Marc-André Lussier

Archive de la catégorie ‘Général’

Vendredi 17 juin 2016 | Mise en ligne à 7h52 | Commenter Aucun commentaire

Pause estivale…

Cannes - plage cinéma 2

(Photo : archives Festival de Cannes)

Un petit mot pour vous signaler que ce blogue fait relâche pour la saison estivale. Il reste toutefois toujours ouvert à vos commentaires. On se retrouve à la rentrée !

Bon été. Et bon cinéma !

M-A.

Compte Twitter : @MALussier

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 21 mars 2016 | Mise en ligne à 15h21 | Commenter Un commentaire

Le Festival de Cannes sous le regard du Mépris

Cannes 16 - Affiche

«Le cinéma substitue à notre regard un monde qui s’accorde à nos désirs»

Voici l’affiche du 69e Festival de Cannes, que les organisateurs ont dévoilée aujourd’hui.

Je reproduis ici le communiqué officiel :

L’affiche officielle du 69e Festival de Cannes, qui se déroulera du 11 au 22 mai sous la présidence du réalisateur australien George Miller, a été conçue à partir de photogrammes du film Le Mépris de Jean-Luc Godard.

Tout est là. Les marches, la mer, l’horizon : l’ascension d’un homme vers son rêve, dans la chaleur d’une lumière méditerranéenne qui se change en or. Une vision qui rappelle cette citation qui ouvre Le Mépris : «Le cinéma substitue à notre regard un monde qui s’accorde à nos désirs»

C’est donc Michel Piccoli qui, depuis le toit de la légendaire villa-œuvre dessinée par l’écrivain Curzio Malaparte, ouvrira en 2016 la montée des Marches du 69e Festival de Cannes. Un choix symbolique, tant ce film sur le tournage d’un film, considéré par beaucoup comme l’un des plus beaux jamais réalisés en cinémascope (le tandem Piccoli / Bardot aux côtés de Fritz Lang, la photographie de Raoul Coutard, la musique de Georges Delerue…), a marqué l’histoire du cinéma et de la cinéphilie.

À la veille de son 70e anniversaire, en choisissant de s’afficher sous l’emblème de ce film à la fois palimpseste et manifeste, le Festival renouvelle son engagement fondateur : rendre hommage aux créateurs, célébrer l’histoire du cinéma et accueillir de nouvelles façons de regarder le monde. À l’image d’une montée de marches en forme d’ascension vers l’horizon infini d’un écran de projection.

Hervé Chigioni et son graphiste Gilles Frappier ont conçu cette affiche du 69e Festival de Cannes. L’identité visuelle 2016 a été créée par Philippe Savoir (Filifox).

Compte Twitter : @MALussier

Un commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 28 décembre 2015 | Mise en ligne à 10h00 | Commenter Commentaires (28)

Les 10 films favoris de 2015

Chorus - Affiche

Le plus beau film québécois de 2015

Dresser sa liste personnelle des 10 films favoris de l’année constitue parfois un exercice périlleux. En 2015, plusieurs beaux films se sont distingués mais aucun ne s’est imposé de façon franche, nette, précise, incontestable. En fait, si. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai dû tricher un peu (mais pas tout à fait). Mon film favori de 2015 a déjà eu droit à une projection publique au Québec mais il prendra l’affiche «commercialement» dans deux semaines. Je n’ai pu résister car à mes yeux, il trône vraiment au-dessus du lot.

Fait à noter, aucun film français ne figure dans ma liste cette année. En plus de 30 ans, je crois que c’est la première fois. En revanche, j’ai retenu deux films québécois. Dans un Top 20, plusieurs autres auraient sans doute été mentionnés aussi (Les démons, Les êtres chers, Antoine et Marie, Le mirage). Ça risque de se bousculer pas mal aux Jutra.

Du côté américain, Creed et The Big Short sont venus bien près de se tailler une place. Mais bon, il faut faire des choix. Alors, à tout seigneur tout honneur, voici les films de 2015 que je retiendrai. Et que je reverrai.

10 : Bridge of Spies (Steven Spielberg)
Un excellent drame d’espionnage à l’ancienne, campé à l’époque de la guerre froide. Et c’est réalisé de main de maître.

9 : Félix et Meira (Maxime Giroux)
Le très beau film de Maxime Giroux a le grand mérite de nous faire entrer avec beaucoup de finesse dans un monde qui, pour la plupart d’entre nous, reste très mystérieux.

8 : Spotlight (Thomas McCarthy)
Ce film retrace avec brio une grande enquête journalistique de l’équipe du Boston Globe, qui a dévoilé le scandale entourant les actions des prêtres pédophiles.

7 : Relatos Salvajes / Les nouveaux sauvages (Damián Szifrón)
Tout n’est pas d’égale valeur dans ce film mais l’humour bête et grinçant de certains sketches emporte le morceau. Probablement le film le plus jouissif de l’année.

6 : Force majeure (Ruben Östlund)
Film suédois dans lequel la dynamique d’une famille en vacances change complètement après un incident envers lequel la réaction du père est remise en cause. Extrêmement troublant.

5 : Chorus (François Delisle)
Ce drame explore de façon très sobre et très sensible les effets du deuil. Fanny Mallette, Sébastien Ricard, Geneviève Bujold et Pierre Curzi offrent des performances remarquables. Et c’est magnifiquement filmé il va sans dire.

4 : Carol (Todd Haynes)
Une réussite à tous points de vue. Non seulement l’histoire est magnifiquement racontée, mais le film se distingue aussi sur le plan de la direction artistique. Cate Blanchett et Rooney Mara sont au sommet de leur art.

3 : Steve Jobs (Danny Boyle)
Même s’il a été un bide au box-office, il n’en reste pas moins l’un des meilleurs films de l’année. Le scénario d’Aaron Sorkin est aussi brillant que la performance de Michael Fassbender. Et la réalisation de Danny Boyle est à l’avenant.

2 : Timbuktu (Abderrahmane Sissako)
D’abord lancé au Festival de Cannes l’an dernier, ce film a triomphé à la cérémonie des César cette année en raflant sept trophées. Timbuktu s’impose grâce à son sujet, qui reste d’actualité bien sûr, mais aussi grâce aux moments immenses de cinéma que le réalisateur Abderrahmane Sissako a su inclure dans son film.

1 : Saul Fia (László Nemes)
Ce film exceptionnel prendra l’affiche le 15 janvier. Cela dit, il a été présenté au festival d’Abitibi-Témiscamingue le mois dernier. Grand Prix du jury à Cannes, Le fils de Saul réussit l’exploit d’évoquer l’Holocauste sous un angle inédit. Et c’est un véritable choc. Grâce à une mise en scène très subjective, le cinéaste évoque l’horreur plutôt que de la montrer. C’est encore plus fort.

Ce blogue fera relâche jusqu’à la mi-janvier. Permettez-moi de vous souhaiter santé et bonheur en 2016. Et surtout, souhaitons-nous de beaux films !

Je vous laisse avec un petite «pré» bande annonce du nouveau film de Denis Côté. Boris sans Béatrice sera présenté en primeur mondiale au festival de Berlin, où il sera en lice pour l’Ours d’or. Il sort en salles le 4 mars au Québec.

Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (28)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    juillet 2016
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives