Marc-André Lussier

Archive, octobre 2014

Vendredi 31 octobre 2014 | Mise en ligne à 17h35 | Commenter Commentaires (9)

Scarlett conquiert la Chine au nom de la France !

Lucy - 1

Lucy est très populaire en Chine.

On dit de la Chine qu’elle pourrait devenir le premier marché du cinéma mondial en 2020. Pas étonnant que Hollywood se tourne vers elle. Les Français ne sont pas en reste non plus. À Paris, on sabre même probablement le champagne à l’heure qu’il est. Cette semaine, le plus récent film de Luc Besson, Lucy, s’est en effet hissé en tête du box-office chinois avec des recettes de 40 millions de dollars. Sauf erreur, il s’agit d’une première.

On dit aussi aussi du marché chinois qu’il est en pleine expansion. Selon l’AFP, on comptait 4 000 écrans de cinéma sur le territoire chinois en 2008; 13 000 en 2012; 18 000 en 2014. On parle ici d’un marché potentiel de plus d’un milliard de spectateurs…

Le gouvernement chinois permet actuellement l’exploitation dans ses salles de seulement 34 longs métrages étrangers par année. La plupart d’entre eux proviennent de Hollywood.

À ces quotas très stricts s’ajoutent aussi les différences culturelles très marquées. Passe encore que des productions existantes soient amputées là-bas de quelques scènes plus «sensibles» aux yeux des autorités. Mais viendra-t-il le jour où les productions hollywoodiennes seront spécifiquement conçues pour ce marché ? Cela n’est pas impossible. L’an dernier, Le Los Angeles Times avait expliqué comment les producteurs de 21 and Over, une très mauvaise comédie, avaient carrément tourné des scènes qui se sont retrouvées seulement dans la version destinée au marché chinois. J’y avais fait écho dans un reportage :

Los Angeles. Jon Lucas et Scott Moore ne s’en sont pas trop vantés lors de la rencontre de presse, mais ils se sont rendus en Chine avec Justin Chon pour tourner des scènes destinées spécifiquement au marché chinois. Ils ont même dû changer le sens de leur scénario en vue de la sortie de leur film là-bas. C’est ce que révélait un article du Los Angeles Times le week-end dernier. Si plusieurs productions américaines et internationales ont été montrées amputées de quelques scènes sur le territoire chinois (AvatarCloud AtlasSkyfall, et bien d’autres), cette collaboration en amont avec les autorités constitueraient-elles une nouvelle tendance ? Des scènes tournées à Shanghai auraient notamment été ajoutées à Looperpour sa distribution dans l’empire du milieu l’an dernier.

En Chine, 21 and Over racontera l’histoire d’un étudiant chinois (Justin Chon) qui quitte la mère patrie pour aller étudier aux États-Unis. Il se fait corrompre par les mœurs immorales de l’Occident, et revient ensuite au bercail un «meilleur homme». Dans la version américaine, le personnage est né aux États-Unis. Aucune scène tournée en Chine ne figure dans le montage final. Le L.A. Times précise en outre qu’une partie du financement de 21 and Over, provient d’un consortium de compagnies chinoises, parmi laquelle Huaxia Film Distribution Company.

Les réalisateurs ont confié aux journalistes Amy Kayfman et Steven Zeitchik être en mesure de «pouvoir vivre avec ce compromis». «Je crois que tous les cinéastes font face à ce genre de choses, a déclaré Scott Moore. Le coréalisateur de 21 and Over confirme en outre avoir reçu des indications des chargés de liaison chinois. «De toute façon, le film sera entièrement doublé là-bas. Et nous ne serons jamais en mesure de vérifier le sens des dialogues dans la version chinoise. Quand ils sortent un film international, je crois qu’ils peuvent faire à peu près ce qu’ils veulent.»

Les studios essaient aussi de conclure des ententes financières avec de grandes sociétés de production chinoises. Ils pourraient ainsi contourner la règle des quotas grâce à une participation locale dans la fabrication même de leurs films. Mais, pour peu que cette notion existe encore, risquent-ils alors de compromettre leur intégrité par la même occasion ?

Si le sujet vous intéresse, je vous suggère particulièrement cet article, mis en ligne il y a quelques mois par Écran noir. On y fait bien le tour de la question.

Les relations ambivalentes entre la Chine et Hollywood (Écran noir)

D’autres liens :

Lucy bat Les Gardiens de la Galaxie en Chine (Première)

Le cinéma français veut s’imposer en Chine (AFP)

China Wants to See More Chinese Positive Images from Hollywood (Deadline.com)


Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






Interstellar - affiche

Dès le… 5 novembre !

J’arrive de Los Angeles. J’ai eu le plaisir d’assister là-bas à une représentation spéciale d’Interstellar dans la grande salle du TCL Chinese Theater. Avec des conditions de projection établies par Christopher Nolan lui-même : format 70mm IMAX.

Nous aurons bien entendu le plaisir de vous proposer un reportage sur ce film événement dans La Presse samedi mais je tenais quand même à vous faire part tout de suite d’une bonne nouvelle. Les cinéphiles montréalais auront en effet aussi l’occasion de pouvoir visionner Interstellar dans les conditions voulues par le cinéaste. Dès mercredi prochain (5 novembre), le film sera à l’affiche en programme régulier, en 70mm IMAX s’il vous plaît, au Cinéma BanqueScotia de Montréal, angle Metcalfe et Sainte-Catherine ouest. Il s’agira du  seul endroit au Québec où il sera possible de voir Interstellar en 70mm IMAX.

Deux jours plus tard, le 7 novembre, le film pourra ensuite être vu en IMAX numérique dans six salles de la région montréalaise, de même qu’aux Galeries de la Capitale à Québec.

Plusieurs autres salles présenteront aussi le film au Québec en format numérique régulier.

Depuis l’histoire de The Master (Paul Thomas Anderson), un film en 70mm qui n’a pu être présenté nulle part dans ce format chez nous, je ne croyais plus qu’une telle chose était possible au Québec. Réjouissons-nous.

Christopher Nolan, dernier grand apôtre de la pellicule (Jozef Siroka)


Lien YouTube

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






Vendredi 24 octobre 2014 | Mise en ligne à 18h04 | Commenter Commentaires (5)

Ces acteurs qui réalisent. Ou pas…

Pitt - 1

Brad Pitt dans Fury

On ne compte plus les vedettes qui se tournent vers la réalisation. Les acteurs qui passent derrière la caméra ont toujours été nombreux, mais le phénomène semble s’être accentué depuis quelques années. Hollywood n’aime rien autant. On les adore, on les célèbre. Redford, Costner, Eastwood, Beatty, Clooney et tant d’autres font régulièrement valser les trophées.

Rares sont aujourd’hui les acteurs qui, dans un avenir proche ou lointain, n’entretiennent aucune envie de réalisation. Mais ça se trouve. Brad Pitt par exemple. Même s’il s’implique beaucoup dans la production de films, pas question pour lui de franchir ce pas. Dans une interview accordée au magazine Gala (citée ensuite par Première), la vedette de Fury n’aurait pu être plus catégorique :

«Je n’en ai aucune envie», a-t-il déclaré. Cela exige un temps fou. Je me rends compte de l’implication quotidienne de ma femme quand elle prépare un film et je préfère me consacrer à d’autres projets, parallèlement au cinéma.»

Vrai qu’Angelina Jolie semble de plus en plus se consacrer à son métier de réalisatrice. Alors qu’ Unbroken gagnera les salles à Noël, elle tourne présentement à Malte By the Sea, un film dans lequel elle dirige en outre son amoureux…

«Ma femme est aussi flexible qu’une barre de fer, ce n’est plus un secret, mais je suis extrêmement fier d’elle. Elle ne manque pas d’initiatives et excelle dans ce qu’elle entreprend. Le scénario de By The Sea, sa nouvelle réalisation, m’a impressionné par sa qualité et par l’élégance qui s’en dégage».

Puisqu’il est question de Pitt, je vous suggère par ailleurs de regarder cette capsule hilarante, produite par la bande de Funny or Die. Dans le cadre de la série Between Two Ferns, l’acteur est interviewé par Zach Galifianakis…

Unbroken, une réalisation d’Angelina Jolie (à l’affiche le 25 décembre) :

Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives