fait-il qu’on invite ce type à proférer de telles inepties dangereuses sans le confronter à des professionnels et experts qui pourraient le mettre à sa place? Est-ce à dire qu’aux USA le vedettariat est plus puissant que l’intelligence et le sens critique? Cette nation s’est tout de même bâtie sur le socle des sciences et des techniques. Cette visibilité de la religion et des sectes de tout acabit ne va t-elle pas contribuer à activer le déclin de ce pays? Où sont donc les scientifiques, philosophes et autres partisans de la raison sur la scène publique dans ce pays?

    • II faut nuancer, bien sûr, cependant dans les grandes lignes il a raison. Il n’est pas nécessaire d’aimer l’acteur ou sa religion pour être d’accord. Bon nombre d’intellectuels américains incluant des psychiatres étaient d’acccord avec lui sur les grandes lignes. J’ai une grande admiration pour les sciences, cependant la psychiatrie, avec ses théories à la con sur le cerveau sans preuves scientifiques véritables (le président de l’association psychiatrique américaine a même avoué qu’il n’existe aucune preuve sur le débalancement chimique du cerveau) n’en fait pas partie. J’ai été tristement témoin de ravages créés chez des enfants par leurs cochonneries de pilules. Leur théories disant que des problèmes émotionnels chez des enfants en bonne santé sont des problèmes d’ordre médical (sans preuve, bien sûr), quelle ineptie !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    avril 2011
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité