Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 30 juin 2013 | Mise en ligne à 9h23 | Commenter Commentaires (13)

    Un nouveau cinéma de répertoire : belle initiative !

    Tapis rouge - 1

    Plan de la façade du Tapis rouge.

    L’initiative mérite d’être applaudie. Un tout nouveau cinéma, voué à la diffusion du cinéma d’auteur, a ouvert ses portes à Trois-Rivières le mois dernier. Trois salles complètement neuves, dans lesquelles on présente six primeurs par semaine. La programmation est composée exclusivement de films internationaux, québécois, ou américains «indépendants». Par exemple, les cinéphiles trifluviens peuvent voir cette semaine sur grand écran Hannah Arendt, La chasse, L’Écume des jours, Ce que le jour doit à la nuit, 1er amour, et The Bling Ring.

    «Co-propriétaire du Tapis rouge en compagnie du Trifluvien Robert Binette, Jacques Foisy s’est montré fort optimiste quant au succès de son entreprise, a écrit le collègue du Nouvelliste François Houde. «Nous sommes au coeur d’un grand bassin de près de 300 000 personnes et l’accès au cinéma est particulièrement facile. On a bien étudié le marché et nous avons investi une belle niche qui était disponible, alors, même s’il n’y a jamais de certitudes, nous sommes très confiants dans le succès de l’entreprise.»

    À une époque où la diffusion du cinéma en salle connaît une période plus difficile, et où la qualité de l’offre «en région» est régulièrement dénoncée par les cinéphiles, que voilà une nouvelle rafraîchissante. Rappelons que Jacques Foisy a dirigé les destinées de la Maison du cinéma à Sherbrooke pendant 26 ans.

    Les liens :

    Le Tapis rouge ouvre ses portes (Le Nouvelliste)

    Site officiel du Tapis rouge.

    Compte Twitter : @MALussier


    • Ca va tellement fermer rapidement…

    • Le lieu est discutable puisque situé sur une rue qui n’est pas fréquentée par la population. Pour avoir vécu 18 ans à Trois-Rivières, je peux confirmer qu’il n’y a aucune culture cinématographique dans cette région. Évoquer le nom de Woody Allen dans une conversation, c’est faire preuve d’un snobisme qui n’a pas sa place aux abords du St-Maurice. Ozon, Von Trier ou Kitano ne sonnent aucune cloche à personne ou presque. D’ailleurs, obtenir un allongé (sans être dévisagé) relève encore de l’exploit dans bien des restos de la place, mais là je m’égare. Le cinéma d’auteur donc, n’intéresse à peu près personne et les sous-titres sont considérés comme une maladie rare. Il faut quand même lever notre chapeau aux 2 investisseurs et espérer un effet de curiosité, ma foi, inespéré! Mais le dernier Arcady, Paulette, ou Premier amour ne sont hélas pas des films qui démontrent la grande qualité actuelle du cinéma international…

    • ”On a bien étudié le marché et nous avons investi une belle niche qui était disponible”

      Marchés de niche, moi j’y crois.

      Par contre, après visite du site web (location) on voit que la taille des salles est très modeste. Ce qui remet les choses en perspective: ce n’est pas *vraiment* une victoire pour le cinéma d’auteur ici, mais plutôt une opportunité commerciale intéressante (dans le sens noble) où les Guzzo, Cineplex et autres grosses machines délaissent ce marché pour ne servir qu’exclusivement la clientèle blockbusters. Ouaip, la nature a horreur du vide, n’est-ce pas?

      Reste à savoir maintenant s’il sera possible de surfer sur le concept que cinéma d’auteur égale qualité.

    • @pierrebl

      Je ne connais pas vraiment Trois-Rivières mais une ville qui propose un festival de poésie, international de surcroit, ne peut tout de même pas être si inculte. Enfin, la poésie et les allongés, ça va quand même bien ensemble, non?

    • Au départ, je suis un peu sceptique me disant que c,est surtout dans le sans but lucratif que cela est possible et dans des intitatives du type ciné-qualité.

      Mais je regarde leur site et les trois salles nommées : 59, 86 et 120 fauteuils… moins difficile à remplir que les salles monstres des grosses chaînes. Et c’est même moins de fauteuils qu’à l’Excentris qui me semble tout petit.

      On dit pas grand chose dans l’article, est-ce vraiment une entreprise à but lucratif aussi ?

      Mais peu importe… La rentabilité ne sera peut-être pas très grande mais la viabilité pourrait être là si on a les bons contacts , les bonnes cibles de public et tout.

    • Pour le plan en haut j’aime pas tellement cela et dire que c,est en bordure de l’autoroute 40 non plus mais il faut vivre avec notre époque…

      Je viserais plus le centre-ville ou pas loin où l’on pourrait tout faire à pieds… Puis ils parlent de toute la région ? Cela reste petit et modeste mais les gens ne se déplaceront pas assez souvent pour du cinéma de répertoire quoique cela n’est pas impossible.

      Alors je crois finalement plus au ciné-qualité dans les petites villes où les résidants peuvent se déplacer à pieds et avec subventions du gouvernement.

      Bon mais il faudrait vivre à Trois-Rivières ou faire un tour… Se déplacer ou la mentalité de char c,est bon pour Wal-Mart ou le Dix-30… Du moins régulièrement…

      Le répertoire, il faut s’adresser aux résidants, aux travailleurs du bout d’abord sauf lors de festivals, là les gens vont se déplacer plus massivement. Bon mais c’est notre pensée ou préjugé à nous….

      Il faut des complexes de nos jours et une plus grande taille à une autre époque vous auriez de petits cinémas d,une salle et avec une rue principale ou une première avenue proche… Cela c’était la belle époque…

      Petit tour sur Google Maps… Je vois un garage d’autobus à côté, un petit garage en face, des résidants , plus loin un Pétro-Canada et un restaurant Ti-Coq…

      L’emplacement pour moi n’est pas à la bonne place mais ils comptent faire déplacer les gens de toute la région eux et donc en voiture… Je reste sceptique…

      Le garage d,autobus est là mais je ne vois pas les arrêts sur le circuit de la STTR. Car oui, cinéma de répertoire doit aussi viser la clientèle se déplaçant en transport alternatif. Mais il n’y a vraiment pas assez de monde à Trois-Rivières ?

      Du cinéma de répertoire là ? C’est au centre-Ville ou dans le Vieux Trois-Rivières qu’il faut le présenter.

      La rue des Forges assez près du fleuve semble un endroit idéal pour cela…. Radio-Canada y est près, rue touristique, beau monde qui se promène sur la rue , plusieurs restaurants… Mais serait-ce rentable en 2013 ?

      Ils n’ont pas le bon emplacement à mon avis du moment…

    • J’en rajoute un autre… C’est eux qui connaissent leur affaire et qui ont étudié leur marché, tout est possible et si j’étais de Trois-Rivières tout dépend où je résiderais…

      Autrement je pourrais être plus un client du ciné-campus. Sans but lucratif.

      http://www.troisrivieresplus.net/cinecampus/calendrierCC2012-13web.pdf

      Pour l’été la programmation est plus grand public mais dans un endroit charmant l’Île Saint-Quentin…

      http://www.troisrivieresplus.net/content/SalleProgrammation.asp?ID=5&AES=O

      Allez souhaitons bon succès aux entrepreneurs qui osent être différents et l’avenir dira s’ils ont vu juste. C’est pas évident les affaires…

    • Le Festival de poésie est l’exception qui confirme la règle à Trois-Rivières. Et l’événement repose sur une tradition et de longues années d’expérience (fort heureusement d’ailleurs). Au contraire du cinéma de répertoire en Mauricie. Les fans purs et durs se servent probablement sur netflix, le net ou autres pour assouvir leurs besoins en cinéphilie. Mais je le répète, j’espère de tout coeur que ce beau projet fonctionnera, qu’il attirera la curiosité! Mais le lieu, le lieu, Lecteur curieux a raison. C’est atroce ce coin là. Le soir, personne ne veut s’y aventurer…on est trop loin de Des Forges, du Vieux-Port, du Zenob etc…Même à Qc, le projet de cinéma d’auteur au centre-ville a été abandonné. Hormis le Cartier et son mandat très précis (et le Clap à Ste-Foy), personne n’a les reins assez solides pour prendre cette chance…

    • Une solution moins risquée aurait été de devenir locataire d’une ou deux salles du Cineplex Fleur de lys à Trois-Rivières.
      Une location de deux salles pour le Cineplex vaut bien,financièrement,les deux salles les moins fréquentées de son cinéma,non?(le Fleur de lys possède une dizaine de salles).
      Je rêve en couleurs? Bonne chance au Tapis rouge.

    • Les gens sont sévères avec les initiatives qui sortent un peu du moule…

    • Le cinéma de répertoire en région se porte bien ici. On bat des records d’assistances. depuis quelques années, en plus de la projection du lundi soir, on en a ajouté une le mardi PM.

      À la fin des années 70, étudiant au cégep de Joliette, j’étais projectionniste pour le ciné-répertoire motivé par le prof de cinéma, Claude Blouin, passionné du cinéma et du Japon, s’il en est un!

      On projetait des films – de Fellini, je me souviens – en 16 millimètres dans une salle du collège. Puis, plus tard, il y a eu une association avec le propriétaire indépendant du cinéma joliettain.

      Ici, le cinéma de répertoire se porte bien et je souhaite le même succès aux cinéphiles de Trois-Rivières!

    • ..Oui, une «belle initiative» à laquelle j’ai bien l’intention de contribuer même si cela va me demander 150 KMs (75X2) de route chaque fois. Et en hiver…..??

      Et non, même si c’est juste au sud de l’A-40, ça n’est pas dans un «no man’s land» sinistre et dangereux. Le centre-ville n’est pas si loin même s’il eût été préférable que le cinéma y soit situé. Un «Google map» grand format saura informer les sceptiques. Question de coût des locaux je suppose.

    • Urbanistiquement, ce quartier est plus intéressant que celui du Fleur-de-Lys. avec des résidents à côté qui semblent des locataires d’un ancien quartier disons ouvrier.

      Autrment on se croirait presqu’à Greenfield Park mais avec moins de monde dans le centre commercial.

      Mon coin de prédilection ? Sur la rue des Forges ? Effectivement j’apprends que le cinéma a déjà été là de 1966 à 1978 dans ce qui est la salle J.-Anthonio Thompson. Salle qui a été préservée par la ville.

      http://www.enspectacle.ca/historique

      Au Cap de la Madeleine le Centre Culturel Pauline-Julien semble lui aussi un lieu digne d’intérêt.

      Par ailleurs, très intéressant le blogue de Mario Bergeron qui a fait une maîtrise sur l’histoire des salles de cinéma à Trois-Rivières…

      C’est ces lieux là, les plus anciens surtout que l’on aimerait…

      http://mariobcinema.unblog.fr/category/salles/

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    novembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité