Marc-André Lussier

Archive de la catégorie ‘Insolite’

Mercredi 19 août 2015 | Mise en ligne à 7h29 | Commenter Commentaires (20)

Ah ! C’était donc lui !

Happiness Therapy - 1

Depuis quelques années en France, on remarque une lourde tendance : les titres de films anglophones sont remplacés par d’autres titres… en anglais !

The Hangover est devenu là-bas Very Bad Trip; Silver Linings Playbook est devenu Happiness Therapy; Nightcrawler est devenu Night Call, et, bientôt, Black Mass deviendra Strictly Criminal.

Aussi, le site parodique «Le gorafi.fr» (jeu de mot avec Le Figaro) relate-t-il la triste fin de carrière du grand responsable de cette tendance.

Lisez cet article :

L’homme… interné d’office (Le gorafi.fr)

En passant, Black Mass sera chez nous traduit tout simplement par Messe noire. Cela dit, le Québec n’est pas en reste du côté des choix de titres étranges. Le cas le plus célèbre à cet égard restera toujours la traduction québécoise de Waiting To Exhale. En France, le film de Forest Whitaker était intitulé Où sont les hommes ? Chez nous ? Vénus dans la Vierge ! Depuis 20 ans, aucun autre titre n’a atteint de tels sommets à mes yeux…

Voici la bande annonce de Strictly Criminal. Notez que Messe noire prend l’affiche chez nous le 18 septembre avec une version française différente, réalisée au Québec.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (20)  |  Commenter cet article






Jeudi 4 décembre 2014 | Mise en ligne à 8h21 | Commenter Commentaires (18)

Petit manuel de savoir-vivre au cinéma…

Fossoyeur - 1

François Theurel, alias «Le fossoyeur de films»

En France, François Theurel passe en revue des longs métrages et produit aussi des capsules vidéos humoristiques sur le 7ème art.

Il a récemment mis en ligne le «Manuel de savoir-vivre du spectateur». C’est assez marrant.

Un petit pépin technique m’empêche d’intégrer cette vidéo ici mais vous pouvez y accéder facilement en cliquant sur ce lien :

Le Manuel de savoir-vivre du spectateur (YouTube).

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (18)  |  Commenter cet article






Lundi 1 décembre 2014 | Mise en ligne à 21h28 | Commenter Commentaires (2)

L’histoire du cinéma français en une infographie

Bande a part 3

Bande à part

Une chaîne d’hôtels de luxe a eu l’idée de retracer la riche histoire du cinéma français pour sa clientèle internationale en une infographie. Le résultat est intéressant.

Je reproduis ici la description qu’en a faite le site kombini.com.

Un petit monument à la gloire de la France, berceau du cinéma, ça ne fait jamais de mal. Et ça tombe bien : le site de la chaîne d’hôtellerie de luxe Raffles raconte toute l’histoire du film français à travers une infographie maousse, alimentée par des dizaines de sources bibliographiques.

On y trouve tout d’abord une timeline qui démarre en 1888, année où George Méliès rachète le Théâtre Robert-Houdin dans lequel il fera ses débuts de magicien.

La frise est divisée en plusieurs couleurs nous permettant de suivre le cheminement des principaux fondateurs du cinéma : Méliès en vert, Gaumont – la plus ancienne société cinématographique au monde – en bleu foncé, les frères Lumière – inventeurs en 1895 du cinématographe – et Pathé, deuxième géant du ciné bleu-blanc-rouge.

Ah, Paris

Le voyage se poursuit avec une carte de Paris mettant en avant les lieux de tournage emblématiques du cinéma : le musée du Louvre (Da Vinci Code), la cathédrale Notre-Dame (Le Bossu de Notre-Dame), Montmartre (Amélie Poulain)… Le tout agrémenté de chiffres : saviez-vous que la tour Eiffel est apparue dans 44 films depuis 1987 ? Nous on savait.

S’ensuit une très jolie fresque des films français les plus populaires, du cinéma muet à nos jours. Ça commence avec le monumental Voyage dans la Lune de Méliès (1902) pour aller jusqu’à La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche (2013), en passant par Orphée de Cocteau (1950), La Grande Illusion de Renoir (1937) ou Un Chien andalou de Dali (1929).

On finit sur une explication chiffrée du rayonnement mondial du cinéma en France et dans le monde : la France compte le second plus haut taux de récompenses à des festivals juste derrière l’Italie. Paris compte 302 cinémas et 190 festivals différents se déroulent dans la capitale (soit plus qu’à Toronto, Londres et New York réunis)… Bref, de quoi se rassurer sur la santé du cinéma tricolore et se donner envie d’aller se faire une toile.

Pour voir l’infographie.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    octobre 2009
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité