Marc-André Lussier

Archive de la catégorie ‘Nouvelles’

Lundi 13 octobre 2014 | Mise en ligne à 10h05 | Commenter Commentaires (7)

The Good Lie : une bonne stratégie de lancement ?

The Good Lie - Affiche

La stratégie qu’a empruntée le studio Warner Bros. pour lancer le premier film américain de Philippe Falardeau aux États-Unis n’est pas habituelle.

Bien évidemment, on a beaucoup misé sur la présence de Reese Witherspoon, la seule actrice connue du film, pour promouvoir The Good Lie. La vedette s’est d’ailleurs prêtée de bonne grâce à cette campagne, même si, dans les faits, elle ne tient qu’un rôle de soutien. «Le beau mensonge est d’avoir suggéré un film dont Reese Witherspoon est la vedette alors qu’elle apparaît seulement à la 35ème minute», a d’ailleurs écrit le journaliste du Variety Peter Debruge dans sa critique (plutôt favorable, cela dit).

The Good Lie, rappelons-le, relate l’histoire de jeunes orphelins soudanais qui, après la deuxième guerre civile du Soudan du Sud, ont été invités à émigrer aux États-Unis au cours des années 90. Il convient d’ailleurs de préciser que plusieurs pays occidentaux ont accueilli des orphelins soudanais mais pour les besoins du film, on traite ici le sujet sous l’angle américain.

Le long métrage faisant aussi écho à un travail humanitaire, Warner a orchestré une stratégie de lancement en conséquence. Ainsi, le film de Falardeau a d’abord pris l’affiche le 3 octobre sur 461 écrans, principalement localisés dans les États du sud-est des États-Unis. Pourquoi ? Pour atteindre d’abord le public chrétien de la «Bible Belt». On espérait ainsi sans doute créer un phénomène assez fort pour ensuite arriver sur les marchés «urbains» avec une solide réputation.

Malheureusement, cette stratégie n’a pas fonctionné. Malgré des critiques très favorables (excellente cote de 85 % sur Rotten Tomatoes avec 53 critiques recensées), le public n’a pas été au rendez-vous. Lors du premier week-end d’exploitation, The Good Lie a généré des recettes de 935 000 dollars. Ce week-end, les recettes ont été de 550 000 $, toujours sur un circuit constitué de 461 écrans. Dès vendredi (17 octobre), le film atteindra de nouveaux marchés, parmi lesquels celui du Québec. The Good Lie prendra l’affiche sur deux écrans à Montréal; un à Québec.

«J’avoue que je suis étonné par cette cote de 85% sur Rotten Tomatoes, me confiait Philippe Falardeau mercredi dernier, alors qu’il était de passage dans la métropole pour quelques heures seulement. L’accueil a été très chaleureux dans toutes les soirées de premières auxquelles j’ai pu assister mais je suis toujours resté prudent quand même. Et effectivement, les chiffres sont décevants. Cela dit, ceux qui ont vu le film l’aiment. Les sondages à la sortie donnent une cote de «A +», ce qui est plutôt rare semble-t-il.

«J’avais des réticences envers cette stratégie, poursuit-il. Mais je la comprends. Ils ont d’abord visé un public de façon plus spécifique. Ça aurait pu marcher, mais pour l’instant, ce n’est pas le cas.»

Même si, pour au moins les 3 / 4 du film, on reconnaît bien la griffe du cinéaste, il reste que du point de vue de la mise en marché, ça ne colle pas vraiment.

«Je me suis retrouvé un petit peu dans une drôle de situation, fait remarquer Philippe Falardeau. Le film a été «marketé» dans une stratégie qui ciblait des gens plutôt conservateurs, de droite. On a fait appel à leur bonne conscience et je ne peux nier que cette aspect existe dans ce film. Cela dit, on ne peut pas être contre la vertu. Une fondation a été créée afin de permettre à des Soudanais qui ont été éduqués dans les pays occidentaux de retourner dans leur pays d’origine afin d’implanter des écoles là-bas. Quand j’étais moi-même au Soudan du Sud il y a 20 ans, les orphelins ont commencé à dire que l’éducation était leur mère et leur père. C’est d’une très grande importance pour eux.»

En amorçant vendredi une nouvelle étape de sa carrière en salle, The Good Lie aura l’occasion d’atteindre un autre public dès vendredi. Mais sera-t-il au rendez-vous ?

Quelques liens :

Se glisser dans la machine.

Des acteurs habités par leur histoire.

La longue route de The Good Lie.

Attendre (court métrage de Marie-Claude Harvey)

Reportage de Fox News, un réseau qui ne cache pas son parti-pris pro-républicain :

Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






Mercredi 8 octobre 2014 | Mise en ligne à 11h49 | Commenter Commentaires (5)

Mommy en France : excellent démarrage !

Libé - Dolan

La une du «Libé» hier.

Mommy a pris l’affiche aujourd’hui en France. Les chiffres de la première séance en région parisienne ont été dévoilés. Ils sont excellents. Mommy décroche la première place, devançant même de peu Gone Girl (même si le film de Fincher dispose de trois écrans de plus).

Je reproduis ici une dépêche mise en ligne par le site ozap.com

La lutte a été serrée mais, lors des premières séances parisiennes, le drame québécois «Mommy» de Xavier Dolan a finalement réussi à décrocher la première place. Le film emmené par Anne Dorval, Antoine Pilon et Suzanne Clément a attiré 2.685 spectateurs dans les 24 salles projetant le film. Il s’agit du 13e meilleur démarrage de l’année et du plus gros lancement de la carrière de Xavier Dolan, très loin devant les 715 entrées des «Amours imaginaires» ou des 689 billets vendus de «Tom à la ferme».

Si «Mommy» s’installe en tête des premières séances, «Gone Girl» de David Fincher n’a pas à rougir. Le drame américain porté par Ben Affleck et Rosamund Pike n’affiche que 11 entrées de moins que le film de Xavier Dolan, malgré 3 copies supplémentaires. “Gone Girl” signe pour sa part le 14e plus gros lancement de l’année 2014 et d’un démarrage supérieur à celui de “Millenium, les hommes qui n’aimaient pas les femmes”, précédent film du réalisateur, qui avait convaincu 2.453 personnes en janvier 2012.

Doit-on s’étonner ? Oui et non. Mommy fait l’objet d’un battage médiatique sans précédent en France. Dolan est partout. Toutes les tribunes lui sont offertes. On ne compte plus les couvertures de magazines qui lui sont consacrées. Même les publications à vocation plus populaire (comme Première) le préfèrent à leur une plutôt que la bande de Samba. Le nouveau film du tandem Toledano / Nakache (Intouchables) sort pourtant là-bas mercredi prochain. Et met Omar Sy en vedette…

Hier, Dolan a fait la une du journal Libération. À l’intérieur du journal, un reportage de… cinq pages.

Vraiment, la France capote pour Dolan.

Compte-rendu d’une Master Class par Les Inrocks.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Lundi 6 octobre 2014 | Mise en ligne à 14h35 | Commenter Commentaires (10)

David Lynch reprend Twin Peaks !

Twin Peaks - 2

Kyle MacLachlan et Michael Ontkean

«Amateurs de Twin Peaks, réjouissez-vous !» Ainsi s’est exclamé David Lynch sur Twitter.

Et en effet, les admirateurs jubilent depuis que le réseau Showtime a annoncé officiellement la mise en chantier l’an prochain d’une troisième saison de la série Twin Peaks. Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, il fut aussi annoncé que David Lynch réalisera lui-même les neuf nouveaux épisodes prévus au programme. Il en écrira les scénarios avec son complice – et co créateur de la série – Mark Frost. Showtime lancera ces épisodes en 2016 pour marquer le retour de la série exactement 25 ans après la fin de sa diffusion au réseau ABC.

«Pour citer l’agent Cooper, je n’ai aucune idée où cela nous mènera mais j’ai le sentiment très sûr qu’il s’agira d’un endroit à la fois merveilleux et étrange !», a déclaré David Nevins, président de Showtime Networks.

De leur côté, David Lynch et Mark Frost ont aussi fait une déclaration : «Le monde mystérieux et spécial de Twin Peaks nous appelle de nouveau. Nous en sommes très excités. Que la forêt soit avec vous !»

Sur son site, Première rappelle «une fin unanimement détestée par les spectateurs, la série ayant été saccagée par un arrêt prématuré. Les auteurs comptent apparemment combler ces lacunes, tenter de répondre aux multiples questions laissées sans réponse et achever enfin proprement cette aventure mystico-policière.»

On ne sait pas encore si des acteurs de la série originale seront appelés à reprendre du service mais le site Deadline affirme que Kyle MacLachlan, interprète de l’agent Cooper,  serait de retour. En 1990, année où elle fût lancée, la série Twin Peaks mettait aussi en vedette Madchen Amick, Michael Ontkean, Dana Ashbrook, Lara Flynn Boyle, Sherilyn Fenn, Richard Beymer, Warren Frost et Peggy Lipton.

Rappelons que l’aventure s’était aussi poursuivie sur grand écran en 1992. Twin Peaks : Fire Walk with Me avait d’ailleurs été présenté en compétition officielle au Festival de Cannes.

À l’instar de Steven Soderbergh, qui connaît présentement un beau succès avec la série The Knick, et Lars Von Trier, qui tournera une série l’an prochain, et de tant d’autres aussi (David Fincher notamment), David Lynch fait partie des cinéastes de renom qui se tournent vers la télévision. Rien de bien nouveau dans son cas, remarquez. Twin Peaks a en effet ouvert la voie à toutes les séries de prestige produites ensuite par les chaînes spécialisées.

Rendez-vous en 2016.

Twin Peaks Returns… (Deadline)

Twin Peaks Revival Lands at Showtime (Hollywood Reporter)

C’est officiel, Twin Peaks revient en 2016 sur Showtime (Première)


Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (10)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    avril 2010
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité