Jozef Siroka

Jozef Siroka - Auteur
  • Le blogue de Jozef Siroka

    Jozef Siroka est journaliste au pupitre à LaPresse.ca et blogueur cinéma à temps partiel.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 25 février 2008 | Mise en ligne à 2h35 | Commenter Commentaires (2)

    Les Coen, en toute logique

    coen2.jpg

    Le suspense aura duré jusqu’à la fin entre les deux favoris. Avant les annonces du meilleur réalisateur et du meilleur film, No Country for Old Men (acteur de soutien, scénario adapté) et There Will Be Blood (acteur, direction photo) se partageaient les honneurs. Quand Martin Scorsese a nommé les Coen vainqueurs dans la catégorie de la meilleure réalisation, Paul Thomas Anderson a laissé échapper un tic nerveux qui en disait long. La suite ne fut que formalité : No Country for Old Men devenait le 80e Meilleur film de l’histoire des Oscars tandis que les frères Coen, fidèles à leurs manières, semblaient parfaitement indifférents vis-à-vis les trois statuettes dorées qu’ils tenaient chacun dans leurs mains.

    La cérémonie s’est déroulée somme toute sans embûches mais fut pauvre en coups de théâtre. Ce n’est que du côté de l’interprétation féminine que l’on a eu droit à des surprises. Tilda Swinton a sauvé l’honneur de Michael Clayton en remportant l’Oscar de l’actrice de soutien. Les observateurs avaient plutôt prédit Cate Blanchett (I’m Not There) ou même Ruby Dee (American Gangster). L’Oscar de la meilleure actrice est allé à Marion Cotillard pour son interprétation d’Édith Piaf dans La vie en rose. Plusieurs voyaient dans cette catégorie une lutte entre la légendaire Julie Christie (Away from Her) et la nouvelle venue Ellen Page (Juno). L’actrice française, aussi belle qu’émouvante, a offert un des plus beaux moments de la soirée lors d’un discours exubérant qu’elle a conclu par «Merci la vie, merci l’amour, il y a vraiment des anges dans cette ville!».

    Jon Stewart, qui assurait l’animation du gala, y est allé de quelques blagues typiques à saveur politique du genre : «Les films sur l’Irak n’ont pas connu de succès au box-office. On se doit donc de les laisser en salle pendant 100 ans; l’avis du public ne peut prévaloir!». Un commentaire politique plus substantiel a été fourni par le réalisateur de Taxi to the Dark Side, lauréat du meilleur documentaire. Le message d’espoir d’Alex Gibney, «We can turn this country around and move away from the dark side», a été accueilli par des applaudissements nourris. Un complément à l’excellent documentaire No End in Sight, Taxi to the Dark Side, un réquisitoire contre les techniques de torture employées par l’administration Bush, devrait sortir sous peu sur nos écrans.

    En résumé, une soirée très équilibrée où la logique l’a emporté. En sacrant No Country for Old Men, l’Académie a pour une rare fois fait le bon choix. Il s’agit véritablement du meilleur film américain de l’année. Avec ses quatre Oscars, l’oeuvre des frères Coen a été suivie de près par le génial The Bourne Ultimatum (montage, montage sonore, mixage sonore) et par La vie en rose (actrice, maquillage). Petite déception du côté de There Will Be Blood avec deux gains sur une possibilité de huit. Mais Paul Thomas Anderson ne devrait pas se faire de soucis. À seulement 37 ans, ce réalisateur bourré de talent aura l’occasion maintes fois de monter sur le podium.

    Le palmarès:

    Meilleur film : No Country for Old Men
    Réalisation : Joel Coen, Ethan Coen (No Country for Old Men)
    Acteur : Daniel Day-Lewis (There Will Be Blood)
    Actrice : Marion Cotillard (La vie en rose)
    Acteur de soutien : Javier Bardem (No Country for Old Men)
    Actrice de soutien : Tilda Swinton (Michael Clayton)
    Scénario original : Diablo Cody (Juno)
    Scénario adapté : Joel Coen, Ethan Coen (No Country for Old Men)
    Bande originale : Dario Marianelli (Atonement)
    Chanson originale : Glen Hansard, Marketa Irglova (Once)
    Direction photo : Robert Elswit (There Will Be Blood)
    Direction artistique : Dante Ferretti (Sweeney Todd)
    Montage : Christopher Rouse (The Bourne Ultimatum)
    Montage sonore : The Bourne Ultimatum
    Mixage sonore : The Bourne Ultimatum
    Costumes : Elizabeth – The Golden Age
    Maquillage : La vie en rose
    Effets visuels : The Golden Compass
    Film d’animation : Ratatouille
    Film d’animation (court) : Peter and the Wolf
    Court métrage : Le Mozart des pickpockets
    Documentaire : Taxi to the Dark Side
    Documentaire (court) : Freeheld
    Meilleur film étranger : The Counterfeiters (Autriche)

    Oscar honorifique : Robert Boyle

    ***
    À consulter:

    >Le compte-rendu exhaustif fourni par le site du Los Angeles Times.
    >Le constat plutôt sévère du gala selon le New York Times.


    • Pas de déception cette année, on a choisi un excellent film, un grand cru des Coen, porté par un Javier Bardem terrifiant qui lui aussi ne pouvait pas échapper la statuette. Chapeau aux bonzes de l’Académie qui ont récompensé Manon Cotillard et Diablo Cody (juste pour son nom, elle méritait l’Oscar!!!) et également trouvé une place pour l’Excellent Bourne Ultimatum, le genre de film qui passe d’habitude sous le radar ultra-conservateur de l’Académie.
      Petite déception pour Atonement, pratiquement oublié et There will be blood, qui aura eu le malheur d’affronter les frères Coen en très grande forme. Mais encore là, impossible de passer à côté de la performance de Daniel Day-Lewis, au sommet de son art. Tout à fait d’accord également avec le choix de Tilda Swinton, excellente dans un film un peu décevant, déception manifestement partagée par les membres votants.

      Enfin, petite note personnelle, la robe la plus horrible de la soirée (et il y en avait de fort laides) revient d’emblée à Jennifer Hudson, destinée à sombrer dans l’oubli sous peu.

    • Une chose que je peux dire, c’est que j’ai hâte de voir le film, surtout There Will Be Blood que je considère (c’est une impression) meilleur que No Country for Old Men.

      Au plaisir

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    août 2012
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité