Marc-André Lussier

Archive de la catégorie ‘Personnalités’

Samedi 28 mars 2015 | Mise en ligne à 9h15 | Commenter Commentaires (4)

Abdellatif Kechiche : une autre tuile…

Kechiche - 1

Abdellatif Kechiche
(Photo : Éric Gaillard, archives Reuters)

Il y a maintenant deux ans, Abdellatif Kechiche obtenait la consécration ultime en décrochant la Palme d’or du Festival de Cannes, remise à l’unanimité à La vie d’Adèle par un jury que présidait alors Steven Spielberg.

Depuis, les tuiles ne cessent de tomber sur la tête du cinéaste franco-tunisien. On se rappellera la succession de polémiques qui ont miné la carrière du film au moment de sa sortie : techniciens mécontents; déclarations intempestives des actrices (particulièrement Léa Seydoux), réputation entachée, etc.

Plus tôt cette semaine, un tribunal français a condamné le cinéaste à verser 180 000 euros (250 000 dollars environ) à la société de production MK2. Objet du litige ? Un contrat signé en 2008 (soit après La graine et le mulet) dans lequel Kechiche s’engageait à tourner avec la société ses trois prochains longs métrages.

Or, les choses se sont très mal déroulées sur le tournage de Vénus noire, rare échec dans la carrière du cinéaste. La mésentente avec le producteur Marin Karmitz fut notoire. De sorte que Kechiche est allé voir ailleurs pour la mise en chantier du film suivant (La vie d’Adèle). Avec le succès que l’on sait.

Un extrait du compte-rendu du journal Libération :

«… le tribunal a estimé que pour n’avoir pas respecté le contrat d’exclusivité qui le liait à MK2, pour lequel il avait touché un chèque de 270 000 euros, Kechiche se trouvait redevable d’une compensation de 180 000 euros.

Cela ne devrait entraver en rien le tournage dans les prochains mois, à Lyon, de son nouveau film. La Blessure, adapté d’un roman de François Begaudeau, est en cours de casting ces jours-ci – mais on sait déjà qu’un autre tempérament parmi les plus éruptifs du cinéma français devrait en être : Gérard Depardieu.»

Abdellatif Kechiche serait-il le plus mal aimé des cinéastes français ?

Quelques liens :

Marin Karmitz fait condamner Abdellatif Kechiche (Libération)

Polémique La vie d’Adèle : le beau gâchis.

Polémique La vie d’Adèle : le point de vue de Kechiche.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






Jeudi 20 novembre 2014 | Mise en ligne à 17h48 | Commenter Commentaires (8)

In Memoriam Mike Nichols

Nichols - 1

Leslie Caron remet à Mike Nichols l’Oscar de la meilleur réalisation
(photo AP)

The Graduate (Le lauréat) est l’un de mes films favoris. À vie.

Merci M. Nichols.

Cliquez ici pour voir une scène du film.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






Mardi 18 novembre 2014 | Mise en ligne à 14h09 | Commenter Commentaires (5)

Coup de chapeau helvète à Denis Côté

Denis Côté - AFP Gérard Julien

Denis Côté
(Photo : Gérard Julien – AFP)

On parle présentement beaucoup des cinéastes québécois qui font leur marque du côté américain. On parle aussi beaucoup de ceux qui obtiennent de vrais succès populaires dans l’Hexagone ou ailleurs. D’autres continuent pourtant de s’illustrer dans le monde de façon plus discrète.

C’est notamment le cas de Denis Côté. Le réalisateur de Vic + Flo ont vu un ours – le meilleur film québécois de 2013 à mon avis – fait présentement l’objet d’une rétrospective à la Cinémathèque suisse (située à Lausanne), dans la foulée d’une «Master Class» qu’il a donnée au Festival Tous Écrans de Genève.

Pour l’occasion, le journal suisse 24 heures a publié une entrevue fort intéressante du «bourlingueur du cinéma québécois». Bon d’accord, on se mêle un peu dans sa géographie (Guy Maddin et Sarah Polley des cinéastes québécois ?) mais Côté y va néanmoins de quelques déclarations intéressantes.

«Il y a dans l’inconscient québécois une impulsion qui relève de la survivance, une volonté de créer jusqu’à de la «sur culture». Imaginez que le Québec sort 35, 40 films par an!» Et ces cinéastes prolixes se montrent sans complexe face au «grand frère» canadien. «Les Anglophones rêvent des USA. Du coup, notre travail paraît plus personnel, nous leur volons la vedette!» Sous la satisfaction, l’angoisse: «Qui va se garrocher (ndlr: «visionner» en québécois) tout ça? On est condamné à se partager des petites parts de tarte.»

Locarno m’a mis au monde : j’y ai gagné trois récompenses et beaucoup d’argent» (24 heures)


Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    avril 2015
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité