Marc-André Lussier

Archive de la catégorie ‘Cannes 09’

Jeudi 11 juin 2009 | Mise en ligne à 16h57 | Commenter Aucun commentaire

Cannes en tournée – Pourquoi pas?

jai-tue-ma-mere-1.jpg

 J’ai tué ma mère est présentement en tournée…

J’ai reçu ce matin des nouvelles d’une amie québécoise installée à Rome. Elle me racontait en outre avoir été ravie d’avoir eu l’occasion d’aller voir Polytechnique et J’ai tué ma mère dans le cadre de l’événement Da Cannes a Roma. Il s’agit d’un mini festival où, pendant quelques jours, on présente au public italien une sélection de films présentés récemment au Festival de Cannes, dans toutes les sections.

À Paris, les cinéphiles ont l’occasion de voir tous les films de la Quinzaine des réalisateurs dans la foulée du Festival. J’ignorais en revanche l’existence de ce genre de tournée itinérante, dont je ne sais si elle découle d’une initiative spécifiquement italienne.

Quoi qu’il en soit, je trouve qu’il s’agit d’une très bonne idée. Je crains toutefois qu’elle ne soit réalisable en Amérique du Nord, étant donné que les festivals de l’automne devraient ainsi faire leur deuil de nombreuses primeurs.

Mon amie Diane raconte en tout cas que la salle du Villa Medici était pleine à craquer le week-end dernier pour la projection du film de Xavier Dolan. Un public principalement composé de Romains, visiblement attirés par un premier long métrage qui a beaucoup fait jaser sur la Croisette. En revanche, la projection de Polytechnique se serait déroulée mardi devant une dizaine de spectateurs à peine…

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 10 juin 2009 | Mise en ligne à 19h36 | Commenter Commentaires (3)

Cannes: le post mortem de Thierry Frémaux

D’abord, voici un extrait du film lauréat de la Palme d’or 2009, Le ruban blanc (Das Weisse Band) de Michael Haneke.

Par ailleurs, le délégué général du Festival, Thierry Frémaux, a fait le post mortem de son édition 2009 en échangeant avec quelques internautes au cours d’une séance de clavardage sur le site internet de L’express. Lisez le compte-rendu. Il y réfute en outre les rumeurs qui ont circulé depuis l’annonce du palmarès, notamment à propos de la présidence «dictatoriale» d’Isabelle Huppert.

Extrait :
Q: Jusqu’où la palme était celle de la présidente? Et trouvez vous normale qu’elle ait donné la palme elle même avec une accolade aussi appuyée…! Sachant que dans le passé elle a eu son prix dans un de ses films? Ça sent le retour d’ascenseur non?
 

R: Là encore, les images parlent… mais ne disent pas la vérité. Une Palme d’Or ne peut être attribuée autrement que par un vote, soit 9 personnes. Isabelle Huppert n’a eu que sa voix et elle n’aurait pas été suffisante si elle avait été seule. De fait, la Palme a été attribuée de façon collective et largement par le Jury. Faut-il aussi rappeler que le film d’Haneke a recueilli une presse extrêmement favorable et qu’il a, la veille, remporté plusieurs autres prix (Education nationale, Fripesci, etc.).
Si Jacques Audiard avait remporté la Palme d’Or qu’il aurait reçu des mains d’Isabelle Huppert, on aurait dit que les Français se congratulaient entre eux. Aucun retour d’ascenseur, donc, juste un bon film que le jury a récompensé, comme c’était son devoir.

On peut avoir une idée des rumeurs ayant circulé en lisant un article publié dans Le Parisien au lendemain de l’annonce du palmarès.

Le journal spécialisé britannique Screen s’est par ailleurs penché sur le rôle de la critique dans le cadre d’un festival de cinéma aussi prestigieux.

Rappelons, en terminant,  que Métropole Films a acquis les droits de distribution du Ruban blanc pour le territoire québécois. La sortie en salle n’est pas prévue avant l’hiver prochain mais une présentation dans le cadre d’un festival de cinéma montréalais est plus que probable…

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






Lundi 25 mai 2009 | Mise en ligne à 14h02 | Commenter Commentaires (4)

À quand les films de Cannes?

le-ruban-blanc-1.jpg

 Le ruban blanc (Das Weisse Band), Palme d’or 2009

Voilà bien la question que se posent la plupart des cinéphiles montréalais. Depuis quelques années, les films présentés au Festival de Cannes suivent pratiquement tous le même parcours. Du moins, sur le territoire nord-américain. Après avoir eu leur baptême du feu sur la Croisette, ces titres prennent généralement quelques mois de vacances, le temps de se faire voir une nouvelle fois au Festival de Toronto en septembre, où ils sont alors présentés en «première nord-américaine». Une fois cette étape franchie, plusieurs d’entre eux attendent encore un peu dans l’antichambre, histoire d’être présentés en «primeur québécoise» au Festival du nouveau cinéma de Montréal en octobre. Ensuite, les distributeurs locaux les proposent en salle, au gré des disponibilités et de l’allure du marché.

Quand on affirme que notre année cinéma se dessine à Cannes, ce n’est pas une figure de style. Les trois singes de Nuri Bilge Ceylan et Adoration d’Atom Egoyan, deux films présentés en compétition à Cannes l’an dernier, ont pris l’affiche en salle à Montréal il y a quelques semaines à peine…

Lire le reste de cet article »

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité