Marc-André Lussier

Archive du 4 janvier 2013

Vendredi 4 janvier 2013 | Mise en ligne à 7h04 | Commenter Commentaires (16)

La citation de l’année ?

«Et je lui ai dit que la Russie était une grande démocratie…»

- Gérard Depardieu évoquant une conversation avec le président français François Hollande.

Depardieu Raspoutine - 1

Raspoutine, un téléfilm de Josée Dayan

La nouvelle année n’est vieille que de quelques jours mais on voit mal comment cette récente déclaration de Gérard Depardieu pourrait échapper au palmarès des meilleures de 2013.

On croyait cette histoire éclipsée à la faveur d’une autre polémique, lancée la semaine dernière par le patron de Wild Bunch Vincent Maraval, dans laquelle est entraînée la totalité du milieu du cinéma français. Mais non. Il a fallu que l’acteur en rajoute en écrivant une lettre rendue publique jeudi soir par la chaîne de télévision russe Pervyi kanal. Cette missive fait évidemment réagir un peu partout, particulièrement dans la patrie de Tolstoï.

Le journal Le Monde rapporte en outre une déclaration de l’écrivain Edouard Limonov, opposant actif à Vladimir Poutine, qui se fait régulièrement arrêter lors de manifestations. «Gérard, viens le 31 janvier sur la place Trioumfalnia (à Moscou), avec ton nouveau passeport russe en poche. Tous les 31, à 18 heures, sur cette place, des citoyens russes exigent le droit de se réunir paisiblement, comme prévu par l’article 31 de la Constitution. On t’attend Gérard !»

Pour bien faire le tour de la question, il convient d’ailleurs de lire ces deux articles publiés par le grand quotidien français :

Depardieu se dit ravi… (Le Monde)

Depardieu suscite sarcasmes et critiques en Russie (Le Monde)

Visiblement, l’homme est blessé. Et déboussolé. L’acteur n’en reste pas moins immense. Cinq titres pour s’en convaincre. À voir. Et à revoir.

Les valseuses (1973)
Ce film emblématique des années 70 a révélé Gérard Depardieu au grand public. Et jeté les fondements d’une association féconde avec Bertrand Blier, même si Patrick Dewaere était en fait l’alter ego de l’auteur cinéaste.

1900 (1976)
Dans cette fresque magnifique de Bernardo Bertolucci, Depardieu incarne l’un des deux hommes nés le même jour dans une grande propriété italienne au début du XXème siècle. Robert De Niro est l’autre tête d’affiche.

Le dernier métro (1980) / La femme d’à côté (1981)
Les deux films qu’a tournés Depardieu sous la direction de François Truffaut sont incontournables.

Cyrano de Bergerac (1990)
Dans cette adaptation de la célèbre pièce d’Edmond Rostand, réalisée par Jean-Paul Rappeneau, Depardieu a offert l’une des performances de sa vie. Son interprétation est celle sur laquelle se mesurent toutes les autres…

Quand j’étais chanteur (2006)
C’est vrai. Depardieu a tendance à tourner n’importe quoi depuis une vingtaine d’années. Il n’en reste pas moins que certaines de ses performances se distinguent néanmoins. Dans ce film de Xavier Giannoli, il était épatant.


Lien YouTube.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (16)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    octobre 2013
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité