Marc-André Lussier

Archive, mars 2017

Mercredi 29 mars 2017 | Mise en ligne à 9h07 | Commenter Commentaires (35)

Clap de fin pour ce blogue

Clap de fin

Le 25 avril 2008, il y a bien près de neuf ans, ce blogue fut créé. Près de 1500 entrées plus tard, ponctuées souvent de discussions très animées, le moment est venu d’y mettre un terme.

Je tiens à remercier tous les fidèles qui ont alimenté ce blogue au fil des ans, de même que tous les intervenants du milieu qui, parfois, ont choisi ce canal pour faire une annonce en primeur, ou réagir publiquement à un événement.

Vous pourrez évidemment continuer à me lire sur votre tablette, au fil de reportages, critiques et interviews publiés dans La Presse +.

Pour ceux et celles que ça intéresse, sachez que je suis aussi très actif sur les réseaux sociaux.

À cet égard, je vous invite à me suivre sur ma nouvelle page Facebook professionnelle.

Lien Facebook.

Compte Twitter : @MALussier

Merci encore pour cette belle aventure.

Amitiés,

M-A.

Lire les commentaires (35)  |  Commenter cet article






Vendredi 24 mars 2017 | Mise en ligne à 10h49 | Commenter Commentaires (28)

L’effet dévastateur de la tomate pourrie…

Rotten Tomatoes

« La pire chose que nous ayons aujourd’hui dans la culture du cinéma est Rotten Tomatoes ! »
- Brett Ratner

Selon ce que rapporte le magazine Entertainment Weekly, Brett Ratner, dont le plus haut fait d’armes à titre de réalisateur est la série des Rush Hour, n’a pas mâché ses mots la semaine dernière à la faveur d’une présentation au festival de Sun Valley. Le cinéaste, dont la feuille de route est encore plus garnie à titre de producteur, a en outre dénoncé les sites de compilations d’avis critiques – le plus célèbre étant Rotten Tomatoes – qui, selon lui, sont en train de détruire l’industrie du cinéma.

« La pire chose que nous ayons aujourd’hui dans la culture du cinéma est Rotten Tomatoes, a déclaré Ratner, dont la société RatPac Entertainment a cofinancé Batman vs Superman: Dawn of Justice (parmi des dizaines d’autres titres de Warner Bros.). Je pense que nous assistons à la destruction de notre industrie. J’ai beaucoup de respect et d’admiration pour les critiques de cinéma, cela dit. À l’époque où j’ai grandi, la critique était un art, un véritable exercice intellectuel. Vous pouviez alors lire les critiques de Pauline Kael, ou d’autres, mais cela n’existe plus. Ne compte maintenant que le nombre. Un nombre composé d’avis positifs et négatifs. C’est triste. Le score de Batman vs Superman était si bas sur Rotten Tomatoes qu’il a assurément nui à un film qui était pourtant une réussite. »

(…) C’est juste fou. Ça amène les gens à éviter de voir un film. L’Américain moyen se dit : « Oh, le score de Rotten Tomatoes est bas, donc, je n’irai pas voir le film car il doit être pourri. Mais ce nombre est un agrégat. Personne ne peut comprendre exactement ce qu’il signifie, et il n’offre pas toujours un portrait exact non plus. J’ai vu de grands films avec des scores vraiment abominables. C’est vraiment triste que la critique de cinéma ait disparu. Vraiment triste. »

La réponse du vice-président de Rotten Tomatoes, Jeff Voris, au Entertainment Weekly :

« Chez Rotten Tomatoes, nous sommes tout à fait d’accord pour dire que la critique de cinéma est précieuse et importante. Plus que jamais, nous facilitons l’accès pour les fans à des centaines d’avis professionnels. Le score Tomatometer, qui est le pourcentage de critiques favorables publiées par des critiques professionnels, est devenu un outil utile pour les cinéphiles. Nous croyons toutefois qu’il s’agit seulement d’un point de départ pour commencer une discussion, débattre et partager les opinions. »

Un effet réducteur

J’aurais plutôt tendance à souscrire à la vision de Brett Ratner, même si je n’irai pas jusqu’à emprunter un discours aussi alarmiste. Un mauvais film reste un mauvais film. Cela dit, il y a dans ces modèles d’agrégation un aspect extrêmement réducteur, dans la mesure où la perception critique générale d’un film est confinée à un seul pourcentage. Le verdict, souvent sans appel, tombe ainsi très rapidement. Combien d’internautes prendront la peine d’aller lire les critiques en question ? Force est aussi de constater qu’en colligeant uniquement les critiques publiées dans des publications anglophones, il ressort souvent de cette cote collective le reflet d’un perception unique d’une œuvre, très anglo-saxonne en l’occurrence.

Je ne sais si la sortie de Brett Ratner provoquera une réflexion dans le milieu du cinéma, mais il est clair qu’il a le mis le doigt sur un certain malaise.

Quelques liens :

Rotten Tomatoes is «the destruction of our business» (EW)

Maudits critiques, énième chapitre…

Présentement, Get Out est le film dont la cote (99 %) est la plus haute. Le thriller de Jordan Peele a pris l’affiche seulement en anglais au Québec.

Get Out : le succès que personne n’attendait

Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (28)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2017
    L Ma Me J V S D
    « fév    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives