Marc-André Lussier

Archive du 4 avril 2013

Jeudi 4 avril 2013 | Mise en ligne à 17h08 | Commenter Commentaires (10)

In Memoriam Roger Ebert

Siskel & Ebert - 2

Gene Siskel et Roger Ebert (photo : archives AP)

Que dire quand meurt un géant ? Le plus célèbre des critiques de cinéma vient de rendre l’âme après plus de dix années d’un combat acharné contre la maladie.

Je l’ai croisé souvent sur le circuit des festivals. À Cannes. À Toronto aussi. À l’époque où le Festival des films du monde de Montréal attirait encore les ténors de la presse internationale, nous avions le loisir de le croiser ici parfois aussi. Je n’ai toutefois jamais eu la chance d’avoir une conversation avec lui. J’en aurais probablement été fort intimidé de toute façon.

La plupart des gens l’ont d’abord connu à la télévision. Avec son collègue «rival» du Chicago Tribune Gene Siskel, Roger Ebert, à l’emploi du Chicago Sun-Times depuis 1967, a inventé une nouvelle forme de discussion critique au petit écran. Cette formule toute simple – deux critiques discutant des nouveaux films prenant l’affiche – a bien entendu fait école. Le fameux «Thumbs Up; Thumbs Down» est passé dans l’usage. Au Québec, cette formule fut reprise au cours des années 80 sous le titre À première vue (avec Chantal Jolis et René Homier-Roy).

Cela dit, Roger Ebert était aussi doté d’une grande plume. Il semblait d’ailleurs infatigable à cet égard. Même diminué physiquement par la maladie, le critique est resté généreux de ses textes jusqu’à tout récemment encore. Mardi, il annoncé sur son blogue qu’en raison d’une rechute cancéreuse, il devait à regret réduire ses activités. Il en est probablement mort de peine.

Pour un portrait beaucoup plus détaillé, je vous invite à lire l’article mis en ligne aujourd’hui sur le site du Chicago Sun-Times :

Roger Ebert Dies at 70 after battle with cancer (Chicago Sun-Times)

Merci pour tout monsieur Ebert.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (10)  |  Commenter cet article






Jeudi 4 avril 2013 | Mise en ligne à 9h52 | Commenter Commentaires (5)

Only God Forgives : Wow !

Gosling - 1

Ryan Gosling

* Note : À cause d’une erreur technique (causée par moi-même !), cet article remplace celui publié hier soir. Sincères excuses auprès de ceux qui avaient déjà commenté. M-A. L.

Depuis quelques heures, on peut voir sur Yahoo ! Movies une toute nouvelle bande annonce d’Only God Forgives, le nouveau film de Nicolas Winding Refn. Première réaction ? Wow !

La sortie du film étant prévue au mois de mai en France, on s’attend bien sûr à ce que le nouvel opus soit lancé sur la Croisette. Il y a deux ans, Nicolas Winding Refn avait obtenu le prix de la mise en scène du Festival de Cannes grâce à Drive.

Ryan Gosling et Kristin Scott Thomas sont les têtes d’affiche de ce thriller violent dans lequel Gosling incarne un Anglais qui s’est réfugié à Bangkok après avoir tué un policier il y a 10 ans.

La bande annonce est «intense» à un point où YouTube exige une vérification d’âge avant d’y donner accès. C’est ce qui explique pourquoi elle n’est pas intégrée ici.

Pour la voir, rendez-vous sur Yahoo ! en cliquant sur ce lien :

Bande annonce d’Only God Forgives.

Cela m’étonnerait que vous ne soyez pas tentés de lancer un «Wow !» vous aussi…

Au Québec, Only God Forgives sera distribué par les Films Séville. En principe, le film devrait prendre l’affiche chez nous au cours de la saison estivale.

Premier trailer violent… (Première.fr)

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2013
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives