Marc-André Lussier

Archive du 1 avril 2013

Lundi 1 avril 2013 | Mise en ligne à 18h28 | Commenter Un commentaire

Une actrice nommée Corinne Masiero

Masiero - 1

Corinne Masiero dans Louise Wimmer
(Photo fournie par Haut et court)

Comme la plupart d’entre vous, j’ai remarqué Corinne Masiero une première fois dans De rouille et d’os. Dans le film de Jacques Audiard, l’actrice interprétait le rôle de la soeur du héros (Matthias Schoenaerts). Une nature, une voix, une présence.

On verra Corrine Masiero dans deux films au Québec ce week-end. Elle donne en outre la réplique à François Cluzet dans 11.6, le nouveau film de Philippe Godeau. Elle y campe la femme du convoyeur qui s’enfuit avec une importante somme (11,6 millions d’euros) au volant de son fourgon blindé. Dans Ombline, film lauréat du prix du public à Cinemania l’automne dernier, elle prête sa nature à un personnage de codétenue enragée.

Âgée de 49 ans, l’actrice a connu une année marquante non seulement grâce à ces rôles de soutien, mais aussi – surtout – grâce à Louise Wimmer, un premier long métrage de fiction pour le documentariste Cyril Mennegun. Sa composition magistrale lui a d’ailleurs valu plus tôt cette année une nomination aux César dans la catégorie de la meilleure actrice (la lauréate fut Emmanuelle Riva).

Manque de pot, Louise Wimmer ne semble pas être encore sur le radar des distributeurs québécois. À moins que quelque chose ne m’ait échappé, aucun d’entre eux ne l’a encore inscrit à son catalogue. Ce qui, en passant, est bien dommage. Ayant eu la chance de voir ce drame réaliste, dans lequel on suit le parcours d’une femme qui doit pratiquement tout recommencer à zéro, il est clair que Louise Wimmer se révèle de loin supérieur à bien des films français bas de gamme qui échouent sur nos rivages…

Lors de mon passage à Paris au mois de janvier, j’ai eu la chance de croiser Corinne Masiero. Au cours de la conversation, elle a dit de Bouli Lanners, un comédien belge avec qui elle joue dans 11.6, qu’il était «un ostie de bon comédien !». À mon étonnement de l’entendre lancer une expression typiquement québécoise de façon aussi spontanée, l’actrice a expliqué qu’elle entretenait des liens très étroits avec le Québec depuis une quinzaine d’années.

«Montréal, c’est ma deuxième maison, dit-elle. J’y vais régulièrement. J’ai notamment travaillé avec les gens de Mobile Home, une compagnie qui fait du théâtre de rue. J’ai même été mariée jadis à un Québécois, un cinéaste qui fait du documentaire.* Quand j’ai besoin de respirer, je m’en vais à Montréal pour retrouver mes potes sur la rue Frontenac !»

* L’ex mari (Richard Brouillette) a notamment réalisé L’encerclement – la démocratie dans les rets du néolibéralisme.

Les liens :

La biographie de Corinne Masiero (AlloCiné.fr)

Le journal de Cinémania (article de Anne-Laure Le Jan)

La bande annonce de Louise Wimmer (en espérant voir le film en programmation régulière au Québec un jour !) :


Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2013
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives