Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 22 avril 2013 | Mise en ligne à 10h15 | Commenter Aucun commentaire

    Sébastien Pilote à la Semaine de la critique de Cannes

    Semaine de la critique - Affiche large

    Après Sarah préfère la course, sélectionné dans la section Un certain regard (une section officielle du Festival de Cannes), nous apprenons aujourd’hui que Le démantèlement, le deuxième long métrage de Sébastien Pilote (Le vendeur), vient d’être retenu dans la 52e Semaine de la critique. Cette section, dont la sélection est établie par un comité formé de membres du Syndicat français de la critique de cinéma, est l’une des deux sections parallèles du Festival de Cannes (l’autre étant la Quinzaine des réalisateurs).

    C’est notamment à la Semaine de la critique que furent révélés plusieurs cinéastes aujourd’hui reconnus. Parmi lesquels Alejandro Gonzalez Iñarritu, Bernardo Bertolucci, Jean Eustache, Philippe Garel, Barbet Schroeder, Ken Loach, Merzak Allouache, Romain Goupil, Leos Carax, Amos Gitai, Wong Kar Wai, Arnaud Desplechin, Benoît Poelvoorde, Guillermo del Toro, Jacques Audiard, Kevin Smith, François Ozon ou encore Gaspar Noé.

    Denys Arcand y fut sélectionné deux fois : d’abord en 1963 grâce à Seul ou avec d’autres (un film coréalisé avec Denis Héroux et Stéphane Venne), puis, en 1971 avec La maudite galette. Carole Laure a aussi eu l’honneur d’une double sélection avec ses deux premiers films en tant que réalisatrice (Les fils de Marie et CQ2), tout comme Bernard Émond (La femme qui boit et 20h17 rue Darling). Un cinéaste ne peut retourner à la Semaine plus de deux fois. La programmation est en effet constituée uniquement de premiers ou deuxièmes longs métrages.

    Le démantèlement est sans contredit l’un des films québécois les plus attendus de l’année. Avec Le vendeur, son premier long métrage, Sébastien Pilote a en effet obtenu le prix Luc-Perreault du meilleur long métrage québécois 2011, remis par l’Association québécoise des critiques de cinéma. Gratifié aussi d’un très beau succès public, Le vendeur avait d’abord été lancé au Festival de Sundance. Il a valu à Gilbert Sicotte le Jutra du meilleur acteur.

    Voici un extrait d’un article que le collègue Duchesne a écrit lors du tournage du Démantèlement l’automne dernier :

    Le film raconte l’histoire de Gaby Gagnon (Gabriel Arcand), fermier dans la soixantaine vivant seul sur sa bergerie. Dans le passé, l’homme a aidé financièrement sa fille cadette Frédérique (Sophie Desmarais) à s’installer à Montréal pour mener une carrière de comédienne. À son tour, sa fille aînée Marie (Lucie Laurier), séparée et mère de deux enfants, sollicite son aide. Gaby décide de tout vendre pour l’aider.

    «Un peu comme le père Goriot, Gaby a développé le sentiment de la paternité à l’excès. Pour lui, ses filles, c’est tout», dit le réalisateur entre deux prises.

    Vivant à Chicoutimi, M. Pilote connaît la réalité quotidienne des régions. Son cinéma s’en veut un reflet. «Plusieurs agriculteurs ont une relève, mais beaucoup d’autres doivent démanteler leur ferme, dit-il. C’est souvent arrivé dans ma région ces dernières années, entre autres dans les bergeries, un type de production pas très payant. Il y a une perte de tradition. On a de la misère à léguer, à donner autrement qu’en argent, notre patrimoine.»…

    … À l’image de son premier long métrage, Le vendeur, ce nouveau film de Sébastien Pilote, aura une facture très américaine. «Ce sera un film bucolique où je joue le côté americana, dit-il. On sent bien la petite ville proche du boom town. C’est très américain comme approche.»

    Le démantèlement : excès de paternité, reflet d’une réalité (André Duchesne)

    Sophie Desmarais, notons-le, est aussi la tête d’affiche du film de Chloé Robichaud Sarah préfère la course. L’horaire cannois de la jeune comédienne s’annonce passablement chargé !

    Voici la sélection de la 52ème Semaine de la critique :

    Long-métrages :

    Salvo Fabio Grassadonia & Antonio Piazza (Italie/France)

    The Lunchbox Dabba Ritesh Batra (Inde/France/Allemagne)

    For Those in Peril Paul Wright (Royaume-Uni)

    Le Démantèlement Sébastien Pilote (Canada)

    Nos héros sont morts ce soir David Perrault (France)

    Los Dueños Agustin Toscano & Ezequiel Radusky (Argentine)

    The Major Yury Bykov (Russie)

    Séances spéciales :

    Suzanne Katell Quillévéré (France) (Film d’ouverture)

    Les Rencontres d’après minuit Yann Gonzalez (France)

    Les Amants du Texas Ain’t Them Bodies Saints David Lowery (États-Unis)

    La présentation du délégué général Christian Tesson :


    Lien YouTube.

    L’histoire de la Semaine de la critique.

    Demain, au tour de la Quinzaine des réalisateurs d’annoncer sa sélection !

    Compte Twitter : @MALussier


    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    juin 2014
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité