Marc-André Lussier

Archive de la catégorie ‘Personnalités’

Jeudi 23 octobre 2014 | Mise en ligne à 6h26 | Commenter Commentaires (4)

Hommage à Martin Scorsese en 12 minutes

Scorsese - 1

Martin Scorsese (photo AP)

Une vidéo hommage d’une durée de 12 minutes a récemment fait son apparition sur le web. Conçue par Alexandre Gasulla, celle-ci regroupe quelques-unes des meilleures scènes tirées de l’oeuvre du maître.

Voici la description qu’en fait Première sur son site :

S’il est difficile, voire impossible, de résumer l’œuvre scorsésienne à quelques scènes, le monteur Alexandre Gasulla a réussi l’exploit de condenser le meilleur du meilleur du cinéaste new-yorkais en 12 minutes chrono avec des scènes tirées de toute sa filmographie – de Mean Streets au Loup de Wall Street en passant par Taxi Driver, Raging Bull, La dernière tentation du Christ, Les Affranchis (Goodfellas), Le Temps de l’Innocence, Les Nerfs à Vif (Cape Fear), Casino, Aviator ou Les Infiltrés (The Departed). Au-delà d’un bout-à-bout de scènes cultes de l’histoire du cinéma, Gasulla est parvenu à extraire l’essence même de l’univers scorsésien, ses thématiques, ses obsessions et ses névroses pour réunir quatre décennies de créations dans un montage cohérent et brillant.

Signalons que monsieur Gasulla a déjà signé plusieurs autres montages du même genre, consacrés notamment aux oeuvres de Stanley Kubrick, Paul Thomas Anderson, David Fincher et Miyazaki.

Bon visionnement.

Le prochain Scorsese à l’affiche à l’hiver 2015.


Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






Lundi 20 octobre 2014 | Mise en ligne à 23h07 | Commenter Commentaires (7)

François Truffaut : 30 ans déjà…

Truffaut - 2

François Truffaut

Il y a 30 ans disparaissait François Truffaut. Il est mort le 21 octobre 1984 à l’âge de 52 ans.

La Cinémathèque française consacre présentement au cinéaste une importante exposition. Le magazine Télérama propose sur le web un dossier dans lequel on ajoute quotidiennement des documents. Plus près de nous, la chaîne TFO diffuse un film de Truffaut tous les mardis. Ce soir : Jules et Jim, l’un de ses plus célèbres. Vous trouverez d’ailleurs plus bas tous les liens pertinents.

Il y a cinq ans, je me trouvais à Paris au moment même où l’on commémorait le 25ème anniversaire de sa disparition. J’en avais tiré une chronique. Celle-ci n’étant pas archivée sur le site, certains admirateurs de Truffaut me l’ont réclamée au fil des ans. Je la reproduis ici.

Truffaut le bien-aimé

Il pleuvait à boire debout. Une fraîcheur d’automne à vous transpercer l’âme et le corps. Alors qu’en ce mercredi de fin d’octobre, Paris s’anime sur la place de Clichy, le cimetière de Montmartre, tout juste à côté, reste tristement désert. Même si je fréquente rarement ce genre d’endroit, j’ai ressenti le besoin de m’y rendre aujourd’hui. Pour honorer une dette de reconnaissance.

J’arpente tout fin seul quelques avenues entre les mausolées pour me rendre à la 21e division. Je cherche. Ne trouve rien. Je me rends trop loin. La pluie s’intensifie. Je reviens sur mes pas en observant attentivement chacune des marques. La pierre tombale, noire, est bien là, un peu en retrait, étendue sobrement sur le sol avec, pour unique inscription, « François Truffaut, 1932-1984 ». Je m’approche.

Sur le rebord de la pierre rectangulaire, quelques plantes discrètes, une photo détrempée de Jeanne Moreau à la garçonne (tirée de Jules et Jim), et quelques titres de transport déposés sous de petites roches. Ces billets doivent encore être valides pour le dernier métro, j’imagine…

En ce jour où l’on commémore le 25e anniversaire de la mort prématurée du cinéaste, je n’ai pas croisé le fantôme d’Antoine Doinel, ni le regard de celles – elles en furent toutes éperdument amoureuses – qui ont tant aimé cet homme qui aimait les femmes. « Les jambes des femmes sont des compas qui arpentent le globe terrestre en tous sens, lui donnant son équilibre et son harmonie », faisait-il dire à Charles Denner dans son célèbre film (L’homme qui aimait les femmes).

Quand Truffaut est mort du cancer le 21 octobre 1984 à l’âge de 52 ans (52 ans! Vous vous rendez compte?), ça m’a touché personnellement. Alors jeune cinéphile, j’avais carrément l’impression d’avoir perdu un proche.

À Truffaut, je dois pratiquement mon amour du cinéma. J’ai aimé ses films bien sûr. Des 400 coups jusqu’à Vivement dimanche avec, au fil du parcours, quelques œuvres fétiches : toutes celles du cycle Doinel, et Tirez sur le pianiste, Jules et Jim, L’enfant sauvage, La nuit américaine, L’histoire d’Adèle H., Le dernier métro, La femme d’à côté… « Ce sont les trois premiers films d’un cinéaste qui sont toujours les plus intéressants, affirmait-il pourtant. Après, on parle plutôt d’une carrière! »

J’ai aussi aimé l’homme. On ne pouvait d’ailleurs pas le dissocier de ses films tellement les deux étaient intimement liés. La vie entière de Truffaut fut vouée au cinéma. « Ce que j’ai toujours aimé chez Renoir et Hitchcock, c’est un de leurs points communs d’être deux artistes qui préféraient leur travail à leur propre personne », a-t-il déjà déclaré dans une interview publiée dans les Cahiers.

Entendre Truffaut parler de cinéma avec l’éloquence, la passion, l’intelligence qui le caractérisaient était par ailleurs un pur bonheur. Brillant polémiste, debout sur la ligne de front, ce grand timide était de tous les combats, fort de ses convictions et de sa manière de les exprimer. Truffaut a lancé la nouvelle vague en réaction contre cette « certaine tendance du cinéma français ». Cinq ans avant la sortie des 400 coups, six avant celle d’À bout de souffle de Godard (dont il a eu l’idée du scénario), il avait rédigé cet article fameux dans lequel il dénonçait la tradition de la « qualité française » de l’après-guerre et les limites d’un cinéma qui s’embourgeoise.

Je ne sais à quoi ressemblerait le cinéma de Truffaut dans le contexte actuel. Avec sa société, les Films du Carrosse, parions que le cinéaste serait parvenu à rester libre de ses choix. Comme le sont toujours aujourd’hui ses collègues de l’époque, notamment Rohmer et Rivette. « Je suis un cinéaste français qui a 30 films à tourner au cours des années à venir, écrivait Truffaut dans le journal de tournage de Fahrenheit 451 (1966). Certains réussiront, d’autres pas. Cela m’est presque égal pourvu que je puisse les faire. »

Le compteur s’est malheureusement arrêté à 21. Vingt et un longs métrages qui, encore aujourd’hui, vivent précieusement dans le cœur de bien des cinéphiles en général, et dans le mien en particulier. De tous les témoignages recueillis au lendemain de la mort du bien-aimé, je retiens celui du cinéaste Pascal Kané (Liberty Belle).

« Ce qui me frappe le plus, au-delà de la tristesse, c’est que cette disparition précipite les choses : il n’y aura peut-être plus d’hommes complets du cinéma. Truffaut est peut-être le dernier à l’avoir été, pleinement et sereinement. Qui d’autre, dorénavant, saura comme lui mener de front plusieurs histoires d’amour avec le cinéma, toutes faites d’intelligence du spectacle, d’attention à l’autre, d’exigences personnelles, de justesse d’évaluation, et de ce qu’il faut de piété. Nous serons, un peu plus encore qu’avant, voués aux jeunes génies qui ne durent pas, aux obsédés de l’image de marque, aux événements médiatiques bidon, aux engouements suspects, lesquels ne rejoignent que rarement, comme nous le savons, les quelques véritables trajectoires transcendantales que nous connaissons. »

Toujours seul sous la pluie battante, je suis perdu depuis 30 minutes dans mes souvenirs de cinéma, l’œil un peu embué. Avec une envie de dire à François, même 25 ans plus tard, un simple merci. Pour tout.

La Presse, 23 octobre 2009.

Les liens :

L’événement François Truffaut (Cinémathèque française)

Un mois totalement Truffaut (Télérama)

Horaire ciné TFO.

Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






Lundi 6 octobre 2014 | Mise en ligne à 14h35 | Commenter Commentaires (10)

David Lynch reprend Twin Peaks !

Twin Peaks - 2

Kyle MacLachlan et Michael Ontkean

«Amateurs de Twin Peaks, réjouissez-vous !» Ainsi s’est exclamé David Lynch sur Twitter.

Et en effet, les admirateurs jubilent depuis que le réseau Showtime a annoncé officiellement la mise en chantier l’an prochain d’une troisième saison de la série Twin Peaks. Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, il fut aussi annoncé que David Lynch réalisera lui-même les neuf nouveaux épisodes prévus au programme. Il en écrira les scénarios avec son complice – et co créateur de la série – Mark Frost. Showtime lancera ces épisodes en 2016 pour marquer le retour de la série exactement 25 ans après la fin de sa diffusion au réseau ABC.

«Pour citer l’agent Cooper, je n’ai aucune idée où cela nous mènera mais j’ai le sentiment très sûr qu’il s’agira d’un endroit à la fois merveilleux et étrange !», a déclaré David Nevins, président de Showtime Networks.

De leur côté, David Lynch et Mark Frost ont aussi fait une déclaration : «Le monde mystérieux et spécial de Twin Peaks nous appelle de nouveau. Nous en sommes très excités. Que la forêt soit avec vous !»

Sur son site, Première rappelle «une fin unanimement détestée par les spectateurs, la série ayant été saccagée par un arrêt prématuré. Les auteurs comptent apparemment combler ces lacunes, tenter de répondre aux multiples questions laissées sans réponse et achever enfin proprement cette aventure mystico-policière.»

On ne sait pas encore si des acteurs de la série originale seront appelés à reprendre du service mais le site Deadline affirme que Kyle MacLachlan, interprète de l’agent Cooper,  serait de retour. En 1990, année où elle fût lancée, la série Twin Peaks mettait aussi en vedette Madchen Amick, Michael Ontkean, Dana Ashbrook, Lara Flynn Boyle, Sherilyn Fenn, Richard Beymer, Warren Frost et Peggy Lipton.

Rappelons que l’aventure s’était aussi poursuivie sur grand écran en 1992. Twin Peaks : Fire Walk with Me avait d’ailleurs été présenté en compétition officielle au Festival de Cannes.

À l’instar de Steven Soderbergh, qui connaît présentement un beau succès avec la série The Knick, et Lars Von Trier, qui tournera une série l’an prochain, et de tant d’autres aussi (David Fincher notamment), David Lynch fait partie des cinéastes de renom qui se tournent vers la télévision. Rien de bien nouveau dans son cas, remarquez. Twin Peaks a en effet ouvert la voie à toutes les séries de prestige produites ensuite par les chaînes spécialisées.

Rendez-vous en 2016.

Twin Peaks Returns… (Deadline)

Twin Peaks Revival Lands at Showtime (Hollywood Reporter)

C’est officiel, Twin Peaks revient en 2016 sur Showtime (Première)


Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (10)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité