Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 13 janvier 2014 | Mise en ligne à 11h02 | Commenter Commentaires (5)

    Alors ? Que retient-on des Golden Globes ?

    Globes - Fey 1

    Tina Fey et Amy Poehler (Photo : Reuters)

    Une cérémonie qui, en principe, devrait se tenir en privé, a pris un envol insoupçonné le jour où le réseau NBC a choisi d’en faire son premier grand gala diffusé en direct de l’année

    On le répète chaque année : tout le battage médiatique entourant les Golden Globes dépasse largement la mesure. L’influence qu’ont les quelques dizaines de membres que compte la Hollywood Foreign Press Association est en effet surfaite. À tout le moins quand on parle du volet cinéma. Le dossier orchestré par le collègue André Duchesne, publié samedi, était assez révélateur à cet égard. On a tort d’utiliser les Golden Globes comme un indicateur de la course aux Oscars. Tout simplement parce que les règles ne sont pas les mêmes. Ni la formule. Forcément, il y aura parfois des recoupements, des évidences. Mais au-delà de ça, les deux compétitions partagent peu de choses en commun. Les Golden Globes sont attribués par des journalistes étrangers en poste à Los Angeles (pas beaucoup de plumes renommées dans le lot); les Oscars par les «professionnels de la profession». Plus de 6000 d’entre eux ont droit de vote cette année.

    Alors direz-vous, pourquoi diable les médias du monde entier accordent-ils autant d’importance aux Golden Globes ? Plusieurs facteurs entrent ici en jeu. D’abord, la Hollywood Foreign Press Association est l’une des plus anciennes organisations du milieu du cinéma. Hier, on a célébré la 71e cérémonie des Golden Globes. Sept décennies d’existence, cela n’est quand même pas rien. On a aussi eu en cours de route la très bonne idée d’inclure aussi les émissions de télé dans la palmarès annuel. Cet éclair de génie a sans doute assuré la pérennité de l’événement, même s’il fut très contesté au fil des ans.

    La cérémonie des Golden Globes – la première cérémonie de ce genre dans le calendrier – peut compter sur la présence des stars du cinéma mais aussi sur celle des vedettes de la télévision. Beaucoup de veine depuis une vingtaine d’années : les stars du cinéma émigrent aussi du côté de la télé. Sur le plan du divertissement, la cérémonie des Golden Globes est aussi souvent plus relevée que celle – plus guindée – des Oscars.

    Ainsi, une cérémonie qui, en principe, devrait se tenir en privé (comme à peu près toutes celles des associations de critiques), a pris un envol insoupçonné le jour où le réseau NBC a choisi d’en faire son premier grand gala diffusé en direct de l’année. Émission spéciale d’«avant match», tapis rouge, interviews, le glamour tourne à plein régime. Sur le plan du traitement télévisuel et médiatique, les Golden Globes n’ont rien à envier aux Oscars.

    Imiter le modèle

    À l’aune de ce succès, de nombreuses associations de critiques tentent maintenant d’imiter ce modèle. Ce n’est pas pour rien que toutes les associations, qu’elles se trouvent à New York, Chicago, Boston, Phoenix, Toronto, Vancouver, ou n’importe quelle autre ville d’Amérique du Nord, annoncent leur palmarès en grande pompe, souvent le plus tôt possible, en tournant parfois même les coins ronds. Et en espérant les présences de stars à leurs cérémonies. De là à dire qu’on cite une vedette uniquement pour l’attirer dans son antre, il n’y a qu’un pas. Qu’ont allègrement franchi les observateurs il y a quelques années quand Angelina Jolie et Johnny Depp se sont retrouvés en lice aux Golden Globes grâce à leurs performances dans The Tourist

    La Hollywood Foreign Press Association a toutefois un net avantage sur les associations qui veulent l’imiter : elle bénéficie à la clé d’un très grand show télévisé, diffusé en heure de grande écoute. En choisissant des animateurs comme Ricky Gervais, Tina Fey et Amy Poehler, elle mise aussi sur une forme d’auto dérision. Donc, on continuera d’apprécier la cérémonie sans obligatoirement accorder une importance démesurée au palmarès.

    Cela dit, les titres attendus ont été primés hier, tout comme les artisans. À vrai dire, deux films risquent peut-être de bénéficier d’un petit «effet Golden Globe» : Dallas Buyers Club et La grande bellezza. Matthew McConaughey et Jared Leto, les deux vedettes du film de Jean-Marc Vallée, étaient déjà de sérieux candidats aux Oscars (on présume : les nominations seront annoncées jeudi) mais leur sacre hier soir aux Globes braquent désormais les projecteurs sur eux.

    Il en est de même pour La grande bellezza, lauréat du prix remis au meilleur film en langue étrangère. Écarté du palmarès cannois l’an dernier, le film de Paolo Sorrentino semble aujourd’hui avoir, comme on dit en langage sportif, le «momentum». Mais La vie d’Adèle aurait quand même dû gagner…

    Les liens :

    La signature Golden Globes (André Duchesne)

    Jean-Marc Vallée s’invite aux Golden Globes (Marc Cassivi)

    Tina et Amy, pour la vie (Hugo Dumas)

    Compte Twitter : @MALussier


    • Ce que je retiendrai de la cérémonie de cette année est l’absence pour le moins étrange de Woody Allen.Quel manque de classe.Le Cecil B. DeMille Award n’est pas assez important pour que monsieur se déplace?

    • Au niveau télévisuel, le gala était bon quoique moins éclatant que l’an dernier, qui était un sommet du genre. Rien à redire sur l’animation, ces dames étaient en grande forme. Mais l’ordre de remise des prix m’a semblé étrange. J’aurais aussi aimé qu’on voit d’avantage d’extraits des films.

      Au niveau des prix eux-mêmes, j’ai été très heureux des victoires de Matthew McConaughey et de Jared Leto ainsi que du vétéran Michael Douglas. Petite déception pour Bruce Dern, dont le beau film ‘Nebraska’ est reparti les mains vides. Mon moment préféré fut de voir la vraie Philomena Lee venir présenter ’son’ film. De la voir, toute simple, sur scène donne encore plus d’écho à l’oeuvre de Frears.

    • @tiplon

      Woody Allen ne se déplace jamais pour une cérémonie. Ça a été évoqué avec sa citation de Groucho Marx: Je ne voudrais pas faire parti d’un club qui aurait quelqu’un comme moi parmis ses membres.

      Tout y est.

    • Je n’arrive pas à concevoir comment la saison 3 de Game of Thrones n’a pas été en nomination dans ce gala… C’est un manque de crédibilité effarant à mon avis.

    • @guy-antoine
      monsieur ne se déplace jamais…Alors,qu’on lui retire son prix,voilà tout.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    juillet 2008
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité