Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 18 janvier 2017 | Mise en ligne à 17h35 | Commenter Commentaires (13)

    Un nouveau distributeur : oui mais encore ?

    logo MK2

    « La situation qui prévaut présentement au Québec et au Canada constitue un exemple de ce qu’il faut essayer d’éviter un peu partout ! »
    - Nathanaël Karmitz, directeur de MK2

    Comme vous le savez sans doute, un nouvel acteur vient de faire son entrée dans le monde de la distribution de films au Québec. MK2 | Mile End est une société dirigée par Charles Tremblay, anciennement de Métropole Films, dans laquelle la société parisienne MK2 s’implique à titre d’actionnaire minoritaire.

    Pour les cinéphiles québécois, cela constitue une bonne nouvelle. Dès cette année, l’offre sera en effet enrichie d’une vingtaine de longs métrages étrangers. Le premier film portant la bannière MK2 | Mile End prendra l’affiche le 3 mars. Il s’agit d’Une vie, le plus récent film de Stéphane Brizé (La loi du marché).

    Mais le cinéphile verra-t-il une différence au point de vouloir se ruer de nouveau dans les salles de cinéma existantes ? Cela est moins sûr. À mon sens, le vrai test aura lieu le jour où MK2 implantera chez nous son modèle en inaugurant un nouveau complexe multisalles, lequel, selon Charles Tremblay, pourrait voir le jour vers la fin de 2018. L’endroit où sera construit le nouveau cinéma à Montréal est sans doute déjà choisi mais les principaux intervenants refusent de dévoiler le moindre détail à ce propos pour l’instant.

    Il convient alors de se demander si la relance du cinéma en salles au Québec passe obligatoirement par l’arrivée d’un nouveau complexe. Pour emprunter la formule normande, on dira peut-être oui, peut-être non. Une chose est certaine, les exploitants français semblent avoir trouvé le moyen de séduire les spectateurs et de les ramener dans leurs salles. Ils ont été 213 millions à fréquenter les cinémas en 2016, soit une augmentation de 3,6 % par rapport à 2015. Il s’agit du deuxième meilleur résultat depuis 50 ans !

    Mais nous ne sommes pas en France. Au Québec, la courbe suit plutôt une trajectoire inverse. Sur le plan des recettes, on passe de 182 736 238 $ en 2015 à 173 780 926 $ en 2016, soit une baisse de 4,9 %.

    En 2015, une hausse de 6,4 % avait pourtant été enregistrée. Le Québec empruntant le système de calcul nord-américain – les recettes plutôt que le nombre de spectateurs – il devient cependant difficile d’avoir vraiment l’heure juste. D’une certaine façon, les nombreuses variations de tarifs viennent fausser les données.

    Une situation très complexe

    MK2 réussira-t-il là où tous les autres, ou presque, ont échoué ? Bien sûr, le Cinéma Beaubien porte haut et fort – et magnifiquement – le flambeau du cinéma autre qu’américain. Mais il ne peut tout faire. Un nouveau complexe convivial, accessible (y compris aux banlieusards !), attrayant, situé dans un quartier dynamique sera assurément le bienvenu.

    Cela dit, un distributeur ne peut régler à lui seul la situation très complexe dans laquelle est plongé le monde de la distribution, souvent inféodé à celui des États-Unis. Rappelons que le Québec – le Canada entier à vrai dire – fait partie du marché « intérieur » américain. On ne refera pas ici l’exposé pour la énième fois, mais rappelons aussi qu’en vertu d’une disposition de la Loi sur le cinéma, plusieurs grands titres internationaux arrivent chez nous en sous-distribution grâce à une société québécoise ayant pignon sur rue sur notre territoire. En vérité, le distributeur américain tire pratiquement toutes les ficelles quand même.

    On peut cependant voir un signe encourageant dans cette volonté qu’ont les patrons de MK2 | Mile End de casser le moule de la sous-distribution, lequel produit parfois de véritables catastrophes. Ce fut notamment le cas du film de Xavier Giannoli, Marguerite, coincé pendant des mois dans un imbroglio avec le distributeur américain. Résultat ? Le film a pris l’affiche au Québec plus d’un an après sa sortie en France. Il a généré chez nous des recettes d’à peine 103 615 dollars. Pour un film de cette envergure, c’est carrément ridicule.

    J’espère sincèrement me tromper, mais je crains que Frantz, l’excellent film de François Ozon, ne subisse le même sort. Acquis par la société américaine Music Box, qui le sortira au mois de mars, Frantz ne figure encore sur aucun de nos radars. Lancé à la Mostra de Venise l’an dernier, il sort en Blu-ray / DVD aujourd’hui en France…

    On peut aussi s’inquiéter du sort de Voyage à travers le cinéma français, le remarquable documentaire – de plus de trois heures – que Bertrand Tavernier vient de consacrer aux films qui ont marqué son enfance et sa jeunesse. Encore là, un distributeur américain en détient les droits.

    Si jamais MK2 | Mile End parvient à avoir assez d’influence auprès des vendeurs français – qui cèdent souvent les droits de leurs films pour l’ensemble du territoire nord-américain – et réussissent à enfin casser ce moule trop contraignant, on ne pourra que s’en réjouir. Croisons-nous les doigts.

    Quelques liens :

    Un nouvel acteur dans l’industrie du cinéma.

    Dossier « Marguerite » : un gâchis.

    Lien YouTube.

    Compte Twitter : @MALussier


    • J’ai déjà hâte de découvrir ce futur cinéma MK2 à Montréal (qui, selon l’emplacement, pourrait bien ramener un peu de français dans l’offre cinématographique au centre-ville). Aux films d’auteur, j’aimerais aussi que ce distributeur ajoute parfois des films à succès en version sous-titrée. Si je ne m’abuse, les cinémas MK2 en France réservent souvent un ou deux écrans à des films plus populaires en version sous-titrée (jamais doublée) et ce serait peut-être une autre façon pour MK2 de se démarquer chez nous.

    • Bien sûr, on souhaite la meilleure des chances à MK2 et à M. Tremblay. Reste qu’en terme de culture cinématographique, le Québec n’est pas la France. Et personne n’a oublié l’épisode ExCentris. Je serai donc d’un optimisme prudent.

    • Ce n’est pas d’un nouveau complexe multisalles dont les cinéphiles ont besoin. Ils ont besoin d’un cinéma dans leur quartier et d’une plus grande diffusion des bons films qui ne sont pas des superproductions, conçues selon la vision qu’Hollywood a des ados.

    • Il y a déjà de nombreux complexes multi-salles. L’ennui, c’est que c’est la même douzaine de films qui est à l’affiche partout!

      Quand un titre se retrouve sur nos écrans, il est partout. Quand il part, il part de partout aussi. En même temps.

    • je vous conseille fortement le documentaire de Betrand Tavernier qui a toujours été un formidable raconteur d’histoire.
      J’ y ai découvert que Jean Gabin n’a jamais pardonné à Jean Renoir d’avoir pris la nationalité américaine lui le fils d’auguste.
      Bertrand tavernier rapporte d’ailleurs cette phrase terrible de Gabin sur Renoir:”comme cinéaste un génie, comme humain une p…” pour son comportement équivoque pendant l’occupation allemande.
      Ce documentaire est une vrai lettre d’amour au cinéma francais des années 30 à 60.
      6 heures supplémentaires sont ,je crois, prévues pour la télé.

    • Le Plateau Mont-Royal mérite d’avoir des salles de cinéma et a plus de chance de réussir que d’autres quartiers.

    • @piloune
      Tout à fait d’accord avec vous sur le documentaire de Tavernier. J’en ai vu quelques
      extraits lorsque le film a été présenté à Cannes en 2016. Je pourrais entendre parler
      Tavernier pendant des heures; il a un vrai amour du cinéma, tant français qu’américain.
      (il a aussi un excellent blogue, voir la section « Liens France » à droite de ce présent
      blogue)

      Je crois que Tavernier déteste les films de Marcel Carné (soit « les visiteurs du soir »
      ou « les enfants du paradis »), j’ai hâte de voir le documentaire pour savoir pourquoi…

      *****

      « Encore là, un distributeur américain en détient les droits. »
      Encore un film qui sera plus simple d’acheter que d’attendre la possibilité de le
      voir en salle. La sortie du « Voyage… » est annoncée pour le 29 mars 2017 sur
      Amazon France.

      Si je ne fait pas erreur les salles de MK2 en France diffusent aussi du cinéma
      classique. (Je ne sais pas si on doit interpréter les fermetures de « La boîte
      noire » comme un désintérêt du cinéma de répertoire à Montréal…) Bon succès
      à MK2 au Québec et bravo pour cette initiative !

    • Il y a beaucoup de chiffres mais je dirais que ce n’est pratiquement pas le même marché, le même public bien que parfois cela se rejoint.

      Il y a tellement de facteurs possibles pour venir influencer. Non mais ceux habitant proche… Allez-y au Cinéma Beaubien, étudiants et résidents près de l’Université de Montréal, allez au Ciné-Campus, gens près d’Outremont allez voir les films le lundi.

      Encouragez ce que vous pouvez encourager… Oui, je suis passé deux fois devant le Beaubien en autobus ( 4 fois puisque c’est aller-retour) en 2016. Les salles étaient bien occupées ou pas ? Impossible à savoir. Je sais que près du Métro Beaubien, il y a au moins un endroit agréable pour prendre un verre… Pas mal… http://www.isledegarde.com/

      Pour le centre-ville de Montréal , je veux dire près du 1000 de la Gauchetière et les alentours, je trouve que trop de commerces ferment tôt ou encore c’est le monde qui n’y est pas.

      Pour le cinéma plus cinéphile, presqu’impossible à rentabiliser seulement de le rendre viable dans certains cas avec de l’économie sociale et subventions ?

    • Le problème n’est pas d’avoir 1, 2, 3 ou 10 distributeurs dans la province, c’est que les films soient disponibles rapidement. Ce que j’ai appris aujourd’hui dans La Presse: “Première québécoise de Lumière!, film documentaire… au Centre Phi” Euh?!? J’ai le blu-ray depuis… 2 ams déjà! Il est où le problème? La distribution pardi! Achetez-vous des lecteurs multi-zones. Faites un pied de nez aux distributeurs!

      Il ne s’agit pas du même film. “Lumière, l’aventure commence” est un documentaire réalisé par Thierry Fémaux. Il sort en France mercredi (25 janvier) ! M-A. L.

    • Tiens le film Marguerite , il est toujours à l’affiche à Terrebonne en plus :

      http://www.cinentreprise.com/films/Marguerite+%28v.o.f.%29/121813/

      Je ne suis pas cinéphile sauf à mes heures et encore moins cinévore, c’est-a-dire gros consommateur de cinéma et peu importe quel film ! C’est comme gourmet ou gastronome versus gourmand et tu peux être les deux. Si tu travailles dans le domaine c’est obligé…

      C’est rendu à Chicoutimi et Terrebonne ? Là tu parles même si c’est pas un horaire avantageux, cela dépend du monde…

      Il faut pas se contenter de trop peu mais il faut regarder ce que tu as et tu en profites. Envoye allez-y et peu importe l’endroit mais sans se mettre en concurrence, je dirais que le mardi soir dans les grands complexes cela peut être le pire jour pour aller au cinéma bien que cela veut pas dire que le public est détestable.

    • @Enquiquineur
      Pour le film « Lumière » vous faites peut-être référence à un film qui se nomme
      « Lumière & company » (?) où une quarantaine de cinéastes connus filment une
      courte séquence avec une caméra Lumière d’origine.

      *****

      Thierry Frémaux était à « On n’est pas couché » samedi dernier pour parler de
      son livre et du film. Le livre parle surtout de son métier de sélecteur au Festival
      de Cannes. (Gilles Jacobs avait aussi publié ses souvenirs) Pour ce qui est du
      documentaire Lumière il précède l’époque du documentaire de Tavernier mais
      semble tout aussi intéressant, sinon plus. En tout cas on a une vraie émotion
      en voyant la bande-annonce.

      (bande-annonce « Lumière ! L’aventure commence)
      https://www.youtube.com/watch?v=DwmSWg8xQhM

      (le passage de Thierry frémaux à «On n’est pas couché »)
      https://www.youtube.com/watch?v=EbtAlNpfbm4

    • “Il ne s’agit pas du même film. “Lumière, l’aventure commence” est un documentaire réalisé par Thierry Fémaux. Il sort en France mercredi (25 janvier) ! M-A. L.”

      J’ai le blu-ray européen depuis l’été passé, intitulé Lumière!. C’est très exactement le “film” de Frémeaux. Quand ils ont vu que le DVD marchait, ils ont sorti le film en salle.

      Un Blu-ray a en effet été mis en marché en septembre 2015, en marge d’une grande exposition consacrée aux frères Lumière. J’étais en France il y a deux semaines et tout le monde parlait d’une grande première. Mes excuses. M-A. L.

    • En fait, il est paru le 16 septembre en France selon la FNAC.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2017
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives