Marc-André Lussier

Archive de la catégorie ‘Chroniques’

Vendredi 12 décembre 2014 | Mise en ligne à 23h53 | Commenter Commentaires (12)

Que nous disent les pirates de Sony ?

Rogen - 1

Un cliché «privé» de Seth Rogen et James Franco

Il est certain que cette opération de piratage, qu’on dit sans précédent, et le lavage de linge sale qu’elle provoque, amène tout le monde à réfléchir à ces questions.

Au début, l’affaire était tellement incroyable qu’elle en était amusante. Un groupe dont personne n’avait jamais entendu parler auparavant, qui se fait nommer Guardians of Peace, a pris en charge le système informatique de Sony Entertainment partout dans le monde. En piratant toutes les infos que contient le système. Des informations personnelles des employés jusqu’aux projets en chantier, en passant par les copies numériques de nouveaux films. Sans oublier tous les courriels qui se sont échangés sur le serveur de l’entreprise.

L’organisation – que le FBI a soupçonné un temps être installée en Thaïlande – dit agir au nom de la Corée du Nord, un pays «insulté» par la sortie prochaine de la comédie The Interview. Dans la contrée de Kim Jong-un, on avait même promis de vives représailles. Les autorités nord-coréennes ont nié être impliquées dans cette attaque informatique, mais elles ne cachent quand même pas leur satisfaction.

Depuis le 24 novembre, les pirates ne cessent de divulguer des informations compromettantes. Le feuilleton s’enrichit d’une journée à l’autre de détails de plus en plus gênants. On en fera certainement un film un jour.

Mais au-delà de l’inquiétude que suscite le piratage d’un système aussi énorme, en principe blindé, ce sont les échanges malencontreux que se sont envoyés par courriel les puissants de l’industrie qui risquent de laisser des dommages irréparables.

La directrice du studio, Amy Pascal, se confond en excuses depuis quelques jours à cause de blagues de mauvais goût, faites à propos du président Obama dans un échange de courriels avec le producteur Scott Rudin.

Ce dernier, qui a aussi présenté ses excuses, a notamment fait part de son sentiment réel avers Angelina Jolie dans l’une de ses missives. Cela n’était guère flatteur.

Kevin Hart fut toutefois le premier acteur à réagir officiellement à la suite de la révélation d’un courriel le concernant. Dans un échange, l’un des bonzes le traite ni plus ni moins de «pute».

Quand les vraies natures se révèlent…

Autrement dit, cette affaire révèle que les relations entre les artisans du merveilleux monde du show-business sont cousues de fil blanc. Quand les vraies natures refont surface, sans le filtre des conventions, on s’aperçoit que la série Entourage pourrait être répertoriée dans les documentaires. Ari Goldman est un amateur à côté de tout ce beau monde.

Bien entendu, personne n’aimerait que des courriels de nature privée soient soudainement révélés au grand jour. À cet exercice, bien peu de gens en sortiraient blancs comme neige. Sur Twitter, Judd Apatow a d’ailleurs incité les médias écrits à mesurer leurs élans. «Publier des courriels privés pour nuire à des gens revient au même que de publier les photos de Jennifer Lawrence nue. Pourquoi est-ce OK ?»

Bonne question.

Certains lui ont répondu qu’à cet égard, les échanges de courriels de nature privée devraient être faits entre des adresses privées, pas sur des serveurs de grandes entreprises. Ils n’ont pas tort non plus.

Il est certain que cette opération de piratage, qu’on dit sans précédent, et le lavage de linge sale qu’elle provoque, amène tout le monde à réfléchir à ces questions.

Cela dit, The Interview prend l’affiche le 25 décembre malgré tout. Pirates ou pas.

Quelques liens :

Un acte de guerre signé Seth Rogen et James Franco.

Sony Hack : 10 New Developments (Hollywood Reporter)

Amy Pascal Breaks Silence (Deadline).

La réponse de Kevin Hart.

Dossier sur l’affaire par The Hollywood Reporter.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article






Vendredi 5 décembre 2014 | Mise en ligne à 19h56 | Commenter Commentaires (19)

«Une industrie de Blancs. C’est juste ça»…

Chris Rock HR - 1

Chris Rock
(photo : The Hollywood Reporter)

Un peu comme on le déplore souvent au Québec, en France ou ailleurs, Chris Rock estime que le cinéma ne reflète en rien la diversité démographique de sa société.

J’étais à New York mercredi. Je m’y trouvais pour l’une des dernières rencontres de presse de l’année, organisées là-bas par les studios.

Mercredi, c’était aussi le jour où le grand jury de Staten Island n’a finalement porté aucune accusation contre un policier blanc du NYPD ayant participé à l’arrestation musclée d’Eric Garner, un Noir soupçonné de vente illégale de cigarettes. Le colosse, qui indiquait ne plus pouvoir respirer pendant que le policier le saisissait par le cou, a perdu conscience. À son arrivée à l’hôpital, il fut déclaré mort.

Des manifestations spontanées – et pacifiques – ont eu lieu à New York mercredi soir. Auxquelles ont participé des gens de toutes races et de toutes classes. L’indignation était palpable. Le racisme chronique, peu importe la forme qu’il emprunte, gangrène encore la société américaine. Et des gens sortent pour dire : c’est assez.

Le même jour, Chris Rock publiait un long article dans le magazine The Hollywood Reporter dans lequel il exprime sa vision de l’industrie du cinéma. Son constat ? Hollywood est encore une industrie blanche, de la même façon que la NBA est une industrie noire. «Je ne dis même pas que c’est un problème. Je ne fais que le constater», a-t-il écrit.

Un peu comme on le déplore souvent au Québec, en France ou ailleurs, Chris Rock estime que le cinéma ne reflète en rien la diversité démographique de sa société. À ses yeux, plus de la moitié de la population de Los Angeles est complètement ignorée.

«Mais oubliez le fait qu’il n’y a pas assez de personnes noires à Hollywood. Car la véritable question est de savoir s’il y a assez de Mexicains. [...] Vous me dites qu’il n’y a pas de Mexicains qualifiés pour occuper n’importe quel emploi dans un studio? Vraiment? Sauf faire le ménage? [...] Il y a probablement des Mexicains compétents, et Hollywood ne leur donne même pas une chance.»

L’humoriste, reconnu pour son humour caustique, regrette aussi le manque d’imagination des producteurs. Qui ne considéreront embaucher un acteur noir que si le rôle l’exige de façon spécifique.

«On ne s’est jamais demandé si l’on donnait le rôle principal de 50 Shades of Grey à Ryan Gosling ou Chiwetel Ejiofor. Pourtant, les hommes noirs baisent aussi. D’ailleurs, les femmes blanches aiment baiser avec des hommes noirs, parfois plus qu’avec des hommes blancs.»

Il est quand même assez remarquable de constater à quel point la culture populaire occidentale a encore du mal à se faire véritablement le reflet du tissu social qui la compose. Combien d’autres événements tragiques faudra-t-il pour qu’on y réfléchisse vraiment ?

L’article de Chris Rock (The Hollywood Reporter)

Hollywood est raciste selon Chris Rock (AP)

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (19)  |  Commenter cet article






Vendredi 28 novembre 2014 | Mise en ligne à 20h52 | Commenter Commentaires (18)

Mais où sont passées les Fêtes ?

Bad Santa - 1

Billy Bob Thornton dans Bad Santa

La saison des Fêtes est maintenant commencée. Aux États-Unis, le week-end de Thanksgiving est l’un des plus lucratifs de l’année dans les salles de cinéma. Du moins, en principe.

En élaborant un reportage sur les films qui sortiront chez au cours de prochaines semaines (qui fait suite à celui que nous avons consacré aux films «oscarisables» la semaine dernière), je n’ai pu faire autrement que de me passer la réflexion suivante : mais où diable sont passés les films de Noël ? Aucun ne figure au programme cette année. Quand même un peu étrange, non ?

Il n’y pas si longtemps, me semble-t-il, il était de tradition de programmer  chaque année des films qui collaient à la saison. Les studios en produisaient régulièrement. Parfois pour le meilleur; souvent pour le pire.

Cette année, ceux qui voudront aller au cinéma en famille devront se rabattre sur un dessin animé (Penguins of Madagascar est déjà à l’affiche), sur des comédies musicales (Annie, Into the Woods), une visite au musée (Night at the Museum : Secret of the Tomb) ou en Terre du Milieu (The Hobbit : The Battle of Five Armies).

Et ceux qui voudront vraiment se mettre dans l’ambiance des Fêtes regarderont leurs classiques de Noël chez eux. Pour moi, la tradition se résume habituellement au Père Noël est une ordure, ou à Bad Santa. Les méchantes langues diront que ça en révèle un bout sur mon état d’esprit.

Bon, ok, il peut m’arriver aussi de regarder Love Actually. Des fois.

Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (18)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    avril 2009
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité