Marc-André Lussier

Archive de la catégorie ‘Discussion’

Vendredi 24 octobre 2014 | Mise en ligne à 18h04 | Commenter Commentaires (5)

Ces acteurs qui réalisent. Ou pas…

Pitt - 1

Brad Pitt dans Fury

On ne compte plus les vedettes qui se tournent vers la réalisation. Les acteurs qui passent derrière la caméra ont toujours été nombreux, mais le phénomène semble s’être accentué depuis quelques années. Hollywood n’aime rien autant. On les adore, on les célèbre. Redford, Costner, Eastwood, Beatty, Clooney et tant d’autres font régulièrement valser les trophées.

Rares sont aujourd’hui les acteurs qui, dans un avenir proche ou lointain, n’entretiennent aucune envie de réalisation. Mais ça se trouve. Brad Pitt par exemple. Même s’il s’implique beaucoup dans la production de films, pas question pour lui de franchir ce pas. Dans une interview accordée au magazine Gala (citée ensuite par Première), la vedette de Fury n’aurait pu être plus catégorique :

«Je n’en ai aucune envie», a-t-il déclaré. Cela exige un temps fou. Je me rends compte de l’implication quotidienne de ma femme quand elle prépare un film et je préfère me consacrer à d’autres projets, parallèlement au cinéma.»

Vrai qu’Angelina Jolie semble de plus en plus se consacrer à son métier de réalisatrice. Alors qu’ Unbroken gagnera les salles à Noël, elle tourne présentement à Malte By the Sea, un film dans lequel elle dirige en outre son amoureux…

«Ma femme est aussi flexible qu’une barre de fer, ce n’est plus un secret, mais je suis extrêmement fier d’elle. Elle ne manque pas d’initiatives et excelle dans ce qu’elle entreprend. Le scénario de By The Sea, sa nouvelle réalisation, m’a impressionné par sa qualité et par l’élégance qui s’en dégage».

Puisqu’il est question de Pitt, je vous suggère par ailleurs de regarder cette capsule hilarante, produite par la bande de Funny or Die. Dans le cadre de la série Between Two Ferns, l’acteur est interviewé par Zach Galifianakis…

Unbroken, une réalisation d’Angelina Jolie (à l’affiche le 25 décembre) :

Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Mercredi 1 octobre 2014 | Mise en ligne à 10h30 | Commenter Commentaires (20)

Une production Netflix en salles ? Exploitants pas d’accord !

Yeoh - 1

Michelle Yeoh

C’était inévitable. Après s’être lancé dans la production de séries télévisuelles (parmi lesquelles House of Cards), Netflix vise maintenant la production de longs métrages.

Hier, la société a annoncé dans un communiqué «son premier film original», en vertu d’un accord conclu avec la société américaine The Weinstein Company. Celle-ci produira le long métrage dont le tournage a déjà commencé en Nouvelle-Zélande. Quinze ans après le magnifique film d’Ang Lee Tigre et dragon (en lice dans 10 catégories aux Oscars en 2001, lauréat de quatre), un nouveau volet sera lancé, réalisé cette fois par Yuen Woo-ping, célèbre chorégraphe de scènes d’arts martiaux (The Matrix, Kill Bill).

Extraits de l’article de l’AFP :

Tigre et dragon 2 sera diffusé en «streaming» en exclusivité sur Netflix ainsi que simultanément dans une sélection de salles IMAX dans le monde entier, à l’exception de la France, à partir du 28 août 2015.

«Ce film est le premier d’une série de films majeurs soutenus par Netflix», a souligné la société, ce qui va donner à ses abonnés «la possibilité inédite de choisir comment regarder un film mémorable qui mêle d’intenses scènes d’action à des images d’une prodigieuse beauté», a noté le directeur des contenus Ted Sarandos.

Selon Harvey Weinstein, coprésident de la société de production, «l’expérience du cinéma connaît actuellement une transformation rapide et profonde, et Netflix est incontestablement l’un des acteurs majeurs de cette évolution».

Cet accord permet aux deux sociétés de «cimenter» une relation qui comporte déjà plusieurs collaborations.

Évidemment, cette annonce a suscité son bon lot de commentaires, notamment de la part des exploitants. Hier Variety nous apprenait en outre qu’aux États-Unis, les quatre principales chaînes d’exploitation (AMC, Regal, Cinemark et Carmike) se sont liguées contre Netflix et annoncé qu’elles ne présenteront pas le film dans leurs salles. À elles quatre, ces chaînes exploitent 257 des 418 écrans IMAX répertoriés sur le territoire américain.

Chez nous, notre ami Vincenzo Guzzo  a tenu à faire savoir sur Twitter qu’il ne présenterait pas le film dans ses salles iMAX non plus.

@Guzzo_Vincenzo :
@Variety You can respectfully + my 9 IMAX screen to that boycott. Weinstein can do all the TV content it wants but we aren’t showing it.

«Les exploitants opposent un front uni mais la question demeure : combien de temps encore pourront-ils résister à ce rouleau compresseur technologique ?», écrit Brent Lang du Variety.

Bonne question.

Les liens :

Netflix réalisera la suite de Tigre et dragon (Agence France Presse)

As Theaters Owners Boycott Netflix, Collapsed Windows Seen as Inevitable (Variety)


Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (20)  |  Commenter cet article






Gardians - 1

Guardians of the Galaxy : champion du box-office au Québec

Avec une chute globale de 15,7 % sur le plan des recettes, il est clair que tout le secteur de l’exploitation en salles est en profonde mutation.

La firme Cinéac, spécialisée dans la compilation des données du box-office québécois, a dévoilé plus tôt cette semaine les statistiques de la saison cinématographique estivale (période comprise entre le 25 avril et le 4 septembre).

Il y a de mauvaises nouvelles. Et de moins mauvaises nouvelles. Je reprends ici une partie du communiqué :

Les recettes de l’ensemble des salles de cinéma et des ciné-parcs du Québec ont atteint 70 845 425 $ ce qui constitue une baisse significative de 15,7 % par rapport au box-office estival de l’an dernier (83 816 808 $).

Cette année encore, le cinéma américain a dominé le box-office au Québec en cumulant 59 332 892 $, ce qui représente 83,7 % des parts de marché. Il s’agit toutefois d’une baisse par rapport à 2013 où elles s’établissaient à 91,6 %.

Avec 1 987 948 $ cumulés au Québec entre sa sortie et le 4 septembre,«1987» de Ricardo Trogi est le seul titre québécois à se glisser dans le palmarès des vingt (20) titres les plus populaires de l’été, terminant au 12e rang. On remarque aussi la présence, en 8e position, de la méga production française «Lucy» avec des recettes de 2 985 556 $.

Les parts de marché estivales des films d’ici terminent à 5,8 %, soit une très légère hausse par rapport à l’an dernier, alors qu’elles atteignaient 5,6 %.

Depuis la publication de ces statistiques, où l’on constate que les productions américaines occupent 18 des 20 premières positions, il est possible que Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? ait délogé Let’s Be Cops du 20ème rang. La comédie populaire française a en effet généré des recettes de plus de 1 100 000 dollars jusqu’à maintenant. Il y avait très longtemps que nous n’avions vu ce genre de performance pour un film français de langue française (précisons que Lucy est une production française de langue anglaise).

Avec une chute globale de 15,7 % sur le plan des recettes, il est clair que tout le secteur de l’exploitation en salles est en profonde mutation. Et il n’y a pas que les films québécois qui écopent. À cet égard, Hollywood peut remercier la 3D. Le prix du billet d’entrée, plus cher pour un film en 3D, permet aux bonzes hollywoodiens de jongler encore avec des statistiques décentes. Douze des 18 films américains inscrits au tableau d’honneur ont été exploités en 3D. Guardians of the Galaxy trône en tête du palmarès grâce à des recettes de 4 414 463 $.

On remarque quand même que les Américains ont perdu près de 8 % de parts de marché au Québec pendant l’été. Le cinéma français a vu les siennes augmenter pour atteindre 9,1%, notamment grâce aux deux titres mentionnés  plus haut. Et le cinéma québécois se maintient tant que bien mal (5,8 %), même si le succès de 1987 n’a pas encore l’ampleur de celui de Louis Cyr l’an dernier. Rangeons cela du côté des «moins mauvaises» nouvelles.

Cela dit, la crise de l’exploitation en salles est générale. Et mondiale. Au Danemark, un pays où les films locaux obtiennent habituellement des parts de marché fort honorables (29,4 % en 2014), on s’inquiète aussi grandement. Au mois de juillet, la part de marché des films danois au pays de Lars Von Trier a atteint un maigre 5 % . Un record.

Unprecedented «audience crisis» for Danish films in Denmark (Cineuropa)

Là, comme tant d’autres domaines, un autre «modèle d’affaires» est à trouver. Bien malin celui (ou celle) qui trouvera la bonne solution.

Pour changer un peu cette ambiance morose, voici la toute nouvelle bande-annonce de The Interview, la comédie «controversée» (surtout en Corée du Nord !) mettant en vedette Seth Rogen et James Franco. Avertissement : le langage est très vulgaire…

Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    mars 2013
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité