Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 27 février 2013 | Mise en ligne à 7h30 | Commenter Un commentaire

    This Must Be the Place enfin à Montréal !

    This Must Be the Place - affiche

    Les Montréalais pourront enfin voir sur grand écran – un soir seulement – This Must Be the Place, le plus récent film de Paolo Sorrentino (Il Divo). Présenté en compétition officielle au Festival de Cannes en 2011, le film avait été finalement écarté du palmarès, au grand dam de ses ardents défenseurs (dont je fais partie). This Must Be the Place sera présenté au Centre PHI, mardi 5 mars à 19h30. Détails ici.

    Voici le texte que j’avais pondu le jour de la présentation du film à Cannes.

    Il y a trois ans, Sean Penn officiait au Festival de Cannes à titre de président du jury. Il Divo, sélectionné en compétition officielle cette année-là, a valu au cinéaste italien Paolo Sorrentino le prix du jury. Une fois le palmarès annoncé et la Palme d’or attribuée (à Entre les murs de Laurent Cantet), le président s’est amené sur scène pour la photo de famille avec les lauréats.

    «C’était alors la première fois que nous avons eu l’occasion de nous parler, Paolo et moi», a raconté hier Sean Penn lors d’une conférence de presse. Je lui ai alors dit que si jamais il avait un projet de film dans lequel il avait un rôle pour moi, c’était quand il voulait, où il voulait, peu importe le sujet. Un an plus tard, j’ai reçu le scénario de This Must Be the Place. J’ai dit oui tout de suite.»

    L’acteur a bien fait. Il trouve non seulement dans ce film l’un  des rôles les plus singuliers de sa carrière, mais This Must Be the Place fait sans contredit partie des quelques films «palmables» dont pourrait tenir compte le jury.

    L’acteur, lauréat de deux Oscars (Mystic River et Milk), se glisse cette fois dans la peau d’une rock star. Il a 50 ans. On lui donnerait au moins dix ans de plus. Clone outré de Robert Smith, grimé et maquillé comme une bête vieillissante hirsute directement sortie des années 80, celui qu’on appelle Cheyenne, qui vit à Dublin, traîne péniblement sa dégaine comme Ozzie Ozbourne un lendemain de veille. S’étant retiré de la scène depuis 20 ans, l’ancien performer découvre, à la mort de son père un pan de vie inconnu de ce dernier. Pour venger le paternel d’une humiliation subie à Auschwitz, Cheyenne se mettra en tête de pourchasser le bourreau. Qui, présume-ton, vit aux États-Unis.

    Un ton décalé

    Oui, le sujet est dramatique. Mais Sorrentino emprunte un ton décalé du plus bel effet. Sans être iconoclaste, son humour est quand même ironique, riche en observations, et atteint précisément la cible. Le regard sur la société américaine est d’autant plus digne d’intérêt que ce film, même si tourné aux États-Unis, reste entièrement européen de forme et de fond.

    «Paolo et moi avons parlé longuement des questions liées à la dépression quand est venu le moment de composer le personnage, a expliqué Sean Penn. L’impact d’une dépression sur le physique de quelqu’un est très réel. Cela dit, Paolo est l’un des meilleurs cinéastes contemporains. Un acteur a toujours le sentiment de créer quelque chose mais quand il se retrouve entre les mains d’un artiste ayant une véritable vision de son œuvre, le mieux encore est d’écouter. Et de s’abandonner. En fait, j’ai eu le sentiment d’être le tourneur de pages d’un très grand pianiste!»

    Visuellement splendide, serti aussi de magnifiques traits de mise en scène, This Must Be the Place, dont le titre est tiré d’une chanson des Talking Heads (reprise aussi par Arcade Fire, fait-on remarquer dans une scène très drôle), se révèle à la fois moqueur et profond. Certaines scènes, très dramatiques, nous ramènent d’ailleurs au cœur de la plus sombre histoire du XXe siècle. La dernière image, simple mais très forte, nous hantera longtemps.

    Absent de la conférence de presse de The Tree of Life lundi, dont il est aussi l’une des têtes d’affiche, Sean Penn a précisé hier que dans son esprit, les deux films sont de nature totalement différente. Même s’il incarne, tant sous la direction de Terrence Malick que de celle de Sorrentino, un fils ayant des comptes à régler avec son père, aucune comparaison n’est possible.

    «Ces deux films sont si différents que je ne peux même pas commenter, dit-il. Et puis, ils ont été tournés à quelques années de distance!»

    Signalons par ailleurs la présence de David Byrne, leader des Talking Heads, dans une séquence musicale qui se prolonge ensuite en une scène-clé sur le plan dramatique.

    «David ne voulait pas vraiment jouer mais j’ai réussi à le convaincre!», révèle Paolo Sorrentino, visiblement fier de son coup.


    Lien YouTube.

    Compte Twitter : @MALussier


    • Le film sort en dvd au Québec le 12 mars prochain. Très bon film! La version doublée en français est cependant atroce….

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    février 2013
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728  
  • Archives

  • publicité