Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 15 février 2013 | Mise en ligne à 9h57 | Commenter Commentaires (6)

    Keanu Reeves et l’avenir du cinéma

    Keanu Reeves - Berlin

    (Photo : AFP)

    Je l’avoue. J’ignorais totalement l’existence de ce film jusqu’ici. Side by Side, lancé l’an dernier au Festival de Berlin, est un documentaire (réalisé par Christopher Kenneally) dans lequel plusieurs cinéastes s’expriment sur les changements technologiques ayant marqué leur discipline, particulièrement le passage au numérique. On me signale que chez nous, le film sera disponible en DVD le 5 mars (via EOne).*

    Keanu Reeves agit à tire de producteur, et mène aussi plusieurs entrevues avec les cinéastes. À l’occasion de la sortie du film en Grande-Bretagne (aujourd’hui), l’acteur signe un article dans le journal anglais The Guardian, dans lequel il explique sa démarche.

    «Pendant un an, Chris Kenneally et moi avons rencontré une douzaine de cinéastes afin qu’ils nous parlent de leur travail dans une industrie en constante réinvention, écrit la vedette de The Matrix. Nous avons pu entendre comment le numérique a stimulé l’imagination de cinéastes comme James Cameron, David Fincher et David Lynch – et les a aidés à créer de nouveaux univers dans lesquels ils ont pu développer leur style. Nous avons aussi entendu des cinéastes comme Christopher Nolan, qui n’est pas convaincu, du moins ne l’était-il pas à ce moment, que le numérique puisse atteindre la même qualité que la pellicule.»

    «Comme le titre l’indique, ce documentaire ne prend pas position en faveur d’un format ou d’un autre. Notre but était de proposer un éventail d’opinions à une époque où les deux formats sont encore utilisés dans les tournages. Nous n’avions pas de programme. En vérité, Chris et moi étions assez représentatifs du film : j’ai entrepris ce projet en me demandant ce qu’il y a à perdre en s’engageant dans le numérique. Chris était plus intéressé par ce qu’il y  a à gagner.»

    Keanu Reeves : The future of cinema (The Guardian).

    * Side by Side est disponible sur iTunes dès maintenant.

    Lien YouTube.

    Compte Twitter : @MALussier


    • Votre collègue Siroka faisait justement mention de ce documentaire dans le billet ci-dessous.

      http://blogues.lapresse.ca/moncinema/siroka/2012/09/10/la-plus-grande-revolution-de-lhistoire-du-cinema/

      Ce film est excellent! La force du film est justement de ne pas prendre position entre la pellicule et le numérique.

    • Vous parlez pas avec Jozef Siroka ?

      Nos horaires sont très différents. Et je suis très souvent à l’extérieur. M-A. L.

    • J’avais vu cette bande annonce et entendu parler de ce film il y a plusieurs mois déjà. Je suis heureux de savoir que j’ai un peut d’avance sur M-A Lussier parfois.

      Moi je dis bravo au numérique qui rend le médium accessible à tous, et cela à faible cout, permettant par le fait même l’émergence de nouveaux artistes – tant cinéastes, scénaristes, qu’acteurs ou touts autres intervenants quels qu’ils soient – qui n’auraient autrement jamais eu l’occasion de faire valoir leur talent. Mais de grâce, ne tuez pas la pellicule. Le film sur pédicule demeurera toujours le vrai cinéma, le vrai outil, la pureté du médium. Le film doit rester l’outil professionnel ultime, touts autres moyens étant des faussaires en ce qui me concerne. Le numérique m’a permit à moi même d’entrer dans le monde du cinéma, mais l’objectif suprême demeurera toujours de faire des films en pellicule.

    • Jozef Siroka en a parlé il y a un bout dans un billet. Le film est disponible depuis plusieurs mois (location et achat) sur iTunes. Vous devriez suivre son blogue, c’est assez génial pour les cinéphiles … :)

    • La pellicule est vouée à mourir.

      Comprenons-nous bien, je trouve que les films tournés sur pellicule restent toujours d’une meilleure qualité, mais au courant des dix prochaines années, faire des films sur du 35 ou du 16mm deviendra marginal, au même titre qu’un film en noir et blanc. Il s’en fera encore, mais ce sera plus pour la forme que par nécessité.

      C’est pourquoi je suis en désaccord avec les propos de Antipropagande. Le «grand cinéma» ou le «vrai cinéma» ne passe pas par la pellicule, mais bien par le scénario et la qualité de la réalisation. Avec cette vision, des types comme Claude Jutra (expérimentation magnétoscopie), Robert Morin (vidéo) ou Dany Boyle (DV-Cam pour 28 days Later) ne sont pas de grands cinéastes, peut-être? Comme l’a dit Scorsese: c’est au cinéaste de choisir le meilleur moyen pour raconter son histoire. Il a lui-même utilisé le numérique pour tourner Hugo, ce qui n’est pas si mal.

      Comme disait Denys Arcand: Je me fiche un peu de la qualité technique. Si on a une caméra vidéo, c’est toujours possible de faire autre choses. [...] Un artiste doit être au-delà de ça.

      Prenez la nouvelle ARRI Alexa. Ce qui se fait de mieux dans le monde du numérique à l’heure où on se parle. Ou sinon la Red qu’ont utilisé Jackson et Soderbergh pour tourner, respectivement, The Hobbit et Che. La photographie numérique frappe à la porte de la qualité qu’on obtient avec la pellicule et je ne crois pas que ce soit une mauvaise chose!

      Au Québec, cette technologie nous aide à faire des films avec des budgets moindres ou des séries télé d’une grande qualité (Minuit, le soir; 19-2; Unité 9), ça permet l’émergence de nouveaux cinéastes, mais ça offre aussi la possibilité à de vieux routiers de revenir en pleine forme!

      Le numérique ne cesse d’évoluer. D’ici quelques décennies, elle sera remplacée à son tour par quelque chose qui n’existe probablement pas encore. Il faudra s’y faire et certains puristes du numérique s’en lamenteront. Ainsi va la vie!

    • Peut être que guy-antoine devrait retourner lire mon message plutôt que de jouer sur les mots tout en essayant de se faire du capital de sympathie, car je crois qu’il n’a rien comprit à ce que je disais.

      Il est vrai que j’en connais beaucoup des gens comme ça, surtout danse le métier, qui aime bien se justifier et se valoriser en citant de grands noms, deux ou trois marques de caméras tout en nous parlant d’économie. C’est vrai aussi que c’est un monde très très artificiel que ce milieu, mais bon, on peut quand même trouver quelques rares personnes vraies si on cherche un peut.

      Et merci pour me dire que le bon cinéma passe par le scénario et la réalisation. Ca m’avais échappé. Je paris aussi que t’aime les voyages, les bonnes bouffes entre amis et le vin rouge?

      On jase là.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    mars 2012
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité