Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 29 février 2008 | Mise en ligne à 13h39 | Commenter Commentaires (4)

    Will Ferrell teste ses limites (et les nôtres)

    will.jpg

    Dans Semi-Pro, la nouvelle comédie sur le monde du basket-ball qui prend l’affiche cette semaine, Will Ferrell revient pour une énième fois dans la peau d’un homme-enfant à l’ego surdimensionné. Le film suit la même formule que ses prédécesseurs tels Anchorman, Kicking and Screaming, Talladega Nights ou Blades of Glory : l’idiot extraverti prêt à tout pour obtenir l’adulation du public.

    Avec ses personnages burlesques et plus grands que nature, Ferrell a créé une figure héroïque parfaitement adaptée au 21e siècle. À l’heure de la télé-réalité et de YouTube, le plus grand exploit consiste à connaître son 15 minutes de gloire. L’héroïsme ne se définit plus à travers l’action mais à travers l’apparence. Les comédies de Ferrell, toujours situées dans des environnements médiatiques, exploitent avec justesse cette culture du moi.

    Malheureusement, à force de toujours revenir avec le même genre de personnage et le même genre d’intrigue, Ferrell risque d’étouffer l’enthousiasme de son immense public, qui a été exceptionnellement patient jusque-là. En espérant que Semi-Pro, dont les échos critiques sont très défavorables, incite ce comique hors-pair à changer de registre.

    Dan cette vidéo, Salon propose une discussion sur l’impact de Will Ferrell:

    L’analyse de Stephanie Zacharek sur Semi-Pro se trouve ici.


    • Je ne le supporte pas Will Ferrel…cette comédie excentrique!
      non pas pour moi…..il a déjà dépassé mes limites cet acteur.

    • Incroyable que des producteurs investissent dans ce genre de navets. Encore plus incroyable que des gens payent pour voir ces films. Will Ferrel est le prophète de ceux dont le Q.I est en-dessous de 90.
      Et après les Américains se demandent pourquoi la cérémonie des Oscars a été dominée par les Européens.

    • Et un autre navet, un!

    • La raison pour laquelle les producteurs investissent dans ce genre de navets…c’est JUSTEMENT parce que les gens paient pour aller les voir! :o/

      Je me surprends souvent à rêver d’un retour à l’époque pas si lointaine où les bonzes du cinéma investissaient dans la qualité plutôt que la quantité. À cette époque, les films pouvaient tenir l’affiche trois mois (Manon des Sources, Le Nom de la Rose…) et les salles étaient presque toujours pleines!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    août 2013
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité