Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 4 juillet 2013 | Mise en ligne à 8h24 | Commenter Commentaires (5)

    Une guerre de titres pour The Butler. Absurde.

    The Butler - affiche

    À six semaines de la sortie en salle, Lee Daniels (Precious, The Paperboy) devra vraisemblablement trouver un autre titre pour son nouveau film The Butler. De son côté, The Weinstein Company, société qui distribue le drame biographique de Daniels, devra recommencer sa campagne de marketing.

    La raison ? Le studio Warner Bros. a déposé une plainte car le titre The Butler coiffe déjà un court métrage inclus dans son imposant catalogue. Il s’agit d’un film muet qui remonte à… 1916 !

    Selon le site Deadline.com, des intervenants du grand studio hollywoodien estimeraient que TWC aurait dû s’assurer bien avant de la disponibilité du titre. Le studio Warner ferait ainsi valoir ses droits «parce qu’il le peut». Or, voilà que la MPAA (Motion Picture Association of America) donne raison à Warner, histoire «d’éviter la confusion publique entre différents films du même nom».

    L’histoire défile comme un véritable feuilleton dans les sites spécialisés américains. Dernier épisode : une lettre signée de la main de Lee Daniels. L’auteur cinéaste invite le nouveau dirigeant du studio Warner, Kevin Tsujihara, à voir son film, et implore ce dernier à lui permettre de garder son titre.

    Un extrait de sa missive (traduction de Premiere.fr) :

    «J’ai passé quatre ans de ma vie sur ce projet. C’est le film dont je suis le plus fier de toute ma carrière. Cette affaire me brise le cœur (…). The Butler, ce n’est pas seulement l’histoire d’une famille de Noirs-Américains, ni de leur passé. C’est un récit universel qui parle de la famille et de NOTRE histoire. (…) Changer de titre six semaines avant sa sortie, cela pourrait peser sur le succès du film, limiter le nombre de spectateurs. Ce n’est pas un blockbuster et on ne veut pas prendre ce risque. (…) Je vous demande une chose : regardez le film avant de nous forcer à changer son titre. Je suis certain que quand vous l’aurez vu, vous ne voudrez plus y toucher.»

    La lettre dans son intégralité, telle qu’obtenue par le site Deadline.com :

    Dear Mr. Tsujihara:

    I have spent the last four years of my life working on the film, The Butler, and it is the proudest moment of my professional career. I am heartbroken as I write this letter to you. I made this film so I could show my kids, my family, and my country some of the injustices and victories African Americans and their families have experienced in the fight for Civil Rights. There are so few depictions of strong black families in our cinematic history and it was of paramount importance to make this movie about a family who endured and survived unimaginable discrimination in their quest for the American Dream. Through the eyes of this loving and hard-working African American family, the film tells the story of the Civil Rights Movement from the sit-ins and the Freedom Riders, to Selma, Martin Luther King’s assassination, and the election of the first Black President. THE BUTLER is not only a story about a black family and black history; it is a universal story about family and OUR history.

    I am so proud of this movie. Every member of our cast worked for almost nothing so that this story could be told with only our very small budget. If we were to change the title a mere six weeks before we open, it would most certainly hurt the film by limiting the number of people who would ultimately see this important story. This movie is not a blockbuster, nor did we intend it to be. We just wanted to tell the dark and beautiful story of our nation’s racial history, where we came from, and how far we have come.

    Our brilliant writer Danny Strong, amazing cast, and I would like to offer to screen our movie for you today. I beg you to see it before you decide to force us to change the title. I truly believe that once you watch it, you would not want to cause this film any harm. I feel that if this film can succeed and reach people’s hearts, it will only help pave the way for other films that strive to educate and inspire, just as THE HELP and your very own 42 has done for us. These films, along with the upcoming fall releases of MANDELA, FRUITVALE STATION, and 12 YEARS A SLAVE, serve as crucial moments in film and Black history. An artistic movement is afoot. THE BUTLER is a part of this and I plead you not to hurt the chances of this story reaching as many hearts as it possibly can.

    I have great admiration for your studio and the films you make. I believe you would not be disputing the title if you did not feel just in doing so. I am sure there are behind-the-scenes issues of which I am not aware, but I simply want you to know how deeply it is affecting the artists involved and the message we all fought so hard to share.

    I truly hope you will accept my invitation to see the film at your earliest convenience. I strongly believe that if you do, you will root for it not just as film lovers, but as proud Americans.

    With all the love in my heart,

    Lee Daniels

    With the support of:

    Forest Whitaker
    Oprah Winfrey
    Cuba Gooding, Jr.
    David Oyelowo
    Danny Strong

    Si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire cet article de Deadline.com. Tous les développements de cette affaire y sont décrits en détail. Cliquez ici.

    L’article de Premiere.fr.


    Lien YouTube.

    Compte Twitter : @MALussier


    • J’espère que Lee Daniels aura gain de cause. Je ne comprend pas pourquoi les dispositions sur les droits d’auteur (qui est de mémoire d’une durée de 50 ans) ne s’applique pas dans ce cas-ci. Quelque chose ne devient-il pas du domaine public après ce délai? Je sais qu’il y a des exceptions quand le “produit” est toujours utilisé (comme Mickey Mouse), mais pour un titre de film datant de 1916? Come on…

    • La meilleure bande-annonce que j’ai vue depuis longtemps. J’irai le voir, quel que soit le titre.

      Un casting imaginatif (Alan Rickman en Reagan, John Cusack en Nixon, etc.) Bravo juste pour ça…

    • Une chance que Warner Bros. veille au grain pour nous protéger contre les imposteurs. Parce que moi, lorsque j’aurais vu The Butler à l’affiche dans un cinéma près de chez moi, je m’y serais précipité en étant convaincu d’aller voir ce fameux film muet de 1916.

    • ..Et nous voici en route vers une autre démonstration, par l’absurde, que «la Justice est la conséquence accidentelle de la pratique du droit».

    • Tout-à-fait d’accord avec toutpartout, cela fait près de 20 ans que je rêve de voir la version de 1916, je suis déçu, je croyais que c’était la version remastérisée qu’il sortait.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    février 2010
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
  • Archives

  • publicité