Marc-André Lussier

Archive de la catégorie ‘Inédit de la semaine’

Dimanche 23 septembre 2012 | Mise en ligne à 15h00 | Commenter Commentaires (3)

L’inédit de la semaine : White Material

White Material - Affiche

White Material a fait l’objet de quelques présentations sur le circuit des festivals au Québec mais il n’a jamais pris l’affiche en salle. La maison Criterion propose le plus récent film de Claire Denis en DVD sur le marché nord-américain. Sachez aussi que White Material sera présenté ce soir (à 21h) sur les ondes de TFO. Une rediffusion est prévue dans la nuit de lundi à mardi (à 1h du matin).

Dès son premier film Chocolat, l’auteure cinéaste s’est inspirée d’une enfance vécue au Cameroun pour explorer des thèmes intimement liés au continent africain. Plus particulièrement sous l’angle de la colonisation et des séquelles entraînées à sa suite.
Claire Denis a cette fois écrit son scénario en collaboration avec la romancière Marie Ndiaye. Sans que l’époque ni le pays ne soient précisés, le récit relate l’obstination de la directrice d’une plantation de café (Isabelle Huppert) qui refuse de quitter sa terre, même si la région est en proie à la guerre civile.

Recueillant chez elle un rebelle blessé (Isaach de Bankolé), Maria ne veut surtout rien perdre de la récolte, malgré la fuite de tout le monde, y compris ses propres ouvriers. Cette obstination tient bien davantage d’une volonté de se raccrocher aux repères de sa vie qu’à des intérêts financiers. La sécurité de son entourage sera évidemment mise en péril, notamment celle de son fils (Nicolas Duvauchelle), dont l’esprit sera perturbé, de son beau-père, le propriétaire la plantation (Michel Subor), de même que celle du fils de ce dernier (Christophe Lambert), qui fut un temps l’époux de Maria.

Fidèle à son style, Claide Denis (Beau travail, 35 Rhums) se tient tout près des corps. Elle procède par touches impressionnistes pour mieux retranscrire le caractère viscéral et sensoriel de ce qu’elle filme. Elle réfute tout psychologisme et ne se perd jamais en circonvolutions inutiles. À l’arrivée, elle offre un portrait original, duquel émane toute l’ambiguité d’une relation somme toute impossible. À cet égard, l’image qu’a utilisée le critique du Monde Jacques Mandelbaum pour décrire ce film ne pouvait être plus évocatrice : «l’éviction du corps blanc par le continent noir».

Rappelons que White Material, un film magnifique à mon avis, est présenté ce soir à 21h; (rediffusion demain à 1h) à TFO.

À vos ENP !

La fiche d’Allociné.

La critique du Monde.

La bande annonce :


Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






Mardi 4 septembre 2012 | Mise en ligne à 11h00 | Commenter Un commentaire

L’inédit de la semaine : Route Irish *** 1/2

Route Irish - Affiche

Alors que The Angel’s Share, prix du jury à Cannes cette année, s’apprête à gagner bientôt nos écrans, voilà qu’arrive aujourd’hui en Blu-ray / DVD le précédent film de Ken Loach, lancé au Festival de Cannes il y a deux ans, toujours inédit chez nous. Voici ce que j’avais écrit :

Un Ken Loach engagé

Le prolifique cinéaste anglais, lauréat de la Palme d’or en 2006 grâce à The Wind that Shakes the Barley (Le vent se lève), revient une nouvelle fois sur la Croisette en compétition, cette fois avec Route Irish. S’inscrivant dans la veine plus «engagée» du cinéaste, ce film nous propose une vision de la guerre en Irak sous un angle inédit.

Loach s’attarde en effet à décrire une bavure survenue à l’intérieur de l’une des nombreuses agences de sécurité privées embauchées par les entreprises internationales en Irak. Sous l’insistance de son meilleur ami Fergus, Frank s’est engagé au sein de l’une de ces agences et est devenu un soldat «privé». Tué au moment où il circule sur la très dangereuse «Route Irish», laquelle relie l’aéroport à la zone verte sécurisée de Bagdad, Frank est rapatrié chez lui sans plus d’honneurs, laissant derrière le mystère de sa disparition. Or, l’enquête que mènera Fergus (Mark Womack) pour éclaircir les circonstances de la mort de son ami révèlera évidemment une réalité encore plus complexe qu’elle n’y paraît.

Ken Loach, qui porte ici à l’écran un scénario écrit pas le fidèle complice Paul Laverty, emprunte son approche humaniste pour tenter de mesurer les conséquences de cette guerre sur tous les fronts. Sans ne jamais trop appuyer, le cinéaste ne détourne quand même pas le regard sur les atrocités commises envers la population civile irakienne. Au-delà de sa dimension politique, le récit explore aussi la force des liens d’amitié.

Même si le film de Loach n’avait pas été mentionné au palmarès du Festival de Cannes en 2010 (une fois n’est pas coutume!), il reste que Route Irish mérite assurément le détour.

*** 1/2

La fiche du Festival de Cannes.


Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Un commentaire  |  Commenter cet article






Dimanche 2 septembre 2012 | Mise en ligne à 13h52 | Commenter Un commentaire

À voir ce soir à TV5 : Après lui

Après lui

Pardon d’avance auprès de ceux qui croient que mon admiration pour Catherine Deneuve vire à l’obsession. Mais je peux difficilement passer sous silence la présentation ce soir à 21h, sur la chaîne TV5, d’Après lui, un film de Gaël Morel toujours inédit chez nous.

J’ai vu ce long métrage (coscénarisé avec Christophe Honoré) à Paris il y a cinq ans, dans la foulée de sa présentation à la Quinzaine des réalisateurs. Mais comme j’étais alors «en congé» dans la Ville Lumière quelques jours avant de rentrer à Montréal, je n’ai malheureusement aucune note écrite à partager avec vous. Je me disais que j’aurais bien l’occasion d’y revenir le jour où le film prendrait l’affiche chez nous. Ce jour-là n’est jamais venu…

Le synopsis :

Camille voit sa vie brisée par la disparition de son fils dans un accident de la route.

Incapable de faire le deuil, elle s’attache à Franck, le meilleur ami de celui-ci, qui est aussi le responsable du drame. Les proches de Camille ne comprennent pas son attitude.

Le vide se fait autour d’elle. Qu’importe le scandale, Franck devient l’objet consentant de son affection. Mais il va prendre peu à peu conscience que l’obsession de Camille le met en danger.

La critique des Inrocks (enthousiaste)

La critique du Monde (plus mesurée)

La critique du Libération (avec réserves)

La fiche de TV5.

Après lui sera aussi présenté mercredi (5 septembre) à 23h35.


Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité